Le livre de l'ouvrier: ses devoirs envers la société, la famille et lui-même

Voorkant
P. Mellier, 1844 - 407 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 273 - On ferait tous les ans le compte du bénéfice net, dont il serait fait trois parts : l'une serait répartie par portions égales entre les membres de l'association; l'autre serait destinée : 1°...
Pagina 172 - Tout bien considéré, le métier que j'aimerais le mieux qui fût du goût de mon élève est celui de menuisier. Il est propre, il est utile, il peut s'exercer dans la maison...
Pagina xiii - ... lucrative; il entasse produits sur produits, richesses sur richesses; il en jouit lui-même dans l'aisance ou dans les délices de. sa vie; vous lui en assurez la possession à tout jamais, et après lui à ceux que le sang désigne ou que le testament écrit. Un autre homme dépense sa vie entière, consume ses forces morales, énerve ses forces physiques, dans l'oubli de soi-même et de sa famille, pour enrichir après lui l'humanité ou d'un chef-d'œuvre de l'esprit humain, ou d'une de ces...
Pagina 4 - Benoît dans l'institut monastique ; il y introduisit surtout le travail manuel , l'agriculture. Les moines bénédictins ont été les défricheurs de l'Europe; ils l'ont défrichée en grand, en associant l'agriculture à la prédication. Une colonie, un essaim de moines, peu nombreux d'abord, se transportaient dans des lieux incultes, ou à peu près, souvent au milieu d'une population encore païenne, en Germanie , par exemple, en Bretagne; et là, missionnaires et laboureurs à la fois, ils...
Pagina 273 - Le gouvernement étant considéré comme le fondateur unique des ateliers sociaux, ce serait lui qui rédigerait les statuts. Cette rédaction, délibérée et votée par la représentation nationale, aurait forme et puissance de loi. Seraient appelés à travailler dans les ateliers sociaux, jusqu'à concurrence du capital primitivement rassemblé pour l'achat des instruments de travail, tous les ouvriers qui offriraient des garanties de moralité.
Pagina 296 - ... réalisent au plus haut degré les conditions d'un bon système de secours. Formé par les économies de ceux mêmes qui doivent , en cas de besoin, y prendre part, le fonds de la société est une épargne commune, où l'associé peut puiser sans rougir parce qu'il ne perd rien de sa dignité.
Pagina 217 - ... qu'elle trouve toujours la même force contre la misère? N'y at-il pas une foule de circonstances qui menacent de la laisser sans ouvrage ? et alors , en proie à tous les besoins , jetée dans les ateliers , loin de sa mère , sans guide, sans religion, tentée par le luxe, prix du déshonneur , que déploient ses compagnes , comment ne succomberait-elle pas aux séductions qui la pressent? Eh bien! ces chutes dangereuses', presque inévitables, il ya des industries manufacturières qui...
Pagina xiii - ... jusqu'aux résultats de ce travail? Jusqu'à sa nature? ils auraient vu que c'est le travail qui agit sans capitaux , qui en crée sans en dépenser, qui produit sans autre assistance que celle du génie et de la volonté.
Pagina 155 - Celui qui ne possède ni maison ni patrimoine s'en va sur les chemins chercher une patrie, sous l'égide d'une famille adoptive qui ne l'abandonne ni durant la vie ni après la mort. Celui même qui aspire à une position honorable et sûre dans son pays veut, tout au moins, dépenser la vigueur de ses belles années, et connaître les enivrements de la vie active.
Pagina 64 - La vertu que choisit la mère de famille. C'est d'être la première à manier l'aiguille. La plus industrieuse à filer la toison, A préparer l'habit propre à chaque saison, Afin qu'en revenant au foyer domestique. Le guerrier puisse mettre une blanche tunique Et rende grâce aux dieux de trouver sur le seuil Une femme soigneuse et qui lui fasse accueil.

Bibliografische gegevens