Dictionnaire des proverbes français

Voorkant
Treuttel et Würtz, 1821 - 591 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Inhoudsopgave

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 297 - Toujours au plus grand nombre on doit s'accommoder, Et jamais il ne faut se faire regarder. L'un et l'autre excès choque , et tout homme bien sage Doit faire des habits ainsi que du langage , N'y rien trop affecter, et, sans empressement, Suivre ce que l'usage y fait de changement.
Pagina 182 - Montespan une robe d'or sur or, rebrodé d'or, rebordé d'or, et par-dessus un or frisé, rebroché d'un or mêlé avec un certain or , qui fait la plus divine étoffe...
Pagina 454 - Le chef-d'œuvre d'un inconnu, poème heureusement découvert et mis au jour, avec des Remarques Savantes et recherchées, par M. le docteur Chrisostome Matanasius.
Pagina 331 - Je sais un paysan qu'on appelait Gros-Pierre, Qui, n'ayant pour tout bien qu'un seul quartier de terre, Y fit tout à l'entour faire un fossé bourbeux, Et de Monsieur de l'Isle en prit le nom pompeux.
Pagina 292 - S'en va chercher son pain de cuisine en cuisine , Savant en ce métier, si cher aux beaux-esprits, Dont Montmaur (3) antrefois fit leçon dans Paris.
Pagina 334 - Aux lieux où règne la folie» Un jour la Nouveauté parut. Aussitôt chacun accourut. Chacun disait : Qu'elle est jolie! Ah ! madame la Nouveauté, Demeurez dans notre patrie ; Plus que l'esprit et la beauté Vous y fûtes toujours chérie .... Lors la déesse à tous ces fous Répondit : Messieurs, j'y demeure} Et leur donna le rendez-vous Le lendemain à la même heure.
Pagina 137 - ... lieu de bourlées, deux grandes oreilles si larges que quand elles vouloient passer l'huis d'une chambre il falloit qu'elles se tournassent de costé et baissassent...
Pagina 45 - La prévoyance! La prévoyance qui nous porte sans cesse au-delà de nous , et souvent nous place où nous n'arriverons point, voilà la véritable source de toutes nos misères.
Pagina 126 - Je me flattais toujours d'une espérance vaine, Faisant le chien couchant auprès d'un grand seigneur. Je me vis toujours pauvre, et tâchai de paraître ; Je vécus dans la peine, espérant le bonheur, Et mourus sur un coffre, en attendant mon maître.
Pagina 127 - Coiffé d'un froc bien raffiné , Et revêtu d'un doyenné Qui lui rapporte de quoi frire , Frère René devient messire , Et vit comme un déterminé. Un prélat riche et fortuné , Sous un bonnet enluminé, En est , s'il le faut ainsi dire , Coiffé.

Bibliografische gegevens