Œvres complètes de François Arago ...: -8. Notices scientifiques

Voorkant
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 171 - Je rapporte ici son opinion, non que je la croie établie , mais parce qu'elle peut devenir uo curieux sujet de recherches. Ce serait une grande découverte dans la physique du globe que la preuve d'une liaison intime et prononcée entre la nature géologique des terrains et le nombre ou la force des orages; aussi je manquerais presque à un devoir, si je négligeais de citer des lieux autres que le Cornouailles , où cette liaison a aussi été soupçonnée.
Pagina 55 - ... l'ouverture fut grande comme deux ou trois fois la main, tout à coup une détonation effroyable fit éclater toute l'enveloppe et sortir de cette machine infernale une douzaine de rayons de foudre en zigzag, qui allèrent de tous côtés et dont l'un vint frapper une des maisons de la cité...
Pagina 127 - Le 6 août, à deux heures après midi, après des décharges répétées d'un tonnerre éloigné et qui semblait s'approcher, une explosion épouvantable se fit entendre. Elle fut immédiatement suivie de torrents de pluie. Pendant quelques minutes, une vapeur sulfureuse entoura la maison. Le mur extérieur du petit bâtiment, cave et citerne, fut arraché de ses fondations et soulevé en masse ; l'explosion le porta verticalement, et sans le renverser, à quelque distance de la place qu'il occupait...
Pagina 152 - Ce phénomène disparut dès gué le vent eût emporté le nuage : il avait duré dix minutes. Le 8 mai 1831, après le coucher du soleil, des officiers d'artillerie et du génie se promenaient tête nue, pendant un orage, sur la terrasse du fort Bab-Azoun à Alger. Chacun, en regardant son voisin, remarqua avec étonnement, aux extrémités de ses cheveux tout hérissés, de petites aigrettes lumineuses.
Pagina 151 - ... de hauteur. J'envoyai un matelot pour le descendre. Quand cet homme fut en haut, il cria que ce feu faisait un bruit semblable à celui de la poudre qu'on allume après l'avoir mouillée. Je lui ordonnai d'enlever la girouette et de venir; mais à peine...
Pagina 41 - ... mars 1774, près deWakefield, et qui me semble devoir être rangé parmi ceux dont nous nous occupons ici. A la suite d'un violent orage, lorsqu'il ne restait plus dans tout le ciel que deux nuages peu élevés au-dessus de l'horizon , M. Nicholson voyait à chaque instant des météores, semblables à ceux qu'on appelle étoiles filantes, descendre du nuage supérieur au nuage inférieur. § 10. En septembre 1780, avant le coup de tonnerre qui le renversa et tua deux de ses domestiques, M. James...
Pagina 381 - Les faces du monument étaient aussi recouvertes , dans toute leur étendue, de bois fortement doré . Enfin , sous le parvis du temple existaient des citernes dans lesquelles l'eau des toits se rendait par des tuyaux métalliques. Nous trouvons ici , et les tiges des paratonnerres, et une telle surabondance de conducteurs , que Lichtenberg avait toute raison d'assurer que la dixième partie des appareils de nos jours sont loin d'offrir dans leur construction une réunion de circonstances aussi satisfaisante.
Pagina 53 - ... et en projeta les débris dans la cour; les toitures de plusieurs petites constructions furent enfoncées, mais il n'y eut heureusement aucun accident. Le logement du tailleur était au troisième étage, et n'était pas à la moitié de la hauteur de la maison ; les étages inférieurs ne furent pas visités par la foudre, et les mouvements du globe lumineux furent toujours lents et non saccadés.
Pagina 53 - Après avoir essayé quelques excursions en divers sens, sans cependant quitter le milieu de la chambre, le globe de feu s'éleva verticalement à la hauteur de la tête de l'ouvrier qui, pour éviter d'être touché au visage, et en même temps pour suivre des yeux le météore, se redressa en se renversant en arrière sur sa chaise. Arrivé à la hauteur d'environ...
Pagina 243 - Le bruit des autres, au contraire, est un roulement prolongé, parce que les différentes parties des longues lignes que ces éclairs occupent, se trouvant en général à des distances diverses, les sons qui s'y engendrent, soit successivement, soit au même instant physique, doivent employer des temps graduellement inégaux pour venir frapper l'oreille de l'observateur.

Bibliografische gegevens