Images de page
PDF
ePub

haletant, n'a pas cessé de se mouvoir; et PRÉPARER LES TEINTURES ALCOOLIQUES ET LES si parfois sa démarche sc rapprochait de VINS MÉDICINAUX; par M. H. BUIGNET. celle qu'occasionne l'ivresse, il était bien Personne ne conteste aujourd'hui les avan. moins fatigué que son camarade : ni l'un tages que présente la méthode de déplaceni l'autre n'ont succombé. Après deux ment, lorsqu'il s'agit d'épuiser une subheures de repos, une nouvelle dose de stance médicamenteuse des matériaux sodeux grammes leur a été administrée : lubles qu'elle renferme, et de présenter elle a déterminé la mort chez tous les ces matériaux sous forme d'une liqueur deux; mais celui qui avait pris l'alcoola- aussi concentrée que possible. Ces avanture a précédé l'autre de cinq ou six mi. tages ont été si nettement et si parfaiteautes.

ment établis par MM. Boullay père ct Les 4 grammes d'alcoolature ou de tein- Polydore Boullay, dans les divers mémoiture ingérés par les deux derniers lapins res qu'ils ont publiés en 1835 et 1835 , sont bien loin de représenter les 20 centi- qu'il serait inutile d'y revenir aujourd'hui, grammes d'extrait qui avaient été donnés et de chercher même à les confirmer par dans les premières expériences, et cepen- de nouvelles expériences. dant la mort a été aussi promptc. N'est-il Mais il est un point du travail de ces pas permis d'en déduirc quc, pendant l'é- chimistes qui n'a été admis ni par le Codex vaporation, les extraits éprouvent des mo- de 1857, ni par les Pharmacopécs qui difications qui altèrent les principes actifs ont paru depuis cette époque, c'est celui des végétaux, et qu'il y aurait avantage à qui a pour objet l'application du nouveau se servir des alcoolatures, que l'on peut procédé à la préparation des teintures tout aussi facilement doser? Ce qui me le alcooliques et des vins médicinaux. serait penser, c'est que 20 centigrammes Comme, en pareil cas, le vébicule emd'extrait d'alcoolature de ciguë n'ont pas ployé doit faire partie intégrante du médéterminé la mort, tandis quc 4 grammes dicament, et que son poids doit présenter de ce même alcoolature de ciguë ont tué un rapport constant avec celui des princiun lapiu en dix à douze minutes.

pes solubles qu'il a entrainés, il est indisDe tout ce qui précède, je crois avoir pensable que la méthode employéc ne été amené à prendre les conclusions sui- renferme aucune cause de variation ou vantes :

d'incertitude, ct qu'elle soit assez précise 1° Les alcoolatures sont des prépara. pour donner toujours le même produit , tions qui réunissent les propriétés des dans les mêmes circonstances. Or, il n'a plantes à un plus haut degré que les tein- pas semblé que la méthode de déplacement lures;

fût en mesure d'offrir celte garantie de 20 Les alcoolatures préparées dirccle- son adoption. On a pensé que le mélange ment avec la plante conlusée et l'alcool, des couches liquides, signalé par M. Guilcontiennent une plus grande quantité de lermond, que l'état hygrométrique des matière extractive que ceux que l'on ob- poudres, que le degré variable de lcur tient par le mélange du suc de la plante et finesse ou de leur tassement devaient l'alcool, et que les teintures;

cxcrccr une influence nécessaire sur l'ac3. L'extrait obtenu des plantes fraiches, tion dissolvante du véhicule, et modifier bien que plus abondant, n'en est pas moins plus ou moins la nature des résultats plus actif que celui que l'on recucille du obtenus. suc de la plante ou de la plante sèche; J'ai eu occasion , dans ces dernières an

4° Je crois qu'il serait convenable d'a- nées, de faire un grand nombre d'expédopter pour formule unique des alcoola- riences sur la valeur comparée des deux tures le modus faciendi qui consiste à faire méthodes appliquécs simultanément à la macérer la plante fraîche contısée dans un préparation des teintures. J'ai reconnu poids égal d'alcool à 86o centésimaux; d'abord que le procédé du déplacement, que celte formule aurait l'avantage d'of- pourvu qu'on eût égard à certaines préfrir aux médecins, toujours et partout, des cautions qui sont, en réalité, très-simples médicaments identiques d'une valeur ct très-faciles à observer, donnait des proréelle

, supéricurs aux alcoolatures prépa- duits tout aussi constants que celui de la récs par le suc des plantes, et, à plus forte macération ordinaire : puis, ayant déterraison, aux teintures.

miné comparativement la nature et la \L'Union médicale de la Gironde, No 7.) proportion des matériaux entrainés dans

les deux circonstances, j'ai pu me con

vaincre que, sous ce double rapport, les OBSERVATIONS ET EXPÉRIENCES sur Icintures préparées par lixiviation oisraient MÉTHODE DE DÉPLACEMENT, COMME MOYEN DE des avantages marqués et incontestables.

[ocr errors]

LA

1

Je vais exposer ici le résultat de mes ex- 'ral que l'on peut exprimer en disant : que périences :

lorsqu'ou traitc une substance médicamen. Lorsqu'on prend 100 grammes de quin- 'teuse par quatre parties d'alcool, la quanquina jaune pulvérisé, et qu'on les traite tité dc principes solubles qu'on peut en par 400 grammes d'alcool à 860, en sui- extraire par lixiviation est infiniment plus vant très-exactement le procédé du Codex, considérable que celle qu'on cn retire par on oblient, après quinze jours de macca la macération ordinaire. Il est vrai que, ration, une teinture qui réunit assez dans ce dernier cas, la proportion de quacxactement les principes actifs et solubles tre partics d'alcool n'est pas toujours sufde l'écorce, mais qui ne représente guère fisante pour opérer l'épuisement; mais, en poids que les trois quarts de l'alcool en employant celle de cinq partics que cmployé. La partie qui reste engagée dans M. Personne a reconnue comme la plus la poudre de quinquina , peut être consi- favorablc, on arrive encore au même rédérée comme ayant la même composition sultat. Voici les nombres que fournit le quc celle qui a été recueillie à l'état de quinquina rouge pour lequel les avantages teinture ; ct, comme celle-ci fournit à l'én de cette nouvelle proportion ont été partivaporation un résidu scc dont le poids est culièrement démontrés : : de 15 gr.,50, on est fondé à admettre que

Par macération, en lenant comple le résidu laissé par l'évaporation de la

de la quantité de liquide resice première serait de 4 gr.,80. Si donc on

dans le marc

28 gr.,80p.IN avait un moyen mécanique assez parfait

- Par lixiviation

32. pour cxtraire du quinquina tout le liquide

210 qui a servi à l'épuiser, la quantité totale in Il y a donc décidément quelque chose des matériaux solubles entrainés par ma

o que le procédé de la lixiviation permet

1 d'extraire des substances médicamenteucération, s'élèverait à 18 pour 100... Si, maintenant, on dispose dans une

23 ses, et qui ne se retrouve pas, au même allonge à déplacement 100 grammes du degré du moins, dans les teintures prépamême quinquina au même état de divi- -- rées selon la formule du codex. sion, et si on de traile de même par l'alcoolQuand on observe avec attention ce qui à 86°, jusqu'à obtenir 300 grammes 'de

se passe dans la teinture de quiaquina préteinture, ou reconnait que ces 500 gram

paróc par déplacement, on voit que les di. mes de teinture laissent à l'évaporation un

- 2 verses couches qui se succèdent se trourésidu scc dontle poids est égal à 20 gr.,58.

oblent réciproquement à mesure qu'elles

li viennent à se mêler dans la cara fe qui En déplaçant par de nouvel alcool la quantité de liquide destinée à compléter leur sert de récipient; de telle sorte que, 400 grammes de teinture, on trouve, en quand, la teinture est complète, elle prél'évaporant, qu'elle contient 4 gr.,98 d'ex-sente un abondant dépôt de matière janne trait sec, ce qui porte à 22 gr.,56 pour

rougcâtre que l'on peut séparer par le fil100, le poids des matériaux solubles en

tre, et dont le poids s'élève aux deux centrainés dans cette circonstance.

tiệmos cnviron de celui de l'écorce. Le Unc pareille différence m'a paru assez

mêinc phénomène peut s'observer avec la importante pour motiver des essais ana.

même évidence dans la plupart des autres

teintures obtenues par déplacement; et le logucs sur d'autres teintures. Voici les résultats obtenus pour quelques-unes des dépôt qui se forme alors instantanément plus usitées', 'cn prenant toujours 100

ct en quantité considérable est cxactement grammes de substance, et déterminant le

de même nature que celui qui se produit poids des matériaux ' entrainés par 400

lentement ct en très-petite quantité dans grammes d'alcool;

les leintures préparées par macération. M. Leroy, de Bruxelles, qui a fait une

étude particulière du dépot formé dans la pår macération. par lixiviation. Quinquina gris.

· 18,40

22,96

teinlure d'ipecacuanha, l'avail considére Gentiane

24,80 29,20 comme un produit d'altération ou plutól Valériane. 15,20 17,44

comme unc 'espèce de dédoublement qu'é. Rhubarbe.

47,00 55,60
Digitale..
50,64 38,80

prouverait à la longue, soit l'émélinc, soit
Colchique (bulbes). • 23,60 27,60 l'acide ipecacuanlique. Mais la rapidile
Colchique (semences). 4,88 5,60 avec laquelle il se forme dans la teinture
Noix vomique.

9,20
Séné
20,09 23,36

préparée par'! lixiviation, ne permet pas
Cantharides.
13,04 15,20

d'admettre une semblable hypothèse.

On doit comprendre, ainsi que l'o fort Ainsi, le résultat observé à l'égard du bien dit M. Boullay cn rendant coniple du quinquina jaune est un résultat très-géné- travail de M. Leroy, que dans l'ipěca

9

Résidu see

Résidu sec

Nom
des teintores.

12 »

Noms des teintures.

Lixiviation. Macération.

cnanha, comme dans le quinquina et la dans la véritable acceplion du mot : c'est plupart des autres substances, il existe une combinaison particulière dans laquelle certains principes que l'eau et l'alcool sont l'alcaloïde ou principe actif des matières incapables de dissoudre par eux-mêmes, médicamenteuses entre toujours en promais qu'ils dissolvent très-bien à la faveur portion plus ou moins notable. Sa présence de l'extractif, et à proportion qu'ils en n'est donc pas indifférente à l'action médisont plus chargés. Par cette raison, les dicale des teintures ; et, comme elle abonde premières portions de liqueurs qui pas- surtout dans celles qui sont préparées par sent dans le procédé de la lixiviation doi- déplacement, on comprend qu'elle doit vent en renfermer des quantités compara- leur donner une incontestable supériorité. tivement très-grandes; et quand ensuite C'est un point, d'ailleurs, que l'on peut elles viennent à s'affaiblir par leur mé. vérifier par expérience directe : que l'on lange avec les couches subsequentes, elles prenne une même quantité de deux teinn'ont plus la même puissance pour con- tures de quinquina préparécs l'une par server et maintenir dissous ces principes macération, l'autre par lixiviation, et qu'aparticuliers qui, dès lors, abandonnent le près les avoir évaporées toutes deux à véhicule et se précipitent sous forme pul- moitié de leur volume, on les traite par vérulente. Il ne faut pas croire, toutefois, une même quantité de solution aqueuse qu'ils se déposent ainsi en totalité du sein de tannin, il s'y formera de part et d'autre de la teinture. Quelque intervalle de un précipité abondant. Mais celui qui se temps qui se soit écoulé depuis que celle- sera formé dans la teinture par lixiviation, ci est préparée, elle en renferme loujours aura toujours un poids plus considérable. unequantité plus considérable que celle qui Voici les résultats obtenus pour 100 convient à la saturation proprement ditc, grammes des teintures qui suivent, et en sorte que ce n'est quc lentement et 4 grammes de tannin en dissolution : progressivement qu'elle abandonne l'excès de ce qu'elle peut retenir, et qu'il en ré- Quinquina jaune.

3,68 3,12 sulte alors une sorte d'instabilité perma- Quinquina gris.

2,18 1,50 Dente dans l'équilibre de ses principes

Ipecacuanha

3,30 2,93 Colchique (bulbes).

0,90 0,66 constituants.

Colchique (semences) 0,31 0,30 Quoi qu'il en soit, la quantité de ma- Noix vomique :

1,90 1,50 tière insoluble qui se dépose, étant tou

Quinq. jaune (3 part. alc.). 4,20 3,12

Quinq. rouge (5 part. alc.). 2,42 2,12 jours très-faible en comparaison de celle qui se trouve retenue en dissolution, il En rapprochant ces résultats de ceux importe de savoir quelle est la nature que nous avons déjà rapportés, il est imchimique de cette substance, et quelle in- possible de méconnaitre les avantages atAuence elle peut exercer sur l'action thé- tachés à la méthode de déplacement. Ces rapeutique du médicament.

avantages peuvent se résumer en deux J'ai recueilli avec le plus grand soin les points principaux, savoir : dépôts formés dans les teintures de quin- Lo Que le produit obtenu est toujours quina, d'ipecacuanha et de digitale, et, plus abondant, puisque le procédé permet après les avoir parfaitement lavés, j'ai de recueillir très-exactement quatre parrecherché dans chacun d'eux la présence ties de teinture pour une de substance; du principe alcaloïdique auquel est due 2. Qu'il renferme, malgré cette circonl'action spéciale de ces trois substances. stance, plus de matériaux actifs et solubles Le procédé que j'ai suivi cst simple : j'ai sous le même poids, puisqu'il laisse un réattaqué la matière par un mélange d'alcool sidu plus abondant par évaporation, et et d'acide acétique à la température de qu'il donne plus de précipité par la solu. l'ébullition; j'ai précipité la dissolution tion aqueuse du tannin. obtenue par le sous-acétate de plomb li- Il s'agit maintenant de rechercher si les quide; puis, après avoir précipité l'excès inconvénients qu'on a signalés comme inde plomb par l'alcool sullurique, j'ai re- hérents à cette méthode sont, en effet, de cherché dans le liquide filtré la présence nature à balancer ces précieux avantages, de l'alcaloïde. Or, dans chacun des trois Le principal reproche qu'on lui ail cas, il m'a été possible d'en constater les adressé est, ainsi que nous l'avons dit, de caractères : la quinine s'est retrouvée dans fournir des produits variables, non que le dépôt du quinquina ; l'émétine dans ce- les différences aient été positivement conlui de l'ipecacuanha; la digitaline dans statées par expérience, mais parce qu'elles celui de la digitale.

ont été regardées comme une conséquence Ainsi, la substance qui se dépose dans forcée de la méthode elle-même et des les teintures n'est pas une substance inerte causes de variations qu'elle renfermc.

[ocr errors]
[ocr errors]

Au premier rang de ces causes, on a quantité d'un onguent mercuriel parfaiteplacé le mélange des couches liquides. On ment préparé, dans lequel il mesut imposa reconnu que le déplacement ne s'opérait sible d'apercevoir , même à l'aide d'une pas avec une régularité absolue, et que loupe achromatique double, le plus petit l'eau, par exemple, qui sert habituelle globule métallique. ment à déplacer l'alcool, se mêlait toujours Il me vint naturellement à l'esprit quc plus ou moins à ce liquide, et troublait ce phénomène ne pouvait être produit que ainsi la netteté du résultat obtenu.

par la présence de l'ozone , au milieu duMais il suffit de consulter le mémoire quel le mercure se trouvait. En effet, le de MM. Boullay pour reconnaître que ce

suif s'étant ozonisé dans l'atmosphère de n'est pas là une cause de variation absolue ce gaz , absorba le mercure par une action et indispensable. Rien n'est plus facile que toute mécanique, c'est-à-dire par le frottede faire disparaitre l'incertitude qu'elle ment du sphéroïde adipeux sur le métal. présente en supprimant le déplacement Pour ne pas prolonger inutilement ces par l'eau et lui substituant celui qu'on lignes, laissant de côté mes nombreux ta. peut obtenir à l'aide d'un alcool semblable tonnements à ce sujet , j'en viens de suite à celui de la teinture. Il est rare que les à une formule, dont le résultat est aussi poudres organiques retiennent par affinité certain que facile à exécuter. capillaire un volume de liquide plus con- On met dans une capsule de porcelaine sidérable que leur volume propre. C'est spacieuse, 500 grammes d'axonge percée donc une partie ou une partie et demie de trous, afin d'en multiplier les surfaces, d'alcool qu'il faudrait verser sur le marc et l'on place 18 grammes de phosphore pour déplacer la teinture qu'il retient, et dans un vase suspendu à un fil au-dessus il est à remarquer que cet alcool ne serait de l'axongo : le tout cst recouvert d'une pas perdu pour l'opération, puisqu'il cloche de verre, et, après 15 jours de pourrait être déplacé à son tour par l'eau contact , l'ozonisation est terminée. Celle

à et utilisé ensuite selon le besoin, En tout graisse ainsi préparée est introduite dans cas, comme il ne ferait pas partie de la un flacon à large ouverture, puis liquéfiée · teinture, l'inconvénient relatif au mélange au bain de sable, à une température de 90 des deux liquides se trouverait par là degrés centigrades. On chauffe alors légècomplétement écarté.

rement 125 grammes de mercure, et on (La fin au prochain No.) les versc brusquement dans l'axonge; on (Journal de pharm, et de chimie.) agite alors énergiquement pendant quel

ques minutes, et l'opération se termine

en plongeant brusquement le flacon dans Nouvelle PRÉPARATION DE L'ONGUENT MER. un vase d'eau froide. Ce procédé, nous CURIEL , par M. COLDEFIER, ingénieur- n'en doutons pas , sera favorablement acchimiste à Genève. - Depuis quelques cueilli par nos pharmaciens. années, les journaux de pharmacie don

(Écho médical de Neuchâtel, No 7.) nent à chaque instant, pour la préparation de cet onguent, de nouvelles formules van

LIMONADE SÈCHE AU CITRATE DE MAGNÉSIE. tées, puis abandonnées à leur tour; aussi n'accucille-t-on ces articles qu'avec une

Magnésie calcinéc.

10 gramm. grande circonspection.

Acide citrique.

Sucre. Le procédé que je vais indiquer est une Bicarbonate de soude. découverte uniquement due au hasard.

Acide citrique. Dans une de mes recherches sur l'ozone,

Teinture de zestes de citr.. en approchant, une chandelle à la main

Triturer le sucre avec la teinture de de mon appareil pour en mieux saisir la zestes de citron , laisser un peu évaporer marche, quelques gouttes de suis tombè

l'alcool, ajouter la magnésie calcinée, puis rent dans une capsule contenant du mer

les autres substances, et renfermer le tout cure, chauffée par le courant d'une pile de

dans un bocal bien'sec. Cette limonade sè. Volta. Jc maudissais ma maladresse. Mais, che est parfaitement soluble , très-peu alquel fut mon étonnement, lorsque je vis térable, et se conserve indéfiniment. mon globulę de suif prendre un mouve

(Journ. des Connaissances médo-chirurg.) ment gyratoire, se colorant en gris; la vitesse augmentait avec la coloration : j'inlerceptai le courant, et le globule s'arrê

Toxicologie. ta ; je l'enlevai délicatement avec une petite cuiller à analyses, et m'assurai, après RECHERCEB DE LA STRYCANINE DANS LES le refroidissement, que j'avais une petite CAS D'EMPOISONNEMENT ; par MM. ROD

[ocr errors]

36
50

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

GERS et GIRDWOOD.

Dans un tra- l'alcaloïdc dans cette solution, et pourtant vail récent sur la strychnine et sur la sen- ils ont reconnu qu'elle avait pour effet sibilité comparée de ses divers réactifs, certain de masquer les signes caractéristiM. de Vrij a cru pouvoir établir que cet ques de sa présence. Il faut donc s'en dé alcaloide se décompose dans l'économie en barrasser à tout prix , et le moyen qu'ils produisant son effet toxique, et qu'il est indiquent est de traiter par l'acide sulfuimpossible d'en constater la présence rique concentré, à la température de 100°, quand la dose ingérée n'excède pas la dose le résidu de l'évaporation de la liqueur mortelle.

éthérée. L'acide sulfuriquc carbonise, Une pareille assertion devait nécessaire- comme on sait, toutes les substances orment exciter la sérieuse attention des chi- ganiques, tandis qu'il respecte la strychmistes. MM. Rodgers et Girdwood ont ninc avec laquelle il forme un composé trouvé qu'elle présentait un tel désaccord stable et indestructible dans les conditions avec leurs idées propres, qu'ils ont cher- où on opère. On reprend la masse par ché à en vérifier l'exactitude par de nou- l'eau; on sépare par le filtre tout le charvelles expériences.

bon qui s'y trouve mêlé, puis on ajoute à La méthode de Stas employée par M. la solution filtrée de l'ammoniaque et du de Vrij a été le premier et le principal chloroforme. On recueille avec soin la soobjet de leur examen ; et ils ont reconnu lution chloroformique; on l'évapore de que si cette méthode offrait, en effet, de nouveau, et on traite encore le résidu par grands avantages, elle renfermait du de l'acide sulfurique concentré, à la temmoins deux inconvénients très-graves, et pérature de 100°. On continue cette action suffisants, selon eux, pour expliquer les destruclive de l'acide sulfurique jusqu'à résultats négatifs obtenus par ce chimiste. ce qu'elle nc colore plus sensiblemeni le

Le premier de ces inconvénients est résidu de l'évaporation. Alors seulement relatif au liquide à l'aide duquel on atta- on est assuré que la matière organique est que la matière suspecte, liquide qui se complétement détruite, et les réactions de compose, comme on sait, d'alcool mėlé la strychnine apparaissent alors très-claid'acide oxalique ou tartrique. Ils trouvent res et très-distinctes, surtout en employant que, dans le choix de ce dissolvant, la le réactif si sensible indiqué dans ces derméthode s'est préoccupéc trop exclusive- niers temps par M. Heinsch. ment de l'action sur la strychnine, et pas Telles sont, à part quelques faits de dé

à assez de celle qu'il peut exercer sur la ma- tails, les principales modifications que tière organique. Il est évident que, loin MM. Rodgers et Girdwood proposent d'apde détruire cette matière, ou tout au porter à la méthode de Stas. Voici maintemoins de la désagréger, l'alcool la con- nant les résultats qu'ils ont obtenus à tracte au contraire, et resserre les maillcs l'aide de celte méthode : de son réseau, de manière que la strych- Ils ont administré la strychnine à un nine s'y trouve comme emprisonnée, et lapin, en ayant soin de ne lui en fairc qu'elle ne peut plus être atteinte par le prendre que 1230° de grain à la fois, et en véhicule, si toutefois le contact de celui-ci mettant entre chaque dose un intervalle de n'est pas suffisamment prolongé. Ils pro- temps assez long pour qu'on pût suivre et posent, pour y remédier, de remplacer le reconnaitre facilement les symptômes prémélange en question par une dissolution curseurs de l'empoisonnement. Au bout pure et simple d'acide chlorhydrique dans de deux heures, l'animal n'avait encore l'eau. La proportion de 1 partie d'acidc pris quc 4130e dc grain, il commença

à pour 10 d'eau leur a paru la plus conve- éprouver des contractions violentes et nable, et ils insistent sur la nécessité de saccadées accompagnées d'opisthotonos. faire digérer la matière dans cette solu- On attendit une heure encore, au bout de tion jusqu'à ce qu'elle soit complétement laquelle on lui donna une cinquième dose; Quidifiée. Alors seulement la matière or- mais bientôt après les symptômes s'aggraganique est suflisamment désagrégéc pour vèrent, et l'animal mourut. que la strychnine ne soit emprisonnée La totalité de la strychnine ingérée nc hulle part, et pour qu'elle reçoive parlout s'élevait donc qu'à 5750° de grain, c'est-àl'action immédiate du dissolvant.

dire à huit milligrammes environ, et il L'autre inconvenient que les chimistes est à remarquer que cette quantité n'exanglais ont trouvé à la méthode de Stas cédait pas de beaucoup celle qui eût été est celui qui se rapporte au traitement de rigoureusement nécessaire pour donner la la strychnine dans la solution éthéréc. La mort, puisque les quatre premières doses mélhode ne tient aucun compte de la ma- avaient été insuffisantes pour la produire, lière organique qui accompagne loujours au moins immédiatement.

« PrécédentContinuer »