Annales de philosophie chrétienne, Volume 41

Couverture
Roger et Chernoviz, 1900
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 288 - Car les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, sont devenues visibles depuis la création du monde, par la connaissance que ses créatures nous en donnent; et ainsi ces personnes sont inexcusables : 21.
Page 43 - Dors-tu content , Voltaire, et ton hideux sourire Voltige-t-il encor sur tes os décharnés? Ton siècle était , dit-on , trop jeune pour te lire; Le nôtre doit te plaire, et tes hommes sont nés. Il est tombé sur nous, cet édifice immense, Que de tes larges mains tu sapais nuit et jour. La mort devait t'attendre avec impatience, Pendant quatre-vingts ans que tu lui fis ta cour; Vous devez vous aimer d'un infernal amour.
Page 290 - Ce nous est une profonde douleur d'apprendre que, depuis quelques années, des catholiques ont cru pouvoir se mettre à la remorque d'une philosophie qui, sous le spécieux prétexte d'affranchir la raison humaine de toute idée préconçue et de toute illusion, lui dénie le droit de rien affirmer au-delà de ses propres opérations, sacrifiant ainsi à un subjectivisme radical toutes les certitudes que la métaphysique traditionnelle, consacrée par l'autorité des plus vigoureux esprits, donnait...
Page 536 - LE laboureur m'a dit en songe : Fais ton pain, Je ne te nourris plus, gratte la terre et sème. Le tisserand m'a dit: Fais tes habits toi-même. Et le maçon m'a dit : Prends la truelle en main.
Page 488 - Mais, si quelques-uns de ceux qui m'écoutent se rappellent peut-être en quels termes, ici même, il ya bientôt trois ans, je terminais une conférence sur la Renaissance de l'idéalisme, ils reconnaîtront que les conclusions- que je leur propose aujourd'hui sont plus précises, plus nettes, plus voisines surtout de l'idée qui vous a rassemblés en congrès ; — et pourquoi, si c'est un grand pas de fait, n'en ferais-je pas un jour un autre, et un plus décisif ?" Ces paroles étaient bien significatives.
Page 481 - C'est un océan qui vient battre notre rive et pour lequel nous n'avons ni barque ni voile, mais dont la claire vision est aussi salutaire que formidable.
Page 695 - Évêques <Je votre royaume ont éprouvée à l'ocCasi'on des ordonnances da 16. Juin ; au contraire, ils sentent qu'elle devient plus vive et plus profonde à mesure qu'ils voient s'approcher le terme fatal de leur exécution. Les alarmes de la conscience viennent encore se joindre à cette douleur pour la rendre insupportable.
Page 324 - LE siècle le plus malade n'est pas celui qui se passionne pour l'erreur , mais le siècle qui néglige, qui dédaigne la vérité. Il ya encore de la force, et par conséquent de l'espoir, là où l'on aperçoit de violens transports : mais lorsque tout mouvement est éteint, lorsque le pouls a cessé de battre , que le froid a gagné le cœur, qu'attendre alors, qu'une prochaine et inévitable dissolution...
Page 536 - J'ouvris les yeux, doutant si l'aube était réelle: De hardis compagnons sifflaient sur leur échelle, Les métiers bourdonnaient, les champs étaient semés. Je connus mon bonheur et qu'au monde où nous sommes Nul ne peut se vanter de se passer des hommes ; Et depuis ce jour-là, je les ai tous aimés.
Page 252 - ... nécessité qui est l'agent réel ; mais une certaine analyse, une suite de rapports réguliers ou d'échelle continue nous permet de nous élever à travers tous ces intermédiaires à la contemplation instantanée du premier moteur, source invisible, incorporelle, inétendue, intellectuelle de vie et d'existence *. » Faisons maintenant retour à la vérité.

Informations bibliographiques