Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

plupart des naturalistes emploient les yeux d'émail fabriqués par M. Hazard-Mirault. Les produits qu'il a présentés cette année ne peuvent qu'ajouter à sa réputation (400).

Poterie et Faïence.

211 M. Boudon-SAINT-AMAND, à Passy.

M. Boudon-Saint-Amand fabrique de la poterie et de la faïence, façon anglaise , de très-bonne qualité. Il a présenté aussi des cristaux , dans lesquels il a incrusté des figures et des bustes en pierre factice et en biscuit de por

celaine. Ces objets sont d'un aspect fort agréable (405). 212 M. Fourmy, passage Saulnier, n. 15. : Artiste très-recommandable, et très-versé dans l'art de la

poterie, M. Fourmy a présenté plusieurs pièces de sa fabrique auxquelles il a donné le nom d'hygiocérames ou poterie salubre. Le jury a remarqué ces produits avec intérêt, et croit devoir recommander l'auteur à l'attention particulière du jury central (406).

Tuilerie et Carreaux de terre cuite. 213 M. COURTAL, Cours-la-Reine, aux Champs

· Élysées. M. Courtal a présenté des carreaux mosaïques en terre cuite, qui peuvent être d'un usage agréable dans les constructions. Le jury en a reconnu la solidité et la bonne confection. Les autres articles de tuilerie que fabrique M. Courtal sont également d'un bon emploi et d'une bonne qualité (408).

CHAPITRE XXVII.

GLACES ET CRISTAUX.

Glaces. 214 LA MANUFACTURE ROYALE DES GLACES, re de

Reuilly, n. 24. La manufacture des glaces, établie rue de Reuilly, a présenté des glaces dont plusieurs sont remarquables par leur volume. Cet établissement, le premier de ce genre qui existe en France, soutient la réputation dont il jouit depuis long-temps (411).

215 bis. M. CAUTHJON, à la Manufacture Royale

des Glaces, rue de Reuilly, n. 24. Nouvelle machine pour planer les glaces et rendre leurs surfaces parallèles. Cette machine, de l'invention de M. Cauthion , et que nous regrettons de ne pouvoir faire connaître , présente de grands avantages sur celles qui ont été employées jusqu'à ce jour , et donne la solution d'un problême qu'on n'avait encore pu résoudre. Elle opère glace sur glace , et il résulte des expériences qui ont été faites à la manufacture royale sur trois glaces brutes, l'une de 42, 40, et les deux autres de 34, 17, que ces glaces ont été amenées à une parfaite égalité d'épaisseur et de surface (410).

M. Cauthion se propose d'appliquer sa machine au polissage ; les résultats que ses premiers essais ont obtenus, doivent faire espérer qu'il réussira également dans cette importante partie du travail des glaces.

Les procédés de M. Cauthion méritent de fixer particulièrement l'attention du jury central. 216 M. LEVASSEUR, rue du Temple, n. 57.

Les miroirs concaves et convexes présentent de grandes difficultés dans leur étamage. M. Levasseur, après bien des sacrifices, est parvenu à les vaincre , et les deux miroirs qu'ila présentés offrent la preuve de la supériorité de son procédé, qui ne laisse rien à désirer. Il a inventé aussi pour l’étamage et l'égoutage des glaces de toutes grandeurs, un procédé qui n'exige que le quart du temps que l'on met ordinairement à ces opérations. M. Levasseur est un artiste recommandable, digne de tout l'intérêt du jury central (412).

Cristaux.

217 MM. Chagot frères, boulevard Poissonnière.

Propriétaires de la magnifique manufacture de MontCenis, MM. Chagot frères ont présenté :

1o. Un superbe surtout de table en cristal, avec toutes les pièces qui composent un service de dessert; les bronzes qui garnissent ce bel ouvrage sortent des ateliers de M. Thomire;

2o. Un autre service de table, taillé dans le même genre;

30. Deux grands candelabres, de dix pieds de hauteur, garnis en bronze doré, et divers autres objets en cristal.

Les produits de MM. Chagot sont depuis long-temps appréciés et ne craignent pas la comparaison avec les plus beaux cristaux d'Angleterre. Le jury se plaît à reconnaître que ces habiles fabricans sont toujours dignes du

haut rang qu'ils occupent dans l'industrie française (414). 218 MM. BONTEMPS et GEORGEON, à Choisy-le-Roi,

Fabrique de cristaux d'une belle qualité et d'une trèsbcllc taille; MM. Bontemps et Georgeon font également les glaces souffées et les verres de toute espèce (413).

Peinture sur verre et sur glace.

219 M. DESVIGNES, rue de Lancry; n. 8.

M. Desvignes est auteur d'un nouveau procédé pour dorer et peindre le verre et le cristal. Il présente à l'exposition un riche assortiment de cristaux, flacons et bi

joux d'un travail parfait, et d'un prix peu élevé (417). 220 M. LUTTON, rue du Marché-Neuf, n. 22.

M. Lutton a présenté des vases en verre et en cristal, dont les étiquettes vitrifiées sont inaltérables. Il a fait, d'après les mêmes procédés, des tableaux pour l'indication des rues et le numérotage des maisons. Les produits de M. Lutton sont intéressans, surtout pour les pharmaciens et les chimistes (420).

CHAPITRE XXVIII.

APPAREILS D'ÉCLAIRAGE.

Phares et Fanaux. 221 M. Bordier-MARCET, rue Neuve-Sainte-Éli

sabeth, n. 7. Se livrant sans relâche à perfectionner les divers systêmes d'éclairage qu'il a inventés, M. Bordier-Marcet présente à l'exposition de grands fanaux, applicables aux phares; des lanternes à éclairage parabolique et sidéral, pour remplacer les réverbères actuellement en usage dans la plupart des villes, et une grande quantité d'autres ap

pareils d'éclairage. Les ouvrages de cet artiste se distinguent par une grande intensité de lumière , et prouvent que leur auteur connaît bien les lois de la physique et leur application à la branche d'industrie dont il s'occupe spécialement. M. Bordier - Marcet est encore recommandable par son désintéressement, et le jury estime qu'il est

digne de l'intérêt particulier du jury central (427). 222 M. SOLEIL, passage Feydeau, n. 21.

L'exécution des lentilles annulaires des phares de M. Fresnel a été confiée à M. Soleil, qui a établi, à cet effet, un système complet de travail mis en mouvement par un manège. Un de ces phares vient d'être établi au Cordouan, et M. Soleil en présente un autre à l'exposition. Le jury a remarqué avec intérêt les pièces qui le composent, et se plaît à reconnaître que cet ouvrage assure à son auteur un rang très-distingué parmi les opticiens (428).

Lampes. 223 M. Gagneau, rue Saint-Denis, n. 173.

M. Gagneau a présenté une lampe, qu'il nomme aglaphos. Au moyen d'un mécanisme de son invention, l'huile est portée du réservoir à la hauteur de la mêche. Cette lampe diffère de celle de Carcel, en ce que les réservoirs étant faits en sacs de taffetas gommé, l'action ascendante de l'huile a lieu par la pression qui s'opère sur ces sacs (438).

224 MM. DUVERGER et GOTTEN, rue Neuve-des

Petits-Champs, n. 65. Des lampes très-ingénieusement fabriquées ont été . présentées par MM. Duverger et Gotten. Le jury y a remarqué une simplification des lampes de Carcel, et une fort bonne exécution (436).

« VorigeDoorgaan »