Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]

parition de chats, de serpents, d'autres Du reste, rien à la peau, ni dans lc liss!! animaux, elc.) sont pathognomoniques du cellulaire sous-cutané; ni coloration anordelirium tremens et de toutes les phréno- male, ni ædème. C'était, en un mot, une pothies dues à l'action délétère des bois- affection toute locale. Il n'y avait, d'ailsons alcooliques. – L'analomie patholo- leurs, pas de symptômes généraux et pas gique, dit l'auteur, a jusqu'à présent fai- de coïncidence d'affections puerpérales blement éclairé le sujet en question. Sur dans la salle. 602 autopsies d'aliénés, et malgré la fré- Il est bizarre que cette affection se préquence des fausses perceplions sensorielles sente pour la première fois à notre obserparmi eux, on n'a rencontré qu'un seul vation dans un service dont le personnel cas où l'on pût attribuer à une altération se renouvelle fréquemment. Une femme matérielle une certaine influence sur la nous a dit en avoir été déjà atteinte dans première paire. Chez une femme depuis un accouchement antérieur. longtemps aliénée et qui mourut phthisi. On serait assurément fort embarrassé que, on trouva sous la dure-mère, au-des. d'assigner à celte maladie une place dans sus de l'os ethmoïde, entre les deux nerfs les cadres nosologiques, et de déterminer olfactifs, une masse régulièrement circu- sa nature. Nous lui imposerions volontiers laire, du volume d'une noisette, d'une provisoirement le nom de myodynie des nuance gris-rougeâtre, qui poussait en de femmes en couches, qui a l'avantage de ne hors ces deux nerfs et comprimait leur rien préjuger. Sans aucun doute, cette alsubstance. Pendant toute la durée de sa fection présente tous les caractères du maladie, cette femme avait été tourmentée rhumatisme musculaire; mais il nous a par une forte odeur cadavéreuse.

semblé qu'il arrive rarement que cette af(Lill. Beil. z, aerzil. Int. Blatte et Ann. fection siège dans ce groupe musculaire. méd. de la Flandre occid., No 12.) Doit-on altribuer cette affection à l'in

fluence du froid qui s'exerce d'autant plus

facilement que la plupart des femmes à MYODYNIE DES FEMMES EN COUcues. qui nous avons affaire sont peu soigneuses Une affection singulière, qui du reste n'a d'elles-mêmes? Mais comment se ferait-il pas de gravité, vient de se présenter un alors que l'on n'ait pas encore eu l'occasion certain nombre de fois dans le service de d'observer la maladie dont il s'agit ? Estfcmmcs en couches de M. le docteur Le- ce un pur effet du hasard, ou bien y a-t-il groux à l'Hôtel-Dieu. Voici sur cette af- là quelque influence d'un ordre plus élevé fection quelques renseignements et quel- dont il faille tenir compte? ques réflexions publiées par la Gazelle des M. Lcgroux a été, comme nous, frappé ilôpitaur, d'après les renseignements four. de cette coïncidence singulière. nis par M. Warmont, interne du service. Quoi qu'il en soit, nous ne doutons pas

Cinq ou six femmes récemment accou- qu'à une certaine époque cette affection chées ont accusé une douleur assez vive n'ait pu être considérée comme une maladans les muscles du mollet. Voici comment die laiteuse, et il ne serait pas impossible s'est comportée cette maladie : Le jour non plus que certains auteurs peu rigoumême, ou les jours qui ont suivi l'accou- reux n'aient fait de cas semblables des cas chement, doulcurs dans l'épaisseur des de plilegmalia alba dolens. En effet, l'hismuscles de la partie postérieure de la toire de cette dernière maladie trahit des jambe, apparaissant en général pour la incertitudes et un chaos que des recherpremière fois au moment où la malade sc cles récentes n'ont pu encore entièrement levait pour qu'on fit son lit; douleur con- élucider. tinue, mais avec exacerbations, s'étendant Le traitement a dû être et a été nécesdes attaches musculaires jusqu'à leur ten. sairement simple : Immobilisation du don commun, s'exaspérant par les mouve- membre élevé sur des coussins, cataplasments, et rendant l'extension du pied et mes, embrocations d'huile de jusquiame. la marche difficiles. L'une de ces malades (Journ. des Conn. médic. et pharm., No32.) a affirmé que la douleur augmentait par la pression; chez une autre, au contraire, la pression produisait du soulagement lors- EMPLOI DE LA STRYCANINE CONTRE LES que apparaissaient les exacerbations vives, DILATATIONS DES CAVITÉS DU COEUR ; par le qu'elle-même comparait à une crampe. docteur CHAMBERS. Dans plusieurs

Chez presque tous ces malades, cette cas de dilatation des ventricules du caur douleur a siégé simultanément dans les contre lesquels l'auteur eut recours à l'addeux membres. Elle a été précédée, chez ministration de la strychnine à titre d'exune seule, de douleurs dans les genoux. périmentation, cet alcaloide lui rendit des

a

[ocr errors]

DE TABAC CONTRE

services et constitua un précieux moyen a des tumeurs dans le ventre, les ponc. palliatif. L'anasarque, l'ædème pulmonaire tionner quand la ponction est possible; ainsi que la dyspnée liée à ce dernier état, dans la grossesse, attendre; dans les deux disparurent très-souvent par l'usage de la cas, faire varier les positions le plus soustrychnine dont l'action, dans les cas de vent que les malades le pourront; l'espèce, peut s'expliquer par son influence 4. Songer aux organes éloignés : le sur le cœur dont elle réveille l'activité. système vasculaire de l'anus envoie le N. Chambers administre ce médicament sang au foie par les hypogastriques et la par la voie endermique au moyen d'un veine-porte; du foie il se rend au caur : vésicatoire appliqué sur la région précor. il faut donc surveiller la circulation génédiale, ou bien à l'intérieur, lorsque l'ab- rale; sorption cutanée ne lui procure pas des 8° S'informer avec soin du genre de résultats satisfaisants. Quand il s'agit vie; faire aller régulièrement ct faciled'un médicament aussi actif que la strych- ment à la selle, elc.; nine, il serait désirable que les doses aux- 6° Il faut empêcher que l'anus donne quelles il a été employé fussent toujours passage à des matières trop dures, ou, da indiquées avec beaucoup de soin; sous ce moins, il faut, lorsqu'elles sont dans cet rapport, la présente communication offre état, en favoriser le glissement. Afin de unc lacune importante, que nous ne pou- remplir l'une et l'autre de ces indications, vons que regretter.

on administrera l'ancienne médecine noire Dr D...É.

(solution de sel de Glauber dans une dé. (23sto Beilage zum Aerzt, Intell.-Blatte.) coction de follicules de séné) qui est un

très-sûr purgatif, et, au moment de la dé

fécation, on sera prendre un lavement EMPLOI DES FEUILLES

composé d'huile pure ou d'un mélange L'ÉRYSIPÈLE. — Un médecin américain, le d'huile et d'eau. docteur Stephenson, appelle l'attention de L'usage de la rhubarbe en poudre et de ses confrères sur l'emploi du tabac pour

la limonade magnésienne sera aussi d'un cure de l'érysipèle. Il aflirme, dit le Medi- excellent effet. cal_Times, que ce moyen est de ceux sur Mais ce qui vaudra mieux encore que lesquels on peut compter avec le plus de ces drogues et ce qui, d'ailleurs, est certitude pour se rendre maitre de l'in- d'une importance extrême en médecine Nammation érysipélateuse. Il recouvre la pratique, ce sera de trouver, pour en resurface enflammée avec des feuilles de commander l'usage habituel, des aliments tabac humides, et les conserve appliquées légèrement laxatifs. Ces aliments varient sur la partie, jusqu'à ce que les malades selon les individus, mais il est bien rare éprouvent de fortes nausées.

que chacun de nous n'ait pas son purgatil (Ann. med. de la Flandre occid., No 13.) naturel parmi les substances nutritives.

Pour les uns, ce sont les huitres ; pour

d'autres le veau, et, en particulier, les TRAITEMENT DES HÉMORRUOïdes. M. parlies gelatineuses du veau. Pour ceux-ci Piorry, après avoir démontré celle opi. c'est le porc frais; pour ceux-là les lennion, que les hémorrhoides constituent tilles. Il est probable que, à l'égard de ces une affection dont les causes sont toutes dernières, c'est dans l'enveloppe que rémécaniques et toutes locales, aborde son side la partie purgative. Elles appartien. traitement et s'exprime ainsi : Faut-il em- nent à la famille des légumineuses, et le ployer les remèdes internes et une médi- fait trouverait plusieurs analogies dans la cation générale? Évidemment non. Quc même famille. En faisant une décoction faut-il donc faire? Il faut suivre pas à pas de ces enveloppes on obtiendrait done le mécanisme de sa formation et s'opposer probablement une liqueur purgative. à tout ce qui lui donne naissance. Ainsi 7° Les soins de propreté doivent jouer l'on devra :

un grand rôle dans le traitement des hé1° Comballre le trop de sang , l'hyper

morrhoïdes , à litre surtout de prophylacémie par le régime, les purgatifs et quel- tique. On recommandera aux hémorrhoiquefois les saignées générales ;

daires de se laver l'anus soir et matin; on 2. Éviter la déclivité. Quand les hé- leur recommandera aussi de s'arranger de morrhoïdes sont très-graves, faire garder façon à pouvoir se laver au moment même aux inalades la position horizontale et les où ils viennent d'aller à la selle, et alors engager à se coucher sur le ventre; que la muqueuse est encore dehors. Cette

z• Eviter les compressions de toute dernière précaution a pour objet de faire nature qui peuvent ramener le mal; s'il y remonter plus haut le bénéfice de ces soins

[ocr errors]

de propreté, et d'empêcher qu'aucune le grand soupir et que l'on dirige, si l'on partie des fèces ne reste dans les plis, peut ainsi parler, vers la partie inférieure entre les petites tumeurs hémorrhoïdales. de l'intestin. De cette façon on évite la ré

Il est rare que les malades s'astreignent sistance des sphincters, qui ne se contracà cette hygiène un peu minutieuse; mais tent presque pas. ceux qui le font s'en trouvent bien; et A l'aide de ces divers moyens, tous après qu'ils en ont éprouvé du soulage- très-simples, rationnels, physiologiques, ment, ils ne s'en départissent plus. on vient à bout des hémorrhoïdes les plus

Nous venons de dire (6") qu'il fallait rebelles. Toutes les affections du rectum favoriser le passage et le glissement des en sont heureusement modifiées. On peut matières durcies à travers la filière de dire que les cancers seuls resistent à cette l'extrémité inféricure du rectum. C'est là, médication, trop peu connue et par conséen effet, un des points principaux du trai- quent trop peu employée. Le nombre de tement. Pour obtenir ce résultat, il faut fissures, de fistules, de bourrelets hémorporter, à l'aide du doigt, un corps gras à rhoïdaux que j'ai ainsi guéris et que j'ai l'intérieur de l'anus, et faire en sorte de sauvés de l'intervention de la chirurgie, dépasser le sphincter supérieur. Il est est incalculable. important que ce corps gras soit extrême- Un dernier mot, Messieurs, à

propos ment consistant et en grande quantité. d'une objection que ne manquent pas d'a

L'onguent populéum, qu'on prescrit dresser à cette méthode les partisans des d'ordinaire, est trop mou ; il ne forme pas vieux errements nosologiques. Il est vrai un enduit assez épais et ne reste pas, qu'un homme atteint d'hémorrhoïdes , et comme une réserve, où on le place. sujet aux stases sanguines, ou dont la cir

Le beurre de cacao', qu'on a également culation abdominale est génée par une vanté dans ce cas, ne remplit pas bien le cause quelconque, un gros ventre par but qu'il s'agit d'atteindre. Très-dor à exemple, il est vrai que cet homme est l'état normal, dans notre climat, il se soulagé quand arrive ce qu'on a appelé le liquéfic absolument et sans transition à la pur hémorrhoidal. Mais il le serait égaletempérature du corps de l'homme. ment par une saignée générale; et il vaut

Il faut prendre de la graisse de veau : mieux encore, afin d'obtenir le même celle qui entoure les rognons est très-ré- effet, avoir recours au régime, à la dimi. sistante et reste assez dure à la tempéra- nution des aliments, à la sudation provo. ture bumaine. Chacun, du reste, peut la quée, etc. préparer. Il suffit de la faire fondre dans Est-il nécessaire d'ajouter que les hél'eau bouillante, de la recueillir lorsqu'elle morrhoides sont souvent une affection est figée et d'en remplir des flacons qu'on grave? qu'elles sont la cause la plus frébouche bien. Elle se conserve pendant quente des fissures et des fistules anales? lougtemps. On peut ensuite faire varier qu'elles amènent quelquefois la rétention son degré de consistance en la mélangeant, des matières fécales, l'impossibilité de quand on veut s'en servir, avec une pro leur évacuation, et les accidents terribles portion plus ou moins grande de beurre qui en sont la suite ; que, le plus souvent, de cacao.

par les hémorrhagies habituelles qu'elles 8. Il reste , enfin, une dernière recom- provoquent, elles déterminent l'hypémie mandation à faire aux malades; recom- et l'hydrémie, c'est-à-dire la diminution mandation qui découle encore de l'étude de la masse du sang ou l'augmentation de physiologique de l'acte de la défécation. la proportion d'eau qu'il doit contenir?

Pour l'accomplissement de cet acte, le Sans que j'insiste davantage, vous comdiaphragme et les muscles abdominaux se prenez maintenant, je l'espère, comment contractent, mais, en même temps, les l'affaiblissement, la détérioration de l'orsphincters de l'anus se contractent aussi et ganisme peut être la conséquence suneste se ferment. Il faut parfois déployer une d'un état peu grave dans le principe, énorme puissance, afin de surmonter celle qu'on néglige trop d'habitude, et auquel contraction des sphincters, d'où l'aggrava. vous ferez dorénavant une sérieuse atlion des accidents hémorrhoïdaux.

tention. Je vous ai donné le moyen d'y Comment éviter ce résultat? Par une remédier facilement. manæuvre assez simple ct qui, chez beau. (Union médicale et l’Abcille, méd. No 17.) coup de malades , est instinctive.

Au lieu de pousser par un effort d'expiration, il faut pousser doucement, len- NouveAU PROCÉDÉ POUR OPÉRER LA tement, par une inspiration profonde, NOUILỊETTE. Les procédés nombreux prolongée, semblable à celle qui constitue imaginés par les chirurgiens pour guérir

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

GRE

[ocr errors]

cette affection peuvent sc rattacher à trois deux séries à gauche). Les rangs de droite méthodes distinctes. Dans la première, on sont éloignés de Om18 des rangs de gause propose de rétablir l'orifice naturel; che. Chaque série est disposée obliquedans la seconde on cherche à détruire le ment, de manière à ce qu'un faible interkyste ou à l'oblitérer par l'adhésion de ses valle soit laissé d'un trou à son voisin. parois ; dans la troisième on tente l'éta- Sur le haut de la planche est fixé un piton blissement d'un orifice nouveau. C'est à à vis; 2. de deux planchettes de sapin : cette dernière méthode que se rapporte le longueur (m 40; largeur 0m12; épaisseur procédé que vient d'employer avec succès Om010; 3o de quatre chevilles en chêne : M. Barrier, professeur à l'école de méde- longueur : 0m23; épaisseur au gros bout cine de Lyon. Le nouveau mode opératoire Om014. Ces dimensions, d'ailleurs , sont se divise en quatre temps. 1er Temps. On les moyennes et peuvent varier; 40 de place à chaque extrémité du diamètre trois coussins en balle d'avoine : un qui transversal de la tumeur une pince à grif- sert de sommier, et les deux autres de

à fes, celle du côté droit est confiée à un garnitures latérales. En cas d'urgence, on aide. 2o Temps. L'opérateur, saisissant lui- peut remplacer ces coussins par de la même celle de gauche, taille avec des ci filasse , du coton cardé, du menu foin , de seaux un lambeau triangulaire, à sommet la mousse choisie. Voici maintenant comme tronqué, comprenant toute l'épaisseur de on l'applique : lorsque la coaptation est la paroi. La base de ce lambeau est à opérée, le membre est légèrement soulevé droite de la ligne médiane, le sommet à par le chirurgien. Un aide glisse sous la gauche. 3Temps. Le chirurgien prend jambe la planche garnie du sommier. On alors la pince du côté droit et pratique abaisse la jambe qui repose mollement une petite incision d'avant en arrière, près sur l'appareil. Alors on applique sur les de la base du lambeau, et pénélrant éga- deux côtés de la jambe les petits coussins lement dans la cavité du kyste. 4. Temps. latéraux. Les deux planchettes latérales La pointe du lambeau est ensuite renver- sont appliquées à droite et à gauche : un sée en dedans, de gauche à droite; on la aide les rapproche fortement; les chevilles fail ressortir par la petite incision, à la placées de chaque côté fixent les planlèvre interne de laquelle on l'unit par un chettes dans une position solide et la jambe point de suture. - Le procédé de M. Bar- se trouve emboitéc. Si l'on veut compririer, d'une exécution facile et peu dou. mer davantage, il est facile de rapprocher loureuse, a pour résultat d'ouvrir au li. les chevilles opposées en fixant un lien de quide sécrété dans le kyste une issue per- fil autour de leurs têtes. De cette manière, manente qui par la disposition même des le membre est maintenu , et sa face supéparlies qui la constituent n'a aucune ten- rieure est découverte. Un simple coup dance à s'oblitérer.

d'æil suffit pour inspecter la fracture. (Gaz. hebd., 7 août 1857 et Gaz, méd. de Pour la panser, il n'y a qu'à enlever les Lyon, No 15.)

chevilles ct la planchelte d'un côté; celle

du côté opposé fixe les fragments. Enfin, UN SEUL APPAREIL POUR TOUTES LES FRAC- l'appareil ne vaut pas 80 c., et il peut être TURES DU MEMBRE INFÉRIEUR.-M. Gaillard, fait par le premier charron venu. prosesscur de clinique chirurgicale à l'É- (Union méd. ct Gaz. med. de Lyon, N• 18.) cole de médecine de Poitiers , propose un nouvel appareil extrêmement simple, qu'il est toujours facile de se procurer et qui Deux CAS DE FISTULE URÉTHRALE GCÉRIS donde d'excellents résultats. Ses princi- PAR LES INJECTIONS IODÉES ; par M. V. TANpaux avantages sont de n'exercer aucune TURRI. De ces deux observations, il compression circulaire sur le membre, et en est une à laquelle on ne peut attacher de permellre au chirurgien de visiter la une grande valeur, parce qu'elle ne ren. fraciurc aussi souvent qu'il le désire, ferme pas de renscignements assez précis sans peine, sans longueurs, sans sous- sur la date de la fistule, et que celle-ci, france pour le malade. Il maintient l'immo. qui avait succédé à un abcès périnéal, peut bilité aussi bien qu'aucun des appareils avoir guéri spontanément par suite du connus, qu'il y ait ou qu'il n'y ait pas de travail réparateur naturet; mais, dans le plaic. Cet appareil se compose : 1° d'une second cas, l'action curative des injections planche de sapin : longueur (m55; lar. iodées parait beaucoup micus établie; ct, geur (m25; épaisseur 0.027, Elle est un comme c'est là un succès dont le livre de peu évidée d'un bout pour recevoir plus M. Boinet sur l'iodothérapie de renforme facilement la jambe, el est percéc de quatre

aucun cxcmplc, nous le ferons connaitre séries de trous (deux sérics à droite et en quelques mois.

1

9

[ocr errors]
[ocr errors]

Obs. Un individu présenta les symptó- potassium dans le traitement des accidents mes ordinaires d'une prostatite, qui bien- vémériens consécutils. M. le docteur Pelôt le mit dans l'impossibilité de monter reire, de Bordeaux, a proposé, il y a déjà à cheval. Il s'établit, malgré un traite- quelque temps, l'iodurc de calcium contre ment énergique, une suppuration pro- le chancre et les symptômes consécutifs, fonde à la suite de laquelle se forma une et M. le docteur Vénot ayant essayé le fistule uréthro-périnéale de la largeur nouveau moyen, a fait connaitre, dans d'un pouce et demi (environ 40 millimè- l'Union médicale, les résultats de ses retres). A l'époque où M. Tanturri vit le ma- cherches. lade, la fistule datait de cinq mois. La Depuis la fin de septembre 1856, nous membrane interne était épaisse, calleuse; avons introduit dans notre service l'usage il semblait que le stylet passât sur un tissu de l'iodure de calcium , le faisant marcher fibreux. Il existait au niveau de la prostate parallèlement avec le bichlorure de mere un engorgement indolent, et la partie cure pour les accidents primitifs, et le membraneuse de l'urethre était rétrécie. prolo-iodure pour quelques symptômes du On essaya de faire résoudre l'engorge- deuxième degré. Évaluant avec soin la ment avec la pommade mercurielle et bel- statistique de cette double échelle, nous ladonée, et l'on traita le rétrécissement

par sommes arrivé à des résultats dont nous l'emploi méthodique des bougies. Au

ne nous empresserons pas de dresser le bout d'un mois, ces diverses complica- bilan définitif, mais qui, publiés sous tions avaient à peu près disparu , el la fis- forme de préface, serviront à mettre en lule était ramenée à un état de simplicité. saillie un nouveau et salutaire moyen , Ce fut alors qu'au moyen d'une sonde dont le cadre un peu restreint de notre élastique fixée à l'urethre on pratiqua des thérapeutique doit incontestablement s'eninjections d'un mélange d'une partie de richir. teinture d'iode et de sept parties d'eau, en Nous avons d'abord adopté le mode y joignant la compression avec un ban- d'administration de M. Pereire qui donne dage approprié. Les injections furent ré- l'iodure de calcium en soluté aqueux. Puis pétées tous les deux ou trois jours, en nous l'avons prescrit en 'sirop, imaginant diminuant chaque fois la proportion d'eau. avec raison que la cohésion chimique de A partir de la quinzième, la teinture fut l'iode avec le calcium était mieux mainteemployée seule, cl, après quatre de ces nue dans cette préparation, qui, du reste, dernières injections, la fistule était fer- Matte davantage le goût des malades. Dans mée.

la pratique civile, nous l'employons pres(11 Morgagni , 1897, No 2 et Gaz, hebd. de

que scule; à l'hospice, c'est la liqueur médecine, No 38.)

aqueuse qui s'administre de préférence : bien entendu qu'on la prépare chaque jour et qu'on la soustrait à l'influence de la lu

mière, en la mettant dans des vases de EMPLOI DU BORAX CONTRE PLUSIEURS MA

M. le docteur

verre bleu. Je vous devais ces détails, qui C. Ballu assure que depuis longtemps il

ne paraitront insignifia

qu'à ceux pour obtient beaucoup de succès dans le traite- qui les propriétés chimiques des agents

médicamenteux sont lettres closes. ment de la couperose, de l'eczéma, du

Depuis le mois d'octobre 1886 jusqu'au prurigo et des éphélides, en associant le

mois de mai 1857, sur un ensemble de 500 borax au soufre, d'après la formule sui

ulcerations primitives soigneusement sévante :

parées en deux catégories, nous avons PA. Axonge balsamique. Huile d'amandes douces.

Les 250 24

expérimenté ainsi qu'il suit : Blanc de baleine.

32

chancres traités par le bi-chlorure se com. Borax.

posaient de 128 chancres non-infectants, Soufre.

chancroïdes de MM. Clerc et Basscrcau, Essence de citron.

10 goutles.

intéressant, chcz 78 hommes, divers points (Revue de thérap. médico-chirurg., No 16.) de la muqueuse préputiale, et, chez 50

femmes, les avenues du conduit vulvo.

utérin ; 122 chancres indurés de race, et EMPLOI DE L'IODURE DE CALCIUM DANS LE partagés en 59 pour les hommes et 63 TRAITEMENT DES ACCIDENTS PRIMITIFS ET SE- dans les salles de femmes. - Celte variélé CONDAIRES DE LA SYPHILIS; par M. le doc- a, selon nos anciens us, marché à la cicaleur VÉNOT, chirurgien en chef de l'hô- trisation dans une limite de temps assez pital Saint-Jean de Bordeaux. – Tout le égale, subissant en cela , du reste, les monde connait la vogue conquise d'emblée influences de température, d'idiosyncrael conservée jusqu'à ce jour de l'iodure de sic, de régime, d'insertion, etc., etc., mais

LADIES

DE LA PEAU.

400 gramm.

50 20

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »