Investigation de scène de crime: fixation de l'état des lieux et traitement des traces d'objets

Voorkant
PPUR Presses polytechniques, 2010 - 237 pagina's
La scène de crime comprend tout lieu sur lequel une infraction a été commise et dont l'examen nécessite l'intervention d'un service de police technique et scientifique ou celle d'un expert en criminalistique. Cet ouvrage propose, dans une première partie traitant de la fixation de l'état des lieux, d'aborder cette scène du crime de manière générale ainsi que les buts de l'investigation. Les méthodes de recherche, de révélation, de prélèvement et de transfert des traces sont détaillées. La deuxième partie examine le traitement des traces d'objets qui constitue la partie pratique de l'investigation de la scène de crime. Tout en étant une source de référence pour l'enseignement, cet ouvrage vise aussi un plus Large public désireux d'être initié aux principes généraux qui doivent guider l'approche d'une scène de crime et L'exploitation des traces physiques qu'elle recèle. Cette troisième édition, revue et augmentée, est enrichie de nouvelles perspectives originales et actuelles de la pratique de l'investigation de scène de crime: l'emploi de techniques numériques d'enregistrement des lieux et des traces, la révélation et le renforcement des traces sanglantes ou la gestion de la continuité des moyens de preuve.
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Inhoudsopgave

CHaPitre
1
CHaPitre
10
Gestion de la continuité de la preuve
87
Traces dobjets
95
Traces de passage
113
Traces de semelles
127
Bibliographie et ouvrages de références
231
Copyright

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Over de auteur (2010)



Jean-Claude Martin obtient une licence en police scientifique et criminologie de l’Université de Lausanne en 1967. Il mène parallèlement une double carrière d’enseignant de chimie et de criminaliste dans un service technique et scientifique de police. En 1991, l’Université de Lausanne lui décerne un doctorat en sciences forensiques de l’Ecole des sciences criminelles (ESC) pour sa thèse sur l’aspect physico-chimique de l’incendie et son influence sur la recherche des causes de sinistres. En 1994, il est nommé professeur associé à l’ESC. En 2003, avec le titre de professeur honoraire, il quitte l’enseignement pour exercer son activité d’expert. Il a conduit – comme directeur ou expert – des expertises d’affaires célèbres (Ordre du Temple Solaire, incendie de la chapelle du Saint-Suaire et du Palais Royal à Turin, catastrophes des tunnels du Mont-Blanc et du Gothard, explosion de l’usine AZF à Toulouse).




Olivier Delémont est professeur en sciences forensiques. Il enseigne les domaines d'investigation de scène de crime et d'incendie à l'ESC et exerce une activité de criminaliste auprès de la police du canton de Genève.




Pierre Esseiva, professeur en sciences forensiques, est en charge de l'unité d'analyse de stupéfiants de l'ESC. Pendant plusieurs années, il a officié comme inspecteur scientifique au service d'identité judiciaire à la police du canton de Neuchâtel.



Alexandre Jacquat est collaborateur scientifique à l'ESC et au service d'identification judiciaire à la police du canton de Fribourg. Il a participé à l'enseignement de scène de crime et exécute aujourd'hui des mandats d'expertise à l'ESC.

Bibliografische gegevens