L'adoption; ou, La maçonnerie des femmes. [Followed by] Recueil de chansons, Volume 1

Couverture
1790
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 122 - ... devant le grand architecte de l'Univers et cette honorable compagnie de ne jamais révéler les secrets des maçons et de la maçonnerie, ni d'être la cause directe ni indirecte que ledit secret soit révélé, gravé ou imprimé en quelque langue ou caractères que ce soit. Je promets tout cela sous peine d'avoir la gorge coupée, la langue arrachée, le cœur déchiré; le tout pour être enseveli dans les profonds abîmes de la mer, mon corps brûlé et réduit en cendres, et jetées au vent,...
Page 1 - ... dus fameux par quelque Secret, & fouvent „ je le leur ai acheté bien cher. Enfin, à for„ ce de peines & de dépenfes, je fuis parvenu „ à faire de ma tête le Magaziii de fadaifes le „ mieux fourni , fans vanité , qu'il y ait en Eu„ rope. Car il faut que vous fâchiez , Ami „ Ledeur, que ce n'eft pas précifément l'u...
Page 2 - Ledeur, que ce n'eft pas précifément l'u„ tile, que j'ai eu en vue; c'eft de quoi jeme „ fuis peu mis en peine, je n'ai eu pour objet, „ que de découvrir ce que l'on s'obftinoit à „ me cacher, de favoir ce que la plupart des „ Hommes ignorent ; en un mot , de devenir ,, un Savant d'une efpèce toute (ingulière.
Page 1 - Je puis, dit-il, me vanter en toute fureté, „ d'être l'Homme le plus curieux qu'il y ait „ fur la terre. Depuis que je me connois , je „ me fuis fenti une inclination dominante pour „ tout ce qui avoit l'empreinte du merveil„ leux, ou feulement du fingulier ; fur-tout, „ lorfque j'y trouvois avec cela l'affaifonne
Page 22 - Dations, lorfqu'il a pour lui les graces de la nouveauté : ou pour mieux dire , ce qui eft. nouveau pour le François a toujours pour lui l'agrément du mérite. Les femmes commencèrent , il ya quelques années , à copier certaines modes Ar.gloifes.
Page 6 - Atianture qui fe paiïa, dit-il, il ya deux oit trois ans , dans une des premières Villes d'Allemagne. Voici comme il la conte (a) „ Mr. „ le Marquis d'A , que vous connoiflez „ fans doute par fes Ouvrages, réfiftoit, de„ puis longtems,aux follicitationsdefes Amis, ,, qui le preflbient de fe faire Franc-Maçon.
Page 25 - Salomon , ce temple de la vérité , ce temple de lumière , cette liberté , cette égalité, ne regarde que la société, sans songer à s'étendre plus loin; il ne s'agit plus de révolte, d'indépendance , de soustraction à toute autorité : tout doit se métamorphoser en un instant avec adresse; ce ne sont plus que devoirs à remplir, qu'un Dieu à reconnaître , que vertus à pratiquer, que soumission et fidélité inviolable à observer à l'égard de toute autorité. Ces monstres, ces tyrans,...
Page 27 - Un Cavalier Anglois vint à lui, le fabre levé , & lui auroit fait un mauvais parti , fi le Garde , qui étoit Franc - Maçon , n'eût fait, à tout hazard, les Signes de l'Ordre.
Page 25 - C'eft l'ef„ fet de certains Signes , dont ils font conve„ nus entre eux. Ils les emploient fi fréquem„ ment , foit dans leurs AUemblées , foit dans „ les rencontres particulières, qu'on pourroit „ les regarder comme autant de Pantomimes. „ Au relie , les Signes dont ils fe fervent , font „ fi clairs & fi exprefilrV , qu'il n'eft point en„ core arrivé de méprife à cet égard".
Page 22 - ... sur ses débris , ont su , pour les mieux affermir, insinuer adroitement que la religion , que le culte le plus agréé de Dieu , était une soumission et une déférence aveugle pour tous les princes de la terre , que les hommes...

Informations bibliographiques