Mémoires inédits de madame la comtesse de Genlis: pour servir à l'histoire des dix-huitième et dix-neuvième siècles, Volume 1

Voorkant
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 176 - ... s'en moquer ; cependant, comme elle se sentoit en verve d'éloquence et de dissertation, elle continua avec le même feu, et elle s'anima tellement, qu'elle finit par dire qu'il n'existoit pas une femme véritablement sensible, qui n'eût besoin d'une vertu supérieure pour ne pas consacrer sa vie entière à Rousseau , si elle pouvoit avoir la certitude d'en être aimée passionnément.
Pagina 11 - ... nous reviendrions souper chez moi tous ensemble. Ce projet dérangeait un peu la vie ordinaire de Rousseau, mais il se prêta à cet arrangement avec toute la grâce imaginable. Le jour de la représentation, Rousseau se rendit chez moi un peu avant cinq heures, et nous partîmes avec lui. Quand nous fûmes dans la voiture, Rousseau me dit en souriant que j'étais bien parée pour rester dans une loge grillée. Je lui répondis sur le même ton que je m'étais parée pour lui.
Pagina 6 - Sauvigny que j'étais la jeune personne la plus naturelle, la plus gaie et la plus dénuée de prétentions qu'il eût jamais rencontrée ; et certainement, sans la méprise qui m'avait donné tant d'aisance et de bonne humeur, il n'aurait vu en moi qu'une excessive timidité.
Pagina 258 - Il est d'usage (surtout pour les jeunes femmes) de s'émouvoir, de pâlir, de s'attendrir, et même en général de se trouver mal en apercevant M. de Voltaire 1 ; on se précipite dans ses bras, on balbutie, on pleure, on est dans un trouble qui ressemble à l'amour le plus passionné.
Pagina 263 - J'ai cru que c'étoit un ordre ; mais c'est un prix d'arquebuse donné par M. de Voltaire , et qu'elle avoit gagné depuis peu de jours. Une telle adresse est un exploit pour une femme.
Pagina 3 - J'avoue que rien au monde ne m'a paru si plaisant que sa figure, que je ne regardais que comme une mascarade. Son habit, ses bas couleur de marron, sa petite perruque ronde , tout ce costume et son maintien n'offraient à mes yeux que la scène de comédie la mieux jouée et la plus comique. Cependant, faisant sur moi-même un effort prodigieux, je pris une contenance assez convenable, et, après avoir balbutié deux ou trois motsde politesse, je m'assis.
Pagina 14 - Rousseau soutint que je l'avais très-faiblement offert, et que d'ailleurs ma brillante parure et le choix de la loge , prouvaient assez que je n'avais jamais eu l'intention de me cacher. On eut beau lui répéter que ma parure n'avait rien de recherché , et qu'une loge prêtée n'est pas une loge de choix , rien ne put l'adoucir.
Pagina 4 - Cependant, faisant sur moi-même un effort prodigieux, je pris une contenance assez convenable; et, après avoir balbutié deux ou trois mots de politesse, je m'assis. L'on causa, et heureusement pour moi, d'une manière assez gaie. Je gardai le silence, mais de temps en temps j'éclatai de rire, et c'étoit avec tant de naturel et de si bon cœur, que cette surprenante gaieté ne déplut pas à Rousseau.
Pagina 27 - ... l'air le plus dédaigneux et le plus impertinent qu'on ait jamais osé porter dans le monde. Ses amis prétendoient qu'elle avoit beaucoup d'esprit, et le talent de dire des mots ingénieux.
Pagina 156 - Schomberg avoit beaucoup d'esprit et d'instruction, et un caractère trèsloyal; quoiqu'il ne fût pas laid, il avoit dans sa figure, dans son ton et dans sa conversation /quelque chose de fade, et je ne sais quelle gaucherie dans les manières , qui le rendoient désagréable; il savoit des millions de vers, et il les déclamoit ridiculement. Ma tante eut la fantaisie de jouer Zaïre, ce qui s'exécuta à Bagnolet, dans une maison que M.

Bibliografische gegevens