Images de page
PDF
ePub

Lambiner.

Le style de Denis Lambin, professeur au Collège de France, au milieu du seizième siècle, est lent et diffus: ses ennemis le caractérisèrent par le mot lambiner, qui est resté dans la langue.

Lambin a laissé des commentaires sur Lucrèce, Cicéron, Piaule, Horace et Cornélius Nepos.

Lambin.

Lambin, mon barbier et le vôtre,
Rase avec tant de gravité,
Que tandis qu'il coupe un côté,
La barbe repousse de l'autre.

( Du Caiixt. )

Langue.

Sa langue va comme un cliquet de moulin, dit-on d'un babillard. A cette expression triviale répond celle des anciens, ArclUtœ crepitaculum, le bochet d'Architas. Ce philosophe avait inventé, pour l'amusement de l'enfance, une espèce de hochet qui rendait des sons de lui-même.

Lanterner. Ce mot est de Rabelais.

Rabelais avait été moine,et l'habit monastique qu'il quitta pour prendre celui de prêtre séculier devint le sujet de ses plaisanteries.

Les moines, pendant le temps de l'oraison, relèvent leur capuchon et s'en couvrent la tête; ainsi relevés, ces capuchons ressemblent à des dessus de lanterne; de là, lanterner, perdre le temps en des choses de rien: Rabelais n'était pas dévot.

LANTERNES.{Faire croire que des vessies sont des)

Le proverbe italien est plus ingénieux : Faire croire que les vers luisans sont lanternes.

Le chirurgien Daran est l'inventeur des bougies ou sondes en gomme élastique pour les maladies de l'urètre. Une dame demandait au marquis de Bièvre ce qu'était Daran. C'est un homme singulier, répondit le calembourdiste (i ), qui prend nos vessies pour des lanternes.

On fait des lanternes avec des vessies de cochon.

Lanterni STE.

Nom des membres d'une académie de savans établie à Toulouse. Quelques conseillers du parlement de cette ville, quelques ecclésiastiques, et d'autres personnes de différens états, voulant former une société réglée, pour se communiquer le résultat de leurs travaux scientifiques , s'assemblèrent à jour fixe, tantôt chez l'un, tantôt chez l'autre, à une heure de la soirée où leurs diverses professions les laissaient libres. Faire porter devant soi un flambeau, c'eût été trop remarquable; chacun s'éclaira en portant une petite lanterne. Pendant quelque temps, ces messieurs tinrent incognito leurs savantes conférences avec beaucoup de plaisir et de fruit; mais il n'y a rien qui ne se découvre : on les appela Lanternistes, à cause de leur petite lanterne. Les sociétaires toulousains, loin de s'offenser du sobriquet, l'adoptèrent, à l'imitation des académies d'Italie, qui toutes ont des noms plaisans. Pour conserver même le souvenir de leur origine, ils prirent pour devise une étoile avec ces mots : Lucerna in nocte; ensuite ils établirent un prix annuel pour celui ou celle qui ferait le plus beau sonnet à la louange du roi, sur les bouts rimés que la société proposerait. En 1695 et 1696, mademoiselle Lhéritier obtint ce prix; l'académie, en

(1) L'étyinologie de calembourg est galante bourde.

le lui adjugeant pour la seconde fois, l'admit dans son corps, honneur qu'elle n'avait encore accordé à aucune dame.

LAWTURLTJ.

Lanturlu lanlure, refrain d'un vaudeville qui eut grand cours en 1629. L'air en étant brusque, des vignerons de Dijon, attroupés l'année suivante, le firent battre sur le tambour de la ville, et, â cause de cela, furent nommés lanturlus.

Les refrains insignifians sont très communs dans les anciennes chansons.

LARGE. (Autant dépense chiche que)

Avec cette différence que l'homme généreux dépense

à propos, et l'homme chiche de mauvaise grâce; Ou : une épargne faite mal à propos peut causer de

grandes pertes.

LARIGOT. ( Boire à tire)

C'est-à-dire, à longs traits, comme un homme qui souffle dans le larigot, espèce de flûte. De cette flûte, ou de la ressemblance des verres à patte avec les flûtes, est venu Jlûter, pour boire.

Quelques' étymologistes, notamment l'académicien Morellet, font dériver larigot du grec larygx (1), dont nous avons fait le larynx, la partie antérieure du gosier , vulgairement le nœud de la gorge. Boire à tire larigot, veut alors dire, boire de façon à distendre, à tirer le gosier.

Voici une interprétation toute populaire, et qui ne se rapporte point à la première. En 1282 , fut fondue une cloche donnée par Odo Rigault, archevêque de

(1) Qui se prononce larynx.

Rouen; cette cloche était d'un poids énorme, « pour ce que le temps passé, dit Taillepied [Recueil des antiquités et singularités de la ville de Rouen), il échcoit de bien boire avant que de la sonner, le proverbe commun est venu qu'on dit d'un bon buveur, qu'il boit h tire la Rigaulu

A l'appui de cette opinion, vient une pièce d'Olivier Basselin, poète normand de la fin du quatorzième siècle; elle est intitulée : Tire la Rigault, et se compose de quatre couplets; voici le second:

Il n'est pas encor temps de sonner la retraite.
Quand on s'en va sur sa soif, ce n'est jamais un bon écot.
En rinçant nos gosiers avalons nos miettes;
Et vide le pot,
Tire-la-Rigault!

M. Louis Dubois, ancien bibliothécaire, et membre de plusieurs académies, a donné, en 1821, à Caen, une édition des Faux de Vire de Basselin, bien préférable à celle qui fut imprimée à Avranches en 1811. Ce savant a rétabli le texte dans plusieurs endroits, revu l'orthographe, et donné beaucoup de notes historiques, littéraires et critiques.

Larme.

Larmes de crocodile.
C'est-à-dire, larmes perfides.

Pendant long-temps on a dit que le crocodile poussait des cris plaintifs, quand il voyait des hommes approcher de lui, afin de les attirer encore plus près et de les dévorer.

Les anciens croyaient aussi que le caméléon prenait la couleur des objets dont il s'approchait; que le pluvier vivait de vent, etc., etc.

Larmes de Mégariens.
Larmes qui ne prouvent rien.

Le pays de Mégare produisant beaucoup d'oignons, les larmes n'y étaient pas le signe de la vraie douleur.

LARRON. {L'occasion fait le) Ce qui revient au proverbe espagnol : Maison ouverte fait pêcher la justice même.

Plus d'une probité sujette à caution ,
Par l'épreuve pourrait rencontrer du mécompte:
Pour être véritable, il faut qu'elle surmonte
Le besoin et l'occasion.

LAS. ( On va bien loin depuis qu'on est) Pour dire qu'il ne faut pas se décourager dans les circonstances pénibles.

Madame de Sévigné, rapportant ce proverbe à des dépenses qui excèdent le revenu, dit : a Mais quand on a les jambes rompues, on ne va pas du tout. »

LATIN. {Perdre son) Pour dire, perdre son temps et sa peine. Cette expression est née dans les siècles d'ignorance, où parler latin était le nec plus ultra de la science. Latinier, alors signifiait interprète. \

LATIN. {A bon vin, bon)

M. de Lamoignon, premier président du parlement de Paris, était en peine de trouver un bibliothécaire. Il s'adressa à M. Hermant, recteur de l'Université, qui lui indiqua M. Baillet, son compatriote. Le président voulut le connaître; il le fit inviter à dîner. Parmi les convives se trouvait un pédant qui demanda en latin' au futur bibliothécaire, comment il trouvait le vin. Celui-ci répondit bonus : le vin était mauvais. Aussitôt les rire d'éclater. Au dessert nouvelle question, et en

« PrécédentContinuer »