Mémoires secrets de Bachaumont [édités et continués par Pidansat de Mairobert et Moufle d'Angerville]

Voorkant
A. Delahays, 1859 - 468 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 203 - Il faut le voir sur les genoux De quelques belles aux yeux doux, Les charmer par sa gentillesse, Leur faire cent tours de souplesse. Ce ne peut être que Molet Ou le singe de Nicolet. L'animal, un peu libertin, Tombe malade un beau matin, Voilà tout Paris dans la peine; On crut Voir la mort de Turenne, Ce n'était pourtant que Molet Ou le singe de Nicolet.
Pagina 242 - Ils se sont réunis et prétendent faire un corps de système qui doit renverser tous les principes reçus en fait de gouvernement, et élever un nouvel ordre de choses. Ces messieurs avaient d'abord voulu entrer en rivalité contre les Encyclopédistes et former autel contre autel ; ils se sont rapprochés insensiblement ; plusieurs de leurs adversaires se sont réunis à eux, et les deux sectes paraissent confondues dans une.
Pagina 195 - Caillaud, camarade de Clairval. Ce dernier, assez inquiet de sa position, consultait l'autre sur ce qu'il devait faire. « M. de Stainville , lui disait-il , me menace de cent coups de bâton , si je vais chez sa femme; madame m'en offre deux cents, si je ne me rends pas à ses ordres : que faire? Obéir à la femme, répond Caillaud : il ya cent pour cent à gagner. FÉVBIEB. 2. — Couplets attribués à M. le duc d'Ayen , dont un du roi. à ce qu'on prétend : Que l'on goûte ici
Pagina 239 - Bon dieu ! qu'il est pesant dans sa légèreté ! Que ses petits écrits ont de longues préfaces ! Ses fleurs sont des pavots , ses ris sont des grimaces ; Que l'encens qu'il prodigue est fade et sans odeur ! C'est, si je veux l'en croire, un heureux petit-maître; Mais si j'en crois ses vers , oh ! qu'il est triste d'être Ou sa maîtresse, ou son lecteur.
Pagina 241 - Grâce, grâce, mon cher censeur , Je m'exécute , et livre à ta main vengeresse Mes vers, ma prose et mon brevet d'auteur. Je puis fort bien , vivre heureux sans lecteur ; Mais par pitié laisse-moi ma maîtresse. ' .' .^ Laisse en paix les amours, épargne au moins les miens; Je n'ai point, il est vrai, le feu de ta saillie , Tes agrémens ; mais chacun a les siens.
Pagina 84 - Les renards et les loups furent longtemps en guerre; Les moutons respiraient. Des bergers diligents Ont chassé, par arrêt, les renards de nos champs; Les loups vont désoler la terre : Nos bergers semblent, entre nous, Un peu d'accord avec les loups.
Pagina xviii - Avec les événements publics, que fournit ce qu'on appelle le cours des affaires, on se propose de rapporter toutes les aventures journalières de Paris et des capitales de l'Europe, et d'y joindre quelques réflexions sans malignité, néanmoins sans partialité, dans le seul dessein d'instruire et de plaire, par un récit où la vérité paraîtra toujours avec quelques agréments.
Pagina 158 - Je sens le prix de ton hommage : Quelque dieu de la terre en eût été flatté. Mais tu penses en homme sage : Dans l'amitié tu vois la dignité. Tu réunis tous les suffrages; Et le public, tiré de son erreur, Te rend ta gloire et tes ouvrages. Rien ne peut à présent altérer ton bonheur. Tes succès sont à toi : j'en goûte la douceur, Et n'ai jamais voulu t'en ravir l'avantage. Ton esprit en a tout l'honneur : C'est mon cœur seul qui le partage.
Pagina 166 - La Partie de Chasse de Henri IV, comédie en trois actes et en prose, par Collé, secrétaire ordinaire, lecteur de SAS Monseigneur le Duc d'Orléans, premier Prince du sang. Brest, de l'imprimerie de Michel, 18l4, ltt-8
Pagina 164 - États vous offrent une retraite paisible; je vous veux du bien, et je vous en ferai si vous le trouvez bon. Mais si vous vous obstinez à rejeter mon secours, attendez-vous que je ne le dirai à personne.

Bibliografische gegevens