Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

346 M. Molé jeune, rue de Madame, n. 4.

M. Molé a présenté différens cadres formant une collection de caractères d'imprimerie de sa fabrique. Le jury a reconnu qu'ils peuvent soutenir la concurrence avec ce qu'il y a de plus beau en ce genre , et que l'établissement de M. Molé tient le rang le plus distingué par l'importance

et la perfection des produits (718). 347 M. LÉGER, place de l'Estrapade, n. 28.

Plusieurs tableaux d'épreuves des caractères d'imprimerie de la fabrique de M. Léger ont été présentés au jury, qui a particulièrement remarqué des caractères imitant l'écriture qui n'offrent point d'interruption dans les déliés, de telle sorte que toutes les lettres qui composent un mot semblent

avoir été fondues ensemble (716). 348 M. HERHAN, rue de Servandoni, n. 13.

Inventeur de la stéréotypie, M. Herhan n'a pas cessé de chercher les moyens d'en simplifier les procédés, ét depuis l'exposition de 1819 il y a apporté des modifications heureuses; il a présenté diverses machines et ustensiles de stéréotypie et des épreuves d'ouvrages imprimés d'après cette méthode, que le jury a remarquées avec le plus vif intérêt. M. Herhan est de plus en plus digne des récompenses qu'il a précédemment obtenues (715).

Reliures.

349 M. THOUVENIN aîné, rue Mazarine, n. 34.

Les reliures présentées par M. Thouvenin sont supérieures à tout ce qui a été fait en ce genre; il y emploie du carton laminé, beaucoup plus solide et plus égal que le carton fabriqué d'après les procédés ordinaires. Les dessins et les dorures qui ornent ses ouvrages sont trèssoignés et parfaitement exécutés (732).

350 M. SIMIER, rue Saint-Honoré, n. 152.

Rival de M. Thouvenin, dans la reliure, M. Simier a présenté des ouvrages du plus grand prix, sous le rapport

de l'exécution (731). 351 M. LESNÉ, rue de Tournon, n. 15.

On doit à M. Lesné différentes améliorations dans les procédés de la reliure; les produits qu'il a présentés sont

bien confectionnés (727). 352 M. PURGOLD, rue Cassette, n. 18.

M. Purgold a présenté des reliures bien faites et qui ont mérité l'attention du jury (730). 353 M. THOUVENIN jeune, rue de la Parcheminerie,

n. 2. . De fort belles reliures ont été présentées par M. Thouvenin jeune, le soin particulier qu'il met à l'exécution de ses ouvrages a fixé l'attention du jury (733). 354 M. DÈCLE, rue du Roule, n. 15.

M. Dècle a présenté des reliures bien confectionnées, dont les ornemens sont d'un bon goût. Le jury a particulièrement remarqué des livres d'église reliés avec solidité

(726). 355 M. Vogel, rue Dauphine, n. 24.

Les reliures présentées par M. Vogel sont d'une bonne exécution (734).

[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

356 M. LAURENT, graveur du cabinet du Roi, rue

Neuve-des-Mathurins, n.:20. M. Laurent a présenté un exemplaire de son ouvrage, intitulé Musée Royal, deux volumes in-folio, dont le texte sort des presses de M. P. Didot l'aîné..

Une partie de ce magnifique ouvrage a été exposée en 1819, et a valu à son auteur une médaille d'or; il est maintenant terminé, et les dernières livraisons répondent à celles qui les ont précédées. Le jury déclare que M. Laurent est de plus en plus digne, par ses travaux, de la récompense qui

lui a été décernée (750). 1 357 M. LEBLANC, au Conservatoire des Arts et

Métiers. Mettre à la portée de tout le monde les perfectionnemens apportés dans les instrumens nécessaires à l'industrie et à l'agriculture, telle a été l'idée de M. Leblanc en publiant l'ouvrage qu'il a présenté à l'exposition; il y donne les dessins des machines que renferme le vaste dépôt du conservatoire des arts et métiers. L'exactitude des détails reproduits par les gravures de M. Leblanc et la pureté du travail ont

été remarquées par le jury (751). 358 M. Cornouaille, rue Contrescarpe-Saint-Mar

cel, n. 21. En 1819, M. Cornouaille a exposé des billets de la banque de Rouen; il présente aujourd'hui des billets de la banque de Bordeaux. Ces nouveaux billets, et les vignettes de cet habile artiste, attestent une supériorité toujours croissante dans les ouvrages qui sortent de ses mains. Le jury n'hésite pas à déclarer que M. Cornouaille est le premier de tous nos graveurs en acier , et qu'il est digne

des récompenses que le jury, aura à décerner (745). 359 M. DESCHAMPS, à Saint-Denis.

Cet artiste a présenté des gravures d'une exécution très – remarquable. M. Deschamps fait usage de petites planches mobiles en acier, dont il combine habilement la disposition, et il obtient par ce moyen un grand nombre de dessins très-variés (746).

360 M. ADAM, rue du Plátre-Saint-Jacques, n. 13.

Une vue du pont de Bordeaux, gravée avec un véritable talent, a été présentée par M. Adam (740).

361 M. et Mme. MASSARD, rue des Fossés-Saint

Victor, n. 37. . Diverses grayures, représentant des objets d'histoire naturelle et destinées à un grand ouvrage sur cette science, ont été présentées par M. et Mme. Massard. Ces gravures ont été vues par le jury avec intérêt, et il recommande les auteurs au jury central (754).

362 M. MALBESTE , rue du Route, n. 12.

M. Malbeste a présenté des gravures en taille douce, consistant en vignettes, modèles d'écriture, musique, etc. Ces produits ont fixé l'attention du jury par la supériorité de leur cxécution (753).

363 M. SAMPIER-d'Arena, rue des Fossés-Saint

Germain-l'Auxerrois, n. 14. M. Sampier-d'Arena a présenté des cadres renfermant des billets de banque et de commerce, des cartes de visite et des adresses imprimées en taille-douce d'après ses gravures. Le jury lui a reconnu un talent très-remarquable

(757). 364 Filhol, (Mme. Ve.) rue de l'Odéon , n. 35.

Plusieurs livraisons d'un ouvrage ayant pour titre : Concours décennal, ont été exposées en 1819. Cet ouvrage étant terminé, Mme, veuve Filhol, qui en est l'éditeur, le représente en entier. Cette collection a été exécutée par les artistes les plus recommandables, et ne peut manquer d’être vue avec intérêt (747).

365 MM. LEMONNIER et Chesle, rue de la Mon

tagne-Sainte-Geneviève, n. 24. Ces artistes ont présenté des gravures en relief susceptibles d'être employées avec avantage dans la reliure (752).

Restauration de planches gravées.

366 M. PIERI-BERNARD, boulevard des Italiens, n. 1.

Par un procédé très-ingénieux, qui a exigé les précautions les plus minutieuses, M. Pieri - Bernard est parvenu à raccorder les deux parties de la belle planche de Bervic, le portrait de Louis XVI, qui avait été coupée pendant les orages de la révolution. L'exemplaire qu'il a présenté, et qui a été tiré après sa restauration, n'en laisse pas apercevoir de traces (768).

« VorigeDoorgaan »