Mémoires inédits de madame la comtesse de Genlis: sur le dix-huitième siècle et la révolution française, depuis 1756 jusqu'à nos jours

Voorkant
Chez Ladvocat, 1825 - 10 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 198 - ... pas une femme véritablement sensible, qui n'eût besoin d'une vertu supérieure pour ne pas consacrer sa vie entière à Rousseau, si elle pouvoit avoir la certitude d'en être aimée passionnément.
Pagina 287 - Je lui ai vu faire mille fois des scènes de ce genre. Et , par la suite , lorsque les attaques de * nerfs périodiques, suivies d'évanouissement , devinrent à la mode , madame de Lamballe ne manqua pas d'en avoir de régulières deux fois la semaine , aux mêmes jours et aux mêmes heures , pendant toute une année. Ces jours-là, suivant l'usage des autres malades de cette espèce , M.
Pagina 339 - L'onde errer sur de verts gazons, Sans chercher la nymphe chérie Qui les enrichit de ses dons? Ah ! suivons plutôt dans leur course, Suivons ces aimables ruisseaux. Qui voit en paix couler leurs eaux Pourrait s'enivrer à la source.
Pagina 23 - En voici un : quelqu'un louant devant elle ma gaieté, elle reprit : Oui, une gaieté de jolies dents. Voulant dire que je ne riois que pour faire voir mes dents , ce qui étoit fort injuste ; car je n'ai jamais eu la moindre affectation , et celle-là est une des plus déplaisantes que l'on puisse avoir.
Pagina 189 - ... excluaient ou bannissaient de cette société ; mais il ne fallait ni une vie sans tache, ni un mérite supérieur pour y être admis. On y recevait indistinctement des esprits forts , des dévots , des prudes, des femmes d'une conduite légère. On n'exigeait que deux choses : un bon ton , des manières nobles, et un genre de considération acquis dans le monde, soit par le rang, la naissance ou le crédit à la cour, soit par le faste, les richesses, ou l'esprit et les agréments personnels.
Pagina 12 - ... mené à la comédie que pour le donner en spectacle, pour le faire voir au public, comme on montre les bêtes sauvages à la foire. M. de Sauvigny répondit , d'après ce que je lui avais conté la veille, que j'avais voulu baisser la grille. Rousseau soutint que je l'avais...
Pagina 23 - ... l'air le plus dédaigneux et le plus impertinent qu'on ait jamais osé porter dans le monde. Ses amis prétendoient qu'elle avoit beaucoup d'esprit, et le talent de dire des mots ingénieux.
Pagina xix - Préville, j'eus beaucoup de peine à répondre sérieusement ; cependant je me contins assez bien, et j'assurai que je jouerais de la harpe de mon mieux pour J.-J. Rousseau. Le lendemain j'attendis avec impatience l'heure du rendez-vous, imaginant qu'un crispin travesti en philosophe serait une chose très-comique.
Pagina 318 - ... avec douleur, que j'étais arrivée trois quarts d'heure trop tôt, ce qui ne contribua pas à me donner de l'aisance et de la confiance. M. Ott vit à l'autre extrémité du salon un grand tableau à l'huile, dont les figures sont en demi-nature; un cadre superbe, et l'honneur d'être placé dans le salon, annonçaient quelque chose de beau. Nous y courons, et à notre grande suprise, nous découvrons une véritable enseigne à bière, une peinture ridicule représentant M.
Pagina 325 - ... qu'il a formés. Il est plus grand là que dans ses livres, car on y voit partout une ingénieuse bonté, et l'on ne peut se persuader que la même main qui écrivit tant d'impiétés, de faussetés et de méchancetés, ait fait des choses si nobles, si sages et si utiles. Il...

Bibliografische gegevens