Pagina-afbeeldingen
PDF
[merged small][ocr errors][ocr errors][graphic][graphic][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[graphic]

(") Par érreur typographique , la dernière livraison des Hommes E1‘ DES Causes porte une seconde fois le chiffre XVlIl au lieu de celui de XIX qtüelle devrait avoinLe relient ou le brocheur suppléera â cette omission en ne s'attachant , dans le rangement dos ca

hiers , qtvà leur pagination qui est exacte.

t O L Q

[ocr errors]
[ocr errors]

l

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

m Au 18 ‘brumaire, quand un soldat victorieux vi au ‘nom de la gloire, étoulfelïïa liberté, lorsque déjà le dictateur tenaille conseil des anciens muet sous ses baïonnettes , et essayait parle prestige de sa parole de justifier sa révolle contre les lois, tout-àcoup il fut interrompu par une voix indignée qui lui cria: «Et la constitution !...n Cette voix devant laquelle le vainqueur de l'halie et de FEgypte s'arrêta un'moment déconcerté, cette voix, recueillie par Yhistoire comme un trait de courage civil, c'était celle de M. Lenglet. ‘

ll y eut alors de ‘magnifiques récompenses offertes aux consciences faciles. Le sénat s'ouvrit pour ceux qui se convertirent à la puissance du jour. M. Lenglet pouvait y entrer; mais il s’e'loigna avec quelques républicains sincères , portant au fond de l'âme le deuil de la liberté opprimée.

» Cependant son caractère avait été juge’ par l'homme au puissant coup-d'œil, e_t_qui avait l'âme asSOL haute pour respecter partout. la conscience , et mettre tout mérite à sa place. Nommé bientôt vice-piésident au tribunal d’appel de Douai, M. Lenglet transportaidans la magistrature des vertus qui ne trouvaient plus à s’exercer sur la scène politique.

n Ces vertus, je ne les retracerai point ici avec détail. Le deuil public qui éclate en ces funérailles dit assez quel fut l'homme , quel fut le magistrat.‘ M. Lenglet semblait un homme d’un autre

[ocr errors][ocr errors][merged small]

n Mais deux vertus brillaient cliez M. Lenglet, par-dessus toutes les autres: un (lésintéressement , fruit d'une abnégation philosophique qui formait même un contraste étrange avec les mœurs du siècle , et une_équité naturelle, qui prenait ombrage de tout ce qui ressemblait aux subtilités du droit, et qui faisait souvent déplorer à l'honnêteté de sa conscience les rigueurs de la loi écrite. N'oublions pas que M. Lenglet, rentré dans la vie privée, se souvint toujours de ce qu'il devait à son pays; qu'il fut toujours ami de la liberté, et courageux citoyen sous la toge du magistrat.

» Il n'est plus cet homme de bien, et la tombe qui va se refermer ne nous laissera de lui que sa mémoire et ses exemples. A la vivacité de nos regrets nous devons comprendre la grandeur du deuil de sa famille, privée d'un chef si respectable, d'un père si bon , et qu'elle entoiirait de soins si touchans. Puisse l'héritage d'une mémoire honorée , puissent les regrets publics , dont nous sommes

ici l'organe , rapporter quelqu'udoucissement à une si juste douleur.

t7 Et nous aussi, nous avons une o perte sensibleà réparer, mais trois fils pleins d'honneur qui environnent cette tombe, reproduisentdéjà les vertus de leui‘ père sans le faire oublier, ils le remplaceront au milieu de nous. C'était la peusée, c’était l'espoir, qui consolait à son lit de mort, celui à la cendre duquel nous payons ce triste et dernier hommage. l) _

[merged small][merged small][graphic][merged small]

‘Dans les guerres Ÿqui eurent lieu ‘entre Louis XI , Charles le Téméraire'et Marie de Bourgogne , Tourcoing lut fortifié et les flamands y posèrent une garnison. Attaqué ‘le 31 juillet llj77, par les troupes de Tournai, Tourcoing fut pris , ‘on y pilla une grandequantite’ de draps , et autres étolfes dont il t'aisait un riche commerce et l'on détruisit en partie ses fortifications.

En 1566, Tourcoing surpris de nouveau par les hérétiques , est encore pillé et incendié, on s'y livre à toutes sortes d'excès. Le curé fut tué dans cette attaque , et on pensa i le béatifier; mais on ne donna pas de suite à cette singulière pen'sée. Tourcoingessuya deux incendies terribles, les 17 avril 1607 etio décembre 1710; plus de quatrevingts maisons furent dévorées par les flammes dans le premier. En 179e, cette ville fut dévastée par les armées françaises et autrichiennes. l

[merged small][merged small][ocr errors]

la fabrication des étoiles. Depuis quelquesannées il s'y est élevé une manufacture de tapis, dont les produits rivalisent avec ceux des premiers établissemens de la France et de l! Belgique.

Les habitans de Tourcoing ont conservé les mœurs simples et patriarchales de leurs pères , ils sont sincèrement religieux , mais ils subissent trop l'influence du clergé , Longtems ils ont été l'objet des plaisanteries plus on moins spirituelles de leurs voisins les Lillois , cependant ils ont su prouver par la prospérité constante de leur commerceetdeleurindustrie qu'ils ne sont pas moins aptes qu'eux aux alfaires et que leur sagacité n'a besoin pour se révéler tout entière que d'être développée par une éducation plus étendue et plus libérale.

C'est à Tourcoing qu'est né en 15": Pierre Lemonnier, auteur d'une description fort estimée des monumens tant anciens que modernes existans de son tems en Italie.

Tourcoing, s'est considérablement aggrandi depuis quelques années; on y a percé il y a peu de tems une rue, qui, pour la longueur et l'élégance des bâtimens, peut êt1'e comparéeà la rue Royale de Lille. La population de Tourcoing varie de 19 à ao mille âmes.

(Mémorial (le la Scarpe.)

MAUSOLÊE DU COMTE on LALLAING, CHARLES I". - On remarque depuis quelques jours au musée de Douai, déjà si riche

[ocr errors][ocr errors]

en objets d'arts, en monumens historiques et en curiosités archéologiques, les diverses pièces d'un superbe mausolée en alhâtre, qui, s'il est restauré comme nous l'espérons, ne sera pas Pornement le moins curieux de cette précieuse collection. Ce monument n'est pas encore la propriété de la ville de Douai , le musée ne le possède qu'à titrede dépôt,maistoutnousporte à croire que la ville en devra plus tard la propriété à la générosité bien connue de la personne à qui il appartient. Ce monument existait dans le chœur des dames de VAbbaye-des-Prez à Douai (l), mais depuis la destruction de l’église, il avait été transporté dans une propriété particulière, ou il était abandonné.

Le comte,étendu sur un riche coussin de velours brodé , est supporté par un soubassement garni de bas-reliefs; sur sa tète est la couronne de comte, posée sur ses cheveux plats, il est vêtu d'une riche tunique, sous laquelle on apperçoit la cotte de maille. Son cou est orné de la décoration de l'ordre de la Toison-d'or , un riche baudrier soutient sa large épée; il porte Cuissards et jambards; ses mains sont jointes et ses pieds appuyés sur le lion de la Belgique éplorée. Sur le hns de la tunique on lit sa devise: AULTRE se QUIERT. Le monument doit avoir avec les pierres d'assises , de cinq à six pieds d'élévation

Sur le devant du cénotaphe, on

[graphic][merged small][graphic]
[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][graphic]
[ocr errors][ocr errors]
« VorigeDoorgaan »