Pagina-afbeeldingen
PDF
[ocr errors]
[ocr errors]

par le moyen desquelles ils verront le profit de cha- .

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

284 L'Aritmetique sieur Faure, pour la défense de ladite Regle; Décembre 1737, page 427, Mars, page 189, Août , page 157, & Septembre, 1738 , pag. 236. Pour prouver que la Regle de Compagnie par temps ne doit point être bannie des Livres d'Arithmetique , on va former ici deux demandes avec ' leurs réponses & leurs objections. Premiere Demande. On demande, s'il n'y a jamais eu de Compagnie par tems en France : Il me semble qu'on entend déja les Adversaires de cette Regle dire, non. On répond, que les Rentes sur l'Hôtel de Ville de Paris , sur le Bazacle, Moulin sur la Caronne à Toulouse, la Compagnie des Indes, les emprunts du Elergé de France, & ceux des Communautés de Paris, sont des Compagnies par tems, où tous les Etats du Royaume reçoivent chacun selon sa mise & son tems. Opération. Mais, diront les Adversaires de la Compagnie par rems, on ne retire pas sa mise quand on veut : Cela est vrai généralement pariant, cependant on fait des remboursemens à l'Hôtel de Ville de Paris depuis vingt-quatre à vingt-cinq ans, soit en Loteries, ou par d'autres voies que tout Paris connoit. On peut encore vendre son contrat ; les Diocèses de Clermont en Auvergue, & de Poitiers, font des remboursemens depuis trois à quatre ans. ( nous sommes en 1759. ) Il y a des Communautés à Paris qui font es remboursemens, quand il y a de l'argent dans leurs coffres. On peut encore être remboursé de ses Actions sur la Compagnie des Indes fort facilement , en vendant ses Actions & dixiémes d'Aétions, quelquefois même on y gagne. On a donc des Compagnies par tems en France. Seconde Demande. On demande, s'il y a usure à mettre son argent en

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« VorigeDoorgaan »