Des causes conditionnelles et productrices des idées, ou, De l'enchainement naturel des propriétés et des phénomènes de l'ame...

Voorkant
Ladrange, 1844 - 387 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 244 - Les sens, quoique nécessaires pour toutes nos connaissances actuelles, ne sont point suffisants pour nous les donner toutes, puisque les sens ne donnent jamais que des exemples, c'est-à-dire des vérités particulières ou individuelles... Or, tous les exemples qui confirment une vérité générale, de quelque nombre qu'ils soient, ne suffisent pas pour établir la nécessité universelle de cette même vérité : car il ne suit pas que ce qui est arrivé arrivera toujours de même.
Pagina 49 - ... et de richesses dans les arts, tout ce qu'il ya de profondeur dans les sciences ! Mais elle répondra que l'imagination, quel que soit l'éclat qui l'environne, n'est que la réflexion, lorsqu'elle combine des images, et que la réflexion, se composant elle-même de raisonnements, de comparaisons et d'actes d'attention, n'est pas une faculté distincte de ces facultés.
Pagina 244 - D'où il naît une autre question, savoir : si toutes les vérités dépendent de l'expérience, c'est-à-dire de l'induction et des exemples ; ou s'il y en a qui ont encore un autre fondement. Car, si quelques...
Pagina 182 - Or, le premier sentiment de l'effort libre comprend deux éléments ou deux termes indivisibles , quoique distincts l'un de l'autre dans le même fait de conscience, savoir : la détermination ou l'acte même de la volonté efficace, et la sensation musculaire qui accompagne ou suit cet acte dans un instant inappréciable de la durée. >• Si le vouloir n'accompagnait pas, ou ne précédait pas la sensation musculaire, cette sensation serait passive comme toute autre ; elle n'emporterait donc avec...
Pagina 48 - ... de nousmêmes, et l'imagination, la plus brillante et la plus féconde de nos facultés, ne seront plus des facultés! Quelles sont les prétentions de la philosophie? croitelle, en divisant, en classant selon ses besoins, ou selon ses caprices, changer la nature des choses? « La philosophie répondra que, par la sensation, nous ne faisons pas, mais qu'il se fait en nous; que la sensibilité est une simple capacité, une propriété de notre âme, mais qu'elle n'est pas une faculté.
Pagina 250 - Ce n'est donc pas une faculté nue qui consiste dans la seule possibilité de les entendre (l) : c'est une disposition, une aptitude, une préformation qui détermine notre âme et qui fait qu'elles en peuvent être tirées ; tout comme il ya de la différence entre les figures qu'on...
Pagina 252 - Ainsi je ne fais point la supposition que vous dites, comme si dans le cas dont vous parlez nous n'apprenions rien de nouveau. Et je ne saurais admettre cette proposition : Tout ce qu'on apprend n'est pas inné. Les vérités des nombres sont en nous, et on ne laisse pas de les apprendre...
Pagina 48 - Que dans le jugement, pris pour une perception de rapport, nous n'agissons pas : nous avons agi , à la vérité , puisqu'il a fallu comparer ; mais. la perception du rapport vient après l'action; le ^ travail de l'esprit est fini au moment où il aperçoit le rapport (/»). La philosophie ne niera pas sans doute, que la réflexion et l'imagination ne soient des facultés, et même les facultés auxquelles nous devons le plus , tout ce qu'il ya de beautés et de richesses dans les arts , tout ce...
Pagina 182 - ... musculaire qui accompagne ou suit cet acte dans un instant inappréciable de la durée. >• Si le vouloir n'accompagnait pas, ou ne précédait pas la sensation musculaire, cette sensation serait passive comme toute autre ; elle n'emporterait donc avec elle aucune idée de la cause ou force productive. » D'un autre côté, sans la sensation effet, la cause ne saurait être aperçue , ou n'existerait pas comme telle pour la conscience. » Le sentiment de l'effort fait donc tout le lien des termes...
Pagina 56 - Lorsque l'âme désire , elle juge qu'un seul objet peut satisfaire ses besoins; ou bien elle juge que plusieurs objets sont propres à les satisfaire. Dans ce dernier cas , il arrive souvent qu'elle prend une détermination ; c'est-à-dire, que l'action des facultés qui se partageait entre deux ou plusieurs «objets, Cesse de se partager ainsi pour se porter toute entière vers un seul : l'âme le choisit; elle le veut; elle le préfère.

Bibliografische gegevens