Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Chimie médicale et pharmac. naire, les acides gras étaient mis à nu et

venaient surnager la liqueur sous forme

de corps gras, couleur brun foncé. OBSERVATIONS SUR LES PRODUITS DE LA Les corps gras primitifs, jaunâtres, se DISTILLATION SÈCHE DES MATIÈRES FÉCALES; charbonnaient par l'ébullition en donnant par M. T.-L. PHIPSON, membre corres. naissance à une espèce d'huile qui passait pondant à Paris. On m'a appelé derniè. à la distillation sans se décomposer. Exporement à l'usine de M. B..., dans la rue sés à la lumière, ces corps gras se décomde la Roquette, pour constater la qualité

posaient également en noircissant, à la des produits obtenus par la distillation des manière de l'huile animale de Dippel. matières fécales. L'appareil employé con- (Je dirai à cette occasion que M. le duc de sistait en un grand vase rectangulaire en Luynes, membre de la Société française tôle, de la contenance de 100 litres, en- de photographie, a institué un prix de fermé dans un fourneau en briques et 10,000 fr. qui sera remis à la personne chauffé par en dessous. Les produits de la qui trouvera un moyen de rendre les distillation se dégageaient par des tubes épreuves photographiques aussi permalatéraux pouvant se boucher et que M.B... nentes que les lithographies, dans lesavait disposés à différentes hauteurs, dans quelles la matière colorante noire est due le but de recueillir à part les produits au charbon, l'un des corps les plus inaltéqui passaient à différentes températures rables. Je pense que si l'on parvenait à

Mais, à l'époque où j'ai examiné éet employer en photographie une de ces appareil, il était loin d'être parfait et ne huiles animales qui s'altèrent à la lumière remplissait pas le but que son auteur s'é- en noircissant, on remplirait le but protait proposé. La chaleur employée par posé). M. B... n'était pas assez forte pour chasser La chose qu'il importait surtout de satous les produits volatils, car le charbon voir, c'était la quantité d'ammoniaque qui restait après l'opération, n'était pas qu'on pouvait obtenir de cette distillation. complétement calciné et contenait encore, Dans les échantillons du liquide huileux comme nous le verrons, de l'azote et du qu'on m'a remis, cette quantité était assez soufre. L'auteur de l'appareil insistait ce- faible. En effet, un litre de ce liquide ne pendant sur cet arrangement, parce qu'il m'a donné que 3,43 grammes d'ammo. avait principalement en vue la production niaque sec (Az HP); de sorte que, dans les d'un charbon pouvant servir d'engrais. – 20 litres obtenus à la distillation, on n'aLa matière était soumise à la distillation vait que 68 grammes, ou environ 100 lià l'état humide, telle qu'elle était livrée tres d'ammoniaque gazeux.- Cette ammopar les vidangeurs. 100 litres de la ma- niaque existait dans le liquide huileux sous tière fécale en cet état, ont donné à M. B... forme de carbonate, de sulfhydrate et en 20 litres d'un liquide huileux ammoniacal; combinaison avec les acides gras, sous un demi-litre d'un liquide acide et coloré, forme de savon ammoniacal. recueilli à part par un des tubes latéraux Le charbon provenant de cette distillade l'appareil, et de 5 à 8 kilog. de charbon, tion, et tel qu'il sortait du fourneau, était selon que la matière était plus ou moins noir, poreux, léger et friable. Il brûlait humide et selon qu'on poussait la distilla- difficilement et avec une flamme fuligition plus ou moins loin. La liqueur acide, neuse accompagnée de beaucoup de fumée recueillie à part, était colorée en rouge- et d'une odeur de corne brûlée. En le pulbrunâtre, elle renfermait une matière gou- vérisant j'obtenais une poudre brune fondronneuse odorante et devait son acidité, cée, plutôt que noire. Ce charbon contenait selon toute apparence, aux acides acétique des sulfures, des silicales et peut-être et formique.

d'autres sels encore. Délayé dans l'eau , il La liqueur ammoniacale était épaisse, communiquait à celle-ci une réaction jaunâtre, huileuse; elle présentait une acide; il decomposait les acides nitrique et réaction alcaline, exhalait une forte odeur sulfurique concentrés et possédait une de sulfure ammonique et précipitait les action décolorante marquée, mais pas à un sels de ser en noir. Ce précipité était un aussi haut degré que le charbon animal promélange de sulfure et d'oxyde ferriques. venant des us. Chauffé dans un vase de

- En soumettant ce liquide à l'analyse, je fer clos avec du carbonate potassique scc, l'ai trouvé composé principalement de car- il m'a donné une quantité notable de bonale d'ammoniaque, de sulfhydrate ferro-cyanure potassique et une quantité ammonique et d'un savon ammoniacal. En plus grande encore de sulfure potasIraitant ce liquide jaune, huileux, par sique. l'acide sulfurique, à la température ordi

[ocr errors]
[ocr errors]

CE DU SUCRE DANS LES URINES.

SUR LE VERT DE zinc; par M. T.-I.. « On prend une quantité déterminée PHIPSON, membre correspondant à Paris. d'urine, 30 grammes, on la traite par une

- J'ai analysé dernièrement la couleur pelite quantité d'acétate de plomb solide et qui se trouve dans le commerce sous le cristallisé, soit 2 grammes; on fait chaufnom de vert de zinc ; je l'ai trouvée com- fer le mélange et l'on a immédiatement un poséc presque en entier d'oxyde zincique précipité abondant de couleur blanc sale; coloré par une fort petite quantité d'oxyde on filire ce liquide et, une fois filtré, on le cobaltique; elle montrait aussi des traces traite par le sulfate de soude en excès. Si, d'arsenic, qui devenaient sensibles quand par exemple, on a mis 2 grammes d'acée on introduisait de celle couleur dans l'ap. tate de plomb, on y ajoute 4 grammes de pareil de Marsh , et qui provenaient sans sulfate de soude ; ce deuxième mélange doute de l'impureté du minerai de cobalt opéré, on chauffe de nouveau et le sulfate employé dans sa préparation. Cette cou. de plomb se précipite ; an fillre de nouleur verte n'est pas homogène, à moins veau et on a pour résidu un liquide clair, qu'elle ne soit parfaitement broyée; elle transparent, qui contient du sucre quand s'emploie dans la peinture à l'huile. Une il y en a, de l'urée et quelques sels insichose digne d'intérêt, c'est la petite quan- gnifiants. L'urine, ainsi traitée, ne réduit tité d'oxyde ou de sel cobaltique qu'il faut les réactifs cu pro-potassiques et ne brunit pour communiquer une belle couleur verte la potasse que lorsqu'il y a du sucre. Ces à une très-grande quantité d'oxyde zin. deux réactifs sont alors parfaitement fidècique.

les, très-exacts et ne donnent ces résultats que lorsque le sucre s'y trouve.

> Si l'urinc dans laquelle on veut reMOYEN D'ASSURER LA VALEUR DES DIVERS chercher ce principe contient de l'albuRÉACTIFS EMPLOYÉS POUR DÉCELER LA PRÉSEN: mine, l'acélate de plomb solide coagule ce

– On se rap- principe immédiat, en même temps que pelle l'empressement avec lequel a été ac les autres matières organiques, et l'on cueillie la découverte de la liqueur cupro- n'est plus embarrassé par lui lorsqu'on potassique de M. Barreswil qui, appliquée veut chercher le sucre. à l'examen des urines, permettait d'y dé- » Il résulle de la que toutes les fois celer la présence des plus petites quanti- qu'on voudra déceler la présence du sucre tés de glycosc. Ce moyen, d'un emploi dans une urine quelconque, albumineuse déjà si facile, fut encore simplifié en provo- ou non, on aura dans le liquide cuproa quant la réaction à l'aide d'un peu de po- potassique et dans la potasse deux exceltasse caustique. Des procédés d'analyse și lents réactifs ; mais à la condition qu'on prompts devaient rapidement se vulgari- traitera préalablement celle urine par ser. Leur usage, toutefois, n'était pas aussi l'acétate de plomb solide et le sulfate de sûr qu'on le croyait, et une cause d'erreur soude, dont la double réaction entrainera a semblé menacer l'avenir de cette pré- toutes les matières étrangères acides ou cieuse conquête.

organiques qui pourraient réduire, déco* M. Béhier , dans une récente séance de Torer ou verdir le liquide cupro-potassila Société médicale des hôpitaux, est venu que et brunir la potasse. » fournir de si nombreux exemples de l'infi- (Bulletin général de thérap.,N° du 30 août). délité de ces réactifs , que si la chimie ne nous avait fourni immédiatement le moyen de parer à cette cause d'erreur, ces pro- SUR UN NOUVEL ALCALOÏDE (conhydrine) cédés d'analyse auraient dû être rejetés de DANS LA CIGUE; par M. Tu. WERTHEIM. la pratique courante. En effet, M. Behier

Lorsque l'on épuise avec de l'eau aiguia fait voir que les urines d'un très-grand sée d'acide sulfurique les flcurs du Conombre d'individus affectés de maladies di. nium maculatum , et que l'on soumet l'exverses se coloraient par la potasse, et trait moyennement concentré à la distillamême précipitaient par le liquide cupro- tion avec de la chaux ou de la potasse , on potassique.

obtient dans le récipicnt une liqueur trèsL'infidélité des réactifs , dans ces oas, alcaline qui renferme, indépendamment n'était pas un fait nouveau, et M. Becque- de l'ammoniaque et de la conicine , une rel en avait signalé la cause dans son Traité nouvelle base organique. de chimie pathologique. Voici, d'après cet Pour l'oblenir, on neutralise par l'acide auteur, le moyen de détruire les éléments sulfurique le produit de la distillation; on des urines, autres que le sucre, qui pro- évapore la solution au bain-marie en convoquent la coloration du liquide et qui sistance sirupeuse, on reprend le résidu rend toute leur valeur à ces réactiss. par l'alcool absolu , on distille l'alcool, ch

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Jon Iraite l'extrait alcooliqne refroidi par les propriétés de la conicine naturelle. la potasse caustique que l'on ajoute par Eile forme avec l'acide chlorhydriquc une petites portions. On agite ensuite ce mé- combinaison cristallisable en prismes lange à plusieurs reprises avec de l'éther, rhomboïdaux. Elle est très-toxique. La et l'on distille la solution au bain-marie. conhydrine l'est à un degré beaucoup Le résidu , introduit dans une petite cor- moindre. nue tubulée, est soumis à la distillation (Analen der Chemie und Pharm. et Journ. fractionnée dans un courant de gaz. Il des connaissapces méd. et pharmaceut.) passe d'abord de l'éther avec de la conicine, puis de la conicine pure, et vers la fin de la distillation la voûte et le col de la

Falsifications, etc. cornue se recouvrent de paillettes incolores et irisées. On détache celte croûte cristalline des parois de la cornue, et, SUR LA SUBSTITUTION DE L'IODURE DE POaprès l'avoir fortement refroidie à l'aide

TASSIUM AU BROMURE DU MÊME MÉTAL. Rė. d'un mélange réfrigérant, on l'exprime ponse à MM. ORMAN et Kayser, par M. F. entre des feuilles de papier. On purifie HAINAUT, pharmacien à Courcelles. les cristaux exprimés en les faisant cris- «J'ai publié dans ce journal, t. 13, p. 240, talliser à plusieurs reprises dans l'éther. un'article intitulé : Moyen de reconnaitre

280 kilogrammes de fleurs de ciguë ont la substitution de l'iodure de polassium au donné 17 grammes de produit.

bromure de la même base (1). La base ainsi purifiée constitue des Mon honorable collègue, M. Orman, paillettes incolores, nacrées et irisées, elle pharmacien militaire à Liége, a fait erreur fond à une douce chaleur, et se sublime dans la critiquc de cet article qu'il a pulentement même au-dessous de 100 de- bliée (2) dans le même lome, page 289, en grés. A une température plus élevée elle avançant que j'ai dit avoir traité la potion se sublime rapidement et sans laisser de suspecte par l'acétate de plomb qui a occarésidu, en répandant au loin l'odeur parti- sionné un précipité blanc de bromure de culière de la conicine. Elle est assez solu- plomb. Il a consondu la potion avec le soble dans l'eau , très-soluble dans l'alcool juté de bromure de potassium que j'ai préet dans l'éther : ces solutions sont forte- paré afin de savoir si ce sel produit la ment alcalines. Elle chasse l'ammoniaque même réaction que l'iodure sur l'amidon de ses combinaisons, même à la tempéra: employé concurremment avec l'acide sulture ordinaire; mais, d'un autre côté, elle furique, et quelle est sa réaction sur l'acéparait être déplacée elle-même par la co- tate de plomb. nicine. Lorsque l'on neutralise la solution Si la polion en question, traitée par l'aalcoolique de la nouvelle basc avec l'acide cétatc plombique, avait donné un précichlorhydrique, et que l'on y ajoute une pité blanc, certes je n'aurais pas écrit une solution alcoolique de chlorure de platine, note sur la substitution de l'iodure de poon obtient par l'évaporation spontanée de tassium au bromure de la même base, puismagnifiques cristaux d'un sel doublé. Ces

que cette sub titution n'aurait pas existé. cristaux sont des tables Thomboidales, Je sais fort bien que celte réaction n'aurait très-volumineuses et colorées en rouge pas été une preuve que la potion contenait hyacinthe. Ils renferment :

du bromure et qu'il aurait pu s'y trouver C"H" AzO', CIH PLC'.

tout aussi bien du chlorure de potassium

ou de sodium, du sulfate ou du carbonate La composition de la base elle-même est de potasse ou de soude, sels qui donnent par conséquent représentée par la formule

aussi un précipité blanc avec l'acétate de C'H? Azó'. On voit qu'elle ne diffère de plomb. Mais je n'aurais pas poussé mon la conicine que par les éléments de 2 Ho. investigation plus loin, car il n'est pas à On peut donc la désigner sous le nom de

supposer qu'un pharmacien oserait s'avi. conhydrine, mot qui exprime cette relation

ser de faire une pareille substitution. de composílion. L'acide phosphorique an- L'intensité de la couleur jaune du prébydre, chauffé avec la conhydrine à une cipité que j'ai obtenu en traitant la potion lempérature d'environ 200 degrés, lui par l'acétate de plomb, me fait croire qu'il enlève 2 équivalents d'eau, et la trans- y a bien eu substitution d'iodure au broforme en conicine :

mure : je me suis assuré que, pour obteC" A" Azo'=2 HO+C"$ 1" Az.

(1) Voir notre cahier de juillel. Cette conicine artificielle possède toutes (2) Voir notre cahier d'août.

а

nir un précipité aussi coloré, le bromure masse est parfaitement homogène on y doit contenir les trois bons quarts de son ajoute, par chaque pastille, 25 centigrampoids d'iodure. Or, il n'est pas probable mes de pepsine amylacée, puis on divise que les falsificateurs oseraient faire entrer par les procédés connus; on porte aussiune pareille proportion de l'un sel dans tôt dans une étuve chauffée de 25 à 30 del'autre.

grés. Le bromure de plomb obtenu au moyen

La dessiccation dans ces conditions s'od'un bromure renfermant jusqu'à un père très-rapidement, et les pastilles obdouzième de son poids d'iodure, étant en- tenues, très-agréables au goût, n'attirent core parfaitement blanc, je dirai, avec mon point l'humidité. honorable collègue M. Kayser, que l'em- (Bull. gen. de thérap., 30 août.) ploi du nitrate d'argent est préférable à l'acétate de plomb pour constater l'adultération du bromure de potassium par NOTE PHARMACOLOGIQUE SUR LE GUARANA l'iodure; mais si l'on ne voulait pas con- OU PAULLINIA ; par M. DEBOUT. - Le sinaitre le rapport du mélange, l'amidon et lence de la plupart de nos traités de thél'acide sulfurique suffiraient.

rapeutique à l'égard du guarana, médicaQuant à la sophistication de l'iodure de ment exotique dont la valeur a élé de noupotassium par le bromure, il ne me parait veau mise en relief par notre confrère pas qu'elle puisse être pratiquée, le prix du M. Hervé, de Lavaur, nous engage à rasbrome étant plus élevé que celui de l'iode.

sembler ici les notious conuues sur ce proMaintenant, je dois reconnaitre que j'ai duit. Il est encore un bon nombre de subcommis une hérésie scientifique en con- stances complétement négligées, dont les testant la réaction en jaune produite par propriétés médicinales, une fois connues, l'amidon aidé de l'acide sulfurique sur le doivent leur assigner un rang distingue bromure de potassium. La présence d'une dans la matière médicale. De ce nombre certaine quantité d'iodure dans mon bro- nous paraissent devoir étre les semences mure a été la cause de mon erreur. du paullinia, qui servent à préparer le (Journ. de pharm. d'Anvers, août.) guarana.

Ce médicament nous a été signalé pour la première fois en 1817, par Cadet de

Gassicourt, d'après un fragment de guaPharmacie.

rana qui lui avait été rapporté du Brésil

par un officier attaché à notre ambassade. DE LA PRÉPARATION DES PASTILLES DE Sur cet échantillon était collée une étiPEPSINE. — Les services rendus par la pep- quette portant que cette substance était sine ont conduit à rechercher la forme mć. fort employée au Brésil contre la diarrhée dicamenteuse la plus agréable pour la mé- et la dyssenterie. decine des enfants. M. Corvisart, à qui Vers la fin de 1822, un habitant des l'on doit cette précieuse acquisition théra- mêmes contrées, M. Gomès, adressait à peutique, avait cru avoir résolu le pro- Mérat un échantillon complet : c'était une blème en faisant préparer un sirop de ce- masse présentant la forme, le volume et la rises, à base de pepsine. Une étude des couleur de nos saucissons; il y avait joint réactions provoquées entre le sucre et la un os très-rugueux, destiné à faire l'office pepsine a démontré à M. Berthé qu'une de râpe et que l'on vend toujours avec le partie du nouvel agent médicamenteux médicament. M. Gomès ne donnait aucun était modifiée et transformée en glucose détail sur le mode de préparation du guaet en acide lactique. En présence de ce ré- rana; il mandait que c'était une pâle comsultat, l'honorable pharmacien s'est ingé- posée par les Indiens du Para, ei dont les nié à trouver une autre forme pharmaceu- Brésiliens, à l'exemple des Indicns, usaien

! tique qui mit la pepsinc à l'abri de toute à petite dose et râpée dans un verre d'eau altération. La présence de l'eau étant la sucrée, comme boisson hygiénique et an. cause principale de cette altération, M. tifebrile, puis à la dose de 4 à 8 grammes Berthé a été conduit à choisir la forme de dans les cas de dévoicment et de dyssenpastilles. Voici le mode de préparation terie ainsi que dans les maladies des voies qu'il a suivi :

urinaires par relâchement. Il terminait en Avec un mucilage de gomme arabique disant que son emploi était d'un usage on fait une pâte ferme dans les conditions vulgaire, et que pas un habitant ne s'aven. ordinaires, qu'on aromatise avec quelques turait dans un voyage sans se munir de gouttes d'essence de citron; lorsque la guarana.

a

.

Depuis, un savant botaniste bavarois, mences du paullinia que dans aucune des Martius, s'est occupé de découvrir la plantes (le casé et le thé) d'où on l'a plante qui fournit le guarana, car ce nom extraite jusqu'ici. n'appartient pas à la liane dont on tire cc Peu de temps après la publication de produit, mais bien aux peuplades demi- leur mémoire, l'un des auteurs, M. Desauvages qui le préparent et s'en servent chastelus, communiquait à la Société de pour elles-mêmes. Les Indiens Guaranis pharmacie les diverses préparations et occupent des contrées marécageuses si- formules sous lesquelles on pouvait admituées entre les fleuves Parana ct Uruguay nistrer ce médicament. L'honorable pharet sc nourrissent de manioc, d'ignames et macien rappelle que l'alcool est le seul de mais. On comprend que ces tribus aient agent qui enlève au guarana loutes ses cherché une substance capable de triom- propriétés actives; aussi doit-on se servir, pher des fréquents flux de ventre auxquels suivant lui, de l'extrait hydro-alcoolique les expose leur alimentation exclusive

pour les diverses préparations de ce médi. ment végétale, sous un climat chaud et au cament. On oblient cet extrait en épuisant sein d'effluves paludéens. L'instinct, ce le guarana par de l'alcool à 22 degrés guide quelquesois si précieux, les a mer. bouillant; on distille la teinture pour reveilleusement servis en leur faisant user tirer la majeure partie de l'alcool, et on des semences d'un arbuste très-abondant évaporc en consistance pilulairc. Voici scs dans leurs forêts. En octobre et novembre, formules : dit Martius, à la maturité des semences, les Indiens les retirent de leurs capsules

Pastilles de guarana, ou paullinia. pour les faire sécher au soleil, afin de PR. Extrait hydro-alcoolique. · 21 gr. 30 cent. pouvoir briser entre les doigts la pellicule

Sucre aromatisé à la vanille. 500 grammes. qui les recouvrc. Elles sont ensuite

Mucil. de gommc adragante. Q. S. broyées sur une pierre plate préalable

Faites des pastilles de 60 centigrammes. ment chaussée, comme pour le chocolat, Elles contiennent ainsi 1/2 grain d'extrait On y ajoute alors de l'eau en petite quan- par pastille. Dose de 16 à 20 dans la tité, ainsi qu'un peu de cacao et de fécule journée. de manioc. Après quelque temps on en

Sirop. fait une pâte en pétrissant le mélange, où PR. Ext. lıydro-alcoolique . 10 grammes. l'on introduit des semences concassées ;

Sirop de sucre. • ... 1000 grammes. puis on donne à cette pâte une forme cy- On fait dissoudre l'extrait dans une pclindrique analogue à celle de nos magda- tite quantité d'eau bouillante, on l'ajoute léons d'emplâtres, et on la fait sécher soit au sirop, qu'on ramène en consistance. au soleil, soit à l'aide de la chaleur artifi- Dose de 45 à 60 grammes par jour. cielle, jusqu'à ce qu'elle ait acquis une

Pilules. grande dureté. Ainsi préparé et mis à l'abri de l'humidité, le guarana peut se P'a. Ext. hydro-alcoolique . Q. S. conserver de longues années. llarlius a

pour des pilules contenant chacune 10 cenclassé l'arbrisseau grimpant qui fournit ligrammes d'extrait. Dose de 4 ou 5 ces semences dans la famille des sapinda- jour. cées, sous le nom de paullinia sorbilis, à

Teinturc. cause de son emploi en boisson.

PR. Ext. hydro-alcoolique. 32 grammes. Théodore Martius, frère du bolaniste, Aleool à 22".

500 grammes. découvrit en 1826 dans le guarana unc Faites chauffer l'alcool pour dissoudre matière cristalline, à laquelle il rapportait l'extrait. loutes les propriétés thérapeutiques du

Pommade.
médicament. Regardant cette substance
comme un nouvel alcali organique, il lui

Pr. Ext. lıydro-alcoolique. . 8 grammes.
Axonge

64 grammes. donna le nom de guaranine. NŃ. Berthé

A l'aide de l'eau bouillante ou ramollit mot ct Dechastelus reprirent en 1840 l'étude chimique du prétendu principe l'extrait pour l'incorporer à l'axonge. immédiat, et démontrèrent par l'analyse

Prises de poudre. élémentaire de ce produit que cette sub- Pr. Poudre de guarana

4

grammes. slance cristalline n'élait autre que la ca

Sucre aromatisé.

10 grammes. féine et qu'elle se trouvait dans le guarana Un ou deux paquets par jour. à l'état de tannale. Un fait important, au point de vue de la thérapeutique, ct quc

Chocolat lonique au guarana. croyons devoir rappeler ici, est que

PA, Chocolat de santé. 500 grammes. la calciuc est plus abondante dans les se- Poudre de guarana

par

[ocr errors]

nous

32

bramics.

« PrécédentContinuer »