Christine de Suède: drame historique, en cinq actes et en vers

Voorkant
Levavasseur, Libraire au Palais-Royal, 1829 - 100 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina xviii - Quoi, mon père, me dit cette reine, moi en qui doit résider la justice absolue et souveraine sur mes sujets, me voir réduite à solliciter contre un traître domestique, dont les preuves de son crime et de sa perfidie sont en ma puissance, écrits et signés de sa propre main.
Pagina xx - ... côté droit; et ce marquis le voulant parer, prit l'épée de la main droite, dont l'autre en la retirant lui coupa trois doigts, et l'épée demeura faussée; et pour lors il dit à un autre qu'il...
Pagina xxii - ... trouva rien , sinon en sa poche un petit livre d'heures de la Vierge et un petit couteau. Ils s'en allèrent tous trois, et moi après, pour recevoir les ordres de Sa Majesté. » Cette Reine, assurée de la mort dudit marquis, témoigna du regret d'avoir été obligée de faire faire cette exécution...
Pagina xiv - Mon père, je me retire, et vous laisse cet homme, disposez-le à mourir, et ayez soin de son âme. Quand cet arrêt eût été prononcé contre moi, je n'aurais pas eu plus de frayeur ; et à ces mots ce marquis se jetant à ses pieds et moi de même en lui demandant pardon pour ce pauvre marquis. Elle me dit qu'elle ne le pouvait pas...
Pagina x - Le 6 de novembre 1657, à neuf heures et un quart du matin, la reine de Suède étant à Fontainebleau logée à la conciergerie du château, m'envoya querir par un de ses valets de pied. Il me dit qu'il avait ordre de Sa Majesté de me mener parler à elle, en cas que je fusse le supérieur du couvent. Je lui répondis que...
Pagina xii - Deux des trois étaient éloignés de la reine de quatre pas, et le troisième assez près de sa majesté. Elle me parla en ces termes : Mon père, rendez-moi le paquet que je vous ai donné.
Pagina xv - Après que cette reine fut sortie, le marquis se jetta à mes pieds et me conjura avec instance d'aller après sa majesté pour obtenir son pardon. Ces trois hommes le pressoient de se confesser avec l'épée contre les reins, sans pourtant le toucher; et moi avec la larme à l'œil, je l'exhortois de demander pardon à Dieu.
Pagina xix - Dieu seul jeter ses espérances pour l'éternité, où il trouverait ses consolations. » A cette triste nouvelle, après avoir poussé deux ou trois grands cris, il se mit à genoux à mes pieds, -m'étant assis sur un des bancs de la galerie, il commença sa confession; mais l'ayant bien avancée il se leva deux fois et s'écriait au même instant.
Pagina xviii - Dans ces extrémités, je ne savais que faire, ni à quoi me résoudre; de sortir, je ne pouvais , et quand je l'aurais pu, je me voyais engagé par un devoir de charité et de conscience à secourir ce marquis pour le disposer à bien mourir. » Je rentrai donc dans la galerie , et embrassant ce pauvre malheureux qui se baignait en...
Pagina xx - Je m'approchai de lui , et les autres se retirèrent un peu à quartier; et, un genou en terre , il demanda pardon à Dieu, et me dit encore quelque chose, où je lui donnai l'absolution , avec la pénitence de souffrir la mort pour ses péchés, pardonnant à tous ceux qui le faisaient mourir ; laquelle reçue, il se jeta sur le carreau; et, en^ tombant, un autre lui donna un coup sur le haut de la tête qui lui emporta des os; et...

Bibliografische gegevens