Images de page
PDF
ePub

Il suffit même d'imprégner le tissu avec le sel blanc de bismuth subit alors lc une solution de mannite ou de glycérine moindre changement de couleur et depour observer, au bout de quelques se- vient noirâtre ou grisâtre, c'est une preuve maines, une formation de sucre très-abon- que l'urine contient du sucre, car le prodante.

fesscur Böttger s'est assuré que, à l'excep· Quelques expériences réalisées avec tion du glucose, aucun des principes qu'on la dulcine ont donné lieu à des résultats trouve dans l'urine, qu'ils soient de nasemblables.

ture organique ou inorganique, ne possède » Le sucre ainsi formé est analogue au la propriété de désoxyder le sel de bisglucose par la plupart de ses propriétés; muth et de le ramener à l'état de sousil n'a pu être oblenu sous forme cristal- oxyde ou de métal. lisée; il est très-soluble dans l'eau, dans Du sucre de canne parfaitement pur ne l'alcool aqueux et dans la glycérine, dont peut non plus donner lieu à cette réaction, on ne peut guère le séparer. C'est un corps de façon que le nouveau réactif est en assez hygrométrique, très-altérable du même temps un cxcellent moyen pour rerant l'évaporation de ses dissolutions, sus- connaitre toute trace de glucose dans le ceptible de brunir sous l'influence des sucre de canne. alcalis et de réduire le tartrate cupro-po- Ce réactif qui ne laisse aucune place à tassique ; l'acétate de plomb ammoniacal l'erreur, peut être employé au lit du mane le précipite pas en proportion sensible. lade et a de plus l'avantage de n'exiger, Ao contact de la levûre de bière, il fer- pour l'expérimentation, qu'une petite mente immédiatement avec production quantité d'urine; une cuillerée à soupe de d'alcool et d'acide carbonique. Il était fort ce liquide est déjà suffisante. important de vérifier si ce sucrc possède

Dr D...É. le pouvoir rotatoire; malheureusement,

(BUCANER's neues Repertorium.) la facilité avec laquelle il se colore et s'altère durant la concentration de ses dissolutions m'a empêché d'établir ce point avec Note SUR LA PRÉPARATION DE L'IODURE DE une certitude complète. Une seule fois j'ai POTASSIUM; par M. A. BÉCHAMP, profesréussi à observer une déviation de la seur de chimie médicale et de pharmacie à teinte de passage égale à — 80,8, sur une la Faculté de médecine de Montpellier, etc. longueur de 200 millimètres, avec une li- Le commerce livre à la consommation de queur renfermant'environ un vingtième de grandes quantités d'iodure de potassium sucre; ce sucre serait donc lévogyre et qui, sous la forme de très-beaux cubes distinct du glucose et de la plupart des d'une parfaite opacité, représente le plus autres sucres par le sens de son pouvoir souvent un fort mauvais médicament; en rotatoire. J'espère établir complétement cffet, on sait que, pour obtenir ce sel haloide ce caractère essentiel par des observations sous ce bel aspect, il faut le faire cristalliultérieures.

ser dans une liqueur contenant un excès · Quelle est l'origine de cette substance de potasse caustique. et quelle influence le tissu testiculaire J'ai eu récemment l'occasion d'examiner cxerce-t-il sur sa formation ? ,

un échantillon d'iodure de potassium dc (Journal des connaiss. méd. et pharmac.) la plus belle apparence, mais si alcalin,

qu'il fallut 50 gr. d'iode à l'état d'acide iodhydrique pour en neutraliser un kilo

gramme. Cet iodure contenait donc près SUR UN NOUVEAU RÉACTIF POUR CONSTATER de 2 gr. de carbonate de potassc ou de LA PRÉSENCE DU SUCRE DANS LES URINES; par potasse caustique sur cent. Cette proporle professeur BOTTGER. Le réactif tion d'alcali a généralement varié de 1,8 à proposé par l'auteur n'est autre que le ni- 2 pour cent dans d'autres échantillons que trale de bismuth basique (magisterium j'ai examinés. On conçoit les inconvébismutbi) et une solution de carbonate de nients fâcheux qui peuvent résulter de la soude, que l'on emploie de la manière sui- présence d'un trop grand excès d'alcali vante:L'urine à examiner est versée dans dans un médicament que l'on prescrit souun tube à réaction avec une quantité égale vent à doses élevées. d'une solution de carbonate de soude (3 par- L'iodure de polassium ne doit pas blenir ties d'eau pour une partic de carbonate de le papier de tournesol rougi par les acides. soude cristallisé); on y ajoute une petite Les pharmaciens ne devant pas délivrer quantité (celle qui peut tenir sur la pointe d'iodure de potassium alcalin, sont oblid'un couteau) de nitrate des bismuth ba

gés, lorsque le cas se présente, de le neusique et on chausse jusqu'à ébullition. Si traliser, ce qui cause presque autant

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

d'embarras que pour en préparer de tou- quide, ce qui est singulièrement rendu tes pièces.

facile par les fragments de verre qui le Les deux procédés ordinaires de prépa- divisent; l'opération est beaucoup moins ration (par la potasse et l'iode ou par l'io régulière sans l'emploi de ces fragments dure de fer et le carbonate de potasse) sont de verre, car l'iode se tasse alors, s'agglotrop compliqués et ne donnent presque mère et n'est plus que difficilement remis jamais la quantité d'iodure correspon- en suspension et alteint par le gaz sulfhydante à celle qu'indique la théorie. drique. Ce n'est que lorsque l'iode a dis

Voici un procédé plus pratique, qui paru, quand la dissolution est complétedonne de l'iodure très-pur, et en même ment décolorée, que l'hydrogène sulfuré temps occasionne le moins de perte pos- passe dans le dernier flacon. Si l'appareil sible: il consiste à saturer le carbonate de est bien construit, on ne sent pas du tout potasse par l'acide iodhydrique.

l'odeur sulfhydrique. Je prépare la dissolution d'acide iodhy- Le soufre qui se dépose pendant la drique en dirigeant un courant d'hydro- réaction retient un peu d'iode. Mais lorsgène sulfuré dans de l'eau qui tient de que la décoloration est achevée, il y a un l'iode en suspension. Pour opérer com- excès d'acide sulfhydrique dans la dissomodément, je construis un appareil de lution ; il suffit donc d'abandonner à luiWolff composé : 1° d'un flacon généra- même le flacon bouché, pendant une ou teur du gaz sulfhydrique ; dans ce flacon, deux heures, et de remuer de temps en qui doit être à trois tubulures et muni temps pour que cet iode soit atteint et d'un tube en S, on introduit 40 gr. de

enlevé. sulfure de fer pour chaque 100 gr. d'iode La dissolution d'acide iodhydrique formé que l'on se propose de convertir en acide retient, avec l'excès d'hydrogène suliodhydrique, et assez d'eau pour bien bai- furé, un peu de soufre très-divisé qui pe gner le sulfure; 2° d'un flacon laveur se dépose que lentement. Pour chasser le contenant assez d'eau pour bien laver le premier et faire déposer le second, il suffit gaz; 3° d'un troisième flacon à trois tubu- de chausser doucement le liqueur dans une Jures, dans lequel on introduit une cou- capsule de porcelaine. Lorsque l'odeur che de fragments de verre de la hauteur d'oufs pourris a disparu, tout le soufre d'environ 2 centimètres, et pour chaque s'est déposé. hectogr. d'iode au moins 300 gram. d'eau Sans séparer le soufre, on sature l'acide distillée; 4" enfia d'un dernier flacon dans encore chand par du carbonate de potasse lequel on met de l'eau et un peu d'iode, pur ; il faut un peu moins de 54 gram. pour retenir l'acide iodhydrique et le gaz de ce sel calciné pour 100 gram, d'iode sulfhydrique qui pourraient se dégager. du commerce, et environ 60 gr. de carbo

Les tubes de communication sont com- nate de potasse simplement desséché. Il posés de deux pièces réunies par des tu

convient de réserver un peu de liqueur bes de caoutchouc vulcanisé, qu'il importe acide, et après avoir légèrement sursade prendre assez longs pour que toutes les

turé le reste, on neutralise de nouveau pièces de l'appareil jouissent d'une cer- par l'acide réservé, en ayant soin de rentaine mobilité. Le tube qui amène le gaz dre la liqueur très-légèrement acide. Cela dans le flacon qui contient l'iode doit plon. fait, on filtre, on fait évaporer, et du coup ger jusqu'au fond. L'appareil 'une fois l'iodure se-dépose à l'état de pureté et de construit peut servir indéfiniment. neutralité parfaites. Cependant quelque

Tout étant disposé, on verse de l'acide fois il se dépose, pendant la cristallisation, chlorhydrique du commerce par le tube une matière floconneuse qui salit les crisen S du générateur d'hydrogène sulsuré, taux. Pour détruire cette substance, on par portions, de manière à obtenir un évapore toute la masse dans une bassine courant régulier de gaz.

afin d'éviter une perte d'iodure, Le proAussitôt que le gaz sulfhydriquc arrive duit refroidi est repris par une fois et desur l'iode, on agite le flacon qui le con- mie son poids d'eau ; on chausse un peu, tient, ce que permet la longueur des tubes on filtre rapidement, et par le refroidisde caoutchouc; l'eau se colore de plus en sement, le sel cristallise. Si l'on emploie plus, devient brun foncé par l'abondante une plus grande quantité d'eau et qu'on dissolution de l'iode dans l'acide iodhy- fasse évaporer à l'étuve, les cristaux dedrique qui se forme sans cesse, et l'hydro- viennent plus gros, mais ce surcroil de gène sulfuré se trouve complétement ab- travail est parfailement inutile (1). sorbé. A partir de ce moment, il suffit d'agiter de temps en temps pour remettre

(1) Les cristaux obtenus sont transparents. Les de l'iode en contact avec la masse du li

cristaux de l'iodure du commerce sont opaques. L'iodure de potassium opaque est nécessairement

Tout le monde conviendra que ce pro- candescence a cessé. Il n'est pas nécessaire cédé doit donner un produit à l'abri de de porter la température jusqu'à fusion tout reproche. Il est expéditif, car en sur- du sulfure. De cette manière, un pharmaveillant en même temps d'autres opéra- cien peut se procurer, à peu de frais et lions au laboratoire, on peut préparer sans incommodité, 2 ou 3 kilogrammes I kil. d'iodure par jour. Il est économi- de sulfure de fer en moins d'une heure. que : 1° parce qu'il est inutile d'employer (Annales cliniques de Montpellier.) de la potasse caustique dont le prix est si supérieur à celui du carbonate ; 2° parce que la perte est presque nulle : dans une expérience faite en vue de cette note, FLUORURES DANS LES BAUX DE PLOMBIÉ163 gr. d'iode ont donné 212 gr. d'iodure RES, DE VICHY ET DE CONTREXÉVILLE ; par fondu parfaitement neutre ; le calcul exige M. NICKLÈS. - Le peu de rapport qu'il 213 gr. ; Z" parce que le protochlorure de y a entre la composition chimique et les fer qu'on obtient accessoirement, étant propriétés thérapeutiques de ces eaux, d'une grande pureté, peut être employé conduit à penser que ces dernières condans la préparation de plusieurs produits tiennent des principes dont on n'a pas enpharmaceutiques. Si l'on voulait même core signalé la présence; conformément à aller plus loin, il suffirait de recueillir le cette vue, j'y ai recherché le fluor, et j'en soufre qui se dépose dans la préparation ai trouvé en quantités sensibles, à l'état de l'acide iodhydrique, et le faire servir de fluorures. de nouveau dans la fabrication du sulfure L'eau de Contrexéville en est bien plus de fer.

riche que celle de Plombières ; elle imRien n'empêche d'ailleurs d'utiliser prime à la lame de cristal de roche des l'hydrogène sulfuré qui se dégage dans la marques visibles à l'eil nu (1), tandis préparation du protochlorure d'antimoine; qu'une même quantité d'eau de Plombièou plutôt il serait bon de se servir du sul- res (4 litres) n'impressionne cette lame fure d'antimoine : on obtiendrait du beurre que passagèrement. d'antimoine avec lequel on préparerait la L'eau de Vichy, si riche en principes poudre d’Algaroth qui servirait à faire de minéralisateurs, contient également des l'oxyde d'antimoine et par suite de l'émé- fluorures, mais en proportions moindres lique, très-économiquement. C'est ainsi que les eaux de Plombières et de Contrexéque, dans un laboratoire de pharmacie, ville, de telle sorte que, pour en trouver, plusieurs opérations se tiennent, et que il faut opérer sur une plus grande quantité l'on peut réaliser des économies dont pro- d'eau, 8 litres au moins. fitent, dans l'état actuel des choses, les Il est presque saperflu de dire que les grandes fabriques.

réactifs employés dans cette recherche Comme la présence de l'hydrogène li- doivent être préalablement éprouvés ; bre ne gêne pas dans la préparation de qu'il faut rejeter l'emploi de la lame de l'acide iodhydrique, voici comment il con- verre et suspecter l'acide sulfurique, même vient de préparer le sulfure de fer. pur, des laboraloires ; n'employer, pour

Dans un pot de terre ordinaire, plus dégager l'acide fluorhydrique, que, des profond que large, on introduit le mélange acides exempts de ce composé hydrogéné, de limaille et de soufre, du Codex, 2 kilo- ou, s'il y a lieu, purifier, au moyen de la grammes, par exemple, et on le recouvre silice, l'acide sulfurique que l'on se prod'une couche de 180 grammes de limaille pose d'employer. de fer. Le pot étant couvert, est placé sur Le fait de la présence des fluorures dans un fromage, dans un fourneau de labora- les eaux minérales qui jouissent d'une toire, et entouré de charbon noir. Le feu réputation si méritée, me semble de naest allumé par en haut. La couche de li- ture à appeler l'attention des médecins sur maille de fer est destinée à retenir le sou- les propriétés thérapeutiques de ces comfre dont la combustion est si incommode : binaisons, propriétés non encore étudiées, on comprend, en effet, qu'en opérant bien qu'on sache qu'elles ne sont pas ainsi, il est presque impossible que du toxiques. soufre se dégage. D'aulre part, on arrête

(Repertoire de pharmacie.) l'opération dès que le phénomène de l'in.

(1) M. Nicklės emploie, au lieu de verre, une alcalin : ce caractère est un signe certain.que le lame de cristal de roche, car l'acide sulfurique produit doit être purifié. C'est une erreur de altaque le verrc el peut faire croire à l'existence croire que l'iodure 'alcalin est préférable pour la

du nuor. préparation de la pommade jodurée ; c'est le contraire qui est exaci : l'iodure alcalin est nuisible.

[ocr errors]

Falsifications, etc.

deur et tous les caractères physiques en étaient satisfaisants et indiquaient un pro

duit de bonne qualité. Toutefois à la casFALSIFICATION DE L'OPIUM ; par M. D.-A. sure il laissait voir plusieurs noyaux d'une VAN BASTELAER, pharmacien à Char- substance dont un examen plus attentif Jeroy. - Toutes nombreuses que soient

me démontra bientôt la nature étrangère. les falsifications connues de l'opium, il en

Ces espèces de petits rognons irréguliers cst encore plusieurs sur lesquelles on n'a

étaient de couleur semblable à celle de pas attiré jusqu'ici l'attention. En voici l'opium environnant, mais de consistance deux que j'ai cu occasion de constater et plus sèche et plus fragile, d'aspect plus qui n'ont pas été signalées que je sache. transparent et de cassure presque vitreuse.

Un de mes amis avait reçu de son dro. Cependant, la plupart étaient trop mous guiste un opium suspect, dont il me remit pour qu'on pùt les casser. Dans la bouche, un échantillon. Ce produit était en pains celte malière s'allachail aux dents, à la de cent grammes environ, de forme ronde manière des gommes-résines, la surface aplatie, enveloppés de feuilles de rumex. devenait comme laiteuse et elle laissait L'intérieur en était composé de différentes une saveur identique à celle de la myrrhe. couches parallèles dans le sens de la Jar- Voulant être certain que c'était véritageur, dont les unes avaient l'aspect, l'o- blement de la myrrhe, je soumis une pardeur, la saveur, tous les caractères phy- tie de la matière à l'essai suivant, indiqué siques de l'opium d'Égypte, tandis que par M. Righini : les autres étaient grisâtres, peu compac

Deux grammes furent pilés finement tes, presque inodores, d'une saveur fade, avec autant de chlorhydrate d'ammoniatrès-mucilagineuse, analogue à celle de la que; j'ajoutai au mélange, et peu à peu,

છે. farine de lin. Ces pains étaient secs ,

4 grammes d'eau : la dissolution se fit asscz fragiles, à cassure irrégulière et ré- parfaitement. sineuse.

Cet essai séparait nettement ce produit Après avoir séparé une certaine portion gommo-résineux des autres gommes-réside cette matière, je la fis macérer avec de nes. Toutefois, quoique je ne doute pas l'cau ; elle s'y ramollit, devint gluante et

que ce ne soit de la myrrhe, je pense qu finit par s'y désagréger complétement, les noyaux qui nous occupent étaient cesans donner à la liqueur unc reinte très pendant une variété de myrrhe, un peu foncée. L'odeur de ce mélange rappelait différente de celle du commerce; et, en celle de la pâte de farine de lin. Le tout effet, elle s'en distinguait par quelques fut mis sur un filtre et passa très-lente- propriétés. La couleur en était plus blanment; puis j'y ajoutai quelques gouttes châtre et la cassure ne laissait voir aucune d'acide acétique, qui donna un léger pré- strie de nuance påle; l'odeur en était cipité, insoluble dans un excès de réactif moins forte et la saveur moins åcre, quoiet sur lequel l'ammoniaque n'avait aucune que aussi amère. action.

Je n'ai pas dosé cette matière, mais je L'acétate de plomb basique donna dans l'évalue approximativement au dixième la même circonstance un précipité abon- du poids total de l'opium suspect. dant, soluble en grande partie dans l'acide

(Journal de pharmacie d'Anvers.) acétique.

Outre ces réactions, je voulus un essai propre à m'assurer que j'avais réellement MOYEN DE RECONNAÎTRE LA SUBSTITUTION affaire à de la farine de tourteaux de lin. DE L'IODURE DE POTASSIUM AU BROMURE DE J'en délayai une petite quantité dans un LA MÊME BASE; par M. F. HAINAUT, pharpeu de solution de potasse caustique à 14 macien à Courcelles. Ayant eu derp. c. Le tout fut observé au microscope. nièrement à examiner si, dans une poCet instrument mit en parfaite évidence tion, l'iodure de polassium n'avait pas les parcelles rougeâtres et carrées, dues à été substitué au bromure de la même l'enveloppe de cette graine.

base, je traitai une partie de cette potion La proportion de tourteau de lin séparée par l'acidc sulfurique et l'amidon concurd'un pain de 10 grammes d'opium falsifić, remment : les réactifs donnèrent lieu à la s'éleva à 18 décigrammes, à peu de chose

à

formation d'un précipité violet d'iodure près, soit environ un septième du produit d'amidon. En traitant la même potion par examiné.

l'acétate de plomb, j'obtins un précipité J'observai l'autre adultération dans un jaune d'iodure de plomb. opium expédié par une maison de Bruxel- Dorvault dit dans son traité de pharles. Cet opium avait un bon aspect, l'o- macic, l'Officine, p. 686, que l'amidon et

[ocr errors]

l'acide sulfurique ensemble donnent avec 6° Glycérolé à l'ammonio-cilrate de fer, l'iodure de potassium un précipité bleu et 40 centigrammes pour 4 grammes. Liavec le bromure de potassium un précipité quide opaque, d'une couleur d'iode foncée jaune. C'est là une erreur, car en traitant et d'une saveur légèrement ferrugineuse. un soluté de bromure de potassium par 70 Glycérolé au pyro-phosphate de fer, ces réactifs j'obtins également un précipité 25 centigrammes pour 4 grammes. Li. bleu.

quide opaque, d'un blanc de lait, d'une Le même soluté traité par l'acétate de saveur légèrement ferrugineuse. plomb occasionna un précipité blanc de En citant les glycérolés médicamenteux, bromure de plomb. C'est cette réaction, M. Wilson indique la préparation avec la que je n'ai trouvée consignée nulle part, glycérine de l'essence de séné ou de rhuqui m'a convaincu de la substitution qui barbe, de l'essence de citron. Ce dernier, fait l'objet de cette note.

préparé à parlies égales de suc et de gly(Ibid.) cérine, est d'une couleur påle d'un blanc

laiteux, opaque, a un goût acidulé agréaPharmacie.

ble et une forte odeur de citron. Quant à l'essence de citron préparée avec la glycé

rine, c'est un liquide transparent, d'une PRÉPARATIONS MÉDICINALES DIVERSES DANS belle couleur jaune paille, d'un goût et LESQUELLES LA GLYCÉRINE JOUE LE RÔLE d'un arome délicieux de citron. L'essence D'EXCIPIENT OU DE DISSOLVANT (GLYCÉROLÉS de cannelle est un liquide opaque, couNOUVEAUX). Nous avons insisté à plu- leur de vin de Porto, au goût agréable et sieurs reprises sur les propriétés remar- à l'odeur caractéristique. L'essence de quables de la glycérine et sur les avantages girofle est un liquide opaque, d'un rouge qu'elle peut offrir dans la pratique phar- brunâtre foncé, au goût et à l'odeur agréa. maceutique, par la faculté qu'elle présente ble de girofle. de dissoudre ou de suspendre un très- Rappelons de nouveau ici quc toutes les grand nombre de substances, d'être peu préparations pour l'usage interne réclavolatile et de présenter même une qualité ment l'emploi d'une glycérine parfaitede persistance remarquable, d'offrir une ment pure, telle que celle qui est préparée saveur sucrée, susceptible de masquer un

actuellement en Angleterre par le dédoutrès-grand nombre de substances au goût blement des corps gras; la glycérine qu'on plus ou moins désagréable. Aux glycérolés trouve en France dans le commerce de la nombreux que nous avons fait connaitre, droguerie ne donnerait que des résullals nous croyons pouvoir ajouter la liste sui- peu satisfaisants, à cause de sa mauvaise vante donnée par un pharmacien anglais, préparation et de sa rectification incomqui s'est occupé beaucoup de la question plėte. de la glycérinc, M. Wilson :

(Bulletin général de thérapeutique.) Glycérolé au sulfate de quinine, 7 1/2 centigrammes de sulfate pour 4

grammes de glycérine. Liquide clair et d'une belle LINIMENT SAVONNEUX DE JUSQUIAME. couleur paille clair, avec un goût assez vi- Cette préparation a été proposée par Fr. vement amer.

Beckert pour remplacer celle très-peu 2. Glycérolé à l'iodure de quinine, 8 cen- convenable donnée par la nouvelle Pharligrammes pour 4 grammes. Liquide clair, macopée autrichienne sous le nom d'Oleum d'une belle couleur ambrée et d'une sa- lyosciami coclum. L'auteur prépare un veur fortement amère.

savon de jusquiame en faisant bouillir 30 Glycérolé au citrate de fer et de qui- deux livres d'herbe fraiche de jusquiame nine, 28 centigrammes pour

4

grammes. dans quatre livres d'huile d'olives; l'huile Liquide épais, opaque, d'une couleur ainsi obtenue est mise à bouillir de noujaune verdâtre, d'une saveur fortement veau avec deux autres livres d'herbe fraimétallique et stypliquc.

che de jusquiame, et l'on continue à opé4. Glycérolé à l'iodure de fer, 28 centi- rer ainsi de nouvelles décoctions jusqu'à grammes pour 4 grammes. Liquide d'une ce que l'huile se soit saturée des principes belle couleur jaune citron et d'une saveur actifs de huit livres d'herbe de jusquiame fortement .

épais. w Glycérolé au proto-carbonate de fer, produit

, étant traité avec deux livres de buit fois la force de la mixture de fer com- lessive de savonnier, fournit un savon sec posée de la pharmacic de Londres. Liquide d'un vert grisâtre, du poids de quatre opaque d'un vert foncé et d'une saveur livres et deux onces et demie. Un quart de ferrugineuse légire.

livre de ce savon, dissous dans trois quarts

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »