Images de page
PDF
ePub

DES

JOURNAUX,

FRANÇOIS ET ÉTRANGERS.

JAR UNE SOCIÉTÉ DE GENS-DE-LETTRES:

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

argent de

[ocr errors]

Conditions pour l'Abonnement Le prix de la Souscription de l'Esprit des Juurnaux, pris à Liege & à Bruxelles, est de 24 liv. France, pour l'année entiere, que l'on paiera en soul. aivant.

Lc prix de chaque Volume sera de so sols pour les personnes qui n'auront pas souscrit,

On s'adressera à Liege, chez J. J. Tutot, Impri. nieur-Libraire, propriétaire du journal , près Sains Hubert ; à M. Mauss, Officier au Bureau des Portes Impériales pour toute l'Allemagne.

A Bruxelles, au Bureau de l’Esprit des Journaux sue de la Magdelaine ; à M. Horgnies, Expéditeur des Gazettes étrangeres , pour tous les Pays-Bas Autrichiens; chez B. Lefranca, Libraire.

A Roterdam, chez Bronkhorst , Libraire.

A Amsterdam, chez Van Harrevelt, dans le Kalyestraat, & B. Vlam , Libraires.

A La Haye chez Golle & Detune, Libraires, pour toute la Hollande.

A Pragues, chez Wolfgand-Gerle , Libraire.
A Vienne, chez Græffer , Libraire.

A Hambourg, chez Virchaux & Compagnie , Libraire, pour toute l'Allemagne & le Nord,

A Paris, chez Valade , Imprimeur-Libraire , rue des Noyers , vis-à-vis Saint - Yves, pour toute la France, au prix de 27 liv. pour Paris , & de 33 pour les Provinces, rendu franç de port par-tout le Royaume.

A Metz , chez Gerlache, Libraire , pour toute la i Lorraine.

On s'adreslera chez les mêmes pour le Journal Hif. torique & Politique, 52 cahiers de 48 pag. chacun par an,, qui paroît tous les mercredis de chaque fo maine. La Souscription est de 12 liv. de France.

On pourra adresser les différentes piéces que l'on defi. reroit faire paroítre dans l'Esprit des Journaux à MQ Horgnies Bruxelles ; à M. Maufl, Liege.

>

[ocr errors]

L'ESPRIT

DES

JOURNAU X.

[ocr errors]

HISTOIRE générale & particuliere de la Grece,

contenant l'origine , le progrès, la décadence des loix, des sciences , des arts & des lettres, de la philosophie, &c. précédée d'une description géo. graphique, de dissertations sur la chronologie , les mesures, la mythologie, &c. & terminée par le parallele des Grecs anciens , avec les Grecs modernes; par M. Cousin DESPRÉ AUX, de l'académie des sciences, belles-lettres & arts de Rouen, de celle de Villefranche , & des Arcades de Rome. A Rouen , chez le Boucher le jeune, libraire ; & à Paris, chez Durand neveu , libraire, rue Galande. 4 volumos in-12. Prix 10 liv. brochés,

à

Le seul nom de la Grece rappelle à l'esprit toutes les merveilles qui ont illustré cette heureuse contrée ; c'est dans ce petit coin de la terre qui sépare l'Europe d'avec l'Asie, que la nature a long-tems concentré la puissance; c'est là que l'espece humaine s'est élevée à un degré de perfection dont elle ne paroissoit pas susceptible. Que nous offrent ces empires fa. meux de l'Asie, ces villes dont la magnificence eft fi vantée ? de vils troupeaux d'esclaves, des despotes odieux, un luxe groffier, l'abus des richesses. Que sont ces masses énormes, ces édifices monstrueux dont s'honore l’Egypte, finon des monumens de l'orgueil extravagant des rois, & de la pacience servile des peuples. Dans la Grece nous voyons des hom, mes, des vertus & des loix.

C'est dans la Grece que l'esprit humain a développé toutes ses forces; le monde , déja vieux, étoit encore barbare; les talens agréa. bles & les dons du génie étoient encore ignorés, lorsque tout-à-coup, du sein des tenebres, un rayon créateur s'élance & vient féconder un peuple libre. La Grece enfante les arts : sous ce climat fortuné, la poésie, l'éloquence, la philosophie naissent & se perfe&tionnent pres. qu'en même tems. Sous les doigts de l'artiste Grec la toile s'anime, l'airain vit & respire : & dans le même pays où l'on avoit habité des cavernes, l'art éleve des temples dignes de la majesté des dieux, & le modele éternel de la belle architecture. Voilà ce qui distingue efsentiellement la Grece de tous les pays de; voilà pourquoi les gens-de-lettres ne peu. vent se défendre d'une forte de vénération pour cette patrie des arts & des sciences; & dans quelque région qu'ils se trouvent, ils regardent toujours Athenes comme leur métropole; car, par une étrange fatalité, cette gloire du génie ne fut point commune à tous les Grecs, & ne s'étendit point au-delà de l'Attique : Lacedémone & Thebes eurent des guerriers, Athenes - seule eut des écrivains ; dans son territoire, d'ailleurs, ingrat & ftérile, on voyoit éclore les poëtes & les orateurs, aussi heu- . reusement que l'olive & la figue.

du mon.

S'il est une ville qui puisse entrer en parallele avec Athenes, c'est sans doute la fameuse Rome. Pour la grandeur & l'éclat des conquéres, il n'y a aucune comparaison à faire entre la reine du monde & la capitale de l'Actique ; aussi, l'histoire romaine est-elle bien plus agréa. ble que l'histoire grecque, aux yeux des lecteurs qui ne considerent que l'importance des faits & la variété des événemens ; mais, je ne fais si les batailles de Marathon & de Salamine ne présentent pas aux yeux du philosophe un spectacle plus intéressant & plus beau que toutes les guerres des Romains. Quand on voit d'injustes conquérans uniquement occupés à ravir aux autres peuples certe liberté dont ils font eux - mêmes idolâtres, on détefte l'abus qu'ils font de leurs talens & de leur puissance: on regarde leurs victoires comme des usurpations odieuses : & l'on gémit sur le fort des malheureux que leur courage n'a pu dérober à la servitude; mais, lorsqu'une poignée de citoyens intrépides résiste à toutes les forces de l'Asie, & met en fuite le stupide monarque

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »