Curiosités historiques de la musique: complément nécessaire de la musique mise à la portée de tout le monde

Couverture
Janet et Cotelle, 1830 - 454 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 312 - Passait à contempler Sylvie Ces tranquilles moments si doucement perdus. Que je l'aimais alors! que je la trouvais belle ! Mon cœur, vous soupirez au nom ' de l'infidèle : Avez-vous oublié que vous ne l'aimez plus? C'est ici que souvent, errant dans les prairies, Ma main, des fleurs les plus chéries, Lui faisait des présents si tendrement reçus. Que je l'aimais alors ! que je la trouvais belle ! etc. IV. Chanson à boire, faite à Baville, où était le père Bourdaloue.
Page 309 - Viens, Aurore, Je t'implore, Je suis gai quand je te voi. La bergère Qui m'est chère, Est vermeille comme toi. De rosée Arrosée, La rose a moins de fraîcheur ; Une hermine Est moins fine ; Le lait a moins de blancheur. Pour entendre Sa voix tendre On déserte le hameau ; Et Tityre, Qui soupire, Fait taire son chalumeau.
Page 331 - On n'y entrait point en payant à la porte comme au concert spirituel, mais au moyen d'une souscription dont les personnes les plus distinguées de la cour et de la ville faisaient les frais.
Page 308 - Félicité passée Qui ne peux revenir : Tourment de ma pensée, Que n'ai-je, en te perdant, perdu le souvenir!
Page 91 - Allemagne des musiciens de ville. Lorsque, devenus trop nombreux pour vivre rapprochés , les membres de cette famille se furent dispersés dans les contrées dont je viens de parler...
Page 307 - Las! je le veux; et si, ne puis le faire, Que dis-je? veux; c'est du tout le contraire: Faire le puis, et ne puis le vouloir; Car vous avez là réduit mon vouloir, Que, plus tâchez ma liberté me rendre, Plus empêchez que ne la puisse avoir, En commandant ce que voulez défendre.
Page 221 - Je m'explique. Selon le rit anglican, le chant des psaumes et celui des hymnes est seul admis dans les cérémonies du culte. Chaque comté, je pourrais presque dire chaque paroisse, a son livre choral et son chant particulier, et l'organiste ou le chef de musique de ces paroisses ajoute chaque année de nouveaux chants à ceux qui sont déjà connus. Toutefois, il est de certaines pièces de ce genre qui sont devenues célèbres , et dont l'usage général s'est établi. Ces psaumes ou ces hymnes...
Page 222 - Ge qui m'a le plus étonné dans l'exécution de Cette musique est le manque absolu de mesure de la part de l'organiste et des chanteurs , bien que les morceaux soient écrits en musique mesurée. J'ignore si ce défaut a pour origine certaines difficultés de prononciation que je ne suis point en état d'apprécier, mais je sais que rien n'est plus désagréable.
Page 384 - Porpora, l'un des plus illustres maîtres de l'Italie, prend en amitié un jeune castrato, son élève. 11 lui demande s'il se sent le courage de suivre constamment la route qu'il va lui tracer, quelque ennuyeuse qu'elle puisse lui paraître. Sur sa réponse affirmative, il note sur une page de papier réglé les gammes diatoniques et chromatiques , ascendantes et descendantes , les sauts de tierce, de quarte, de quinte, etc., pour apprendre à franchir les intervalles et à porter le son; des trilles,...
Page 200 - ... des règles de la musique. Aucuns de leurs chants ne sont écrits; tout est de tradition chez eux , mais leur intelligence est parfaite. Deux instrumens sont particuliers au pays de Galles : l'un est la harpe à triple rang de cordes ; l'autre est une espèce de viole d'une forme très-bizarre , qu'on appelle cruth.

Informations bibliographiques