Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]

.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

.

.

Au deuxième tour de scrutin (votants, En résumé, bien que les conclusions 43; majorité, 22):

présentées par le docteur Giraldès ne nous M. Sédillot obtient

21 voix. paraissent pas devoir être admises, sa M. Bouisson

19

communication n'en renferme pas moins M. Gensoul.

6

des parties intéressantes, et nous avons 1. Pamard.

4

l'honneur de proposer à l'Académie que

des remerciments lui soient adressés, et La majorité absolue n'ayant été obtenue

que son travail soit honorablement dépar aucun des candidats, on procèdc à un

posé dans les archives de l'Académie. scrutin de ballottage entre MM. Sédillot el Bouisson ( votants , 38; majorité, 20):

M. Velpeau, tout en s'associant aux

conclusions de M. Jobert et en rendant M. Sédillot oblient

26 voix. M. Bouisson.

justice au zèle et à l'activité qui distin12

guent M. Giraldés, croit devoir protester En conséquence, M. Sédillot est pro- énergiquement contre l'introduction de clamé associé national de l'Académic de l'amylène dans la pratique chirurgicale. Médecine.

S'il n'a pas protesté aussi catégoriqueANYLÈNE, - M. JOBERT (de Lamballe), ment la première fois qu'il en a été quesau nom d'une commission dont il fait par- tion à cette tribune, c'est qu'il lui semblait tie avec MM. Robert et Larrey, lit un légitime de laisser chacun libre d'employer rapport sur un travail de M. Giraldès, l'agent anesthésique qui lui convenait ; ayant pour titre : Éludes cliniques sur l'a= mais aujourd'hui il est démontré que l'amylène.

1 mylène n'offre sur le chloroforme aucun Après avoir cité de nombreuses expé-l, avantage, et qu'il est beaucoup plus danriences pratiquées sur les animaux et gereux que ce dernier. Récemment encore quelques observations recueillies sur un malade est mort sous le couteau chil'homme, M. Jobert (de Lamballe) ter- rurgical; oni l'avait soumis aux vapeurs". mine ainsi son rapport : « Dans sa com , de Pamylène pour lui faire l'ablation d'une munication M. Giraldès s'est proposé de petite tumeur épithéliale située dans le démontrer que l'amylène était moins dan- dos. Et ce malheur, à propos duquel on gereux que le chloroforme et devait être ne peut invoquer aucune circonstance at. employé de préférence. » Mais nous ne ténuante de disposition particulière exceptrouvons pas qu'il ait donné des raisons tionnelle , d'idiosyncrasie, etc., entre les suffisantes à l'appui de son opinion. mains de qui est-il arrivé ? Entre les

Notre collègue, M. Robert, se borne à mains de M. Snow loi-même, le promolui donner la préférence dans certains cas teur de l'amylène; c'est le second depuis exceptionnels. Nous ne pouvons même peu de temps. Il n'y a donc pas lieu de adopter cette dernière manière de voir, l'accepter'; il ne doit pas être permis de parce que, suivant nous, l'amylène a les in-' changer ce qu'on a contre quelque chose convénients du chloroforme, sans en avoir de plus mauvais ; il faut donc le proscrire les avantages. Le chloroforme, en péné- absolument. trant les vaisseaux, laisse au sang sa cou- M. LARREY appuie la réprobation proleur rutilante. Le chloroforme déprime, noncée par M. Velpeau contre l'amylène. ralentit le pouls, et l'amylènc l'accélère Il croit, d'ailleurs, que M. Giraldès parlaen congestionnant les organes. Sous le gera cette manière de voir, car il assistàit' rapport du mode d'administration, l'amy- à l'opération faite par M. Snow et a été lène se manie difficilement tandis que le témoin de la mort du malade. M. Larrey chloroforme est d'un usage facile. Après ajoute qu'il est peut-être bon de remarquer l'administration du chloroforme les mala- que l'emploi de l'amylène à l'air libre n'a des éprouvent ordinairement du calme, et pas été suivi d'accidents, et que, dans les il en est souvent autrement de l'amylène, deux cas de mort, l'amylène avait été adlont les effets se prolongent sous forme de ministré au moyen d'appareils. nalaise, d'agitation, de céphalalgie, de M. Devergie fait observer qu'il est imitubation, d'incohérence dans les idées, possible d'obtenir le moindre effet anesl'hésitation dans la parole.

thésique avec l'amylène à l'air libre : il est Le chloroforme nous a fourni les mêmes trop volatil. On est toujours obligé de se 'ésultats satisfaisants sur les vieillards, servir d'appareils; il n'y a donc pas d'ases adultes et les enfants de différents similation à établir entre ce qui a lieu pour iges , et nous croyons que son emploi l'amylène et ce qui se passe avec le chlon'est pas plus nuisible à cette première roforme. époque de la vie que dans les périodes M. JOBERT (de Lamballe) a essayé d'adplus avancées.

ministrer l'amylène aux animaux au moyen

a

[ocr errors]

d'une éponge; il n'a jamais rien obtenu, ko aux bonnes conditions lygiéniques de En se servant des appareils de Charrière, l'établissement et aux soins intelligents il a vu survenir les mêmes accidents avec donnés à l'opérée ; go à la température l'amylène qu'avec le chloroforme, ct d'une douce et constante qui a régné à cette manière plus brusque, plus instantanée; époque (en février dernier); 6° enfin à l'acl'insensibilité n'arrive pas progressive- tion du chloroforme, qui n'a permis au. ment comme avec le chloroforme, elle sur- cune appréhension et qui a soustrait la vient tout d'un coup et surprend l'opéra- malade à toute douleur. teur. Il ajoute que, dans sa conviction, L'auteur de cette communication trouve tous les anesthésiques agissent par empoi dans ce fait une nouvelle objection contre sonnement, mais que le chloroforme n'agit l'avortement provoqué et contre la céphapas sur le sang, qui reste rutilant à quels lotripsie, qui sacrifie l'enfant, dit-il, sans que temps de l'opération qu'on l'examine, toujours sauver la mère. tandis que l'amylène agit, au contraire, M. le rapporteur termine en ces termes : sur le sang, qui devient noir immédiate- En vous rendant compte de ce fait intément sous l'influence de ses vapeurs inspi- ressant, votre commission n'a pas pensé récs.

que le moment fût opportun pour renouLes conclusions du rapport de M. Jo- vcler une discussion dont le souvenir est bert (de Lamballe) sont mises aux voix et encore présent dans l'esprit de chacun de adoptées.

vous. Un succès de plus n'est pas de nature

1 à changer les termes de la question. Ils Séance du 25 août 1887.

restent tels qu'ils étaient il y a quelques

années; car à côté d'un succès nouveau il OPÉRATION CÉSARIENNE. M. Depául lit, me serait facile de grouper plusieurs cas en son nom et au nom de MM. P. Dubois de mort, et de vous montrer que des arguet Gimelle, un rapport sur une opération ments puissants militent encore en faveur césarienne pratiquée à la Maternité de de l'avortement provoqué ou de l'embryoTulle par le docteur Pauquinot (observa- tomie dans certains cas déterminés. tion rédigée par le docteur Borie).

Quoi qu'il en soit, l'observation que je L'opération a été faite par le procédé viens de vous faire connaître offre un vériordinaire, sans faire intervenir aucune des table intérêt. Elle a été recueillie avec modifications proposées dans ces derniers soin par M. le docteur Borie; mais il est temps.

juste que l'approbation que mérite cette Selon lui, le succès doit être rapporté : communication se reporte aussi sur M. Pau1° à l'étendue considérable donnée à l'in- quinot, qui a pratiqué l'opération, et sur cision de l'abdomen et à la partic de l'uté. MM. les docteurs Venvejoul et Duval, qui rus qui a été ouverte (la supérieure), ce l'ont aidé de leurs conseils. qui a permis aux liquides de s'écouler En conséquence, la commission propar les voies ordinaires ; 2° à la constilu- pose: 1• d'adresser une lettre de remercition de la femme, qui était habituée aux ments à ces quatre confrères; 2o de rentravaux pénibles de la campagne; 30 au

voyer leur observation au comité de moment choisi pour l'opération, aucune publication. (Adopté.) manæuvre n'ayant été tentée d'abord ; (La suile de la séance au proch. No.)

V. VARIÉTÉS.

SUR LE CONGRÈS D'OPHTHALMOLOGIE DE de la science et de l'humanité, quittent BRUXELLES.

leurs foyers, abandonnent leurs occupa

tions habituelles, font généralement le saNous l'avons dit dans notre dernier ca- crifice de leurs intérêts personnels pour hier, l'idée de réunir un congrès consacré aller, dans un lieu déterminé d'avance et exclusivement à l'oculistique était hardie quelle que soit la distance à franchir, poret nous osions à peine entrevoir un succès ter le fruit de leurs travaux et de leur malgré la vive sympathie que nous avons expéricnce, mus par une seule pensée, toujours vouée à ces réunions d'hommes celle d'être utiles & leurs semblables. Dé. instruits et zélés, qui, véritables apôtres clarer ici, après la réussite la plus com

:

391 plète et la plus éclatante du Congrès qui figuraient au programme, solutions d'ophthalmologie, que nous n'en avions nous nous hâtons de le dire, qui, à quelaccueilli le projet qu'avec une certaine ques modifications près, sont restées telles défiance, c'est nous mettre tout à fait à qu'elles avaient été présentées par le Col'aise pour en constater l'immense succès

mité organisateur. Ce devoir, nous l'acet pour rendre justice aux honorables complirons aussitôt que la publication du confrères qui ont été les zélés et habiles compte-rendu des travaux du Congrès promoteurs de cette assemblée si imposante nous mettra à même de puiser à une par le nombre et la haute position scien- source sûre ct authentique. tifique des hommes qui se sont empressés On a dit que le Congrès ophthalmolode répondre à leur appel. Mais un peu de gique était, dès son début, atteint d'un vicc défiance n'implique nullement de l'hosti- originel, qu'en formulant d'avance les solité, et, nous l'avons dit, si périlleuse que lutions des diverses questions mises à nous considérions l'entreprise, elle ne l'ordre du jour, on avait dépouillé celte pouvait éveiller que notre sympathie : assemblée de toute initiative, qu'on l'avait aussi fut-ce, avec bonheur, que nous lui pour ainsi dire forcée, à cause de conveprélåmes le concours de la large publicité nances que nous avouons ne pas comprendont jouit notre Journal, publicité qui dre en matière scientifique, de respecler n'est peut-être pas restée complétement les solutions proposées. Cette opinion stérile, et pour laquelle, si nous avions nous ne pouvons la partager, car l'expéseulement un tantinet de présomption ou rience acquise dans plusieurs Congrès and'amour-propre, nous pourrions revendi- térieurs a pleinement sanctionné l'excelquer sans doute, imitant en cela un con- lence de celte mesurc; le Congrès d'ophfrère de la presse médicale de notre pays, thalmologie n'a fait que suivre l'exemple une toute petite part dans l'immense ré- qui lui avait été donné par les Congrès sultat qui a été obtenu. Nous présérons d'hygiène, de statistique et de bienfaisance toutefois rendre à César ce qui est à César et nous croyons qu'il a eu parfaitement et au Comité organisateur ce qui lui ap- raison. Plus le temps est mesuré, plus les partient, ce que personne au monde ne assemblées délibérantes sont nombreuses, peut lui contester, la gloire et l'honneur plus aussi il importe de resserrer les disd'avoir conçu et mené à bonne fin un pro- cussions dans les limites strictement néjet bardi, d'une exécution difficile, d'avoir cessaires et de nc point laisser aux orapar ses efforts, par sa courageuse persé- teurs, car il y en a toujours qui abusent vérance, surmonté tous les obstacles, l'hon. du don précieux de la parole, la possibineur et la gloire enfin d'avoir réuni à lité d'exhiber une vaine et stérile éloBruxelles, et venant de tous les points de quence en parlant sur tout et de tout, l'Europe, les hommes les plus éminents excepté du point sur lequel porte la disdans la branche spéciale de l'opthalmo- cussion. Il serait injuste de prétendre que logie. Et en rendant ainsi justice au Co. les solutions proposées aient été imposées mité organisateur, pourquoi serions-nous comme une arche sainte à laquelle il fût plus réservé que son vénérable président, défendu de toucher. Sans doute, les mempourquoi ne reconnaitrions-nous pas avec bres du Comité ont considéré leurs solului que la réussile a été due surtout au tions comme bonnes et à la hauteur de la travail persévérant, au zèle infatigable, science, sinon ils les eussent faites meil. aux sacrifices de toute nature que s'est leures, car ils étaient hommes à ne pas resimposés le secrétaire général, M. Warlo- ter au-dessous de leur tâche et à livrer au mont, pour atteindre le noble but qu'il public un travail qui pût soutenir l'exas'était proposé. Honneur donc surtout à men et la discussion de tous; croyant leur notre confrère pour lequel le succès ines- cuvre bonne, ils ont dû la défendre, ct péré du Congrès a été, comme l'a si bien personne n'a le droit d'insinuer, que le sendit M. Fallot, un glorieux dédommage- timent de la paternité leur ait inspiré des ment de son rude labeur !

prétentions absurdes et ridicules. D'ailIl ne peut entrer dans nos vues de don- leurs, arrêtées longtemps d'avance, ces ner un compte-rendu des séances du Con- solutions ont été communiquées à tous les grès, car les documents indispensables adhérents du Congrès; chacun a donc pu nous font défaut et la place dont nous les étudier, les méditer à loisir; chacun a pouvons disposer ne nous le permettrait donc eu le temps de préparer, dans le sid'ailleurs pas. Le point important, pen- lence du cabinet, d'autres solutions plus sons-nous, est de mettre sous les yeux de complètes, plus au niveau des connaisnos lecteurs les solutions données par sances ophthalmologiques, etc., si celles celle imposable assemblée aux questions du comité avaient paru insullisantes ou

a

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

cours :

pécher sous le rapport de l'état actuel de de Dresde, Von Graefe, de Berlin, Dixon, la science. Si plus de deux cents ophthal. de Londres, Arlt et Jaeger, de Vienne, mologucs de toutes les nationalités et Melchior , de Copenhague, Boeck, de comptant parmi eux les hommes les plus Christiania, Sichel et Desmarres, de Paris, éminents, les autorités les plus colossales Guépin, de Nantes, Serre, d'Uzès, Anagen fait d'oculistique, ont imprimé aux so- nostakis, d'Athènes, Donders, d'Utrecht, lutions provisoires le sceau glorieux de De Kabath et Pelikan, de Saint-Péters. leurs suffrages si compétents, c'est que, il bourg, Matuschenkov, de Moscou , Strofaut bien en convenir, elles étaient rigou- meyer, de Hanovre, Marques, de Lisreusement conformes aux données de la bonne, Spérino et Borelli, de Turin, etc., science moderne. C'est là un résultat dont c'est dire que Bruxelles possédait en ce lc Comité organisateur a le droit d'être moment dans ses murs les hommes les fier. — Quant à l'opinion qui a été émise plus éminents, les notabilités les plus jus. qu'en présentant à l'assemblée un pro- tement célèbres dans la science de l'oculis. gramme rempli à l'avance, on avait em- tique.—Le bureau est occupé par MM. Falpêché de se produire des travaux ou des lot, président, Van Roosbroeck, professeur communications orales non indiquées ou d'ophthalmologie à l'Université de Gand, non prévues dans ce programme, elle est Joseph Bosch, chirurgien de l'Institut pour le moins non fondée, car les séances ophthalmique du Brabant, Hairion, direcgénérales ont été en grande partie rem- teur de l'Institut ophthalmique de l'armée plies par des travaux et des communica- uvain, et Warlomont, secrétaire gétions de ce genre : pour le prouver, il

néral. suffira de rappeler les lectures ou discours M. De Decker, ministre de l'intérieur, et si intéressants de MM. Cervera et Calvo y plusieurs membres du corps diplomatique Martin, de Madrid, Anagnostakis, d'A- assistent à la séance qui est ouverte par thènes, Bocck, de Christiania, Melchior,

un remarquable discours de M. Fallot qui de Copenhague, Spérino, de Turin, Serre, a exprimé dignement et avec ame de

âme d'Uzès, et surtout l'exposition faite avec belles et nobles pensées. Voici ce distant de lucidité par M, Yon Graefe, de Berlin, de ses études et de ses recherches sur la cause et la nature du glaucome,

NESSIEURS, affection encore peu connue et sur laquelle l'illustre ophthalmologue a présenté des C'est un spectacle non moins glorieux idées et des considérations entièrement pour la science que consolant pour l'huneuves que la savantc assemblée a ac- manilé que celui dont ces lieux sont tėcueillies par des applaudissements bien moins en ce jour.

, mérités. Disons enfin que si, par suite Quand de toutes parts les intérêts matéde manque de temps, le Congrès a élé riels nous envahissent, nous débordent, privé du plaisir d'entendre quelques mem- nous étreignent; qu'il ne semble plus y bres qui avaient encore des communica- avoir dans l'esprit humain d'énergie et tions à lui faire, celles-ci ne seront pas d'activité que pour ce qui peut se chiffrer perdues pour la science puisqu'elles se- et se résoudre en espèces sonnantes, qu'il ront insérées au compte-rendu des travaux est beau de voir ici tant d'hommes émidu Congrès.

nents, de puissantes intelligences , de On sait que l'ouverture du Congrès hautes renommées , qui, en dehors de avait été annoncée pour le dimanche toute vue personnelle, sans souci de loin13 septembre à 11 heures du matin. Nous tains voyages , au mépris de coûteux saavons constaté à l'honneur du corps més crifices, de l'abandon d'une riche clientèle dical que, bien avant l'heure fixée par le et des douceurs du foyer domestique, y programme, la grande salle des Acadé- sont accourus sur un simple appel fait au mies était comble et offrait l'aspect le plus nom de la science, appel qui pour se faire animé : les adhérents au Congrès et les entendre n'avait aucune de ces voix qui délégués officiels des divers gouverne- retentissent au loin et forcent à l'obéisments avaient répondu avec une exacti- sance, appel d'autant plus audacieux qu'il tude et un empressement des plus hono- n'était justifié par aucun précédent. rables à l'appel qui leur avait été fait au A la vérité, les congrès ne sont pas ranom de la science et de l'humanité. La res; depuis longtemps l'utilité de cette réunion était imposante non-seulement forme d'association a été appréciée , et par le nombre, mais encore et surtout par chaque année en voit se former de noule nom et la valeur des hommes qui la veaux. L'enceinte où nous sommes réunis composaient. Nommer MM. Von Ammon, en recevait un naguère et des plus nom

[ocr errors]
[ocr errors]

[ocr errors]
[ocr errors]

-1

breux. Mais alors il s'agissait d'intérêts ces raisons, ni nous dissimuler la grangénéraux, de questions humanitaires, dans deur des obstacles qui se dressaient devant lesquels l'avenir de la société était en quel- notre entreprise. Aussi quelquefois, et que sorte engagé. Aussi toutes ses classes comme malgré nous, nous nous laissions y fournissaient des éléments : tous les re- aller au découragement, et n'eût-ce été présentants de ses forces vives, le législa- une répugnance bien naturelle de revenir teur, l'économiste, l'administrateur, l'in- sur nos pas sans avoir sondé toutes les is. dustriel, le commerçant y tenaient des sues, et celle voix intérieure qui crie à places. — Notre Congrès n'impose par tout homme, méditant une bonne action, aucun de ces titres, il ne mesure pas de fais ce que dois, advienne que pourra, nous semblables proportions, ne remue pas des y aurions peut-être succombé. intérêts aussi actuels, n'embrasse pas un Cependant, j'ai hâte de le dire, car il horizon aussi vaste. Consacré exclusive faut être juste avant tout, et la crainte de ment à l'art de guérir, et encore à une de blesser 'la modestie d'un collègue ne doit ses spécialités moins approfondies, il sem- pas m'empêcher de dire la vérité. L'honoblait ne devoir attirer qu'un petit nombre rable membre du comité qui a bien voulu d'adhérents et être condamné à périr dans se charger des pénibles fonctions de sc. un ridicule avortement.

crétaire général n'a jamais senti faiblir Vous le savez, Messieurs, il est dans la son courage, ni ébranler sa foi en notre destinée de toutes les idées nouvelles de avenir. Aucun travail ne l'a rebuté, il n'a rencontrer une vive opposition. Elles ont reculé devant aucun obstacle, il n'a eu pour ennemis naturels ces hommes moro regret à aucun sacrifice, et c'est un beau ses et envieux, hostiles à tout ce qu'ils jour pour lui que celui d'aujourd'hui, car n'ont pas conçu eux-mêmes ; ces caractèr il lui en apporte un gloricux dédommageres apathiques et routiniers, qu'effarouehement. (Applaudissements.) tout ce qui sort du cercle de leurs habitu- Mais à quoi auraient abouti ses efforts, des; enfin ces esprits sceptiques et fron- que lui aurait servi sa persévérance, quels deurs, pour qui le dévouement est un vain fruits'aurait-il retirés de ses sacrifices sans mot, le désintéressement une duperie et votre généreux et 'noble appui, votre cogl'arme favorite le sarcasme.

pération active et loyale? Grâce à vous, Neuve, ou simple application nouvelle Messieurs, tous les sombres présages dont d'une idée acceptée, la nôtre ne put on effrayait nos esprits ont été démentis, échapper au sort commun : elle fut reçue et les résultats de nos démarches ont déavec beaucoup de défiance et les sévères passé, non-sculement notre attente, mais avertissements n'y manquèrent pas. même notre espoir. Recevez-en nos vifs

On nous disait : le champ livré à vos remerciments. Pourquoi les expressions investigations est borné et aride, et loin de notre gratitude restent-elles si fort de vous sont les mains habiles et puissan- au-dessous du sentiment qui nous les tes dont la réunion vous serait nécessaire inspire ? pour le faire valoir. Et comment l'obtenir, Représentants de la plus magnifique cette réunion ? Il n'est pas de profession des sciences, du plus salutaire des arts, plus assujettissante que celle de médecin. salut ! Salut! infatigables travailleurs dans Le médecin est, en quelque sorte, comme les champs de l'intelligence, incessamment un sers, attaché à la glèbe. Il ne s'aprar- fécondés et agrandis. par vos travaux, Şatient pas,

il est à la société, à laquelle il lut! cæurs nobles et généreus qui mettez doit le sacrifice de son temps, de ses goûts, votre gloire à être utile et y trouvez la de soi-même. Comment, après cela, en la plus douce', la plus haute des récomattendre de longues absences ? Comment penses! espérer surtout d'en réunir un assez grand Soyez bien venus parmi nous. La nombre pour constituer un congrès, et Belgique

é est heurcuse de vous possc. quelles seraient la signification, Pautorité der; elle comprend que votre présence

ajoute un fleuron nouveau niversalité et ne reflétant que les rayons d'hospitalité et de liberalisme da couronne d'une seule école? Vouloir en constitucr associations internationales lui ont déjà un avec des éléments médicaux seuls est décernée. une utopie irréalisable , 'un projet qui Grâces soient rendues à M. le ministre conduit inévitablement à un échec. C'est de l'intérieur, cet homme non moins dise ainsi que parlaient des hommes sérieux, tingué par l'élévation de son esprit que pleins de bonnes intentions et experts dans par la droiture de son caractère , pour la matière. Nous ne pouvions méconnaitre l'extrême bienveillance avec laquelle il a ni la justesse de ces yues, ni la solidité de aceueilli tout d'abord notre idée et les res

que d'autres

« PrécédentContinuer »