Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub
[ocr errors]

depuis le commencement de cette guerre, seront nuls; qu'il y aura une paix sincère et une amitié réciproque entre tous les seigneurs confédérés ; que tous les prisonniers seront rendus sans rançon ; que ceux ! qui ont manqué envers leur seigneur dominant, en portant les armes contre lui, auront leur grâce, moyennant qu'ils renouvellent leur serment de fidélité; que le comte de Juliers tiendra du duc de Brabant les terres qui relevaient de lui, selon la te- . neur des priviléges que ce comte en a; que le comte de Gueldre jouira paisiblement de toutes ses possessions en Brabant; que la ville de Tiel lui appartiendra, et qu'il donnera en échange au duc, quelques villages près de Heusden ; que, quant à la ville de Malines, le roi y mettra garnison jus qu'à ce qu'il soit mieux instruit du droit des parties intéressées ; que les comtes de Gueldre et de Juliers, l'évêque de Liége, le comte de Hainaut et le duc de Luxembourg seront défrayés de leurs armemens; que Jean, fils aîné du duc Jean, ép0userait la fille de Guillaume, comte de Hainaut; que Henri, son second fils , épousera la fille de Renaud, comte de Gueldre, et que le fils du comte ' de Gueldre épousera la fille cadette du duc. Ces arrangemens furent ratifiés à Amiens, le 5o du mois d'août. Ce traité, qui était propre à ménager et * satisfaire les deux partis, termina cette sanglant querelle. • * • Le duc Jean aurait désiré de mettre dans lesao ticles de ce traité, un projet salutaire, qu'il avo médité et manifesté dès le commencement de ceo guerre, c'est-à-dire, dès l'an 1552.Il avait employé tous ses efforts auprès du souverain pontife, Po"

[graphic][graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]

l'engager à créer pour la province de Brabant un évêque particulier , à qui l'on aurait pu fort largement assurer un revenu suffisant pour soutenir avec honneur la dignité de son état, en lui assignant les biens et les rentes dont jouissaient les prélats étrangers, qui étaient chargés de l'administration spirituelle du Brabant. Cette province en effet ressortissait en partie au diocèse de Cambrai, en partie à celui de Liége. Cette division, qui établissait la juridiction de deux princes étrangers dans le Brabant, entraînait, comme il est aisé de le comprendre, des inconvéniens sans nombre , et des maux sans cesse renaissans. Les ducs de Brabant et les évêques de Liége étaient dans un état de guerre presque continuel , d'où il résultait que, dans ces luttes interminables , comme les petits pâtissent toujours de l'ambition des grands, les prêtres ne savaient auquel des deux princes ils devaient obtempérer, parce que, quand ils obéissaient à l'un, ils encouraient la disgrâce et l'animadversion de l'autre. Ces motifs étaient prépondérans; mais les ecclésiastiques y trouvèrent, dans leur sens, des difficultés insurmontables : c'était, disaient-ils, une criante injustice d'enlever à ces anciennes églises, une portion si considérable de leurs revenus. Les , évêques, les cardinaux mêmes possédaient des dignités dans l'église de Liége : il faudrait donc les dépouiller des honneurs et des revenus qui y étaient attachés. Le pape n'écouta que ces raisons, c'està-dire, que dans cette affaire, comme dans presque toutes les autres , I'intérêt général fut sacrifié à l'intérêt particulier. Cependant le comte d'Artois n'avait cessé d'in

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic]

|

triguer à la cour de Londres, pour engager le roi Edouard III, prince vaillant, politique, ambitieux, entreprenant, à revendiquer, par la force des armes, ses droits à la couronne de France. Il ne cessait de lui remontrer qu'Isabelle de France, sa mère, sœur des trois derniers rois, avait dû, comme légitime héritière de ses frères, leur succéder; et que, comme . Edouard la représente, le royaume de France est son patrimoine naturel. Ces raisons étaient si conformes aux dispositions et aux désirs d'Edouard, qu'il ne pouvait les trouver faibles : il prit done sur cet objet l'avis de son conseil , qui lui représenta qu'avant de s'engager dans une entreprise si importante et si périlleuse, il était prudent de s'assurer des princes de la Haute et de la Basse-Allemagne. Edouard, trouvant cet avis fort sage, enr voya l'évêque de Lincoln, négocier dans la Bek gique. Ce prélat commença par sonder les disp0: sitions de Guillaume, comte de Hainaut, qui lui conseilla d'attirer à son parti les principauxseigneuo de la Basse-Allemagne L'évêque, ayant été rendo au roi un compte fidèle de sa mission, revint dans la Belgique avec de nouvelles instructions. Les dispositions que Robert d'Artois avait laissées do toutes les cours des princes belges, étaient si fav0rables au but d'Edouard, et si adroitement ménago par l'habileté du négociateur, qu'il attacha ao † de son maître, l'archevêque de Cologne, le coo , Gueldre , le marquis de Juliers, le seigno # Fauquemont, et le fameux Jacques d'Arteveldoo Gand, brasseur, devenu l'arbitre de la pais o t la guerre parmi ses concitoyens, qui le su# comme leur chef, et lui obéissaient commo " lel

[graphic][graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]

maître. Le duc Jean avait été comme forcé d'en-
trer dans cette ligue : l'alliance qu'il avait conclue
avec le roi de France , le rendait moins ardent à
soutenir le parti d'Edouard : il avait seulement pro-
mis à l'évêque de Lincoln, qu'il amenerait au roi,
son maître, un secours de mille cavaliers, dès que
ce monarque serait arrivé sur le continent.
Edouard, qui avait encore fortifié son parti par
l'alliance qu'il venait de conclure avec l'empereur
Louis de Bavière, entreprit donc cette guerre si
longue, si sanglante, si désastreuse, dans laquelle
là France fut ruinée par ses délaites, et l'Angleterre
par ses victoires.
Philippe, sentant la nécessité d'opposer une ligue à 1338.
une autre ligue, s'était attaché les rois de Navarre et
de Bohême, le duc de Lorraine, le comte de Savoie,
et le dauphin du Viennois. Edouard, qui se pressait
de soutenir ses prétentions par la force , vint dé-
barquer à Anvers, avec une flotte de trois cent cin-
quante voiles : il mande à Halle les princes con-
fédérés de la Belgique, pour concerter le plan des
opérations de la guerre qu'il allait entreprendre. Le
duc Jean, ayant refusé de s'y rendre, envoya à Phi-
lippe un député pour lui faire agréer ses excuses
sur la réception qu'il avait dû faire au roi Edouard,
son parent et son ami, et l'assurer qu'il tiendrait
dans cette guerre une conduite qui n'apporterait au-
cun dommage à la France.
Edouard ne cessait de presser les seigneurs as-
semblés à Halle, de prendre les armes sans délai.
Les princes répondirent qu'il manquait au désir
qu'ils avaient de signaler leur zèle et leur dévoue-
ment à ses intérêts. un motif qui pût justifier cette

[graphic][graphic]
[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

· entreprise ; et ils lui proposèrent de s'adresset à

[ocr errors]

l'empereur, pour lui demander qu'il le créât vicait de l'empire dans la Belgique ; qu'en cette qualit, il demandât aux Français la restitution de la ville et du territoire de Cambrai, qu'ils avaient autréfis usurpés; que , sous ce prétexte, ils se rangeraient sous ses drapeaux, et qu'ils saisiraient cette occasion pour soutenir de toutes leurs forces ses pré tentions à la couronne de France. Le roi goûta ces propositions, et députa vers l'empereur le comte de Gueldre et le marquis de Juliers, qui, par sol licitations, par présens et par argent, obtinrent pour

Edouard le vain titre de vicaire de l'empire. Le
roi prit solennellement possession de sa nouvelle
· dignité à Herck , dans le comté de Loz : le duc
Jean et les autres princes de la Basse-Allemagne
assistèrent à cette cérémonie, où, après la publi-
cation des dépêches de l'empereur, le roi Edouard
fut reconnu et installé vicaire de l'empire, et reçut
le serment de fidélité : il exerça toutes les fonctions
attachées à ce titre, d'abord à Herck, puis à M
lines, et fit battre monnaie à Anvers, à son coin et

à celui de l'empereur, au rapport de Froissard et de Zantfliet.

L'hiver qui approchait, obligea les confédérés de différer les opérations jnsqu'à l'année suivante.

Le roi Edouard passa l'hiver à Louvain, où il avait .

fait venir la reine, son épouse. Ce ne fut cependant qu'au mois de juin, qu'Edouard, à force de plaintes, de reproches et de sollicitations, engagea les princes à le suivre : il marcha de Louvain sur Vilvorde, où s'étant mis à la tête des troupes anglaises, qui l'y attendaient, il vint, le 1.°r septembre,

[graphic]
[graphic]
[graphic]
« VorigeDoorgaan »