Lettres et pensées, publ. par mde. la baronne de Staël Holstein

Voorkant
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 7 - ... à l'humeur ou à la plaisanterie ; prévenu aisément pour ou contre, revenant de même ; parlant théologie à ses généraux, et guerre à ses archevêques ; ne lisant jamais, mais sondant tous ceux à qui il parle, et les contredisant pour en savoir davantage ; faisant la mine la plus sauvage ou la plus agréable ; affectant les manières les plus repoussantes ou les plus attirantes ; ayant enfin...
Pagina 256 - Martine, me plaisait infiniment, et me donnait quelquefois des distractions, lorsque ce grand homme parlait. Il n'aimait pas qu'on en eût. Je me souviens qu'un jour que ses belles servantes suisses, nues jusqu'aux épaules à cause de la chaleur, passaient à...
Pagina 242 - Jean-Jacques, et je lui écrivis la lettre qu'il donna à lire, ou à copier, assez mal à propos, et qui se trouva enfin, je ne sais comment, imprimée dans toutes les gazettes.
Pagina 154 - Si vous ne rêvez pas militaire, si vous ne dévorez pas les livres et les plans de la guerre, si vous ne baisez pas les pas des vieux soldats, si vous ne pleurez pas au récit de leurs combats, si vous n'êtes pas...
Pagina 205 - ... lui donner la sagesse d'un fanal. Une sagacité sans bornes, une profonde finesse, une légèreté qui n'est jamais frivole, le talent d'aiguiser les idées par le contraste des mots, voilà les qualités distinctives de son esprit, à qui rien n'est étranger.
Pagina 248 - L'Océan! me dit-il; vous allez me faire « faire bien des réflexions là-dessus. » On lui annonça un homme de Genève; qui l'ennuyait : « Vite, vite, dit-il, du Tronchin »; c'est-à-dire, qu'on le fît passer pour malade. Le Genevois s'en alla. « Que dites-vous de Genève ? » me dit-il un jour, sachant que j'y avais été le matin. Je savais que dans ce moment-là il détestait Genève. « Ville affreuse ! » lui répondis-je, quoique cela ne fût pas vrai. Je racontai à M de Voltaire, devant...
Pagina 166 - Avant d'avoir retrouvé ses sens encore engourdis, on sait qu'on est malheureux en général ; et quand on commence à en sentir la cause, lorsqu'on croit l'apprendre de nouveau, cet état est pire que la mort. Je crois avoir déjà dit qu'il faut être le père de ses amis pour en être sûr. Il faut être marié assez jeune pour avoir de grands enfants dont on est à peu près le camarade depuis qu'ils ont vingt ans.
Pagina 71 - L'Empereur me dit , peu de jours avant sa mort , et à mon arrivée de l'armée de Hongrie que j'avois menée en Silésie : — Je n'ai pas été en état hier de vous voir. Votre pays m'a tué ; Gand pris a été mon agonie, et ^Bruxelles abandonné, ma mort. Quelle avanie pour moi ! — II répéta plusieurs fois ce mot : — J'en meurs : il faudroit être de bois pour que cela ne fût pas.
Pagina 202 - L'incrédulité est si bien un air, que si on en avait de bonne foi , je ne sais pas pourquoi on ne se tuerait pas à la première douleur du corps ou de l'esprit. On ne sait pas assez ce que serait la vie humaine avec une irréligion positive : les athées vivent à l'ombre de la religion.
Pagina 166 - Mais il ne faut pas que la faux fatale se trompe. On est injuste envers la mort en la peignant comme on le fait : on devrait la représenter en vieille femme bien conservée, grande, belle , auguste, douce et calme , les bras ouverts pour nous recevoir.

Bibliografische gegevens