Images de page
PDF
ePub

II. REVUE ANALYTIQUE ET CRITIQUE.

Médecine et Chirurgie.

LEÇONS SUR LE CHANCRE, PROFESSÁBS PAR syphilitique ne se double pas plus que les M. Le Docteur RICORD, recueillics et ré- autres diathèses. digées par Alfred Fournier, interne du Que l'on interroge l'énorme quantité de Midi. (Suite. Voir notre cahier dc scp- malades qui se pressent dans nos salles et tembre, p. 239.)

aux consultations du Midi ; que l'on reVIII.

cherche, que l'on dépouille soigneusement La diathèse syphilitique ne se double pas.

leurs antécédents : je vous prédis en toute Question de la récidive du chancre induré. sûreté quels seront les résultats de cette La clinique et la théorie en présence. Unc

statistique. C'est par milliers qu'il faudra hypothèse consolatrice. - Peul-on guérir de la vérole? Rechercke méthodique du chancre compter les récidives pour la blennorrhainduré de récidive. – Multiplicité des causes gie; par centaines pour le chancre simd'erreur. – Indurations d'emprunt, etc. ple; mais pour les récidives du chancre

Le chancre induré, créant une dialkèse, induré, je prévois à coup sûr des colonnes doit subir la loi des affections virulentes, vides et muettes. c'est-à-dire placer l'économie sous une in- C'est qu'en effet il ne m'a pas été donNuence qui ne permet plus au virus de dé. né de rencontrer un seul malade sur lcvelopper les mêmes phénomènes sur les quel le chancre infectant se soit manisesté inalades infeclés. C'est ainsi que le vaccin à deux reprises, et se soit accompagné deux enlève aux sujets inoculés la faculté de su- fois de l'évolution normule des accidents bir une inoculation nouvelle, au moins constilutionnels. dans un laps de temps que l'on s'efforce Je ne sachc pas , d'ailleurs, que peraujourd'hui de déterminer d'une façon sonne ait été plus heureux que moi. Sans précise ; c'est ainsi que la variole préserve doute l'on a cité et l'on cile encore quelde la variole ; que la rougeole , la scarla- ques observations éparses et recueillies à tine, etc., ne se reproduisent pas, à part grand'peine, dans lesquelles le chancre inde très-rares exceptions, sur les individus feclant parait s'être produit à deux repriqui en ont été atteints une fois. Bres, les scs, avec son cachet d'induration spécidiathèses ne se doublent pas, d'une façon fique. générale. C'est une loi tellement vraie , Mais à toutes ces observations, il man. tellement acceptée , que, dans les cas où que, comme je l'ai dit ailleurs, soit un des récidives incontestables se sont pro- pied , soit une aile. Il s'agit moins, en efduites, les pathologistes sérieux ont pré. fet, de prouver que les chancres dévelopféré chercher l'explication de ces faits ex- pés sur un même individu aient pu , à des ceptionnels dans une sorte d'extinction du époques différentes , revêtir pour des raitempérament morbide, plutôt que d'admete sons que j'examinerai plus loin les caracIre une accumulation et une superfėtation tères propres au chancre induré, que de des diathèses.

trouver des cas bien authentiques , où la C'est parce que l'on a supposé que l'in- syphilis ait présenté à deux reprises son fuence vaccinale pouvait, après un certain ordre de développement nalurel, où la vétemps, s'affaiblir et s'éteindre, que l'on a' role se soit réellement doublée , à la fois cherché dans une inoculation consécutive dans son accident initial et dans ses madu virus une préservation nouvelle. nifestations consécutives. - Or, de semEh bien , ce que fait le vaccin pour la

blables observations manquent encore à Vaccinc , ce quc font la plupart des affec- la science. tions virulentes pour elles-mêmes, le chan- Il est donc faux que l'on puisse entasser cre induré le produit également pour la vérole sur vérole. syphilis. En donnant la vérole, il préscrve Il est plus faux encore qu'une première d'une infection nouvelle. C'est, en effet, une infection prédispose à une nouvelle. règle générale, je pourrais presque dire ab- Ce n'est pas , Messieurs, que je nie la solue, que le chancre indurė ne se pro- possibilité d'une récidive pour le chancre duise qu'une fois sur le même sujet. Le induré. Bien au contraire, j'y crois, et j'y ckancre indure ne récidive pas, et la diathèse crois fermement, quoique l'étude clinique

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

ni'en ail, jusqu'à ce jour, rcfusé les preo- paix (magis inducias facit quam pacem); ves. Les grandes lois de la pathologie gé- Hunter, M. Cazenave, et beaucoup d'aunérale, en effet, qui dominent l'observa- tres encore, pensent que la diathèse, une tion particulière, nous montrent l'extinc- fois établie, ne se détruit plus. Quant à tion des diathèses, memc dc celles qui moi, pour avoir à mon tour constaté cette semblent influencer le plus profondément triste vérité, je n'en conclus pas cependant l'organisme, comme un fait sinon fréquent, à l'incurabilité absolu. de la vérole, comme au moins POSSIBLE. C'est ainsi que la fièvre on a voulu me le faire dire. Je me demande typhoïde, que la variole et les différentes si la vérole ne pourrait pas guérir, comme fièvres éruptives peuvent récidiver. C'est la variole, en ne laissant après elle qu'une ainsi que l'influence vaccinale s'épuise et modification préservatrice? s'éteint après un certain temps, cédant à Ce n'est là, à vrai dire, qu'une hypol'action pertubatrice du mouvement vital, thèse, ou, si vous le voulez, qu'une espéet quc le succès des revaccinations témoi- rance. Car aucun fait n'est venu jusqu'à gne d'une réceptivité nouvelle de l'orga- ce jour nous démontrer l'extinction de la nisme.

diathèse. Eh bien, pourquoi la diathèse syphiliti- Bien au contraire, les observations que serait-elle la seule qui résistål aux mo. abondent pour prouver que la disposition difications que la vie imprime à notre être? morbide peut subsister pendant un laps Pourquoi ce mouvement vital incessant, de temps considérable et résister à ce en vertu duquel les molécules assimilées mouvement continu de composition et de hier seront expulsées demain, n'entrainc- décomposition, d'où résulte la rénovation rait-il pas lors de notre économic le virus incessante de l'organisme. Je pourrais de la vérole et ne purgerait-il pas notre sang vous citer, pour ma part, sans parler de de ce fatal poison ? Évidemment l'analo- la syphilis héréditaire, des cxemples de gie nous force à croire que l'influence sy- manifestations spécifiques non douteuses philitique peut s'éteindre, au moins sur produites à quarante années de distance de certains sujets privilégiés, et dès lors, pou- l'accident originel. vant s'éteindre, elle peut se reproduire.

Et néanmoins, pardonnez-moi d'insister Une logique rigoureuse conduit donc ainsi sur cette palpitante question, neanà admettre la possibilité des récidives pour moins, dis-je, en dépit de celle cifroyable la vérole. Mais si l'on sort du domaine de ténacité de l'influence diathésique, je perl'analogie , si l'on abandonne la théorie siste à ne pas vouloir conclure de ces faits consolatrice pour ne consulter que l'inexo- affligeants à l'incurabilité fatale et absolue rable clinique, l'on se trouve en face d'u- de la vérole. ne négation absolue. Jusqu'alors la dia- Aussi ne saurais-je assez vous engager, thèse syphilitique ne s'est pas doublée et Messieurs, à rechercher les faits qui peula science ne possède pas encore, je vous vent porter la lumière sur le pronostic Je répète, un seul fait bien avéré d'unc définitif de la syphilis, et surtout à les resyphilis de récidive.

chercher avec toute la rigueur d'appréciaPour ma part, j'ai appclé de lous mes tion, toute la sévérilé de diagnostic nécesveux et j'ai recherché ardemment ces cas saire à la solution d'un des plus grands de récidive. Car, voyez l'énorme portée problèmes de la pathologie. Mille causes qu'auraient de semblables faits. Si la sy- d'erreurs se présenteront sur votre chephilis peut se produire deux fois, c'est min dans cetic laborieuse investigation; donc que l'influence d'une première insec- permettez-moi de vous en signaler brièvetion peut s'éteindre, qu'une première dia- ment quelques-unes des plus insidieuses. thèse peut s'épuiser; c'est donc que la Je ne vous parlerai pas des cas,

hélas vérole pent guérir, et guérir non-sculement trop nombreux, où vous n'aurcz pour tout dans ses manifestations, mais cncore en témoignage d'une infection aniérieure, tant que disposition morbidc imprimée à que les assertions toujours incertaines et l'économie. Or, vous savez que jusqu'à ce les souvenirs plus ou moins confus des jour, l'on a regardé cette terrible maladie malades. Évidemment, ce seront là pour comme curable dans ses formes seulement, vous autant d'observations non avenues. mais commic indestructible dans son fond. Accepterez - vous davantage comme Quelle consolation, Messieurs, ce serait preuve d'une infection antérieure un tédonner à l'humanité que de lui annoncer moignage médical, ab orc medico? Mais qu'elle a acquis enfin le droit de guérir vous savez que, pour tel praticien, lout absolument de la vérole !

accident vénéricn constituc la vérolc, la Vidus Vidius qui disait que la vérolc blennorrhagic comine les végétations, et accordc des trèves sans jamais faire la les végétations comme le chancre simple ;

[ocr errors]

que, pour tcl autre, il n'y a point de dia- nature même des accidents vous éclaircra gnostic à établir entre une éruption syphi- sur leur véritable source, car les symptólitique et celte éruption ditc résineuse, qui mes que vous verrez succéder au second succède à l'emploi du cubèbe ou du co- chancre appartiendront en général par pahu. Et ainsi de tant d'autres doctrines leur caractère à une époque plus avancéo élranges , contre lesquelles il faudra tou- de la diathèse, à une vérole plus âgée. jours vous tenir en garde.

Voici, cependant, une condition toute spéJe suppose enfin que vous-mêmes, avec ciale qui pourrait encorc ici troubler vos les idées que vous avez puisécs à cette convictions. Admettez que les deux chanécole, vous soyez appelés à deux reprises cres se soient produits à une courte disà consulter le même malade, et qu'à deux lance l'un de l'autre, par exemple à une époques différentes vous croyiez recon- ou deux années d'intervalle. Chacun d'eux paitre un chancre induré. Voyons encore est suivi, après quelques semaines, de ces les causes d'erreurs qui se présentent à formes d'éruptions superficielles, érythévous dans ce cas tout exceptonnel. maleuscs, qui caractérisent d'une façon tel

La première infection est-elle bien cer- lement significative le début, l'exorde de la taine? S'il s'est produit des accidents diathèsc. Ne semble-t-il pas qu'il y ait là constitutionnels, nul doute à cet égard. entre chacun de ces chancres et l'éruption

Mais si le chancre scul a été constaté, et qui l'accompagne une relation de cause à qu'un traitement mercuriel ait été admi- effet? Rien de plus rigoureux, en appanistré dès le début, la certitude diminue. rence, rien de plus acceptable. Et partant, Il se peut, en effet, que la nature du chan- voilà deux chancres également infectants, ere, souvent si difficile à bien déterminer produits à une ou deux années l'un dc cxactement, ait été mal jugée, et que le l'autre, et suivis tous deux des accidents traitement ait été administré en pure propres à la diathèse, dans l'ordre de maperte, contre une diathèse qui n'existait nisestation classique, avec les caractères point, contre des accidents qui n'avaient d'âge et de forme les micux déterminés ; pas à se produire.

conséquemment, voilà des véroles suraAutre cause d'erreur. Un chancre in- joutées. duré se produit, puis, à quelques mois et Eh bien, non, il n'y a pas là de supermême à quelques années d'intervalle (vous fétation. Il n'y a qu'un simple fait de coïnsavez quelle peut être la persistance de cidence. Ce qui s'est produit après le sel'indoration), un second chancre se mani- cond chancre se serait produit sans lui, et feste sur la cicatrice du premier. LE NOUVEAU n'est, cn somme, qu'une conséquence du VENU PREND LA BASE DE SON PRÉDÉCESSEUR, premier. Il faut bien savoir, en effet, en sorte que sous l'ulcéralion actuelle, qu'en certains cas qui sont loin d'être ravous retrouvez l'ancienncinduration. C'est res, les éruptions précoces de la vérole un chancre simple, avec unc basc d'em- récidivent, avec ou sans traitement, dans pruut indurée. Voyez quelle source de le cours des premières années ; la roscole confusion !

peul renaitre deux et trois fois dans les Mais il y a plus, et ceci ressort d'une quinze, vingt et vingt-cinq premiers mois; observation rigoureuse. C'est que, lors- les papules muqueuses se reproduisent qu'un nouveau chancre se produit sur une bicn au delà, et très-souvent d'une façon ancienne cicatrice indurec, il réveille en

fort rebelle. Or, vous comprenez que si, quelque sorte le travail spécifique qui avait dans cette évolution normale de la diadonné naissance à l'engorgement initial, thèse, un accident vénérien quelconquc, el, pardonnez-moi celte expression, exhu- soit par exemple un second chancre, vient me en quelque sorte l'induration primin à se manifester, il ne constitue qu'une live!

coïncidence et demcure sans action sur le Puis, ajoutez ce surcroit de complica- développement des phénomènes. C'est un tion. Des accidents constitutionnels sc pro- symptôme surajouté, intercalé, et rien de duisent, je suppose, après chacun des deux plus. Ce n'est point une source d'infection chaneres. Les rapporterez-vous également nouvelle, ce n'est pas un second germe de à l'un et à l'autre comme à deux sources diathèsc. d'infection différentes ? Pour de certaines Voilà, sans doute, bien des causes d'erécoles, il n'y aurait ici aucun enibarras. reurs; voilà matière à bien des diagnosChacun des chancrcs serait l'origine de tics crronés ! Et cependant, Messieurs, je symptômes qui l'ont suivi.

suis loin de vous avoir signalé toutes les Nais vous, pathologistes plus sérieux, conditions qui peuvent égarer sur ce point Tous ne me ferez pas ce singulier partage. le jugement des praticiens les plus expéDans le plus grand nombre des cas, la rimentés.

[ocr errors]
[ocr errors]

IX.

quelquefois de la production de fausses Que produit l'insertion du pus de chancre induré pustules qui avortent en naissant.

sur les sujets syphilitiques ? - Résultats four- Mais il n'en est pas ainsi dans tous les cas. nis par la lanceiie.- Dimiculté de l'inoculation. Il se peut qu'un véritable chancre sc déve

Caractères du chancre développé dans ces conditions. Résullals fournis par la conta

loppe. C'est l'ulcération produite dans gion. Deux observations de chancres à base ces conditions toutes spéciales dont il faut molle développés sur des sujets syphilitiques et apprécier rigoureusement le caractère. provenant de la contagion de chancres indurés.

Or, l'observation elinique la plus altenLe chancrc indure ne récidive pas , tive a démontré le fait suivant : c'est que c'est là ce qu'enseigne l'observation la plus le chancrc d'inoculation, développé sur rigourcuse.

les sujets syphilitiques par l'insertion d'un Mais je prévois la question qui surgit pus recueilli sur un chancre induré, se en votre esprit. Que se produira-t-il dans présente sous l'aspect d'une ULCÉRATION le cas où un individu bien ct dûment vé

PRIMITIVE A BASE MOLLE, ulceration entièrerolé se trouvera au contact d'un chancre ment analogue au chancre simple , comme induré, dans les conditions favorables à la je vous le disais plus haut, du moins pour contagion?

ses caractères cxtérieurs. Nous pouvons indiquer ici deux ordres Et j'ajoute : de faits pour résoudre ce problème : les Si vous suivez cc chancre dans ses diffaits d'inoculation artificielle et ceux de férentes périodes, depuis son originc juscontagion physiologique.

qu'au moment de sa cicatrisation, jamais, Jusqu'à ces derniers temps l'on s'était à aucunc époque, vous ne parviendrez à borné aux résultats fournis par la lancelle, saisir sous la base de l'ulcération quelque préjugcant par voie d'analogie ceux que chose d'analogue à l'induration spécifique devait fournir la contagion. Mais aujour du chancre insectant. d'hui les recherches récentcs cntreprises Ce n'est pas tout encore : si vous exsur les rapports de forme entre les symp- plorez les ganglions correspondants à la tômes originels et les symptômes transmis, région sur laquelle le chancre s'est déve. nous permeltent d'aborder direetement la loppé, jamais vous n'y constaterez d'altėquestion par scs deux faces.

ration analogue à celle qu'y développerait Eh bien ! interrogeons en premier lieu un accident primitif de nature infectieuse. l'inoculation.

C'est vous dire que vous ne retrouverez Voici, je supposc, un sujet syphilitique. avec ce chancre ni les pléiades spécifiques, Il a contracté un chanere infeclant, puis il ni eclle adénopathie dure et indolente qui a présenté consécutivement différents accompagne d'une façon si constante l'ulsymptômes non équivoques de syphilis cère indurć. constitutionnelle. Dans ces conditions, L'absence de ce double signe, induravous venez à lui inoculer le pus d'un tion de la basc et retentissement ganglionchancre induré. Que va-t-il se produire? naire, différencie de la façon la plus

De deux choses l'une : ou bien votre absolue l'ulcération ainsi produite par inoculalion restera stérile, sans résullat; l'inoculation du pus syphilitique sur un ou bien elle développera un chancre à base sujet diathésé, du chancrc qui lui sert molle , analogue, au moins comme aspect d'origine en fournissant le virus qui la et comme forme, au chancre simplc. développe. Elle la rapproche, d'autre part,

Je m'explique, et je développe celte à ne consulter que l'aspect et la forme, de double proposition.

la variété molle de l'accident primitif. C'est un fait d'observation que, dans la Ainsi, Messieurs, l'inoculation iterative majorité des cas, les inoculations faites du pus d'on chancre induré sur un sujet avec le pus du chancre infectant sur les syphilitique ne produit pas un second malades vérolés , nc donnent lieu à aucun chancre induré; elle ne développe qu'une résultat. L'insertion du pus syphilitique ulcération à basc molle. sur des sujets syphilitiques, ne produit Ce chancre, produit dégénéré d'un que rarement la pustule et l'uleération ehancre infectant sur un organisme préachalicreuse.

lablement infecté, a été comparé dans ces En général, ces sortes d'inoculations de derniers temps, soit à la varioloide, soit à provoquent d'autre phénomène local qu'une la fausse vaccine. L'on a tenté d'établir légère inflammation, tenant, d'une part, que la syphilis pouvait modifier son proau traumatisme produit par la lancette, et, pre virus, alors qu'elle affecte pour

ta d'autre part, à l'introduction sous l'épi- seconde fois un sujet déjà conlamine;que, dernic d'un liquide irritant; c'est tout au se bornant dans cetle inoculation itérative plus si celle inflammation s'accompagne à un simple cffet local, elle se mélamo

a

a

phosait sur place en une nouvelle entité sur la contagion, comme les confrontations morbide susceptible de se reproduire et des malades insectés l'un par l'autre sont de se propager dans son espèce. A l'ap- de date toute récente, vous comprendrez pui de cette théorie, l'on a invoqué, comme facilement que la science soit encore pauje viens de vous le dire, l'exemple de la vre sur ce point. Pour ma part, je n'ai, variole ou de la vaccine, se modifiant sur jusqu'à ce jour, que deux faits à vous les sujets variolés ou vaccinés, en de nou- citer, deux faits observés cette année veaux types pathologiques, qui, sortes même, et que MM. Caby et Fournier, altade germes lybrides, prennent une exis- chés à cetic question de la contagion du ience indépendante et des formes spécia. chancre, ont cu l'heureuse chance de les. En un mot, l'on a fait du chancre, ré. rencontrer. sultat de l'inoculation d'un chancrc infcc. Voici ces deux observations : lant sur un sujet syphilitique, l'analogue L'un de mes anciens malades , que j'ade la varioloide et de la fausse vaccine : vais traité pendant plusieurs mois dans d'où la dénomination de chancroïde que mon service, en 1843, pour un chancre lui a donnée l'auteur de cette doctrine, induré suivi d'accidents constitutionnels notre elève ct ami, le docteur Clerc (1). (roséole, plaques muqueuses buccales ;

Quelle que soit la valeur de ces vues adénopathie cervicale postéricure, alopéthéoriques, le fait est constant et reste cie), eut des rapports avec une fillc puacquis à la science. Non plus que la dia- blique dans le courant de mai 1856. Il y thèse, l'induration ne se répète pas sur le avait , au minimum, deux mois à celle mėme sujet. Un vérolé peut prendre de époque, que notre malade n'avait vu d'aunouveaux chancres ; mais ces chancres ne tre semme. seront jamais semblables à l'ulcération qui Quelques jours après le coit, un double a servi d'origine à la vérole. Voilà le résul- chancre se manifesta sur le prépuce, l'un lat brut de la clinique, isolé de toutes les sur la face cutanée, et l'autre sur la sace interprétations doctrinales qu'il peut re- muqueuse de cet organe. cevoir.

Le malade nc fit pas de traitement dans Ce résultat, Messieurs, nous le devons les premiers jours. - Lorsqu'il se préà l'inoculation, cette arme puissante qui, senta à notre examen, les chancres dadepuis Hunter, a ouvert à notre science taient de dix jours environ. Ils présentaient lant de voies inabordables. Examinons la largeur d'une pièce de cinquante conmaintenant si les données qu'elle nous times; leur base était exemple de toute fournit sont conformes à ce que nous apo dureté; elle était même remarquablement prend la contagion.

souple, dépourvue de toute rénitence inLes difficuliés inséparables de toutes flammatoire. les recherches sur la contagion augmentent Les glandes de l'aine gauche étaient léencore et se multiplient par les exigences gèrement tuméfiées et douloureuses. des questions doctrinales. Voyez, en effet, Le diagnostic nc fut douteux pour perque de conditions réunies doivent présen- sonne. Il s'agissait bien ici de chancres ler les observations de ce genre pour sere simples, au moins pour les caractères extévir à élucider le grave problème que rieurs, restriction que je ne me lasse pas nous étudions actuellement. Il ne s'agit de répéter, et dont vous comprendrez plus seulement ici de rencontrer deux bientôt toute l'importance. sujets qui tiennent la contagion l'un de Ces chancres se cicatrisèrent sans accil'autre : il faut, de plus, que ces deux dents sous l'influence de simples pansesujets satisfassent à certaines conditions ments au vin aromatique. L'adénile céda loules particulières. Il faut que l'un rapidement. Aucune médication généd'eux, antéricurement à la contagion ac- rale ne fut prescrile. Le malade, attentivetuelle, ait éprouvé différents accidents de ment suivi, n'a présenté jusqu'à ce jour syphilis, et cela d'une façon non équivoque; aucun accident nouveau de syphilis. que l'autre, au contraire, vierge de tout Pendant que nous guérissions notre antécédent suspect, porte actuellement un malade au Midi, mon interne recherchait cbancre bien et dûment induré.

et trouvait la femme qui nous était indiAussi, Messieurs, est-il extrêmement quée comme origine de la contagion. Or, rare de trouver un couble infccté qui se

savez-vous ce qu'il constatait sur cette présente à l'observation avec cet ensemblc femmc? Un chancre induré type de la de circonstances. Et comme les recherches grande lèvre, avec une induration énorme,

chondroïde. Cc chancre, au dirc de la ma(!) Dr chancroide syphilitique, mémoire lu àla lade, remontait déjà à plusieurs semaines, Société des sciences médicales de Paris, le 27 ocSobre 1834.

Il s'arcompagnait d'une adenopathic spé

« PrécédentContinuer »