Pagina-afbeeldingen
PDF

retiré à Paris ou dans sa terre de Beaumont (département de l'Oise); néanmoins ne voulant pas rester étranger à ce qui pouvait être utile à son pays natal, il fit partie de la Réunion du Nord, fondée à Paris et présidée par le maréchal duc de Trévise. Peu de jours après l'avénement de S. M. Louis-Phulippe Ier au trône de France, le général Corbineau fut appellé au commandement supérieur de la 16° division militaire, pays qui l'a vu naître, et dans lequel il lui a été d'autant plus facile de se faire aimer , qu'avec un grand fonds de justice, le général joint des manières affables et pleines d'aménité.

A. D.

JEAN LE PREVOST. Jean le Prévost, maquit à Valenciennes vers · 155o ; il fit d'assez bonnes études et se détermina à entrer dans les ordres. Il prit l'habit de religieux dans l'abbaye d'Hasnon de l'ordre de St.-Benoist à une époque qu'on ne saurait préciser, mais qui ne doit pas être éloignée de 158o. Les guerres de religion qui troublèrent les Pays-Bas vers ce tems là, confirmèrent Le Prévost dans sa résolution, il devint un zélé catholique, et ayant reçu du ciel une imagination plus poétique qu'on n'en rencontrait ordinairement sous le ciel fiamand, il conçut le projet un peu téméraire peut-être de mettre en vers français les prières de la messe et des diverses pratiques reli· gieuses des catholiques. Cette résolution lui vint pour faire pièce aux hérétiques qui chantaient leurs

Psaumes mis en vers par Marot et se moquaient des catholiques qui entonnaient du latin la plupart du tems sans en comprendre un mot.

Difficile étaitl'entreprise du poéte Valenciennois ; et le croirait-on ? il en sortit avec plus de succès qu'on n'eût pu l'espérer à une époque et dans des lieux aussi éloignés des progrès des lumières. Les vers de le Prévost sont supportables et c'est tout ce que l'on pouvait exiger d'un religieux d'Hasnon au XVI° siècle. Il n'est peut-être passans intérêt de donner ici un échantillon de son style, qui le fera mieux connaître que tout ce que nous pourrions en dire. C'est ainsi , par exemple , qu'il traduit le commencement du Crédo: Je crois en un vraî Dieu, le Père toutpuissant , Qui est le créateur du ciel resplendissant , Ensemble de la terre : et des choses visibles, Et de celles qui sont à nos yeux invisibles. Quand le prêtre dit le Dominus , o

biscum :
Vueillés, bon Dieu , estre parfaictement
Auec l'esprit du prestre incessamment ,
En exauceant par grace singuliére ,
Sa suppliante et publicque prière :
Et nous donnant, par vostre grand' bonté ,
Ce que requiert nostre nécessité :
Par Jésus-Christ vostre fils débonnaire ,
Nostre seigneur et nostre salutaire ,
Qui avec vous aussi le sainct Esprit ,
Dieu tout puissant, à toujours, régne et vit.

Ces vers ne sont pas trop vieux pour un moine qui s'engraissait dans une riche abbaye des PaysBas, au même tems que Ronsard vivait à la cour la plus policée et

la plus brillante de l'Europe.

Le rythme qui convenait le mieux à Jean le Prévost était celui des vers

de cinq syllabes; il s'enservait assez adroitement dans les prières des fètes de l'année au Kyrie Eleison :

« Dieu créateur Par ta clémence L'humble pécheur Purge d'oifense. Dieu permanent , Pêre amiable , Sois nous clément Et favorable. Fay nous merci Dieu débonnaire, Repousse aussi Nostre adversaire, Christ redemteur De tout le monde, Des tiens le cœur De pêché munde. Roy souverain, Christ salutaire, Pardon soudain Veuille nous faire. De nous , ô Christ De Dieu le verbe, Chasse l'esprit Faulx et superbe. Esprit de paix Et sans fallace , N'oste jamais De nôus, ta grâce. Bon conducteur , Conduy nostre ame, ' Chasse malheur Et vice infame. Esprit tuteur, Et sauve-garde, L'ame d'erreur En tous temps garde. »

[blocks in formation]

pagne le privilège de la faire imprimer ; mais il se trouva dans un grand embarras : la populeuse ville de Valenciennes , cité noble et riche, ne possédait pas encore alors d'imprimerie. Le Prévost qui, comme les poètes du bon tems, n'était sans doute pas très-fortuné, ne crut point devoir courir les risques de publier son ouvrage à ses frais dans une ville voisine; la coûtume si commode des souscriptions n'était pas inventée alors , et le versificateur Valenciennois se contenta de conserver ses poésies sacrées en portefeuille, se donnant quelquefois le plaisir d'en lire quelques passages, par voie de récréation , dans plusieurs couvens du pays, après avoir préalablement vuidé quelques bons lots de vin. Leur succès ne fut pas douteux s'il faut en croire les petites pièces de vers, en forme de sonnets louangeurs, qui parurent à cette epoque et qui furent adressés à l'auteur par Philippe Numan, Thomas Molin, Philippe de Hoves, tous Valenciennois du tems qui se piquaient de bien tourner un vers et de se conmaître en poésie. Henry d'Oultreman, lui-même, le naif historien de Valenciennes, paya son tribut d'éloges au poète le Prévost et lui décocha un sonnet dans lequel il le compare à Moïse.

[merged small][ocr errors][merged small]

« Prières en vers, et rime, povr « reciter dvrant le sacrifice de la « Messe, et s'accorder à cela que le « prestre dit, et que leclergé chante « auant le sacrifice , les iours so« lemnels. Par D. Jean le Preuost , « Valencenois, religieus de Has« non, de l'ordre Sainct Benoist. « A Valenciennes , chez Lau« rent Kellam , imprimeur Iuré. M D CIII» in-8° de 17 fs. liminaires et41o pages dont les 7 dernières non cotées. Ce livre qui est adressé par l'auteur aux Seigneurs Bourgeois et Manans de Valenciennes est aujourd'hui devenu très rare. Il a surtout pour notre pays un degré d'intérêt de localité , c'est incontestablement le premier livre qui ait été imprimé à Valenciennes. Laurent Kellam, père de la typographie Valenciennoise, étrenna ses presses par ce volume curieux. Ce fait est suffisamment constaté par le passage suivant de l'épître dédicatoire en prose, tant soit peu poétique adressée par Le Prévost aux magistrats de Valenciennes : « En après, veu qu'avec grace libé« ralle, vous avés ici admis un im« primeur, où il n'en y avait point « encore eu : il appertient bien que « ce livre composé et imprimé en « ce lieu, contenant prières en vers « françois, pour soi servir sous le « sacrifice de la messe , chose non « pratiquée par autre, porte vostre « nom en chef, pour servir com« me de rameau verdoyant, sur le « fait d'un charpentage nouveau « érigé. »

Il est probable que le poète Valenciennois ne s'est pas arrêté en si beau chemin ; sans doute il a

composé d'autres poésies, puisqu'il dit quelque part que celles-ci ne sont que les primices de ses petits labeurs, peut-être même le religieux d'Hasnon ne s'en est-il pas toujours tenu aux poésies sacrées. Quoiqu'iI en soit, les vers profanes de Le Prevost, si toutefois il s'est jamais permis telle licence, ne sont pas parvenus jusqu'à nous : nous devons nous en tenir la dessus aux conjectures, on était loin alors d'être arrivé au point où, comme au siècle dernier, les abbés se fesaient gloire de publier des œuvres badines qu'un mousquetaire eut à peine avouées.

[ocr errors]

WALLEZ(JosEPH). Le village de Câtillon, dans l'arrondissement de Cambrai, est un de ceux du département du Nord qui a fourni aux armées françaises le plus grand nombre de braves.Joseph Wallez, sergent-majorau 15°régimentd'infanterie légère, était né dans cette commune. Tombé au pouvoir de forces supérieures ennemies à Culm le 5o août 1815 , il fesait partie d'une colonne de prisonniers escortée par 52 Prussiens, lorsque aidé par 25 fantassins de son régiment, ses compagnons d'infortune, il parvint à désarmer ses conducteurs et à les faire eux-mêmes

[blocks in formation]

LES HOMMES ET LES CHOSES.

GOSSUIN. — M. Gossuin, d'Avesnes, ancien administrateur-géméral des forêts, mourut à Paris, le 1 1 avril 1827 : nous sommes heureux de pouvoir donner aujourd'hui le discours prononcé sur sa tombe par M. Tonlotte, ancien sous-préfet, auteur de l'Histoire philosophique des Empereurs Romains. Voici les expressions de M. Toulotte, telles qu'il a bien voulu nous les transmettre :

« Messieurs,

« Constant-Joseph-Eugène Gossuin naquit dans le département du Nord, en la ville d'Avesnes, le 12 mars 1758. Il reçut une excellente éducation, et fut maire avant l'âge où il n'aurait pu l'être sans dispense. Il exerçait ces fonctions depuis neufans, lorsque le suffrage de ses concitoyens les lui prorogea en 179o.

« Des idées saines et des connaissances positives, jointes à cette bonté d'âme qui donnait aux malheureux un appui dans le citoyen que nous regrettons tous, l'avaient fait distinguer parmi ceux qui auraient pu administrer la mairie d'Avesnes. Il fut chargé de régir les propriétés d'une famille, royale par l'origine, nationale par le patriotisme, populaire par sa bienfaisance; sans orgueil dans la prospérité; grande dans le malheur, et en possession d'offrir, depuis Louis XII jusqu'aujourd'hui, cette continuité non interrompue de princes

VIIa

amis des sciences et des arts, protecteurs des lettres, du commerce et de l'industrie ; accoûtumés à voir dans le peuple la grande famille sociale, et doués de ce jugement sûr, qui, loin de trouver des sujets d'alarmes dans l'instruction . et l'aisance des classes laborieuses, y remarque des garanties pour le maintien de l'ordre, pour le respect des magistrats, pour l'obéissance aux lois.

« En 179o , mon ami Gossuin organisa les nouvelles administrations dans le département du Nord. Il y fut membre du directoire central, et y présida les électeurs en 1791, à l'époque mémorable où le Roi accepta cette belle constitution, sur lc maintien de laquelle comptaient d'habiles publicistes dont le pouvoir eut le malheur de tméconnaître la droiture des intentions.La maligne influence des ennemis du nouvel ordre de choses rendit impuissante l'Assemblée législative dont mon ami Gossuin faisait partie; elle se vit forcée d'invoquer le secours du peuple français et, un grand péril enfanta la Convention.

« Sa dictature de trois ans fut trop longue pour n'être pas féconde en calamités. Que va-t-elle faire? Sa mission est de tout abattre et de tout reconstruire. Loin de jouir du calme nécessaire aux créations, elle a la tête dans la région des orages et les pieds sur des abîmes. Ceux-ci

ne l'effraient point, et on la croirait dans son élément au milieu de ceux là ; elle recèle dans son sein tous les genres d'intrépidité, et porte dans ses actes une ardeur brûlante; elle comprime ses ennemis de l'intérieur, et voit renaître les factions de leurs propres cendres ; il semblerait qu'elle n'aura jamais assez de toutes ses forces , et elle s'ouvre les veines à la voix des partis; elle doit affermir la révolution, et n'en épargne point les auteurs ; elle a proclamé la république, et des conventionnels républicains n'en périssent pas moins sur l'échafaud. Voilà bien, dironsnous, la discorde et le vertige des passions humaines portés à l'excès. Ah! sans doute. Eh bien! le patriotisme et les ressources de cette assemblée célèbre surpassèrent et ses violences inouïes et ses cruelles mutilations. Elle regarde sans effroi l'Europe levant des millior ; de glaives sur la patrie mise en péril par des révoltes et des insurrections, menacée par l'irruption de toutes les vengeances et déchirée par le fanatisme qu'accompagne la duplicité, que précède la trahison; qu'aucune infortune n'attendrit , et qui reproche à la coalition des rois de ne savoir point haïr la république. Celle-ci , seule contre

[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

par les chants de Tyrtées capables d'électriser le marbre , et les chefs de nos armées reçoivent l'ordre de battre l'ennemi. La Convention déclara la guerre à l'Angleterre, à la Hollande, à l'Espagne, et réunit à la France la Savoie, le comté de Nice, le pays de Porentruy. On allume, sur divers points de l'intérieur, les torches de la guerre civile; on favorise, sur quelques autres, les projets de l'ennemi, et la Convention ne parait craindre ni l'Angleterre, ni la Prusse, mi les satellites de ces trois planètes guerroyantes. Elle abolit l'esclavage dans les colonies françaises, fait la guerre à l'athéisme, pacifie la Vendée, rompt par des victoires la ligue des rois et recule nos frontièresavec les sabres de nos soldats.

« L'Europe étonnée voit sortir de cette assemblée une législation égale pourt ous, les bases du Code civil qui nous régit, et le système de finances adopté par l'empire, admiré par nos voisins. Des milliards ont passé et repassé entre les mains des conventionnels , sans porteratteinte à la réputation d'aucun d'eux. On reconnait encore avec l'éloquent de Serre que les

majorités ont des intentions droi

tes, surtout alors que les élections fournissent de très-nombreuses assemblées ; on le reconnait, disonsnous, à la création du système uniforme des poids et mesures, à la fondation d'un musée national des arts, à l'établissement d'écoles pour les sciences, pour les lettres, pour les diverses parties de l'enseigne

« VorigeDoorgaan »