Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]

1,200

DE

8

250 gram.

5

Eau ..

duit de la double décomposition. Ce lavage NOTE SUR L'EXTRAIT DE SATURNE DE Goo. doit être fait rapidement pour ne pas dis- LARD; par le docteur DESPINEY. – On soudre inutilement le précipité ferrugi- trouve, dans les pharmacopécs anciennes, neux. Alors agilez de temps en temps ce des descriptions qui ont assez de rapport précipité dans une nouvelle dose d'eau avec l'extrait de Saturne; cependant on sucrée (eau 500, sucre 80), il s'y dissou-, peut dire que c'est à Goulard qu'on doit dra au bout de quelques jours.

l'introduction définitive de cette préparaEnfin Pr. : Sucre blanc.

tion de plomb dans la pratique chirurgiEau distillée.

600 cale. Ajoutez la solution sucrée ferrugineuse,

Son Trailé sur les effets des préparations et faites cuire à 30" bouillant. Aroma

de plomb et principalement de l'extrait de liscz.

Saturne employé sous différentes formes, etc. Le produit sera 2,000 grammes de sirop (1760), n'est presque qu'un recueil d’obde carbonate de protoxyde de fer, presque servations; mais Goulard rapporte un si incolore et parfaitement limpide, dans grand nombre de cures remarquables, lequel l'analyse retrouve 0,90 d'oxyde de

obtenues par lui ou les chirurgiens de son fer pour 100 grammes.

temps, qu'on ne manquerait pas de le (Journal de médecine de Bordeaux, No 9.7 intéressant sur lequel je viens appeler

taxer d'exagération si l'on ignorait un fait l'attention.

Notre extrait de Saturne actuel n'est FORMULE DE LA PATE PECTORALE DE GEORGE plus le même que l'extrait de Saturne de v’ÉPINAL ; d'après M. LAHACHE

Goulard ; il parait avoir la même compoBRUYÈRES (Vosges).

sition chimique, mais, bien certainement, Gomme Sénégal blonde .

12 kil. son efficacité est moindre. Sucre blane.

Voici le mode de préparation donné par Racine de réglisse ratissée Chlorhydrale de morphine.

Goulard ; je cite textuellement : 12 litres.

« Composition de l'extrait de Saturne. Faites dissoudre la gomme à froid dans l'eau en remuant de temps en temps;

» Prenez autant de livres de litharge achcrez la dissolution sur le feu dans un

► d'or que de pintes de vinaigre, mettez

, le tout ensemble dans un chaudron et bassin de cuivre ; passez à travers une toile

છે forte à l'aide de la torsion; laissez reposer

» faites-le bouillir pendant une heure ou le liquide dans un vase de bois ou de terre

cinq quarts d'heure en remuant toupendant deux ou trois jours; décantez

► jours avec une spatule de bois; Ôtez pour séparer le sable; agitez la gomme à

> ensuite le chaudron du feu , laissez refroid dans une bassine avec une spatule

poser la matière et videz par inclinajusqu'à ce que le volume en soit doublé, ce

» tion la liqueur qui surnagera le mare qui a lieu dans l'espace de trois ou quatre

Det qu'on gardera dans un ou plusieurs heures. Allumez un feu de charbon;

» flacons pour s'en servir dans le be

1 soin. ) chauffez pendant deux heures en agitant

Goulard fait observer que le vinaigre vivement; ajoutez alors une première infusion de 1/2 litre de réglisse dans laquelle employé doit être rouge, naturel et aussi vous aurez délayé la magnésie ; faites une

fort que possible, seconde infusion de réglisse; dissolvez-y

On trouve, dans Baumé, ce mode de le sel de morphine et ajoutez-la une demi- préparation décrit avec plus de détails, heure après la première. Enfin, une heure

mais déjà un peu altéré. plus tard, ajoutez le sucre grossièrement

Puis, à je ne sais quelle époque, on ar pulvérisé, continuez le feu et l'agitation jus- l'acétate de plomb eristallisé, la litharge et

rive à préparer l'extrait de Saturne avec qu'à cuisson parfaite de la pâte, ce qui a

l'eau distillée, lieu ordinairement cinq heures après l'addition du sucre. Coulez sur des coffrels à

On a notre sous-acétate de plomb lirebords saupoudrés d'amidon, étendez au

quide. rouleau, faites sécher à l'étuve et décou.

J'ai eu l'occasion d'employer le véritapez la pâte en losanges.

ble extrait de Saturne de Goulard , qu'on L'addition de la magnésie a pour but de

trouvait encore, il y a une dizaine d'andévelopper et de fixer la couleur jaune de

nées, dans quelques vieilles officines du la réglisse.

midi de la France : j'ai été émerveillé de (Journal des Conn. méd. et pharm., No 32.)

ses effets,

M. Savoie, pharmacien à Lyon, a eu l'obligeance de préparer cet extrait et

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

de me remettre, à ce sujet, la nole sui- o convenable, comme véhicule, dans vante :

l'emploi du sous-acétate de plomb li« Préparation de l'extrait de Goulard. , quide; son mélange avec l'extrait de

· Goulard se fait parfaitement bien et Litharge pulv. (protoxyde de plomb). A

» sans le secours dų morlicr. Si son ap» Bon vinaigre rouge.

4

splication sur les plaies n'offre pas d'inOn met la litharge et le vinaigre dans convénient, je crois la glycérine préféune bassine d'argent ou dans une cap

» rable au cérat, qui, comme je l'ai dit sule de porcelaine, on place le vase sur

», plus haut, rancit très-vite. ) le feu et on fait bouillir ce mélange, en Avec l'extrait de Goulard, j'ai vu gué, l'agitant continuellement avec une spa- rir très-rapidement des kératites avec

jule de bois, jusqu'à ce que le vinaigre opacité énorme de la cornée, pustules, ulsoit saturé de lithargę (ce que l'on re- cérations, que le nitrale d'argent avait été connait lorsqu'on aperçoit une pellicule impuissant à modifier. Les malades se

se former à la surface du liquide), alors, bornaient à prendre, d'après la méthode * on filtre la liqueur et on la fait évapo- ancienne, des bains d'yeux, quinze ou > rer jusqu'à ce qu'elle marque 40 de vingt fois par jour, dans de l'eau végétogrés au pèse-sels de Baumé.

minérale assez faible pour ne causer pres» On obtient un liquide rougeâtre, que aucune douleur. ► d'une teinte plus ou moins foncée, se- Je donne, comme une formule d'une , lon le vinaigre employé, d'une consis- efficacité certaine, l'injection urethrale suitance sirupeuse, laissant, par le refroi

vante dont un pharmacien du Midi faisait > dissement, déposer des cristaux d'acétate

un secret : de plomb; il marque 40 % bouillant,

Prenez une solution de sulfate de zinc et 48 à 49 froid. Cette formule, donnée dans de l'eau de rose (0,10 c. p, 30

Ugr. en► par Baumé, est plus rationnelle que viron), et fortement laudanisée. » celle de Goulard qui ne prescrit que Remplissez la seringue à injection de ► deux parties de vinaigre sur une de li- ce liquide et ajoutez, au moment de vous tharge; après avoir essayé l'une et

en servir, une à deux gouttes d'extrait de ► l'autre plusieurs fois, je m'en suis tenu Goulard. » à celle ci-dessus.

Les blennorrhagics les plus anciennes Quant à une différence entre le sous

et les plus rebelles sont ordinairement aracétate de plomb liquide de nos phar. rêtées en deux ou trois jours, seulement macopées et l'extrait de Goulard (1), il

il faut avoir soin de faire au moins 15 à 20 > n'en existe pas, si ce n'est dans la cou- injections par jour, et de continuer des » leur et la densité; leur composition chi- injections de précaution à la dose de 5 ou 6,

mique est la même; leur mélange avec pendant 15 å 20 jours et plus, pour évi, l'eau olire à peu près les mêmes phéno. ier toute récidive. » mènes ; cependant l'extrait de Goulard

On guérit aussi rapidement les ulcères, » se maintient plus longtemps en suspen- par excmplc, ceux du sacrum, en les tou, sion. Le cérat de Galicn absorbe envi

chant de temps en temps avec l'extrait de a ron 83 p. % d'extrait de Goulard et

Saturne pur, ce qui produit une espèce de 110 p. l de sous-acétate de plomb cauterisation, et en pansant avec le cérat i liquide.

saturné. · Depuis quelque temps, je prépare

Au risque de trop allonger cette simple i mon cérat saturné avec l'extrait de note, je rappellerai encore deux formules » Goulard, dans les proportions données qu'employait Goulard, parce que je ne les par le Codex pour le cérat avec le sous

ai trouvées que fort défigurées dans les , acélate de plomb liquide (cérat 32, ex- formulaires ; les succès qu'il en obtenait

trait de Goulard 4); j'ai remarqué que sont tels qu'elles méritent d'être conser, le mélange restait plus homogène, don vées. > nait de meilleurs résultats et, surtout, Il s'agit de la pommade fondante contre orancissait moins vite.

les ankyloses et des peaux de Saturne. · Après le cérat de Goulard, vient tout

Je cite textuellement : · naturellement se placer un succédané, i le glycérolé de sous-acétale de plomb « Pommade fondante contre les ankyloses. • liquide ou plus simplement : glycérolé » Pour fondre l'épaississement de la

de Saturne. En effet, la glycérine , pro- » synovic dans les articulations et dans » duit encore nouveau, me paraît très

les gaines des tendons, pour guérir les (1) J'ai conservé celle dénomination pour dis

» plaies au voisinage des articulations, je tinguer les deux produits.

» fais une pommade dont l'effet a souvent

.

» ślonné les gens de l'art. En voici la du membre, guéris en peu de temps. » composition :

L'une datait de 18 ans. Prenez deux pintes d'eau commune Une religieuse de Gênes fut aussi guéqu'on mettra dans un pot de terre ver- rie d'une rétraction des tendons de la main » nissé, ajoutez deux onces d'extrait de droite, qui la mettait dans l'impossibilité » Salurne ct dix-huit onces de savon or- de s'en servir depuis six ans; et ces cures , dinaire coupé par tranches et qu'on jet- furent tellement remarquées que les Gé» tera dans le pot; mettez le tout sur un nois firent offrir à Goulard une forte pen» feu modéré; vous remuerez toujours la sion s'il voulait se fixer dans leur ville.

matière avec une spatule jusqu'à ce que Si, de nos jours, l'extrait de Saturne nc » le savon soit fondu, vous ajouterez alors produit plus de cures aussi remarquables,

un gros de camphre, et, lorsqu'il sera je crois qu'il faut l'attribuer au mode de » fondu, vous retirerez le pot du feu et préparation qui l'a dénaturé complete

vous vous servirez de celte pommade ment. » de la manière suivante :

Conclusion : Il faut revenir au mode de Prenez de la liqueur végélo-minérale préparation donné par Goulard ou Baumé. i qu'on fera chauffer jusqu'à ce qu'elle

(Gazelte médicale de Lyo:1, No 19.) » soit plus tiède, mettez-la ensuite dans

un vase convenable à la partic affectée, » qu'on fera tremper pendant un quart.

OBSERVATIONS PRATIQUES, par M. LAo d'heure en la frottant avec la main; CROIX, de Mâcon. ► outre les bains, on peut encore faire

Des extrails. - Je préparai, il y a quelo tomber celte liqueur en manière de que temps, un extrait avec des feuilles de » douche sur la partie affectée; après le morelle qui avaient été séchées au soleil et » bain et la douche, on couvre la partic qui, oubliées dans un grenier ouvert à » d'un linge chaud et une heure après on tous vents, avaient été exposées pendant » la découvre pour appliquer la pommade près d'une année à toutes les influences » dont on fait une onction, telle à peu atmosphériques. Je fis infuser les feuilles » près qu'on la fait avec l'onguent mer- de cette plante dans quantité suffisante » curiel; ensuite on a du papier qu'on d'eau tiède, pendant vingt-quatre heures ; ► froisse entre les mains et dont on couvre le liquide filtré a été rapproché en consis

la partie frottée et par-dessus on appli- tance de sirop, et cet extrait fut ensuite i que un linge chaud. On renouvelle étendu en couche mince dans des assiettes, » celle opération une fois le jour et on placé dans une étuve, où il fut évaporé à » continue jusqu'à la guérison qui arrive siccité. Cet extrait, place à la cave, en ab» ordinairement dans quinze ou vingt sorba l'humidité et se détacha très-facile► jours. Il faut avoir soin de ramollir ment. Le tout, ayant été recueilli dans un » avec l'eau végéto-minérale la pommade pot de porcelaine, fut recouvert d'un par» qui se sera épaissic dans le pot. chemin mouillé; quinze jours environ

après avoir été fermé dans un lieu sce, il Composition des peaux de Saturne. se tuméfia, le parchemin était sur le point

de déchirer; lorsque je perçai la croûte, il Prencz douze livres de cire qu'on se fit un dégagement sensible de gaz nifera fondre dans une bassine; ajoulez troux.

trois livres et demie d'huile d'olive, et Je conclus de ce fait que les estrails » lorsque la cire sera fondue et mêlée

faits avec les plantes sèches doivent difféavec l'huile, vous ajouterez huit onces rer essentiellement de ceux obtenus des ► d'extrait de Saturne qu'on fera couler plantes fraîches, car les végétaux privés

doucement en remuant toujours avec de la vie parcourent un autre ordre de

une spatule. Lorsque le mélange est phénomènes, et à mesure que l'azole est » fait, ajoutez deux gros de camphre en absorbé, il est transmis par le ligneur » remuant toujours jusqu'à ce qu'il soit dans les mailles du végétal ; il s'oxyde et

fondu; tirez alors la bassine du feu, se combine plus facilement aux principes » trempez des toiles médiocrement fi- immédiats que contient la plante, à la fia. » nes, etc., etc. )

veur probablement de l'électricité. Ces Au nombre des guérisons curieuses phénomènes sont d'autant plus sensibles opérées par Goulard au moyen de son dans les solanées, que quelques-unes des onguent, employé de la manière qu'il in- plantes qui composent cette famille sont dique, et de ses peaux de Saturne, on irès-hygrométriques, ct cette circonstance peut citer deux cas de coxalgie avec luxa- favorise singulièrement celte altération. rion de la télc du fémur, raccourcissement Mais, pour que celle azotification ait licu,

[ocr errors]
[ocr errors]

7

te concours de la lumière et de l'humidité de nouveau par des vins de la nouvelle est absolument nécessaire. On a remarqué, récolte, et ainsi de suite pendant plusieurs du reste, que les brouillards accéléraient années; enfin, la croûte de tartre qui se cette opération, tandis que dans un air sec forme devient assez épaisse pour être enet chaud la fixation de l'azote nc s'opère levée au moyen d'un instrument en fer, et que lentement; il se fait alors peu à peu du ce sel est livré au commerce sous le nom deu toxyde d'azote, et par suite du nitrale de tartre brut, et on le désigne sous le nom de potasse, et plus rarement du nitrate de de tarlre rouge ou blane, suivant la nature chaux.

des vins desquels il a été retiré. Ce proL'extrait obtenu d'une seconde infusion duit tend tous les jours à diminuer, en de la plante ne produisit pas le phénomènc France surtout, par suite du morcelleque je viens de signaler.

ment à l'infini de la propriété ; il se forme Du tartrate de chaux dans la crème de bien tous les ans, mais on ne le trouve tartre. On sait que lors de la prépara- plus que dans les lies provenant du soulition du tartrate de potasse et d'antimoine, rage des vins nouveaux, opération qui a en faisant agir de la crème de tarlre sur le lieu ordinairement au mois de mars. verre d'antimoine en poudre, dans une Toutes ces lies sont réunies dans des quantité donnée d'eau pure, et que ces li. tonneaux, puis abandonnées au repos penqueurs filtrées sont abandonnées pendant dant quelques jours ; on rccueille le vin quarante-huit heures dans un lieu frais, clair qui surnage pour être livré au comon obtient des cristaux d'émétique qui se merce, et le précipité ayant acquis une recouvrent de petites houppes soyeuses de grande densité est mis dans des sacs en tartrate de chaux. J'ai cru longtemps que cc toile et pressuré aussi loin que possible. Le tartrate de chaux était le résultat de l'action dernier vin, qui a contracté le plus sou de l'acide tartrique sur la chaux que contient vent un goût d'évent, se livre aux fabrisouvent le verre d'antimoine; mais ayant cants de vinaigre, et le produit contenu préparé l'émélique avec l'oxyde d'anti- dans les sacs est divisé et séché rapidement, moine précipité, ou chlorure, lavé préala- condition nécessaire pour forcer sa conserblement par une solution bouillante de vation, car la matière gommeuse y est en bicarbonate de soude, j'ai encore obtenu si forte proportion , que la décomposition des cristaux de tartrate de chaux : il était en serait très-rapide. Ce produit, séché, permis de penser que la chaux existait ne contient en moyenne que 33° % de dans la crème de tartre; j'ai dû faire quel. tartrate acide de potasse, dont près d'un ques recherches pour savoir dans quelles tiers est à l'état de tartrate neutre de po. proportions la chaux existait dans le tar- tasse. trate acide de potasse du commerce.

Je crois inutile de décrire le mode.de J'ai calciné dans un creusct de platine fabrication de la crème de lartre, parce de la crème de tartre, et reprenant le qu'on trouve le procédé dans tous les traiproduit de la calcination par de l'eau dis- tés de chimie; mais ce qu'aucun auteur tillée aciduléc par l'acide azotique pur et n'a signalé, c'est que les cristaux obtenus précipitant par l'oxalate d'ammoniaque, du premier jet ne contiennent que des j'ai obtenu sur une moyenne de trois opé- proportions presque inappréciables de sel rations 3,76 à 4,27 de chaux. Cette opéra. de chaux : aussi les cristaux sont-ils mication m'a conduit à faire quelques recher- cés, ne deviennent durs et n'affectent la ches sur la fabrication de la crème de cristallisation voulue qu'autant qu'ils rentartre ; à cet effet, j'ai dû recourir au pre- serment de la chaux, dont la quantité nous mier mémoire qui ait été publié sur ce su- est connue. Ce n'est donc que par deux on jet, inséré dans les Mémoires de l'Académie trois cristallisations successives dans de des sciences de 1726, lequel procédé a été nouvelle cau, plus la chaux que contient répété par tous les auteurs qui ont parlé toujours la terre alumineuse employee dc ce sel, et sans y apporter la plus petite pour la décoloration, que le tartrate de modification.

chaux se constitue la moyenne de 4 % Autrefois et maintenant encore, on em- que contient toujours la crème de tartre ploie, pour la fabrication de la crème de du commerce. tartre, le tartre qui se dépose sur les pa- En résumé, je crois donc convenable, rois dans les grands réservoirs dans les afin d'obtenir un produit plus pur, d'emquels on conscrve le vin et que, dans la ployer, pour faire l'émétique, les cristaux Bourgogne, nous appelons des foudres. connus dans la droguerie de teinture sous Après un séjour de quelques années, les le nom de cristaus de tartre, à la place de vins sont réunis dans des tonneaux de crème de tartre, parce que le premier con2 hectolitres, ct les foudres sont remplis tient une quantité de chaux très-mininic

DES FERRUGINEUX.

relativement au tartrate acide de potasse dissoudre dans l'estomac les préparations blanc du commerce.

insolubles de fer, en un mot l'acide lac(Répertoire de pharmacie, Sept.) tique.

Les raisons qui m'ont conduit à propo

ser l'emploi du lactate de fer en nature ACTION PHYSIOLOGIQUE ET THÉRAPEUTIQUE ont été accueillies par un grand nombre

AVANTAGES DES PRÉPA- de médecins, et l'on a vu bientôt se proRATIONS SOLUBLES SUR LES PRÉPARATIONS IN- duire à la suite, et comnie à l'envi, une SOLUBLES; par M. A. GÉLIS. – L'emploi foule de préparations solubles, qui avaient du fer remonte aux premiers âges de la pour but avoué cette absorption plus facile médecine, et l'on a cherché à multiplier que j'avais attribuée au lactate de fer ; il sans cesse les formes pharmaceutiques ap- semblait si bien avéré pour tout le monde plicables au métal lui-même et à ses di- qu'il y avait un avantage réel à administrer vers composés chimiques. Si l'on jette les composés de fer à l'état soluble, que toutefois un coup d'eil d'ensemble sur ses l'on chercha de tous côtés à perfectionner nombreuses préparations, on les voit se la préparation et le mode d'emploi des former naturellement en deux groupes ferrugineux solubles déjà connus, mais comprenant : le premier, les préparations difficiles à conserver ou à administrer, insolubles dans l'eau; le second, les com- comme l'odure de fer, par exemple. posés ferruginenx solubles.

On arrivait donc généralement à regarLes préparations solubles de fer, que der la solubilité de ces préparations comme l'on employait dans la médecine ancienne

une de leurs proprété dominantes, lorsque et jusque dans ces derniers temps, résul- M. Quevenne publia son travail sur les taient, pour la plupart de la combinaison ferrugineux et tenta de ramener les idées du fer avec les acides minéraux, et plu- en arrière. sieurs d'entre elles avaient fourni des ré

Les recherches de M. Quevenne ont été sultats assez fâcheux pour que les méde. publiées en 1884, dans les Archives de cins les eussent reléguées au second plan; pliysiologie, de thérapeutique et d'hygiène : on leur préférait, en général, les composés elles forment un yolume in-8•de 330 pages insolubles, lorsqu'il s'agissait de deman- environ. C'est une œuvre de patience, qui der au fer ses propriétés toniques et répa- se recommande principalenrent par l'abonratrices.

dance des détails, mais qui a été trop viCes composés insolubles avaient cepen- siblement entreprise et exécutée dans l'indant aussi leurs inconvénients; on com

térêt d'une idée préconçue ; aussi a-t-elle prend facilement a priori qu'il n'est pas soulevé, au moment de son apparition, indifférent d'introduire le fer dans l'esto- plusieurs objections sérieuses, parmi lesmac, sous l'un ou l'autre état : tout com

quelles je citerai celles de M. Soobeiran, posé insoluble réclame, pour être absorbé, insérés dans le Bulletin de thérapeutique. la présence d'un dissolvant approprié, et

L'idée dominante du livre de M. Quece dissolvant ne peut être, dans l'estomac,

venne est celle-ci : Prouver que les préque le liquide sécrété par cet organe, le suc gastrique proprement dit; sans ad- parations insolubles de fer, lorsqu'elles

sont facilement attaquables par le sue gasmettre des théories prématurées, on doit, ce me semble, regarder les sels solubles trique, méritent la préférence sur les préde fer comme propres à être absorbés di- parations solubles, quelles qu'elles soient. rectement, s'il n'intervient dans l'estomac

Il rapporte cette supériorité prétendue à

trois canses, dont le simple énoncé pourra unc cause qui modifie leur forme chimique, et les désavantages qu'ils avaient paraitre singulier aux lecteurs un peu at

tentiss; présentés jusque-là ne pouvaient être at

il admet : tribués qu'à la nature des acides auxquels

1° Que loutes les préparations solables ils devaient leur solubilité. Il était donc de fer, deviennent insolubles dans l'esintéressant de combiner le fer avec un

tomac. agent qui ne modifikt en rien ses pré

2. Que l'acidité du suc gastrique n'est cieuses propriétés ; c'est ce que j'ai fait pas diminuée lorsque ce liquide dissont en 1839.

les préparations insolubles de fer. Pénétré de l'importance de cette idée, 3° Que l'estomac contient plus de ser en au point de vue de la thérapeutique du dissolution lorsqu'on a administré le fer fer, je fus amené à combiner le métat avec réduit par l'hydrogène qu'après l'ingestion les acides organiques, et je crus opérer lo- de tout autre ferrugineux, sans en excep. giquement, en choisissant parmi eux l'a- ter les sels solubles de fer; d'où il tire cide du suc gastrique, celui qui sert à cette conclusion, très-contestable suivant

« PrécédentContinuer »