Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]

m

rielle que M. Guérard a été chargé, au ses ravages au delà des limites de l'étanom de la commission minérale, de faire blissement. . un rapport.

7. En conséquence, l'Académie estime M. le rapporteur, après avoir rappelé qu'il n'y a pas lieu de donner suite à la les faits cliniques observés à Forges sur proposition de MM. Debelleyme et Destiles enfants envoyés par l'administration, gny, d'élever à Forges un hôpital destiné et après avoir exposé les résultats des ana- au traitement des scrofuleus. lyses faites par la commission, termine Ces conclusions sont mises aux voir et son rapport en ces termes :

adoptées. En résumé, et comme conclusion géné- POLYSARCIE. — M. Baillarger présente à rale, la commission propose à l'Académie l'Académie de médecine un exemple rede répondre à M. le ministre : L'eau des sources de Forges-les-marquable de cette difformité.

Il s'agit d'un sujet ågé de treize ans et Briis, considérée sous le rapport de sa demi ; son père est fort et bien portant, composition chimique et de ses propriétés mais n'offre rien d'anomal du côté de physiques et organoleptiques, offre les l'embonpoint et de la stature. Sa mère se caractères d'une cau douce de très bonne trouve également dans des conditions de qualité. Elle est employée comme telle

santé régulière. Il est le cinquième de dans le pays aux divers usages de l'écono- sept enfants ; ses frères et sa sæur sont mie domestique.

bien conformés; mais le sixième, qui était 2° Les résultats avantageux obtenus remarquable par un développement consichez les 28 scrofuleux envoyés à Forges dérable, a succombé à l'âge de vingt-deux pendant les années 1882, 1853 et 1884,

mois. et dont les observations sont consignées au

Lorsque Philippe Hutin est venu au dossier, ne doivent pas être attribués à monde, il était déjà très-volumineur, et une action spécifique des eaux de cette lo- l'accouchement a été long et pénible. L'encalité.

fant a toujours été remarquable, dans les zo Ces résultats sont dus à l'action com

années qui suivirent, par sa grosseur et binée et longtemps continuéc des bonnes

son grand appétit. conditions hygiéniques, des bains et des

Il pèse tout habillé 214 livres ; sa taille pratiques accessoires de ces bains, aux

est de 1 mètre 30. Sa tête est enfoncée quels les malades ont été soumis pendant entre les deux épaules et un peu renverles cinq ou six mois qu'ils ont passés à

sée en arrière; le cou a presque entièreForges.

ment disparu et est remplacé par un sillon 4o Ces conditions hygiéniques, à savoir :

transversal. l'air pur, une propreté exquise et une bonne alimentation, les exercices gym- mamelles volumineuses, dans lesquelles

Le thorax est garni en avant de deux nastiques, les bains et les pratiques acces

le palper ne fait reconnaitre aucune trace soires, douches, frictions énergiques, de tissu glandulaire. massage, etc., ont pu être réalisées facile

L'abdomen est pendant et recouvre ment sur le très-petit nombre de malades

presque entièrement les parties génitales, qui y ont été soumis, et ont amené chez qui sont normalement développées. Le quelques-uns une guérison complète et pubis est garni de poils. chez tous une amélioration très-notable.

Le dos, les fesses, les cuisses sont gargo Mais, si le nombre des malades scrofuleux soumis à ces diverses conditions

nis de coussins qui leur donnent un vo

lume énorme. La marche est facile, mais venait à être augmenté dans une proportion considérable, ces mêmes conditions,

la respiration est suspirieuse et haletante, et en particulier la propreté et la pureté calier ; les battements du ceur sont régu

et le sujet peut difficilement monter un es. de l'air, deviendraient d'autant plus diffi

liers et sans bruit de soufflet. eiles à réaliser que le chiffre des malades serait plus élevé.

Les fonctions digestives sont bonnes et 6° Enfin, si ce même chiffre montait à l'appétit est considérable. L'intelligence plusieurs centaines réunis sur un même

est parfaitement développée. point, il serait à craindre que ces malades

Voici les résultats de la mensuration ne s'insectassent réciproquement par les pratiquée en divers points : émanations de leurs plaies et de leurs dé- Circonférence du thorax, au niveau de jections, et qu'il n'en résultât une aggra- l'appendice xiphoide

.. vation dans leur situation, et même le Circonférence de l'abdomen, au développement de quelque affection épi- niveau de l'ombilic.

1,53 démique, qui pourrait peut-être étendre Circonférence du cou

[ocr errors]
[ocr errors]

0-,47

.

[ocr errors]

.

[ocr errors]

Circonférence de la face, au

avis dont il a demandé l'insertion dans dessus de la bouche. Om, 46 trois des journaux français les plus réCirconférence d'un creux axil

pandus, que l'auteur de ce travail pourlaire à l'autre, en avant. Om, 42 rait être autorisé à le reprendre, s'il le Circonférence d'un creux axil

désire, mais à la condition de ne point se laire à l'autre, en arrière. Om,43 faire connaitre. Jusqu'ici, cet avis a été Circonférence du bras, au ni.

publié par la Gazette hebdomadaire de veau des attaches du deltoide. Om 37 Paris et par la Gazette médicale de Lyon. Circonférence de la cuisse, à la

Il rappelle que le prix attaché à la qucspartie moyenne e.

Om 74 tion est une médaille d'or de 1,000 francs, Circonférence du genou. 0w,58 et que les mémoires doivent comprendre : Circonférence de la jambe, au

la pathologie externe et la médecine opé. dessus du pied..

Om, 28 ratoire, l'obstétrique, les maladies des

yeux et les affections syphilitiques. L'auieur du mémoire reçu devra , pour pou.

voir le reprendre, s'adresser au bureau, Aoadémie royale de médeoine de en joignant à sa demande, quelques ex. Belgique,

traits textuels de son travail, écrits de la main qui l'a copié.

M. le docteur Debout, rédacteur en chef Séance du 26 septembre 1887.

du Bulletin général de thérapeutique, sou

met à la compagnie la première partie Président : M. FALLOT.

avec planches, d'un mémoire manuscrit Secrétaire : M. SAUVEUR.

sur la hernie ombilicale congénitale, qu'il

présente avec le désir d'obtenir le titre de Par une dépêche du 31 juillet dernier, membre correspondant de l'Académie. La M. le Ministre de l'intérieur a informé le commission que le bureau désigne pour burcau qu'il autorisait la publication dans examiner ce travail lorsqu'il aura été les Bulletins de l'Académie, du rapport complété par son auteur, sont : MM. de qui a été lu dans le comité secret de la Meyer , Burggraeve et Michaux. dernière séance, au sujet des accidents qui

M. le docteur Brenier soumet également ont été observés au hameau d'Hambraine, à l'appréciation de l'Académie, un travail sur des personnes qui recueillaient, pour manuscrit, intitulé : Essai d'ophthalmola nourriture du bétail, des herbes parmi graphie comparée, que le bureau envoie à lesquelles se trouvait l'heracleum spondy- l'examen d'une commission composée de lium.

MM. Graux, Fossion et Thiernesse. Depuis sa dernière séance, la Compa

M. Kayser , pharmacien, à Saint-Josse. gnie a fait une nouvelle perte par la mort ten-Noode, adresse aussi, à fin d'examen, de M. Marshall-Hall, de Londres, l'un des

un mémoire manuscrit sur l'oïdium aumédecins physiologistes les plus distin- rantiacum, ou champignon rouge du pain; gués de notre époque. Ce savant a suc- à cette communication sont joints quclcombé, dans un åge assez avancé, à une

ques spécimens de pain oīdié, ainsi que maladie longue et pénible, dont la fà- divers produits extraits du cryptogame. cheuse issue était prévue depuis assez Le mémoire de M. Kayser et les objets qui longtemps. C'est le 31 décembre 1842, l'accompagnent sont envoyés par le bureau que notre Académie se l'était associé en

au rapport de MM. Martens, Parquier et qualité de membre honoraire. Il lui a fait Stas. hommage de plusieurs de ses écrils.

M. le docteur Broeckx présente, de la Un mémoire sur l'une des questions que part de M. le dentiste Brébart, un nou. l'Académie a mises au concours, celle re- veau davier, accompagné d'une note qui lative à l'exposition et à l'appréciation de sera examinée, de même que l'instrument la marche et des progrès que la chirurgie auquel elle se rapporte, par une commisa faits depuis le commencement de ce siè. sion que le bureau compose de MM. Didot, cle jusqu'à nos jours, est parvenu au bu. Gouzée et Sentin. reau, le 31 juillet dernier. Il vient de M. le docteur Delioux de Savignac, méFrance et porte pour épigraphe les mots : decin en chef de la marine, à Brest, offre Quid novi? Comme l'époque fixée pour la un exemplaire de son livre intitulé : « Reremise des mémoires en réponse à celle cueil de mémoires sur la pharmacologie, la question n'arrive que le 14 mars 1888, le pathologie et la thérapeutique médicale, " bureau a cru devoir faire connaitre par un en exprimant à la Compagnie le désir d'éire

[ocr errors]

associé à ses travaux avec le titre de mcm- La section propose : 1° d'adresser des bre correspondant.

remerciments à l'auteur; 20 d'imprimer M. Petard, directeur de la Revue étran. son travail dans le Bulletin; 3° d'inscrire gère médico-chirurgicale , qui se publie à son nom sur la liste des aspirants au Paris, a accepté l'offre qui lui a été faite titre de correspondant étranger de l'Acad'échanger ce recueil avec le bulletin des démie. séances de l'Académie.

2. Rapport de la commission qui a été M. le professeur Hubert, de Louvain, a chargée d'examiner une notice de M. le adressé , sous un pli cacheté, les principa- docteur Wasseige fils, de Liége, sur des les conclusions d'un travail qu'il se pro- modifications à apporter à l'instrument pose d'adresser à la Compagnie dans un d'obstétrique de M. Van Huevel, destiné à avenir peu éloigné.

exercer des tractions sur l'extrémité pelPar une lettre, datée de Bruxelles, dont

vienne. — M. Marinus, rapporteur. il a été fait lecture, M. le docteur Calvo y La commission propose de reinercier Martin présente, de la part du docteur M. Wasseige de sa communication et de Don Diego de Argumosa, ancien professeur déposer son travail dans les archives de la de clinique chirurgicale, à l'Université de Compagnie, en l'engageant à persévérer Madrid, un exemplaire de l'ouvrage de ce dans la voie des inventions qu'il semble savant, ayant pour titre : Resumen de s'être ouverte. cirugia, formant deux volumes, édités à Aucun membre ne demandant à élre Madrid en 1856. M. Calvo exprime le dé- entendu sur les conclusions du rapport, sir que l'Académie veuille bien faire faire M. le président les déclare adoptées. un rapport sur le livre de son compatriote. 3. Discussion du rapport de la commisLa Compagnic décide, après avoir entendu sion chargée de l'examen des questions la lecture de l'article 62 de son règlement, relatives à la vaccine. M. Marinus, que l'ouvrage sera renvoyé à l'examen rapporteur. d'une commission de trois membres, à M. Verheyen, second membre inserit nommer par le bureau, qui désigne MM. pour la discussion générale, est appelé à Seutin, Didot et Gouzée.

prendre la parole. Après ces communications, M. le prési

Après la lecture de ses considérations, dent annonce que les sections seront ap

aucun autre membre ne demandant à in. pelées à élire, avant la prochaine séance,

tervenir dans celte discussion, M. le preleurs présidents et leurs secrétaires res- sident en prononce la clôture, et l'Acadé. pectifs. Il annonce ensuite que l'Académie mie passe à l'examen des conclusions da va passer à l'examen des objets qui sont rapport de la commission. inscrits à son ordre du jour.

A la suite des observations présentées M. Burggraeve donne lecture d'une

sur l'une des premières propositions, la communication sur l'importance de l'héma- Compagnie décide, conformément à unc tologie pour la conservation de la santé et

motion d'ordre présentée par M. Verheyen, la prolongation de la vie.

que les propositions amendées seront ren. M. Burggraeve ne demandant pas de voyées à la commission pour être ensuite rapport sur ce travail, M. le président soumises, avec les autres, à un second

vote de l'Académie. déclare qu'il sera publié dans le bullçtin de la séance.

Après ces délibérations, auxquelles ont

respectivement pris part : MM. Crocq, RAPPORTS ET DISCUSSIONS. 1. Rapport Verheyen, Martens, Fallot, Marinus, Fosde la troisième section sur une observa- sion, Lebeau, Petry, Mascart, François, tion de M. le docteur Germain de Maes- Van Coetsem et Sauveur, M. le président tricht, relative à l'expulsion d'un haricot invite la commission à examiner les modiqui s'élait engagé dans les voies urinai

cations qui ont été introduites dans les res d'un homme.

M. Seutin, rappor- conclusions de son rapport, afin que ses teur.

propositions définitives puissent être sou• Après la lecture de ce rapport, M. le mises à la Compagnie dans sa prochaine président annonce qu'il sera imprimé, séance. pour être discuté dans une prochaine La séance est levée à deux heures et séance.

demie.

V. VARIÉTÉS.

[ocr errors]

SUR L'enseignement MÉDICAL EN PRUSSB. pendant ni après l'opération, et l'inflam

Coup d'oeil SUR LA CLINIQUE DU PROFES- mation adhésivc se développe et guérit le SEUR LANGENBECK; par le Dr VERHAEGHE. mal avec autant de certitude qu'après les (Suite et fin. Voir notre cahier de sep- injections iodées. tembre, p. 288.)

La dose de chloroforme est de deux 4. Fractures. Toutes les fractures sont drachmes, et l'opérateur a soin d'expulser traitées par la méthode inamovible, appli- toute la quantité injectée, après qu'elle a quée immédiatement et modifiée comme

séjourné quelques minutes dans la tunique suit : supposons une fracture de la cuisse. vaginale, pour éviter les effets qui pourLe membre est d'abord entouré, depuis le raient résulter de l'absorption. Il termine pied jusqu'à l'aine, d'une bande roulée, en faisant une injection de plusieurs onces en fanelle; on met de l'ouale sur les d'eau froide , qu'il ne laisse séjourner malléoles, le tendon d'Achille et l'épine aussi que quelques instants. du tibia ; puis, une bande roulée, forte

A cette occasion, je parlai à M. Langenment plâtrée, recouvre la première, en

beck du succès qu'on obtient, avec tant de ayant soin de placer sur les côtes du facilité, d'une simple injection de deux membre, en guise d'attelles, plusieurs cou

drachmes d'alcool, en abandonnant le liches de longuettes plâtrées. Un aide, te

quide dans la tudique séreuse, sans s'en nant à la main un bassin rempli d'eau, est inquiéter; opération presque indolente, et chargé de mouiller les bandes platrées, à

très-sûre dans ses résultats. Il goûta mesure qu'elles se déroulent entre les beaucoup ce que je lui dis et se promit mains du chirurgien.

bien d'essayer cette méthode, à la première Toutes les fractures, à peu d'exceptions occasion. près, sont traitées de la même manière. 6° POLYPE FIBREUX DES FOSSES NASALES. D'abord une bande en flanelle, roulée au- Un homme de 35 ans, de forte constitutour du membre dans toute sa hauteur, tion, se présenta à la consultation pour de l'ouate sur les éminences osseuses et un polype développé dans la fosse nasale tendons sous-cutanés, puis une, deux ou du côté gauche. Déjà, à une autre époque, trois couches de longueltes plåtrées sur on lui avait fait l'extraction du polype, les côtés du membre, et enfin une bande lequel avait repullulé peu de temps après. roulée, plâtrée.

L'os propre du nez, du côté gauche, était Quelquefois M. Langenbeck se sert d'un refoulé en dehors par l'excroissance , appareil composé d'une bande en flanelle, qu'on apercevait aisément dans la narine. recouverte d'attelles en gutta-percha, ra- Le doigt, introduit dans la bouche et reInollies dans de l'eau bouillante et fixées courbé en crochet pour aller explorer , par quelques couches d'une autre bande derrière le voile du palais, l'ouverture amidonnée convenablement. Cet appareil nasale postérieure, pouvait atteindre lc est très-solide, il est vrai, mais il me polype, qui ne faisait pas encore saillie semble que nous avons quelque chose de dans le pharynx. mieux dans notre bandage amidonné L'opérateur en tenta l'extraction au simple.

moyen de pinces droites, introduites par jo HYDROCÈLE DE LA TUNIQUE VAGINALE. la narine, ct auxquelles le doigt indicaDieffenbach traitait toutes les hydrocèles teur de la main gauche introduit dans par incision. M. Langenbeck, moins ex

l'ouverture postérieure, prêtait appui, cn clusif sous ce rapport que son prédéces- poussant l'excroissance en avant. seur, réserve la méthode par incision pour Diverses portions du polype furent amcles cas où le testicule semble être malade. nées au dehors, au prix de vives souffranDans les hydrocèles simples, il fait la ces; mais il fut impossible de s'assurer ponction en injectant, dans la tunique va- que toute la masse était enlevée. La narine ginale, du chloroforme au lieu de teinture paraissait libre au passage de l'air; mais d'iode. J'ai vu faire cette opération d'après ce n'est pas là un signe certain de la les deux méthodes. L'injection de chloro- destruction totale d'un polype fibreux. forme n'est nullement douloureuse, ni A l'occasion de ce fait, M. Langenbeck

[ocr errors]
[ocr errors]

cntra dans quelques détails sur les diver- tion partielle du maxillaire est d'autant ses opérations qu'on avait proposées pour plus grand , que le polype a écarté déjà parvenir à la destruction totale de ces les os en les déjetant en dehors, élargissortes de polypes; depuis la division de sant ainsi sensiblement la fosse nasale. l'aile du nez dans le sillon génio-nasal, La destruction du sac lacrymal et du proposée par Dieffenbach ; la division du canal nasal ne saurait arrêter l'opérateur, voile du palais ; la résection d'une portion puisque l'expérience nous apprend que la de la voûte palatine, exécutée par M. Né- destruction de ces parties par le cautère laton, jusqu'à l'enlèvement total du maxil- actuel, dans le traitement des fistules lalaire supérieur, proposé par Flaubert et crymales, n'est point suivie d'épiphora, pratiqué par M. Michaux et d'autres, comme on aurait pu le croire au premier pour arriver jusqu'au pédicule du po- abord. lype.

La scie à la main dite scie à résecDans ces cas épineux, M. Langenbeck a tion cst ici d'une grande utilité, puischerché à restreindre la mutilation et à qu'elle permet de faire des sections triann'enlever qu'une partie, comparativement gulaires, ovales ou circulaires, avec une petite, du maxillaire supérieur, pour se facilité que le meilleur osteotome ne sure frayer un accès au pédicule du polype. Il passerait pas. Mais le maniement de cet se borne à la résection de l'apophyse mon- instrument exige une habitude à laquelle tanle du maxillaire, d'une portion de on arrive aisément. Il suffit pour cela de l'unguis et de l'os propre du nez, du côté se rappeler que la main ne doit pas peser malade.

sur l'instrument, qne les traits de seie doiL'opération est exécutée de la manière vent être courts et très-rapides. suivante ; une incision semi-lunaire, com- Après la destruction du polype et de mencée au côté interne du sourcil, se re- son point d'insertion, on rabat le lambeau courbant en dedans, descendant sur le dos des parties molles, et on le fixe dans sa du nez jusqu'à la racinc de l'aile du nez, place primitive, en le réunissant par des puis se recourbant en dehors jusqu'au épingles aux parties avoisinantes. delà du sillon génio-nasal, circonscrit un M. Langenbeck a trouvé que le pédicule lambcau qu'on détache des os sous-jacents des polypes fibreux du nez et de l'arrièreet qu'on rabat en dehors et en haut. En- bouche, s'implante sur différents points, suite, on détache des as sous-jacents, dans qui sont d'après l'ordre de fréquence : une petite étendue, la lèvre interne de la 1° le périoste de la base du crâne - apaplaie; on la fait écarter par des crochets physe basilaire ; 2° la face inférieure du mousses, pour élargir l'espace sur lequel corps du sphénoïde; 3° les ailes du vomer; agira la scic.

40 je fibro-cartilage de l'apophyse basiAlors on coupe l'attache du cartilage de laire ; ßo la portion cartilagineuse de la l'aile du nez à l'os nasal, et, au moyen trompe d'Eustache ; 6" la fosse plérygoid'une petite scie à main, courte, étroite, dienne, et enfin 70 l'épine nasale poslémais fort solide, on fait la résection de rieure. l'apophyse montantc du maxillaire et de 7° ANKYLOSE DU GENOU, RUPTURE BAUSl'os nasal. Pour cela, la scie est conduite Que. La découverte du chloroforme et l'ede bas en haut et au dehors vers le sae la- tude de ses merveilleux effets sur les crymal, puis en dedans vers la racine du muscles contracturés, ont fait faire un pas nez, et ensuite en bas pour revenir au immense au traitement des ankyloses par point de départ. On circonscrit, de cette la rupture forcée des adhérences anomamanière, une portion du squelette facial, les. M. Langenbeck, un des premiers, apformée par l'apophyse montante du maxil- précia la valeur de cet agent anesthésique laire, une partie de l'os unguis, l'un des dans les cas dont il s'agit ici, et il crea une os propres du nez et le cornet inférieur. méthode nouvelle pour obtenir instanta. Cette portion osseuse étant enlevée, la vue nément la cure des ankyloses sans le plonge dans toute l'étendue de la fosse na- moindre danger, Une fois la résistance des sale jusqu'à l'arrière-bouche : l'ouverture muscles depuis longtemps à l'état de coupostérieure et une partie de la face infé- tracture, vaincue, il devient aisé de romrieure du corps du sphénoide sont deve pre les adhérences fibreuses anomales, vues accessibles aux instruments, et l'on qui réunissent les surfaces articulaires : il peut détruire aisément, par l'instrument suffit, pour cela, des efforts exercés par les iranchant ou par le cautère actuel, le pé- mains de l'opérateur , qui imprime su dicule des polypes à leur point d'implan- membre ankylose des mouvements forces talion.

dans le sens de la flexion, puis dans celui L'espace qu'on gagne par celle résec. de l'extension, jusqu'à ce que toutes les

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »