Revue musicale, Volume 5

Couverture
F. J. Fétis., 1829
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 221 - Dans les deux strophes Tuba mirum et Mors stupebit et naturae de la prose des morts, on fut effrayé de l'effet terrible et sinistre de trois trombones réunis à quatre clarinettes, quatre trompettes, quatre cors et huit bassons cachés dans l'éloignement, et dans un endroit élevé de l'église, pour annoncer le jugement dernier, pendant que l'orchestre exprimait la frayeur par un frémissement sourd de tous les mstrumens à cordes.
Page 389 - Les pennillions sont fort difficiles à chanter, parce que le chanteur est obligé de suivre l'accompagnateur, qui module de fantaisie sur sa harpe welche, et qui s'arrête dans le ton qui lui plaît. Il faut que le chanteur puisse suivre ses modulations sans changer le caractère de l'air. C'est à cause de cette difficulté que le chanteur ne commence presque jamais les couplets avec le premier temps de la mesure, afin de pouvoir juger le ton; c'est au second ou au troisième temps qu'il commence...
Page 198 - L'accord qui se forme de la réunion de la tierce, de la quinte et de l'octave s'appelle par excellence faccord parfait, parce que c'est celui qui satisfait le plus l'oreille, le seul qui puisse servir de conclusion à toute espèce de période harmonique et qui donne l'idée du repos. Tous les autres se désignent par l'intervalle le plus caractéristique de leur composition. Ainsi un accord formé de la tierce, de la sixte et de l'octave, s'appelle accord de sixte, parce que cet intervalle établit...
Page 458 - Je m'explique. Selon le rit anglican , le chant des psaumes et celui des hymnes est seul admis dans les cérémonies du culte. Chaque comté, je pourrais presque dire chaque paroisse , a son livre choral et son chant particulier, et l'organiste ou le chef de musique de ces paroisses ajoute chaque année de nouveaux chants à ceux qui sont déjà connus. Toutefois, il est de certaines pièces de ce genre qui sont devenues célèbres , et dont l'usage général s'est établi. Ces psaumes ou ces hymnes...
Page 414 - Anglais; on peut même assurer que son talent ne leur était point connu ; je n'en donnerai qu'une preuve : la voici. Ses affaires s'étaient dérangées ; il voulut y remédier par l'exercice de son art, et donna un concert public. Tu crois peut-être que la curiosité que devait inspirer le nom de Viotti y attira un nombreux et brillant auditoire : il y vint environ cinquante personnes. Les violonistes les plus renommés à Londres sont MM. François Cramer, Mori, Spagnoletti et Oury.
Page 463 - On m'a dit qu'autrefois il n'était point d'usage d'accompagner les enfans avec l'orgue , mais qu'on avait jugé nécessaire d'employer cet accompagnement pour empêcher les voix de baisser. Quant à la justesse , elle est généralement satisfaisante. Les enfans prennent promptement l'intonation qu'on leur donne ; mais dès qu'ils l'ont prise , ils la gardent , et rien ne peut les en distraire. J'en ai une preuve évidente, car le directeur leur ayant donné l'intonation d'un verset plus bas que...
Page 459 - Westmeinster-abbey, et M. Attvood , excellent musicien et bon organiste , n'a pu le bannir de la cathédrale de Saint-Paul. On conçoit que ce n'est point par de semblable musique d'église que la situation de l'art musical peut s'améliorer en Angleterre. Quant aux églises catholiques , qui sont en petit nombre , le plain-chant est la seule musique qu'on y connaisse. Je dois excepter toutefois la chapelle de l'ambassade de Bavière, où l'on exécute les ouvrages de quelques bons maîtres allemands...
Page 463 - Là , sept à huit mille enfans , dont l'air de santé et la proprêté des véteiucns attestent les soins qui leur sont donnés; là, dis-je, sept ou huit mille enfans viennent s'asseoir sans être dirigés et gourmandes par des pédagogues, et sans ressembler à des automates qui font l'exercice, comme cela se voit communément en France dès qu'on fait mouvoir des masses. D'autres échafauds sont dressés dans la grande nef pour le peuple, et tous les intervalles sont remplis par une foule immense....
Page 243 - Ces notes étaient les vingt-quatre lettres de l'alphabet grec, entières « ou mutilées, simples, doubles ou allongées, et, dans ces divers états, « tournées tantôt à droite (suivant leur situation naturelle), tantôt à « gauche, renversées le haut en bas, couchées horizontalement, en « sorte que leurs pointes ou branches fussent tournées vers le haut; « enfin barrées ou accentuées, sans compter l'accent grave et l'accent « aigu, qui figuraient aussi parmi ces notes. « Ces diverses...
Page 149 - Fétis, n'est, dans son origine, composée que de cris de joie ou de gémissements douloureux ; à mesure que les hommes se civilisent, leur chant se perfectionne, et ce qui d'abord n'était qu'un accent passionné finit par devenir le résultat de l'étude et de l'art.

Informations bibliographiques