Images de page
PDF
ePub

plaudissait de sa ruse, mais que Thibault compta le

berger parmi les bêtes.

Plus probablement cette façon de parler vient de ce que Campanus, qui veut dire Champenois, est l'homonyme de Campanus, habitant de l'ancienne Campanie. Les Campaniens ( voyez Alexand. ab Alex., Lib. iv, cap. i3) passaient pour des sots, comme les Bœotiens, dont le nom signifie demeure du bœuf.

M. Herluison, bibliothécaire de Troyes, lut, en 1800, dans une assemblée publique de cette ville, une dissertation sur le proverbe de Champagne. Après avoir fait l'énumération d'un très grand nombre de Champenois dignes de mémoire : « La Champagne , dit-il, n'est donc pas"au moral ce qu'elle est au physique, une suite monotone de plaines arides et de terres ingrates : elle produit aussi souvent que toute autre contrée de la France, des talens éminens dans tous les genres; et le proverbe qui l'accuse de stérilité est une injure. »

M. Herluison attribue l'origine du proverbe à diverses causes morales, et entre autres à la bonté du caractère des Champenois; et il cite La Fontaine, à qui la modestie donnait l'air de la stupidité.

Grosley, dans les Mémoires de l'Académie de Troyes (année 1756), avait traité moins sérieusement cette question, et sa conclusion était la même. Il examinait si les moutons étaient des bêtes, et demandait s'il était nécessaire que les quatre-vingt-dix-neuf qui figuraient avec le Champenois fussent de la Champagne. «Parce qu'on est bon, observait-il, est-il dit qu'on soit bête? ou parce qu'on a de l'esprit, faut-il qu'on soit méchant? La bêtise et la bonté sont-elles donc des qualités inséparables ? »

Ce proverbe est un de ceux qui, au mois de mars de l'année 1823, ont été mis en action, à l'aide de la lithographie, par MM. Pigal, Pajou et J. Arago. L'auteur du texte fait remonter fort haut l'origine de ce proverbe; mais le lithographe a représenté le berger avec un costume tout-à-fait moderne. De pareils anachronismes se font remarquer dans des gravures exécutées depuis peu, pour plusieurs éditions des Fables de La Fontaine.

BIBLOT, communément bimbelot. (Il se trouve toujours sur ses pieds , comme un )

Cela se dit d'un homme dont les affaires sont toujours en bon état, quelques traverses qu'on lui suscite.

L'espèce de jouet que l'on nomme biblot ou bimbelot, est construit de telle façon que, de quelque manière qu'on le pose, il se replace de lui-même sur ses pieds. C'est un diminutif de la bible, engin (i)de l'artillerie antique, lequel après avoir lancé les mangons et les carreaux dont il était chargé, se remettait mécaniquement en place, par le seul effet de sa construction.

Bimbelotier , marchand de jouets d'enfans, vient de bimbelot. Le bimbelot est fait avec de la moelle de sureau grossièrement façonnée en enfant au maillot. Un plomb, en forme de cône tronqué et renversé, sert de base à cette figure. Par ce moyen, le centre de gravité est en bas, et la pente qu'offre la base ne permettant pas au bimbelot de rester dans une direction horizontale, il tend toujours à reprendre sa position verticale.

Bien.

Bien perdu,
Bien eognu.

(i) Engin, de génie, invention.

C'est la privation des choses qui nous en fait connaître la valeur.

BIEN. ( J4 force de mal tout ira )

Parce que toutes choses ont leur période. Les affaires les plus désespérées sont souvent à la veille de prendre un bon train.

Bienfait.

Une bonté autre requiert. Courtoisie qui ne vient que d'un coté, ne peut longuement durer.

Improbus est homo qui beneficium scit sumere et nescit reddere.

(plvutk.)

Tel repousse aujourd'hui la misère importune,
Qui tombera demain dans la même infortune:
Il est beau de prévoir ces retours dangereux ,
Et d'être bienfaisant alors qu'on est heureux.

( Lau Irfe. )

«Une belle âme ne goûte pas de plus grand plaisir que celui de soulager les malheureux; sa noble ambition la porte à se faire autant de sujets qu'il y a de gens persécutés de la fortune : c'est en cela qu'elle approche de plus près de Dieu, qui fait lever son soleil sur tous les hommes. » (L'abbé Arnaud. )

Billevesées.

Contes en l'air, folies.

Tous les propos qu'il tient sont des billevesées, (i)

(molière, Femmes savantes.)

BISQUE. ( Prendre sa )
Se mettre en mesure.

(i) Billevesée, boule pleine de vent.

Vise s'est dît de l'instrument que nous appelons musette, et ve'ser, pour jouer de cet instrument. On a dit aussi gros vésé, d'un homme ventru.

Prend sa bisque, s'élance.

( La Foutaise. )

Allusion à la bisque, ou pique de Biscaye, que les colonels d'infanterie avaient encore sous Charles ix, lorsqu'ils marchaient à la tête de leur troupe.

BISSESTRE. ( Porter)

C'est-à-dire, porter malheur. (Bissestre pour Bissexte. )

Proverbe fondé sur le jour intercalaire du mois de février, dans les années qu'on appelle bissextiles.

Ce jour complémentaire était, chez les Romains, comme chez nos pères, réputé malheureux. Dans un passage d'Ammien Marcellin (Liv. xxvi ), il est dit que l'empereur Valentinien évita de sortir le jour complémentaire du mois de février, jour malheureux aux Romains : Nec videri die secundo, nec prodire in dium voluit, Bissextum vitans februarii mensis tune illucescens, quod aliquoties rei Romancefuisse cognorat infaustum.

On dit dans le même sens : Faire bissexte.

Hé bien ! ne voilà pas mon enragé de maître!
Il va nous faire encor quelque nouveau bissestre.

( Molière, l'Étourdi.)

Blanc.

Mettre du noir sur du blanc.

Expression proverbiale, qui s'applique aux écrivains sans talent.

Etre réduit au bâton blanc.

C'est-à-dire, n'avoir conservé aucune propriété.

On dit d'une garnison qui a évacué une place, sans armes et sans bagage, qu'elle en est sortie avec le bâton blanc.

i

Le pauvre porte un bâton comme le riche : le luxe du bâton du pauvre consiste à être dépouillé de son écorce.

Blanc comme l'albâtre, est une comparaison défectueuse; car l'albâtre n'est pas toujours blanc. La blancheur des cygnes souffre aussi des exceptions; mais on dit d'un enfant d'une grande blancheur : Blanc comme un lait; ce qui ne pèche que contre la grammaire.

BLANCHE. ( Donner a quelqu'un carte ) C'est lui donner le choix de quelque chose; c'est comme lui mettre en main un blanc seing.

BLANCHES. ( Reines )

Jamais douleur ne s'exprima avec plus de force que celle d'Anne de Bretagne à la mort de Charles vin ; il est vrai que n'ayant point d'enfans, elle faisait une chute qui pouvait effrayer l'âme la plus ferme.

Elle prit le deuil en noir; toutes les reines jusqu'alors l'avaient porté en blanc; reine Blanche était même synonyme de reine veuve.

BLANCHISSEUSE. ( //porte le deuil de sa )

Se dit d'un homme qui a du linge sale.

Sous Charles v et Charles vi, l'usage des chemises de toile était encore très peu répandu; on ne se servait que de chemises de serge. Deux chemises de toile furent regardées comme un objet de luxe très remarquable dans la garderobe d'Isabeau de Bavière.

BLOND. (Délicat et) Se dit d'un homme qui manque d'énergie. Blond comme un bassin, à cause de l'éclat qu'a une chevelure blonde. Si les beautés blondes sont moins vives et moins ani

« PrécédentContinuer »