Oeuvres philosophiques de Samuel Clarke

Voorkant
Adolphe Delahays, 1843 - 368 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 185 - qu'ayant connu Dieu, ils ne l'ont point glorifié comme Dieu et ne lui ont » point rendu grâces; mais ils se sont égarés dans leurs vains raisonne• ments, et leur cœur insensé a été rempli de ténèbres.
Pagina 107 - Or, la prescience en Dieu est la même chose que la connaissance. Si vous le considérez par rapport à sa connaissance et à sa puissance , toutes choses lui sont également présentes. Il connaît très-parfaitement tout ce qui est , et il prévoit, il sait par avance tout ce qui sera, aussi parfaitement qu'il connaît ce qui est. Comme donc sa connaissance n'influe en rien sur les choses qui sont actuellement , sa prescience aussi ne peut avoir aucune influence sur celles qui sont à venir. J'avoue...
Pagina 92 - ... chaque détermination de la volonté de l'homme doit nécessairement être produite par quelque cause extérieure et celle-ci par une troisième , d'où ils concluent que la liberté de la volonté n'est qu'une chimère. Ils disent en second lieu, que la pensée avec tous ses modes...
Pagina xxiv - Quelque chose a existé de toute éternité, puisque quelque chose existe aujourd'hui ; 2° Un être indépendant et immuable a existé de toute éternité; car, le monde étant un assemblage de choses contingentes, qui n'a pas en soi la raison de son existence, il faut que cette raison se trouve ailleurs, dans un être distingué de l'ensemble des choses produites, par conséquent indépendant, par conséquent immuable; 3...
Pagina xxviii - D'abord , ni l'espace ni la durée ne sont une propriété de Dieu. L'espace a des parties , et Dieu est un ; son unité est l'unité parfaite, absolue , qui exclut non-seulement la division actuelle , mais la division possible et mentale. Il ne sert donc de rien de répondre, comme le fait Clarke, que l'espace infini n'est pas véritablement divisible ; tout ce qu'on peut dire , c'est qu'il n'est pas divisé ; c'est que ' Voyez LcHres entre leilnii: el Ctmkr.
Pagina 101 - Hobbes que la pensée et la volonté peuvent être et sont en effet des qualités de la matière, tout cela ne déciderait point en leur faveur la question présente sur la liberté, et ne prouverait pas qu'une volonté libre fût une chose impossible ; car, puisque nous avons déjà démontré que la pensée et la volonté ne peuvent pas être des productions de la figure et du mouvement, il est clair que tout homme qui suppose que la pensée et la volonté sont des qualités de la matière , doit...
Pagina 13 - En effet , puisque quelque chose existe aujourd'hui, il est clair que quelque chose a toujours existé ; autrement il faudrait dire que les choses qui sont maintenant sont sorties du néant et n'ont absolument point de cause de leur existence , ce qui est une pure contradiction dans les termes ; car si l'on dit qu'une chose est produite, et que cependant on...
Pagina xxxii - L'immensité de Dieu est indépendante de l'espace , comme l'éternité de Dieu est indépendante du temps. Elles portent seulement à l'égard de ces deux ordres de choses, que Dieu serait présent et coexistant à toutes les choses qui existeraient.
Pagina 93 - ... distincte du corps, et qu'on supposerait que la pensée et la volonté ne sont que des qualités de la matière , cela même ne prouverait pas que la liberté de la ' volonté fût une chose impossible. Je dis premièrement , que tout effet ne peut pas être produit par des causes externes , mais qu'il faut , de toute nécessité, reconnaître un commencement d'action, c'est-à-dire, un pouvoir d'agir indépendamment d'aucune action antécédente, et que ce pouvoir peut être et se trouve actuellement...
Pagina 102 - ... que toutes les opérations de l'âme sont nécessaires; c'est-à-dire que, lorsqu'il s'agit de prouver que l'âme n'est que pure matière, ils supposent la matière capable nonseulement de figure et de mouvement, mais aussi d'autres propriétés inconnues. Au contraire, s'agit-il de prouver que la volonté et les autres opérations de l'âme sont des choses nécessaires, ils dépouillent la matière de toutes ces prétendues propriétés inconnues, et n'en font qu'un pur solide, composé de figure...

Bibliografische gegevens