Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

mes contre ces mêmes ducs dans le cas où ils viendraient à fausser le contrat (. Les empereurs exigeaient quelquefois cette garantie des barons et des villes du Brabant (2. Le crédit et la considération dont jouissaient les ecclésiastiques , devaient nécessairement leur donner l'entrée dans ces assemblées. Les ecclésiastiques intervinrent en effet aux premières chartes des comtes de Louvain et des ducs de Brabant. Tous leurs diplomes, pour ainsi dire , en offrent la preuve. Les dignitaires des chapitres, comme les prévôts, doyens, écolâtres, étaient la classe qui paraissait avoir la plus grande prépondérance sous les ducs. Les ecclésiastiques exerçaient, comme en Flandre, les principales fonctions, telles que celles de secrétaire, de chancelier, désignée par le titre de notarius ducis (o, celle de receveur général ou trésorier général des finances (4; cependant, les abbés, selon les saines apparences, n'assistaient pas régulièrement dans ces temps aux assemblées des seigneurs, qui déjà, comme le furent plus tard, les états, étaient convoquées par les souverains (o; mais ils jouissaient de la confiance particulière de ces princes , qui les choisissaient pour arbitres (o, pour ambassadeurs (7 , pour conseillers et confesseurs (o, pour chapelains » etc. (9. Ces faits, appuyés sur des actes authentiques, démontrent évidemment que dans

· ce temps la noblesse et le clergé sur-tout jouissaient d'un très-grand crédit dans les cours, et d'une trèsgrande influence dans les affaires ; mais cette in

fluence , ce crédit, n'étaient réellement qu'un effet de la confiance que les princes leur accordaient ; et ce n'était que par une suite de cette confiance

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[graphic]

qu'ils assistaient aux délibérations publiques, aux quelles cependant leur présence et leur intervention n'étaient pas légalement nécessaires. Ce n'était donc pas par un droit inhérent à leur qualité et à leur état, mais par une considération attachée à leur caractère et à leur dignité, qu'ils étaient appelés à ces assemblées, dont toutefois ils n'étaient pas membres intégrans. Ce ne fut qu'insensiblement que par la suite ils entrèrent dans la composition des états. - - La constitution des états des provinces belgiques, telle qu'elle existait dans les derniers temps, a donc ! été, comme la plupart des institutions anciennes, plutôt l'ouvrage du temps que le résultat d'un systême combiné. - Pour découvrir avec fruit les sources de ces assemblées qui ont donné l'être aux corporations puissantes , connues dans la suite sous le nom d'états, il faut passer à l'époque de l'affranchissement des villes, et de l'établissement des communes , c'est - à - dire, de l'érection des villes en corporations politiques dont les prérogatives étaient pour les habitans , qu'ils jouiraient de la liberté et de la sûreté personnelles ; qu'ils seraient affranchis des taxes et des impositions arbitraires, et qu'ils ne seraient plus traités que par droit et par sentence d'un corps échevinal qui y serait établi. Cet affranchissement, cette régénération de cette classe si nombreuse et si intéressante de citoyens, ne se borna pas aux villes ; mais elle s'étendit aux villages, que, pour cette raison, on nomma franchises ; nom auquel on reconnaît encore actuellement les premiers villages de Brabant, qui ont

-dans le principe obtenu le privilége et la préroga| -tive d'être érigés en communautés. Cet établissezment commença par les villes et les villages qui étaient du domaine immédiat du suzerain, dont les , vassaux suivirent l'exemple dans les villes et les , villages qui étaient de leur dépendance particu, 1ière. , La noblesse, qui sentait que cette organisation nouvelle opérerait dans le corps politique une espèce de révolution qui serait fatale à sa puissance et à sa domination, ne manqua pas de s'opposer à l'institution de ces communautés. Les ecclésiasti, ques, de leur côté, cherchaient également à y mettre des obstacles et des bornes, parce qu'ils regar| daient ces affranchissemens comme des inventions exécrables ( ce sont les expressions de Guibert, abbé de Nogent, cité par Robertson ), par le | mz2oyen desquelles, contre toute loi et justice, des esclaves s'affranchissaient de l'obéissance qu'ils devaient à leurs maîtres. C'était ainsi que ces hommes, insolemment ambitieux , renversaient toutes les idées de justice et de législation, et en · violaient tous les principes; c'étaient ainsi qu'ils outrageaient la nature et l'humanité dont ils foulaient aux pieds les droits les plus sacrés par cette , injurieuse distinction de maîtres et d'esclaves, que o la nature réprouve et que l'humanité désavoue. / • ## ( 4 Cependant , dit Robertson, épuisés par les som, » mes immenses que leur avaient coûtées les ex# » péditions de la Terre-Sainte, ils adoptèrent en» fin avec empressement ce nouveau moyen de se f | » procurer de l'argent en vendant des chartes de »= liberté; et quoique l'établissement des commu

[ocr errors]
[graphic]

i

» nautés fût aussi contraire à leurs principes poli » tiques, que funeste à leur puissance, l'atirit » d'un secours présent leur fit mépriser le da » éloigné. » - : L'époque de cet affranchissement date, dans la Belgique, du onzième siècle. Toutes.ces communes ou franchises devinrent comme autant de petites républiques, qui, quoique réunies sous un même chef, étaient cependant tellement indépendantes les unes des autres, quand il s'agissait d'obtenir leur vœu, leur suffrage ou leur consentement sur un objet qui intéressait la généralité du pays, qu'il est à remarquer que jamais aucune de ces communes, ou villes ou franchises, ne s'est permis dans les délibérations, d'agir ou de parler pour uneautre commune, sinon à sa prière et requéte, c'està-dire, comme gérant ses affaires. L'érection de la ville de Vilvorde en commune, faite en 1192, par le duc Henri I.o, qui est la plus. ancienne, est un des monumens les plus curieux et les plus intéressans de notre histoire, parce qu'il nous donne une idée, tant des mœurs et des usages de ce temps, que de la forme et des conditions de ces affranchissemens. Le duc y promet : « Que tous ceux qui seront faits bourgeois de cette ville, ne seront traités dans toutes leurs cau* ses, que dans Vilvorde même, et devant les échevins de cette ville, et que jamais ils ne seront traités ni appelés ailleurs, sauf dans les cas qui excéderaient la juridiction du duc ; » Qu'après qu'un bourgeois aura demeuré an et jour dans cette ville, il pourra se transporter où « il

:

[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic]

il voudra, et vendre ou emporter tout ce qui » lui appartiendra, sans permission du duc ni de » ses officiers ; | o » Que les bourgeois de Vilvorde ne devront ac» compagner le duc dans aucune expédition à faire » au-delà de la Meuse, de la Dendre, d'Anvers ou , » de Nivelles ; ' » Qu'ils seront exempts de toutes tailles ; mais » au cas que le duc marie sa fille, crée son fils » chevalier, ou doive aller en expédition avec l'em» pereur au-delà des Alpes, ils lui fourniront alors, » en cas de nécessité, des secours médiocres à ar

[ocr errors]

# » bitrer par les échevins, comme aussi dans le cas , » où il viendrait à être fait prisonnier; » Qu'ils seront aussi exempts de toutes œuvres , » serviles, sauf de recueillir son foin. » J'ai tâché d'expliquer l'origine, d'indiquer les | ouses et de déterminer l'époque de ce changement , salutaire dans l'ordre politique, qui, en régénérant i la portion de citoyens la plus utile, donna la naissance à cette classe que l'on appela dans la suite le tiers-état. , Mais je pense qu'il serait impossible de préciser les époques où la noblesse et le clergé furent admis aux états comme membres intégrans de ces corporations. Le meilleur moyen de donner une juste idée de la manière dont cette constitution s'est orest de suivre, par ordre chronologique , es différens documens diplomatiques qui indiquent et qui désignent les classes de citoyens qui ont intervenu aux actes, assemblées , délibérations, où Se sont traitées les affaires publiques. Un grand nombre de chevaliers intervinrent, comTome III. | 18

[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
« VorigeDoorgaan »