Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

rement signalé à l'attention du jury central, comme méri

tant une distinction de première classe (645), 502 M. HOCKESHOVEN, rue Jean-Jacques-Rousseau,

n. 20. Des meubles en bois de peuplier noir ont été présentés par M. Hockeshoven; le travail en est remarquable. Cet ébéniste fait aussi d'utiles efforts pour propager l'usage des meubles en bois de France, et ceux qui sortent de ses ateliers sont faits pour atteindre ce but (634).

303 M. DEHM, rue de la Grande-Truanderie, n. 12.

M. Dehm a introduit dans l'ébénisterie une nouvelle méthode de placage qui consiste à faire l'application des parties extérieures sur le fer ou tous autres métaux. Il a présenté, d'après ce systême, deux tables qui ont mérité l'attention du jury (628).

304 M. PUTEAUX, rue de la Pépinière, n. 11.

Des meubles élégans et bien exécutés ont été présentés par M. Puteaux; le jury se fait un devoir de reconnaître

leur bonne exécution (640). 305 M. RÉMOND, rue Saint-Florentin, n. 6.

Ce fabricant a présenté plusieurs meubles, entre autres une psyché en marqueterie de bois indigène. Il se propose d'exposer aussi des parquets en mosaïque très-bien

faits (642). 306 M. KOLPING, cour de la Juiverie, n. 3, place

Saint-Antoine. Tu bureau à cylindre et deux autres meubles ont été présentés par M. Kolping. Ces produits sont d'une bonne exécution (655). :

507 M. BENARD, rue Neuve-Saint-Martin, n. 26.

M. Benard a présenté divers meubles en bois indigène, entre autres une toilette très-riche, en orme, dont les détails sont traités avec le plus grand soin (625).

C

CHAPITRE XXXV.

CHARRON AGE ET SELLERIE.

508 M. SARGENT, (Isaac) aux Champs-Élysées,

allée d' Antin, n. 21 et 23. Les carrossiers anglais font usage pour la confection des roues et de diverses autres parties de charronnage, de bois à droit-fil courbés par des procédés qui étaient inconnus en France, et dont nous devons l'importation à M. Sargent. Les produits qu'il a présentés seront justement appréciés à l'exposition et prouveront la supériorité des bois ainsi travaillés sur ceux que l'on cmployait d'après l'ancienne méthode. En important ces procédes, M. Sargent à rendu à l'industrie française un important service (652).

CHAPITRE XXXVI.
INSTRUMENS DE MUSIQUE...

Pianos et Harpes. 309 MM. Erard frères, rue du Mail, n. 13 et 21.

La fabrique la plus importante de toutes celles qui existent en France, pour la construction des forté-pianos et des harpes, est sans contredit celle de MM. Érard frères. C'est de leurs ateliers que sont sortis la plupart des habiles facteurs dont les produits concourent aujourd'hui, avec ceux de MM. Érard, à fournir, non seulement la France, mais encore une partie de l'Europe. Pensant avec raison qu'ils n'ont pas assez fait tant qu'il reste quelque chose à faire pour perfectionner le mécanisme de leurs instrumens, ces célèbres artistes ont fait des changemens importans à l'échappement de leurs pianos , de manière à laisser au musicien toute facilité pour la répétition de la note, et pour la nuance des sons.

MM. Érard frères continuent à mériter la juste réputation dont ils jouissent depuis long-temps, et les pianos et harpes qu'ils ont présentés peuvent être placés au premier rang parmi les beaux et nombreux instrumens qui seront admis cette année à l'exposition (659).

510 M. PETZOLD, rue d'Orléans-Saint-Honoré,

n. 13. Les nouveaux pianos de M. Petzold sont surtout remarquables par une très-belle qualité de son, qui est due au soin extrême qu'apporte cet habile facteur à maintenir une exacte proportion de flexibilité dans chaque partie de la table d'harmonie, et au travail particulier pratiqué dans cette table pour adoucir les tons élevés. Les instrumens de M. Petzold sont très-recherchés, et parmi les personnages éminens qui en font usage , nous citerons LL. AA. RR. Madame , duchesse de Berry, et Madame la duchesse

d'Orléans (666). 311 M. Pape, cour des Fontaines, n. 21. 312 : M. PFEIFFER, rue Montmartre, n. 28. . Le jury a reconnu dans les pianos présentés par MM. Pape

et Pfeiffer un grand mérite d'exécution, et une très-belle qualité de son. Les perfectionnemens qu'ils ont apportés dans le mécanisme ont reçu l'approbation des artistes, et

leurs instrumens sont placés au premier rang de ceux qui • se fabriquent à Paris (665, 667). 313 M. Grus, rue Saint-Louis, n. 60, au Marais. • M. Grus a présenté un piano vertical, à six octaves, dont les cordes sont à jour comme celles des harpes.

Les pianos de M. Grus sont généralement bons et d'un prix modéré. Cet artiste est digne de l'intérêt du jury cen

tral (660). .314 M. LEMMÉ, (Charles) rue d Orléans, n. 7,

au Marais. Quatre pianos ont été présentés par M. Lemmé; le jury a reconnu qu'ils ont une très-bonne qualité de son. Les ateliers de ce facteur sont bien montés et ses instrumens

recherchés (662). 315 M. DIETZ, rue de l'Échiquier, n. 34. 316 M. Koska, rue de Richelieu, n. 10. 317 M. ROLLER, rue de Paradis - Poissonnière,

n. 27. Le jury a cru ne pas devoir séparer ces trois fabricans qui ont présenté des pianos d'une excellente exécution ; il appelle sur leurs produits l'attention particulière du jury

central (658, 661, 668). 318 M. NADERMANN, rue d' Argenteuil, n. 4.

M. Nadermann a présenté de fort belles harpes, dans lesquelles le jury a reconnu un grand mérite d'exécution et une belle qualité de son. Les instrumens qui sortent des ateliers de ce fabricant soutiennent la réputation dont ils jouissent (664).

319 M. BRIMMEYER, passage Cendrier, n. 1..

Trois harpes ont été présentées par M. Brimmeyer; parmi les améliorations que cet artiste a faites dans la fabrication de ces instrumens, on remarque un nouveau mécanisme pour fixer les chevilles des cordes, et une nouvelle disposition des pièces destinées à former les demi-tons.

Le jury a vu avec intérêt les harpes de M. Brimmeyer (655). 320 M. CHAILLOT, rue Saint-Honoré, n. 338.

M. Chaillot a présenté une harpe remarquable par la construction du mécanisme des pédales et par la position du ressort de rappel, qui est placé dans le pied de l'instrument (656).

Instrumens à cordes.

321 M. LÉTÉ, rue Pavée-Saint-Sauveur, n. 20.

Ce fabricant a présenté un quatuor d'instrumens à cordes et à archet; deux violons, un alto et une basse, exécutés d'après les modèles des meilleurs maîtres italiens, et d'une excellente qualité de son. M. Lété possède à Mirecourt (Vosges) des ateliers de lutherie : les instrumens qui s'y font sont d'une bonne facture et d'un prix très-raisonnable (676).

322 M. CLÉMENT, rue Croix-des-Petits-Champs,

n. 23. Une basse et une guitare ont été présentées par M. Clement; on y remarque un procédé très-ingénieux dans la manière de fixer les chevilles (673).

323 M. LAPREVOTTE, rue Saint-Honoré, n. 247.

M. Laprevotte a présenté un violon neuf, fabriqué avec

« VorigeDoorgaan »