Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

» très-magnifiques, savoir : une à la tête, une aux » pieds et quatre à chacun des côtés, dans lesquelles » sont placées autant de figures d'argent d'environ » quatorze pouces de haut.

» Derrière chaque colonne il y a une plaque de » bronze doré et dentelé aux côtés. Le fond de cha» que niche est couvert d'argent ainsi que tout ce » qui sert de fond à tout le reste du tombeau.

» La plate-bande [de l'archivolte de chaque niche] » est couverte de bronze doré, gravé et émaillé. La » doucine esl garnie d'une plaque d'argent poussée » en feuillages. Le liteau est de bronze doré sur le» quel sont gravées les inscriptions convenables à » chaque figure.

» Au bas du liteau dans la capacité de son demi» rond, trois portions du [demi] cercle forment un » trèfle. L'espace depuis le liteau jusqu'au trèfle est » couvert de plaques d'argent doré poussées en gros » feuillages; le trèfle est terminé par un chapelet de » bronze doré d'où résulte un ornement agréable.

» L'entablement est soutenu aux quatre coins par » huit pilastres d'argent [deux à chaque coin] dorés » en quelques endroits et ciselés en feuillage dont » les deux côtés de chacun sont terminés par un » chapelet de bronze doré. A chaque coin du tom

la mort de notre comte (voir, par exemple, les n°s 542-549 de notre Catalogue). Suivant la manière de compter usitée en France, c'était le samedi saint, 24 mars 1201, qu'avait fini le douzième siècle depuis Jésus-Christ; le treizième avait commencé le lendemain : il était donc exact de dire que Thibaut, décédé le 24 mai 1201, avait terminé sa vie au début du siècle nouveau.

» beau, entre les deux pilastres, il y a une baguette

» de même métal dorée.

» Les niches sont soutenues par les trente-quatre » colonnes aux côtés desquelles, entre les vides que » laisse le dehors de chaque [demi] cercle jusqu'à » l'entablement, il y a la figure d'un ange à demi » corps tout d'argent doré en quelques endroits; » ces anges sont au nombre de quatorze, dont six » ont les ailes étendues et huit dont il ne" paraît » qu'une des ailes, parce que ces anges sont placés » dans les encoignures du tombeau.

» Dans la niche qui regarde l'autel (a) est la figure » de Louis le jeune, septième du nom, roi de France, » aïeul de Thibaut III par Marie de France, fille de » ce roi, épouse du comte Henri, premier de ce nom. » Cette figure tient en main un sceptre avec une cou» ronne sur la tête, garnie de pierreries; au-dessus de » la niche sont gravés ces mots, relevés en émail:

Rex ego Francorum, gravis hostibus, hostis eorum.

» Dans la niche qui suit, du côté de l'épître, est la » figure de Henri II, deuxième du nom, comte de » Champagne, qui depuis fut roi de Jérusalem; il » tient un sceptre et a sur la tête une couronne gar» nie de pierreries; au-dessus sont gravés ces mots:

Urbe tua, Christe, rex electus fuit iste
Nobilis Henricus. divine legis amicus.

» Dans la niche suivante, tirant vers l'aigle [du

(o) Ce tombeau était placé dans le chœur, du côté de l'évangile, perpendiculairement à l'autel. Celui du comte Henri se trouvait dans le même sens, sur le même axe, mais du côté de la nef, tandis que celui de Thibaut III était plus rapproché de l'autel.

a lutrin], est la figure de Marie de France, épouse

» du comte Henri I, au-dessus de laquelle on lit ces

» mots:

Maria comitissa.
Mater ego comitis, Christum rogo, sit tibi milis.

a Dans la niche suivante est la statue du comte » Henri I, qui tient en main la figure de cette église » par lui fondée. Au-dessus de la tête sont gravés » ces mots:

Hic est Henricus, Theobalde, tui genitivus.
Qui fuit ecclesie presentis compositivus.

» Dans la niche suivante, proche le tombeau du » comte Henri, est la statue de Scholastique, sœur » de Thibaut III. Ces mots sont gravés au-dessus de » sa niche:

Scholastica.
Hec, Theobalde, tua soror est comitissa Vienne (a).

» Dans la niche qui regarde le tombeau du comte » Henri est la statue de Henri, roi d'Angleterre (6). » Cette statue tient à la main une couronne garnie » de pierreries. Au-dessus de sa tête sont gravés ces » mots:

Anglica régna rego rex rêverendus ego.

» Dans la niche du côté de l'évangile, proche du » tombeau du comte Henri, est la statue de Marie,

(a) Scholastique avait épousé Guillaume V, comte de Vienne.

(b) Henri II mort en 1189. Suivant Carauzat (Promptuarium, f° 333, v°), cette statue aurait représenté Richard Gœur-de-Lion, beau-frère de Blanche de Navarre. Cette opinion nous paraît plus vraisemblable que celle du chanoine Hugot.

» sœur du comte Thibaut, épouse de Baudouin, » comte de Flandre et empereur de Gonstantinople. » Au-dessus de sa tête sont gravés ces mots:

Hec est germana, flos unicus, una, Maria,
Circa quam studuit formandam Ma sophia.

» Dans la niche suivante est la statue de Blanche, » fille de Sanche le Fort (a), épouse de Thibaut III. » Elle tient en ses mains la figure de ce tombeau qui » était son ouvrage. Au-dessus de sa tête sont gravés » ces mots:

Hoc tumulo Blancha, Navarre regibus orta,
Dum comitem velat, quo ferveat igné, révélai.

» Dans la niche suivante il y a deux statues qui «sont entièrement d'argent doré; l'une de Marie, » fille unique de Thibaut III; la seconde statue est » celle de Thibaut, quatrième du nom, comte de «Champagne. Au-dessus de leur tête il y a ces » mots:

Dat pro pâtre duos Deus hos flores adolere.
Ut tibi ver pacis Campania constat habere.

>) La dernière niche est celle de Sanche le Fort, » dixième roi de Navarre (6), père de Blanche, » épouse de Thibaut III. Cette statue a sur la tête » une couronne garnie de pierreries, et au-dessus » est écrit:

Sancius est presens, quod signât imago decenter,
Quoque gubernatur Navarra rege potenter.

» Au-dessus des quatorze anges, il y a un réglet

(a) Plus exactement Sanche le Sage.

(6) Plus exactement Sanche le Sage, quatorzième roi de Navarre. » ou liteau de bronze doré qui règne tout autour où » sont gravés ces mots, à commencer à la tête du » tombeau, au coin du côté de l'évangile:

Tanta Palatitio ne principe terra careret.

Transit in heredem vila paterna novum;
Qui puer, ut phénix, de funere patris abortus,

Continuet patrios in sua jura dies.
Damna redempturus crucis, et patriam crucifixi,

Struxerat expensis, milite, classe viam.
Terrenam querens, celestem reperit urbem;

Dum procul hec petitur, obviai Ma domi.

» La doucine ou cymaise de l'entablement est cou» verte d'argent poussé en feuillages. Le larmier ou » couronne est garni de vingt-huit pièces de bronze » doré, émaillé de couleurs et dessins différents, en» tre lesquels il y a des plaques d'argent ciselés en » forme de bassin et ornés de feuillages.

» L'entablement, vu par dessus, forme une espèce » de cadre dont les plates-bandes sont couvertes de » bronze ciselé, gravé, doré et émaillé de différentes » couleurs.

» La doucine est d'argent ciselé et poussé en » feuillages, et il y a un liteau de bronze doré qui » fait le tour du cadre sur lequel est gravé ce qui » suit:

Hoc, Theobalde, loco recubas luctamine forti,
Mors vite pro quo conflixit, vitaque morti.
Vicit in hac lite vitam mors invida vite;
Intulit invite vires et ademit et le;
Qua tibi, rumpente (a) florentis fila juvente,
Vim facit etati nimis ausa licentia fati.

(a) Rumpendo serait moins mauvais : on a mis rumpente pour la rime.

« VorigeDoorgaan »