Sophie - l'intégrale -: De starter à Sophie

Voorkant
Dupuis - 200 pagina's
0 Recensies
Fille d'un inventeur très en avance sur son temps, Sophie est camarade avec Starter, le chroniqueur automobile fétiche du Journal de Spirou, animé par Jidéhem. Tous deux défendent vaillamment les inventions mécaniques du père de Sophie, convoitées par des affreux sans scrupules. Le présent recueil porte sur la période 1961-1964, et réunit "L'oeuf de Karamazout", album mythique des aventures de Sophie, ainsi que deux histoires publiées dans le Journal de Spirou, mettant en scène Starter et Sophie : "Starter contre les casseurs" et "La maison d'en face". On retrouve le goût prononcé de Jidéhem pour l'automobile, qui crée, mine de rien, la première héroïne de la BD franco-belge, avant Natacha et Yoko Tsuno.
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Inhoudsopgave

Gedeelte 1
6
Gedeelte 2
7
Gedeelte 3
10
Gedeelte 4
12
Gedeelte 5
18
Gedeelte 6
20
Gedeelte 7
23
Gedeelte 8
35
Gedeelte 24
112
Gedeelte 25
113
Gedeelte 26
118
Gedeelte 27
126
Gedeelte 28
129
Gedeelte 29
130
Gedeelte 30
140
Gedeelte 31
143

Gedeelte 9
37
Gedeelte 10
38
Gedeelte 11
42
Gedeelte 12
43
Gedeelte 13
46
Gedeelte 14
54
Gedeelte 15
57
Gedeelte 16
60
Gedeelte 17
63
Gedeelte 18
65
Gedeelte 19
73
Gedeelte 20
79
Gedeelte 21
97
Gedeelte 22
106
Gedeelte 23
108
Gedeelte 32
152
Gedeelte 33
155
Gedeelte 34
157
Gedeelte 35
158
Gedeelte 36
162
Gedeelte 37
164
Gedeelte 38
167
Gedeelte 39
172
Gedeelte 40
173
Gedeelte 41
176
Gedeelte 42
180
Gedeelte 43
184
Gedeelte 44
186
Copyright

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Over de auteur (2016)

Né le 21 décembre 1935, Jean De Mesmaeker, dit Jidéhem, suit les cours d'art décoratif à l'institut Saint-Luc de Bruxelles et présente ses premiers travaux à Fernand Cheneval, éditeur et animateur de l'hebdomadaire HEROïC-ALBUMS, qui l'encourage et publie en feuilleton à partir de 1953 ses deux premières histoires, "Ginger et le collectionneur" et "Le Baron est fou". Jidéhem va ensuite réaliser pour ce journal une demi-douzaine d'enquêtes de son détective "Ginger", ponctuées de mitraillades, de poursuites automobiles et de crashes spectaculaires. 1 la disparition d'HEROïC-ALBUMS, fin 1956, il se présente chez Dupuis. Son type de série semi-réaliste et violente effarouche l'éditeur fort soucieux de la censure française : Ginger ne vivra de nouvelles aventures dans SPIROU qu'en 1979, lorsque le seuil de tolérance dans les publications pour la jeunesse se sera nettement relevé. Franquin se trouve toutefois débordé par les nombreuses responsabilités qu'il a acceptées ( la série "Spirou et Fantasio", les animations de couvertures du journal et l'illustration de la rubrique automobile "Starter"; les gags hebdomadaires de "Modeste et Pompon" dans TINTIN et la création envisagée de "Gaston") et Jidéhem lui est présenté. Il entre dans l'atelier du Maître et participe aux décors de Spirou à partir du "Prisonnier du Bouddha", reprend et développe l'animation graphique des articles de Starter, collabore largement aux premières années de "Gaston Lagaffe" (Son véritable patronyme sera d'ailleurs accordé à l'"homme aux contrats" de la série.). Il rêve pourtant toujours d'une série personnelle et l'abordera par un biais, car l'éditeur se montre réticent à laisser se disperser le parfait collaborateur de son auteur vedette. "Franquin me conseilla d'en parler à Delporte," se souvient Jidéhem. "Et Delporte me déclara : "Il n'y a qu'une seule solution. Je vais t'écrire un synopsis. Comme je suis le rédacteur en chef, je serai bien forcé de l'accepter..." Et il le fit avec "Starter contre les Casseurs"." Ce banc d'essai animant le personnage d'une rubrique du journal incite l'éditeur à lui donner carte blanche, pour autant qu'il évite le genre policier où Tillieux se trouvait déjà la cible des censeurs parisiens. Comme sa femme attendait une petite fille, l'artiste décide de lancer une jeune héroïne, "Sophie", qui apparaîtra avec Starter dans l'épisode suivant ("L'oeuf de Karamazout", 1964), puis prendra son autonomie et vivra une vingtaine d'aventures jusqu'en 1995, souvent sur scénario de Vicq. Lorsque sa fille aura dépassé l'âge de son héroïne, Jidéhem réduira nettement sa production, adaptant de 1990 à 1993 quelques "Chansons cochonnes" pour les éditions Top Game de son ami Carpentier. Son essai de relancer "Ginger" tourna court, mais il conserve une grande nostalgie de son premier personnage et regrette de n'avoir pu lui consacrer une carrière complète.

Bibliografische gegevens