Pagina-afbeeldingen
PDF

NOUVEAU DICTIONNAIRE

DE LA

CONVERSATION.

IMPRIMÉ PAR LES PRESSES NÉCANIQUES D'AD, WAHLEX ET C'e.

DE LA

CONVERSATION,

OU

RÉPERTOIRE UNIVERSEL

DE TOUTES LES CONNAISSANCES NÉCESSAIRES, UTILES OU AGRÉABLES DANS LA VIE SOCIALE, ET RELATIVES

AUX SCIENCES, AUX LETTRES, AUX ARTS, A L'HISTOIRE, A LA GÉOGRAPHIE, ETC.,
AVEC LA BIOGRAPHIE DES PRINCIPAUX PERSONNAGES, MORTS ET VIVANTS, DE TOUS LES PAYS,

SUR LE PLAN DU CONVERSATION'S LEXICON;

ENRICHI D'UN GRAND NOMBRE D'ARTICLES SUR LA BELGIQUE ET LA HOLLANDE, QUI NE SE TROU V ENT DANS

AUCUN AUTRE OUVRAGE DE CE GENRE.

par une Société de Littérateurs, de Savants et d'Artistes;

[merged small][merged small][merged small][graphic][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors][merged small]

DE

LA CONVERSATION.

soos

BARBILLONS. Ce nom désigne, dans les pois- selon les espèces, ils pondent de deux à quatre sons, des filaments qu'on trouve autour de la 1 et six @ufs.

DR... bouche de certaines espèces, et dans lesquels BARCAROLLE, c'est-à-dire chanson de barsemble restreinte la perception du tact. Les pois- que, de batelier, sorte de chanson en langue sons munis de ces barbillons sont en général des vénitienne que chantent les gondoliers à Venise. animaux rusés, qui se cachent dans la vase, agi Quoique les airs des barcarolles soient faits pour tent à sa surface ces tentacules sur lesquelles le peuple, et souvent composés par les gondose jelte leur proie trompée par l'apparence de | liers mêmes, ils ont une mélodie si franche et si ver qu'ont ces organes.

DR... | naive, un accent si agréable, qu'il n'y a pas de BARBU. Bacco. Genre d'oiseaux de l'ordre des musicien dans toute l'Italie qui ne se pique d'en zygodactyles. Les contrées les plus chaudes des

savoir et d'en chanter. L'entrée gratuite qu'ont deux continents sont habitées par les barbus, les gondoliers à tous les théâtres les met à portée dont plusieurs espèces, revêtues d'une magni de se former l'oreille et le goût; de sorte qu'ils fique livrée semblent vouloir dérober, sous le composent et chantent leurs airs en gens qui, luxe éblouissant des plus riches couleurs, l'in sans ignorer les finesses de la musique, ne veugratitude de formes qui donne à ces oiseaux un lent point altérer le genre simple et naturel de air pesant, gêné et en quelque sorte stupide. leurs barcarolles. Les paroles de ces petits airs Leurs habitudes tiennent beaucoup de l'imper sont communément plus que naturelles, comme fection de leurs formes : on les voit rarement les conversations de ceux qui les chantent. Ces réunis; jamais ils n'égayent les bocages, soit par | improvisateurs empruntent des stances au Tasse, leurs chants, soit par cette pétulance que l'on car la plupart savent par cæur une grande paradmire dans presque tous les oiseaux des régions tie de son poeme; au Dante même, et chantent tempérées. Posés sur la branche la plus basse ces beaux vers alternativement d'une barque à d'un arbre bien touffu, ils restent des heures l'autre. Rossini a donné une imitation parfaite entières, affaissés pour ainsi dire sous le poids de cette déclamation musicale dans le 3e acte d'un corps épais qui laisse à peine apercevoir d'Otello. Le chant des gondoliers, composé sur une tête ordinairement retirée entre de larges des vers du Dante, est empreint d'une mélodie épaules. S'ils sont découverts dans leur obscure délicieuse. - Les chansons des gondoliers ont station, ils s'éloignent lentement et paraissent tant d'agrément que les compositeurs ont imaalors craindre d'étre incommodes, plutôt que de giné d'en placer dans leurs opéras, en leur donchercher leur salut dans la fuite. Les insectes, nant cependant un cadre plus étendu. Amis, la les fruits et les graines leur convenant indistinc matinée est belle, de la Muette de Portici; O tement, ils sont toujours certains d'une nourri- | mattutini, de la Donna del Lago, sont des barture abondante. Leur indolence naturelle se carolles; celle du Roi Théodore, à plusieurs retrouve encore dans la construction de leur voix, est d'un effet charmant; celle O pescator nid qu'ils placent dans le creux d'un arbre, et où dell'onda , fidelin, en dialecte vénitien, après

« VorigeDoorgaan »