Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub
[ocr errors][ocr errors]

teste entr'autres, dans une charte du 5 juillet 15142 qu'il a été délivré de grosses dettes dont il était grévé, par l'aide et le conseil des villes, des abbés et du peuple du Brabant. Le duc, dans la détresse où il se trouvait, aura donc appelé les abbés aux états pour contribuer avec les villes, à payer les dettes énormes que son père et son aïeul avaient contractées. Cette époque est donc la pre

mière où les abbés paraissent avoir obtenu séance

aux états : ils continuèrent, depuis cette année , à
intervenir dans toutes les assemblées où l'on deman-
dait des subsides, parce qu'en effet il était juste,
s'ils y payaient leur part, qu'ils y donnassent leur
consentement. Mais les abbés intervinrent-ils aux
assemblées où l'on traitait des affaires étrangères aux
subsides P Je ne le pense pas encore; car je ne les
rencontre pas dans toutes les délibérations impor-
tantes des années suivantes.
· La charte wallonne, octroyée par le duc Jean
III, le 12 juillet 1514, non moins célèbre que celle
de Cortenbergh, n'a été scellée, ni par les ecclésias-
tiques, ni par les nobles, qui n'y ont point inter-
venu ; elle porte ( art. 1.o ) : que l'on établira un
sénéchal et des justiciers par les conseils des bon-
nes villes et du pays , que le duc (art. 5 ) ne
récompensera personne en lui donnant de ses do-
maines , que du conseil des villes et du pays,
et que les justiciers et les receveurs seront comp-
tables envers les bonnes villes.
La charte flamande, qui porte la même date, a
également été octroyée sans le concours des ecclé-
siastiques ni des nobles; elle statue ( art. 2 ) : qu'on
ne fera ni ne battra monnaie , que dans les villes

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

franches , par avis desdites villes et du pays. Bullens,ib., Jean III, s'étant emparé de la forteresse de Sitp. 15o. tard, s'engagea de la tenir toujours unie au duché de Limbourg. La promesse qu'il en fait, s'adresse à tous les chevaliers , nobles, écuyers, vassaux, bonnes villes et autres gens du Brabant et d'Outre - Meuse. Les ecclésiastiques n'y sont point spécialement ni nominativement désignés; cet acte est de 15I8. Luyst. van Le traité d'union du Brabant et de la Flandre, # " conclu entre Jean III, duc de Brabant, et Louis, comte de Flandre, le 5 décembre 1559, est scellé, du côté du duc, par trente-six chevaliers et par les bourgmestres, échevins, conseil et toute la commune de ses sept chef-villes, Louvain, Bruxelles, Anvers, Bois-le-Duc, Nivelles, Tirlemont et Leeuwe : et du côté du comte , par les bourgmestres, échevins et toute la commune de Gand, Bruges, Ipres, Courtrai, Audenarde, Alost et Grammont; au nom de toutes les autres villes, mairies, pays et châtellenies de tout le pays de Brabant et de Flandre. L'abbé de Gembloux y apposa son sceau, au nom et à la réquisition des échevins et de la commune de Nivelles, qui n'en avait point : il était donc comme étranger à cette assemblée. id., p, 12o. , Le traité d'alliance et de commerce, entre Jean III, duc de Brabant , et le pays de Liége, de 1547 , a été conclu sans l'intervention des ecclésiastiques ni des nobles. Le duc y paraît avec les villes de Louvain et de Bruxelles pour toutes les autres bonnes villes et commun pays de Brabant, à leur prière et requéte. . ld, p. 124 Les Brabançons, craignant que la mort de Jean III,

quiavait perdu ses enfans måles, n'entrainät des dissicultés entre les filles du duc et leurs époux, prirent la résolution de ne point souffrir qu'il füt morcelé ou divisé. Cet acte mémorable, qui est du 8 mars 1555, fut arrêté par trente-huit bonnes villes et franchises, qui s'assemblèrent avec le consentement du duc. Les sept chef-villes, Louvain, Bruxelles, Anvers, Bois-le-duc, Tirlemont, Nivelles et Leeuwe, paraissent à la tête de cet acte, tant pour elles, que pour et au nom des autres petites willes et franchises, qui ne se trouveront pas nommées ci-après. Les trente-une autres villes et franchises, qui intervinrent à cette assemblée par leurs députés, sont: Lierre, Hérenthals, Turnhout, Gembloux, Hannut, Genappe, Landen, Dormael, Halen, Diest, Aerschot, Sichem, Berg-op-Zoom, : Steenbergen, Bréda, Hoesden, Grave, Helmont, Eyndhoven, Oedenrode, Oerle, Erssele, Oester- 1 wyck, Waelhem, Waelwyck, Vilvorde, Tervueren, Overyssche, Assche, Merchtem et Cappelleop-den-Bosch. e Les nobles du Brabant firent une convention particulière , congue dans le sens de la précédente : cet acte existe aux archives de Louvain. Les ecclésiastiques n'eurent donc aucune influen- Ernst Hist. ce, et ne prirent aucune part, directement ni indi- # # rectement, à ces importantes délibérations. p. 32. La joyeuse entrée de la duchesse Jeanne, de Placar de 1555, qui est, à proprement parler, le premier : t. I» acte connu sous cette dénomination, ne fait aucune mention d'ecclésiastiques ni de nobles : elle ne parle que des villes. Elle porte (art. 1.") que, sans démembrer le pays , la duchesse dotera ses deux

[graphic]
[ocr errors][ocr errors]

sœurs (la comtesse de Flandre, et la comtesse de Gueldre), de la manière que le régleront les vil

les et le pays : elle promet ( art. 2 ) qu'elle ne

déplacera pas le dépôt des priviléges et des chartes (qui était alors à Louvain ), sans la volonté et le consentement des villes du Brabant; qu'elle ne prendra jamais (art. 5) d'engagement avec personne, sans la volonté et le consentement de ses . villes et commun pays ; qu'elle n'entreprendra point de guerre ( art. 1o ), qu'elle ne conclura point de traité, sans le conseil, la volonté et le consentement de ses bonnes villes et de son pays, qu'elle ne fera pas battre monnaie (art. 15), sans le consentement du pays : elle confirme (art. 25), ratifie et promet d'observer à perpétuité, les priviléges et les chartes que ses ancêtres ont scellés en faveur des monastères : elle promet (art. 57) et jure de conserver à perpétuité la pleine jouissance des priviléges, franchises, droits , chartes, usages et coutumes dont jouissent les bonnesgens, villes, franchises, monastères , et tout le pays du Brabant. Si dans les deux articles précédens, il est question des monastères, ce n'est pas comme partie contractante ou intervenante ; ce n'est que pour leur assurer la conservation de leurs priviléges et chartes particulières.

Quand, après la malheureuse bataille de Bastwiller, dans laquelle le duc Wenceslas était tombé au pouvoir du duc de Clèves, l'état, dépourvu de chef, était menacé de tomber dans les désordres de l'anarchie, quarante-trois villes et franchises s'assemblèrent, de leur autorité privée, pour pourvoir à la sûreté du pays. Ces villes sont : Louvain, Bruxel

[graphic]

A

les, Bois-le-duc, Tirlemont, Leeuwe, Nivelles, Lierre, Vilvorde, Hérenthals, Jodoigne, Halen, Landen, Dormael, Hannut, Genappe, Turnhout, Aerschot, Sichem, Berg-op-Zoom, Steenbergen, Diest, Tervueren, Overyssche, Assche, Merchtem, Duysbourg, Wavre, Grave, Eyncourt, Helmont, Eyndhoven, Oesterwyck, Aerschot, Saint-Oedenrode, Waelwyck, Oersel, Gembloux, Rhode, Cappelle-op-den-Bosch, Groot-Adorp, Eygenbraecken, Geest-Gérompont et Noedenbeke. Cesvilles et franchises parlent (ce sont les expressions de l'acte) pour elles et pour les autres villes et franchises du pays de Brabant, et au nom d'icelles. Cet acte est du 18 février 1591 : les ecclésiastiques et les nobles n'y ont eu aucune part. La confirmation de la charte de Cortenbergh, qui Id., p. 147. se fit le 17 septembre 1572, fut scellée à la réquisition de la duchesse Jeanne, par quarante-trois barons, et huit ou neuf écuyers, et par vingt-une villes et franchises, qui sont : Louvain, Bruxelles, Anvers (qui cependant était au pouvoir du comte de Flandre), Bois-le-duc, Tirlemont, Léau, Nivelles, Jodoigne, Lierre, Hérenthals, Vilvorde, Hannut, Genappe, Halen, Landen, Diest, Aerschot, Sichem, Berg-op-Zoom, Steenbergen et Bréda. Cet acte n'est revêtu du sceau ni de la signature d'aucun abbé. Les villes et le commun pays de Brabant avaient promis au duc Wenceslas, qui avait recouvré sa liberté en 1572, après la funeste bataille de BastWiller, une aide de neuf cent mille moutons, pour subvenir aux dettes contractées pendant la guerre. L'acte du 5o avril 1574, passé à Braine-Lalleud, Id., p. 166.

[ocr errors][ocr errors]
« VorigeDoorgaan »