Pagina-afbeeldingen
PDF
[ocr errors]

ARCHIvEs H is roR1QUEs LT LITTÉRAIREs Du NoRD DE LA FRANCE ET DU MIDI DE LA BELGIQUE.

LES CHOSES
DU NORD DE LA FRANCE ET DU MIDI DE LA BELGIQUE,

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

AU BUREAU DEs ARCHIvEs DU NoRD, RUE DEs vIvIERs, No 9.

[ocr errors]
[graphic]
[graphic]
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic]
[merged small][ocr errors][ocr errors]

DESANDROUIN (Jean-MarieStanislas) descendait en ligne directe de Warin-Desandrouin , gentilhomme du bailliage de Clermont au duché de Bar, qui vivait vers 15oo.Son grand-père, Gédéon-Desandrouin, seigneur d'Heppignies, de Lodelinsaert et de Longbois, membre de l'état noble de Namur, où il fut admis le 1" juillet 17o8, obtint, par lettres du 14 novembre 1755, des supports etle titre de vicomte, applicable à la terre qu'il voudrait choisir. Son père, que l'on peut regarder comme le fondateur de l'importante compagnie des mines au charbon d'Anzin , Fresnes et Vieux-Condé , était capitaine de dragons au régiment de Flavacourt ; il épousa le 18 août 1756, Mll° Le Tirant, fille dù marquis de Villers. Ce mariage donna maissance à plusieurs enfans : celui qui fait l'objet de cet article vit le jour en 1757 et succéda à plusieurs des titres de son père.

Jean-Marie-Stanislas, vicomte Desandrouin, seigneur d'Heppignies, de Lodelinsaert et de Cas

tillon, membre de l'état noble de Namur, devint chambellan de S. M. l'empereur d'Autriche ; mais ses intérêts de fortune se trouvant en France, il quitta de bonne heure la Cour de Vienne. M. Desandrouin épousa en secondes nôces la fille de l'illustre architecte Chalgrin à qui l'on doit le premier plan de l'arc de triomphe de l'Étoile ; il n'en eut point de descendans, mais il adopta les enfans qu'elle avait d'un premier hym n.

M. Desandrouin releva l'établissement des mines d'Anzin après les troubles de la révolution et construisit dans l'arrondissement de Valenciennes les premières verreries qu'on y vit. Ce gentilhomme, qui ne dédaignait pas d'employer sa grande fortune à activer l'industrie de son pays, mourut en son château de Fresnes-sur-l'Escaut , le 5 août 1821 , à l'âge de 84ans. M. Dupont, avocat de Valenciennes, prononça un discours sur sa tombe : par une coïncidence bizarre, le jour de ses obsèques était aussi le jour de la fète du village ou il

« VorigeDoorgaan »