Images de page
PDF
ePub

a

la plaie. Trois fois le succès a été complet, vent rester très longtemps sans causer la la guérison définitive.

mort, mais, sauf quelques rares exceptions, Après avoir donné en détail ces obser- la vie est pénible et misérable. vations et indiqué les précautions à pren- L'extraction de la pierre ou de la tumeur dre pour éviter les accidents, M. Wells éta- amène une cure radicale ou hâte la blit, par des statistiques, que l'ovariotomie mort; mais les insuccès sont aussi nomet la taille chez l'adulte sont des opérations breux après la taille chez l'adulte qu'après analogues pour leurs résultats. La pierre l'ovariotomic à tous les âges. (British med, dans un cas, la tumeur dans l'autre, pou- Journ. et Gaz. med. de Paris, No 10.)

Chimie médicale et pharmaceutiqne.

[ocr errors]

SUR LES OXALATES DE FER, par M. T. L.

I.

II.

Theo:

rie. PHIPSON, docteur en sciences, membre

Oxyde ferreux 19,44

19,40 20,00 de la Société chimique de Paris, corres- Acide oxalique pondant de la Société des sciences médi- (par diff.) 59,56(par comb.)59,75 59,99 cales et naturelles de Bruxelles, etc., etc.,

Eau (directe). 21,00 (par diff.) 20,85 20,00 à Londres. - Les deux oxalates de fer dont

100,00

100,00 99,99 je m'occupe ici n'ont pas été étudiés jus- d'où l'on peut déduire la formule : qu'à ce jour. — Ils ont été entrevus par

FeO C205 + 4HO plusieurs chimistes qui en ont fait mention d'une manière passagère; mais leurs com- ou si l'on envisage l'acide oxalique comme positions et leurs propriétés n'ont point été

contenant de l'hydrogène par examinées.

FeO (C2HO')+ HO. Dans la nature il existe un oxalate ferreux,l'humboldtite (oxalite, Eisenresin,etc.), Cette poudre jaune, soumise à l'action de qui, d'après une analyse de M. de Rivero, la chaleur, prend feu à une température contiendrait 1 équivalent d'acide oxalique peu élevée, et brûle comme de l'amadou. et 1 équivalent d'oxyde ferreux. Je n'ai Quand on verse dessus une quantité suflipas encore eu l'occasion d'examiner ce mi- sante de ferricyanure potassique pour néral et je n'ai point essayé de le produire n'obtenir qu'une décomposition partielle artificiellement.

on obtient une couleur verte qui pourrait Oxalate de proloxyde de fer.Lorsqu'on s'employer en peinture à l'huile ou pour ajoute à du sulfate ferreux une dissolution l'aquarelle. Par une décomposition comd'acide oxalique ou d'oxalate ammonique, plète on obtient le bleu ordinaire et selon et qu'on agite fortement le mélange, on la quantité de ferricyanure employé on finit par obtenir un grand précipité jaune, peut sc procurer différentes teintes de très-stable au contact même des acides vert. Quand on dessèche cette poudre énergiques.

verte, produite comme il vient d'être dit, Ni la lumière, ni l'air, n'ont d'action sur et qu'on la chausse un peu, elle prend feu à ce sel, qui est insoluble dans l'eau et dans une température assez basse et brûle aussi un excès d'acide oxalique, voire même comme de l'amadou. Dans ce cas commc dans les acides hydrochlorique et sulfuri- dans l'autre, c'est l'oxyde ferrique rouge que étendus.— Traité par l'acide azotique, et pur qui reste pour résidu. il est subitement décomposé avec un abon- Oxalate de peroxyde de fer. - On obtient dant dégagement de vapeurs rutilantes. cet autre sel en dissolvant l'hydrate ferriPour l'analyser on le calcine pour

détermi- que dans un excès d'acide oxalique; il vaut ner le fer à l'état de protoxyde; pour l'eau on micux faire cette opération pendant la chauffe la substance dans un tube de verre nuit ou dans l'ombre. On obtient ainsi unc et l'on reçoit l'eau dans un tube à chlorure belle dissolution verte qu'on évapore ct calcique; pour l'acide oxalique on analyse qu'on laisse ensuite reposer. Elle finit par le sel par combustion avec l'oxyde de cui- donner des cristaux verts d'émeraude. Ce vre et l'on calcule la quantité d'acide oxa- sont des prismes obliques; ils sont trèslique d'après la quantité d'acide carboni- solubles dans l'eau. que obtenu.-Deux analyses m'ont donné Quand on exposc ces cristaux à la lules chiffres suivants :

mière solaire ils noircissent bientôt comme par

SA

[ocr errors]

.

.

le chlorure d'argent, et si alors on les traite composition que celui produit par l'acide par l'eau ils se dissolvent en faisant en- oxalique et le sulfate ferreux. Celui protendre un pétillement particulier et lais- duit par l'action de la lumière est cristalsent un dépôt jaune d'oxalate de proto- lisé, tandis que l'autre est amorphe. xyde. - L'expérience est très-frappante Ordinairement ce sont les sels de prolsi l'on expose aux rayons directs du soleil oxyde de fer qui se changent sous les inune capsule dont le fond est tapissé de ces fluences extérieures, en sels de peroxyde cristaux; la moitié de ceux-ci, protégée plus stables; ici, au contraire, le phéno

le rebord de la capsule qui les lient à mène inverse a lieu. l'ombre, reste intacte; l'autre moitié noircit rapidement. – La même décomposition a lieu avec la solution verte. En effet, RECIERCHES SUR LA MATIÈRE SUCRÉE CONquand on expose celle-ci à la lumière so- TENUE DANS LES FRUITS ACIDES; SON ORIGINE, laire, elle dépose peu à peu l'oxalate de à

NATURE ET SES TRANSFORMATIONS ; par protoxyde jaune en cristaux microscopi- M. H. BUIGNET, professeur agrégé à l'éques, et au bout d'une semaine ou deux cole supérieure de pharmacie de Paris. – la solution devient tout à fait incolore. Dans un travail précédent sur l'examen

Si l'on plonge une barre de ser dans la chimique de la fraise et l'analyse comparée solution celle-ci se réduit sans l'action de de ses diverses espèces, je me suis attaché la lumière.

à établir aussi exactement que possible le L'analyse de ces cristaux verts m'a dosage séparé de tous les principes constidonné :

tuants que l'analyse m'avait révélés dans Trouvé. Calculé. le fruit. Quoique je n'aie pu tirer de la Oxyde ferrique

20.00 20,25

comparaison de ces nombres aucune relaAride oxalique

45.00 45,58 Eau de combinaison. 24,00 22,76 tion importante au point de vue de la phyEau de cristallisation 11.00 11,41 siologie végétale, j'ai pu, du moins, con100,00 100,00 stater un résultat singulier en ce qui tou.

che la nature de la matière sucrée ellece qui conduit à la formule :

même : c'est que, dans certaines espèces Fe'05 SH0+ 10 Aq.

de fraises très-franchement acides, plus de ou bien,

la moitié de la matière sucrée se trouve Fe’OR (C’HO“)* + 10H0.

constituée par du sucre de canne.

Ce résultat que j'avais déduit de consiCes cristaux perdent leur cau (Aq) vers dérations purement théoriques, avait be120° C., et blanchissent.

soin d'être confirmé par des expériences Ce qu'il y a de curieux dans ces deux directes. Il fallait obtenir le sucre de canne sels, c'est que celui du protoxyde est jaune à l'état d'isolement; et comme, selon et celui du peroxyde vert, contrairement

toute apparence, la fraise n'était pas le seul à ce que l'on observe dans la généralité fruit qui présentât ce caractère, il fallait des sels de fer.

en généraliser l'observation dans le plus La réduction du sel de peroxyde en sel grand nombre de cas possibles. Tel a été de protoxyde sous l'influence des rayons l'objet de la première partie de ce travail

, solaires est aussi fort remarquable. C'est, dans laquelle je me suis occupé exclusivecomme toutes les actions de la lumière, un ment de la nature et de la séparation des phénomène de réduction. Je ne sais pas sucres. encore tout à fait ce qui se passe dans ce Mais l'existence du sucre de canne dans cas. Je pense cependant que la métamor- les fruits acides constituait une anomalie phose a seulement lieu au contact d'un chimique qui avait besoin d'être expliquée. excès d'acide oxalique, ainsi :

Il fallait étudier l'action des acides orgaFe'0' + C20%=2FeO C'0'+0.

niques sur le sucre, et voir dans quelles

limites elle pouvait rigoureusement s'exerLes rayons solaires font dégager beaucoup cer, lorsqu'elle était ramenée aux condid'air de l'appareil par leur action calorifi- tions normales de température et de conque. J'ai examiné approximativement le centration des sucs de fruits. Il fallait égagaz ainsi dégagé et j'ai trouvé que sa com- lement rechercher si la transformation du position était assez bien celle de l'air at- sucre de canne n'était pas déterminée par mosphérique, je n'ai pas noté un excès une influence autre que celle de l'acide : d'oxygène. J'espère revenir plus tard sur ce sont les divers points de cette imporce sujet.-L'analyse du sel jaune cristallisé tante question qui ont formé la seconde qui se dépose par l'action de la lumière partie de ce travail sous le titre de : Transsur le sel vert, m'a prouvé qu'il a la même formation de la matière sucrée.

+

Sucre Sucre de canne, interv.

15 29

[ocr errors]

91 93 96

100

Après avoir étudié la nature du sucre et trouvait constituée par du sucre de canne l'action qu'il subit de la part des matériaux totalement ou partiellement interverti. qui l'accompagnent dans le fruit, j'ai cher- Voici le tableau qui exprime la proporché, dans un troisième chapitre, à remon- tion relative des deux sucres, rapportéc à ter jusqu'à l'origine mème de ce sucre, en 100 parties de matière sucrée totale : comparant la composition des fruits verts à celle des fruits mûrs, et suivant avec soin

Ananas. la quantité progressive ou décroissante des

l'éches. divers principes aux diverses périodes de Abricots.

31 la maturité.

Irunes de mirabelle.

39 J'ai formé ainsi Irois parties importantes

Fraises (collina d'Elrhardt).

44 Oranges.

51 de l'histoire des sucres dans les fruits aci- Pomnes de reinelle grise.

62 des: je vais exposer ici le résumé succinct

d'Angleterre. 29 70 des résultats qu'elles m'ont fournis.

Citrons.

72 Framboiscs.

72 1. Nature des sucres. l'runes de reine-Claude.

78

Poires Madeleine). Les déterminations relatives à la nature

l'ommes de calvile. des sucres m'ont été données par trois pro

Poires de Saint-Germain.
Cerises,

100 eédés différents : 1° par la fermentation ;

Groseilles.

100 2° par l'action de la liqueur de Fehling em

Raisin.
Figues.

100 ployée avant et après l'inversion ; 3° par l'observation des proprictes optiques.

On était loin de soupçonner jusqu'ici Le premier procédé m'a fait connaitre que, dans les fruits acides, il pùt exister la proportion de sucre total fermentescible, une proportion aussi considérable de sucre sans distinction de genres ni d'espèces. de canne. On voit qu'elle s'élève à plus Par la pratique du second, j'ai obtenu la des deux tiers du sucre total dans l'abricot proportion relative des deux genres de su- et la pêche, à la moitié environ dans l'ocres réducteur et non réducteur, ou ce qui range, à plus du quart dans le citron et la est la même chose, sucre cristallisable et glu- framboise, et à plus d'un cinquième dans cose. Enfin, en observant le troisième dans la prune de reine-Claude. des conditions régulières et déterminées, Séparation du sucre de canne. j'ai pu arriver jusqu'à la distinction de ture et la proportion du sucre de canne se l'espèce elle-même et reconnaitre que les trouvant ainsi bien établies, il s'agissait deux genres signalés dans la précédente d'obtenir ce sucrc à l'état d'isolement. Cette détermination étaient le sucre de canne et séparation avait pour moi un intérêt spéle sucre interverti.

cial, en ce qu'elle devait fournir la preuve On comprend que l'observation des pro- matérielle des précédentes déterminations. priétés optiques ait une importance capi- Aussi ai-je mis en æuvre, pour l'obtenir, tale dans la question, puisque c'est le seul non-seulement les procédés qui ont été moyen qu'on ait aujourd'hui de caracté- successivement proposés pour des cas anariser les différentes espèces d'un même logues, mais d'autres encore que j'ai imagenre. Le genre glucose, par exemple, ginés pour le mème objet ci qui m'ont comprend un grand nombre d'espèces qui paru propres à me conduire plus sûrement ont toutes la même composition et les à mon but. memes propriétés au point de vue chimi- Celui auquel je me suis arrêté est le que, mais qui diffèrent essentiellement les suivant : unes des autres par l'action respective Après avoir exprimé le jus de fruit et qu'elles excrcent sur la lumière polarisée. l'avoir filtré, on le sature de chaux éteinte De même, on connait plusieurs espèces de et on filtre de nouveau. Le liquide est sucres eristallisables, ayant toutes la même porté à l'ébullition ct filtré bouillant dans composition C" "0", se comportant un entonnoir à bain-marie. On lave à pluloutes de la même manière à l'égard des sieurs reprises le coagulum resté sur le alcalis et de la liqueur de Fehling, mais filtre; on le délaye dans une petite quandifférant d'une manière très-notable par tité d'eau et on le soumet à l'action déleur action sur le rayon de la lumière po- composante d'un courant d'acide carbo

nique. Le bicarbonate de chaux, qui se J'ai donc dû attacher le plus grand soin forme dans cette opération, est détruit par à l'observation de ce caractère, et c'est ainsi l'ébullition, et, en filtrant une dernière que j'ai été conduit à reconnaitre de la fois, on obtient une solution qu'on évapore manière la plus positive que, dans les en consistance demi-sirupcuse, et qu'on fruits acides examinés, la matière sucrée sc décolore par le charbon.

La na

larisée.

Celte solution présente tous les carac- totale contenue dans le même fruit, ne pertères d'une solution de sucre de canne mettent d'expliquer l'état de la matière pur; et cependant on n'arrive à obtenir ce- sucrée et la quantité relative des deux suTui-ci sous sa forme cristallisée qu'à l'aide cres qui s'y trouvent contenus. d'un artifice particulier. On ajoute de l'al- Pour apprécier la véritable action des cool à 36° à la solution sirupeuse, tant que acides organiques comme cause d'inversion lc précipité qui se forme d'abord se redis- du sucre de canne, j'ai pensé qu'il fallait sout par l'agitation. Lorsque, par un léger instituer des expériences directes, et opéexcès d'alcool, le liquide a pris une teinte rer sur des mélanges, en proportions conlégèrement nébuleuse, on le place sous nues, d'acides, de sucre et d'eau. Cette une cloche avec de la chaux, et on l'aban- étude m'a conduit aux conséquences suidonne à lui-même. Par l'action de la chaux, vantes : l'alcool se concentre, et le sucre, devenant 1° L'action des acides vis-à-vis du tourde moins en moins soluble, se sépare sous nesol et de l'eau de baryte n'est nullement la forme cristallisée qui lui est propre. en rapport avec celle qu'ils exercent vis-à

C'est ainsi que je suis parvenu à extraire vis du sucre de canne. En prenant des le sucre cristallisable de la pêche, de l'abri- quantités équivalentes de divers acides et cot, de la prune de mirabelle, et de la les faisant agir sur une même quantité de plupart des fruits où son existence était sucre dans les mêmes conditions de conregardée comme incompatiblc avec l'acidi- centration et de température, on obtient té de ces fruits.

des proportions de sucre inverti qui diffè

rent selon la nature des acides employés. II. Transformation de la matière sucrée.

L'acide sulfurique intervertit plus énergiLe sucre qui se forme originairement qucment que l'acide tartrique, celui-ci dans le fruit étant, d'après les considéra- plus énergiquement que l'acide citrique; tions qui précèdent, le sucre de canne l'acide acétique n'intervertit que dans une C’’H"0", il est évident que ce sucre doit mesure très-faible et très-limitée. subir l'influence de tous les principes au 2. L'action exercée par un même acide milieu desquels il se trouve placé. Parmi est excessivement variable selon le degré ces principes, il en est deux qui ont la de dilution qu'il présente. Une partie d'apropriété de l'intervertir, c'est-à-dire de le cide sulfurique au centième intervertit changer en sucre incristallisable C ?H0": complétement à l'ébullition dix parties de ce sont la matière acide et le ferment. Il sucre de canne en poids, tandis qu'une importe de connaître l'influence comparée partie du même acide étendu de deux cent de ces deux agents.

cinquante parties d'eau n'intervertit guère Influence de l'acide. J'ai reconnu d'a- qu'une seule partie de sucre de canne bord qu'il n'existait aucune relation appa- dans les mêmes conditions. rente entre l'état d'acidité des fruits et la De même l'acide tartrique n'intervertit proportion relative de leurs deux sucres: que le tiers de son poids de sucre, quand le citron qui avait offert plus du quart de il est étendu de cent soixante-six parties sa matière sucrée à l'état de sucre de d'eau, tandis qu'il en intervertit une quan. canne, s'est montré à la fois le plus acide tité douze fois plus considérable quand il et le moins sucré de tous les fruits. Au se trouve concentré au soixante-sixième. contraire, dans la figue et le raisin qui En appliquant ces données au cas des ont présenté toute leur matière sucrée à sucs de fruits acides, et en ayant égard l'état de glucose, je n'ai trouvé qu'une tant à l'état de dilution de l'acide, qu'à sa très-faible proportion d'acide en présence proportion comparée à celle de la matière d'une quantité considérable de sucre total. sucrée totale, il est facile de reconnaitre De même en comparant l'abricot et la poire que cet acide n'a qu'une très-faible part de Saint-Germain, j'ai vu que, pour une

dans l'altération du sucre de canne et dans même quantité de sucre total, le premier son changement en sucre interverti. de ces fruits contenait une proportion d'a- J'ai pu m'en convaincre d'une manière cide dix-huit fois plus grande. Cependant, plus positive encore par des observations dans l'abricot, j'avais trouvé plus des deux directes pratiquées sur le jus de citron filtiers du sucrc à l'état de sucre de canne, tré, dans lequel j'ai dosé jour par jour les tandis que c'est à peine si la poire de proportions relatives de sucre de canne et Saint-Germain en avait fourni un vingt- de sucre interverti. J'ai reconnu que l'alcinquième.

tération ne marchait qu'avec une lenteur Ainsi, ni la proportion réelle d'acide extrême, et encore n'a-t-il pas été possible contenu dans un poids donné de fruit, ni de la rapporter à l'acide citrique agissant le rapport de cet acide à la matière sucrée comme acide libre, puisque en salurant

préalablement cet acide, j'ai obtenu, à ble eût une action beaucoup plus marquée très peu de chose près, la mème altération. que l'acide pour intervertir le sucre de

Influence du ferment.-L'action que pos- canne qui se trouve dans les jus de fruits. sèdent certains ferments d'intervertir le su- L'expérience suivante est venue prêter un cre de canne est incontestable. Les travaux nouvel appui à cette opinion : récents de M. Berthelot nous ont dévoilé Après avoir écrasé des graines de grol'existence, dans la levûre de bière, d'un seilles et les avoir épuisées par l'eau froide, ferment particulier qu'il a appelé ferment j'ai filtré la solution et je l'ai introduite en glucosique, et qui est caractérisé précisé. pelile quantité dans du jus d'abricot parment par la propriété de changer le sucre saitement limpide. Au bout de douze de canne en glucose. Ce ferment, qui est heures, une portion très-notable du sucre soluble dans l'eau froide, est complétement cristallisé se retrouvait à l'état de sucre distinct du ferment alcoolique qui y est in- interverti, bien que j'eusse observé que le soluble, et il n'est pas douteux qu'il ne se jus d’abricot seul n'éprouvait pas de chanretrouve également dans la pulpe des gement sensible dans les mêmes conditions. fruits acides, et d'une manière générale Il est à remarquer qu'ici l'action s'exercait qu'il ne constitue une sécrétion de toutes à la température ordinaire, tandis que l'acles matières azotécs jouant le rôle de fer- tion des acides, dans les expériences rapment.

portées plus haut, s'était accomplie à une Parmi les expériences que j'ai pu faire icmpérature élevée, toujours supérieure pour connaitre la part d'influence que l'a- à celle qui préside à la végétation des cide et le ferment exercent respectivement fruits. (La fin au prochain No.) sur la matière sucrée des fruits, je citerai (Journ. de pharm, et de chim., fév. 1861.) les deux suivantes qui m'ont frappé par la netteté de leurs résultats :

200 centimètres cubes de jus de pêche SUR LA DÉTERMINATION DE L'ACIDE PHOSparfaitement filtré ont été partagés en deux PHORIQUE DANS LES SUBSTANCES NATURELLES parties égales : à l'une de ces parties, j'ai COMPLEXES, ET PARTICULIÈREMENT DANS celajouté 400 centimètres cubes d'alcool rec- LES QUI CONTIENNENT DU FER, par M. G. lifié à 90"; à l'autre partie j'ai mêlé 400 CHANCEL. Lorsque j'ai fait connaître centimètres cubes d'un lait de carbonate le procédé de séparation et de dosage de de chaux assez riche pour saturer tout l'acide phosphorique sous forme de phosl'acide libre de la pêche.

phate de bismuth, j'ai eu soin d'insister Après une demi-heure de contact et sur la nécessité qu'il y avait d'éliminer d'agitation, j'ai filtré les deux mélanges. préalablement le chlore et l'acide sulfuri. Dans le premier, l'acide était libre d'agir, que. Il me reste encore à prémunir les mais le ferment était frappé d'impuissance; chimistes qui voudraient faire usage de ce dans le second, l'acide était complétement procédé, contre une cause d'erreur à lasaturé, mais le serment conservait sa pléni- quelle donnerait lieu le fer, si ce métal tude d'action.

était à l'état de sesquioxyde. Dans ce cas, Or voici l'état des deux solutions et Ics en eset, le phosphate de bismuth se préchangements qui s'y sont opérés :

cipite difficilement et entraîne toujours du Au moment de la filtration, toutes deux fer qui le colorc en rouge après la calcinaétaient parfaitement limpides ; toutes deux tion. Mais il suffit de réduire le fer au miaussi renfermaient la même proportion de nimum d'oxydation pour rendre au prosucrc de canne et de sucre interverti. cédé toute sa généralité, et pour permettre

Le lendemain, après vingt-quatre heu- de l'appliquer avec un succès complet à res d'exposition à une température de 30o, l'analyse des cendres, des terres arables,

à le mélange alcoolique présentait exacte- des coprolithes, des eaux minérales, des ment la même apparence : les deux sucres mincrais de fer, etc. Un moyen fort sims'y retrouvaient en méme quantité et en ple, qui m'a toujours réussi, consiste à mème proportion. Au contraire, le mélange effectuer celte réduction par l'hydrogène qui avait subi l'action du carbonate de sulfuré. chaux présentait une modification pro- Afin de mieux répondre aux divers rensonde : il était devenu trouble et filant seignements qui n'ont élé demandés, je comme du blanc d'euf; ct, ce qui est sur

crois devoir donner ici l'indication somtout- digne de reniarque, toute la matière maire de la marche analytique qu'il consucrée qu'il renfermait encore était à l'état vient de suivre pour déterminer l'acide de sucre interverti.

phosphorique dans les cas les plus compliUne différence aussi essentielle ne per- qués; voici la suite des opérations dont ineltait pas de douter que le ferment solu- elle se compose :

« PrécédentContinuer »