Traité de l'art de la charpenterie, Volume 1

Voorkant
Carilian-Goeury et Dalmont, 1841 - 730 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 226 - Les arbres du genre peuplier sont en général faciles à reconnaître. Ils sont très-élevés et en pyramide ; leur feuillage diffère tellement des autres arbres qui affectent à peu près la même forme, qu'on ne peut s'y méprendre. Les feuilles du peuplier sont luisantes et d'un beau vert en dessus ; elles sont ordinairement blanches et plus ou moins cotonneuses en dessous ; elles sont rondes ou triangulaires, et portées par de longs pétioles qui leur donnent une extrême mobilité; elles...
Pagina 257 - Entures horizontales. • Enter deux pièces de bois , c'est les joindre dans la direction de leurs longueurs, au moyen d'entailles nommées entures. Pour enter deux pièces de bois il faut qu'elles soient exactement enlignées, c'est-à-dire qu'elles aient la même forme, en sorte qu'étant assemblées bout à bout l'une ne paraisse que la continuation de l'autre. Le tracé des entures dépend de la position des entes ou pièces entées qui peuvent être horizontales ou verticales.
Pagina 145 - ... bois; chaque trou est ensuite bouché par une cheville fortement chassée à coups de maillet. On a eu soin préalablement d'enlever le long de chaque cheville un petit segment, pour laisser un vide qu'on remplit de poudre. Une traînée convenablement compassée fait arriver le feu partout en même temps. Un bout d'amadou qui brûle lentement laisse le temps de s'éloigner. L'explosion simultanée de toutes les charges fend l'arbre exactement en deux parties, qu'on peut refendre encore par le...
Pagina 235 - La tige du sorbier est droite; son écorce est grise ou brunâtre, sa tète est pyramidale et régulière. Ses feuilles sont composées de quinze folioles oblongues, dentelées, vertes en dessus, velues et blanchâtres en dessous; ses fleurs sont blanches, elles forment de jolies couronnes aux extrémités des rameaux ; les fruits connus sous le nom de sorbes et cormes sont de petites poires d'un rouge jaunâtre.
Pagina 279 - ... en deux parties égales. On ne donne point de courbure aux joues de la mortaise G non plus qu'à celles du tenon, qui doit y entrer, parce qu'elle serait plus nuisible qu'utile si elle n'était pas taillée avec la même précision qu'on peut apporter pour l'exécution des surfaces planes. A l'égard des entures, les joints doivent être tracés symétriquement et en accord avec les courbures des pièces, comme ils le sont à l'égard des surfaces planes des pièces droites; les parties des joints...
Pagina 233 - Le bois du saule est d'un blanc rougeàtre ou jaunâtre pâle; il est uni, homogène et léger; il se travaille bien au rabot et sur le tour. Celui qui a acquis une grosseur suffisante peut être employé, s'il est sain, pour des solives dans des constructions peu importantes. On en fait des planches et divers objets légers. Celui qui a été cultivé en têtard n'est bon qu'à brûler, parce que son bois est rabougri et qu'il est souvent creux.
Pagina 145 - Pour diriger la fente et éviter des éclats lorsque les arbres sont très-gros , on ouvre la fente de deux côtés à la fois , et par des points diamétralement...
Pagina 251 - E fait un antre angle avec la même pièce. On peut faire aussi des assemblages à tenons et mortaises triples et même plus nombreux ; cependant la multiplicité des tenons et des mortaises affaiblit l'assemblage. En général, les épaisseurs des tenons, les largeurs des mortaises et de leurs joues sont égales, et pour les obtenir on divise...
Pagina 199 - ... d'autre avantage que d'empêcher le contact immédiat de la terre humide avec le bois non charbonné, et qu'elle a l'inconvénient de détruire une épaisseur de bon bois qui exigerait beaucoup de temps pour être pourrie dans la terre. Au lieu de carboniser les bois qu'on veut enterrer, il vaut mieux les laisser intacts et les environner de matériaux non conducteurs de l'humidité, tels que du sable et des cailloux siliceux, des scories de forge et de verrerie, qui laissent écouler rapidement...
Pagina 279 - ... et au tenon ; on le fait ordinairement perpendiculaire à la surface qui reçoit l'assemblage. La partie rampante, cd, du tenon, doit toujours être taillée suivant le fil du bois, sans égard à la courbure de la pièce assemblée au point c. Du reste, les largeurs, épaisseurs, longueurs et profondeurs des tenons et mortaises conservent, avec les dimensions des pièces, les mêmes proportions. Si l'assemblage d'une pièce droite ou courbe a lieu sur une des surfaces planes d'une pièce courbe...

Bibliografische gegevens