Images de page
PDF

A. Jacqueline, épousa, en 1661, Jérôme l'Admirant, fils de Jérôme et de Jeanne del Vaux. Ils fondèrent deux bourses au collège de Sainte Anne, à Louvain, par acte du 2 mars 1673.

B. N....

XII. PIERRE JOSEPH BAUDOUIN DE GAIFFIER, seigneur d'Emeville, arrière petit fils de Godefroid Gaiffier et de Jeanne Burlen, licencié ès lois, avocat postulant au Conseil provincial de Namur, en 1751, épousa Marie Françoise Joséphine Bernardine de Maucour, dont deux fils, savoir :

A. Pierre Joseph Baudouin, qui suit, XIII.
B. Jean Jacques François Joseph, qui suit, XIII bis.

XIII. PIERRE JOSEPH BAUDOUIN, BARON DE GAIFFIER DE MAHARENNE ET DE TAMIson, par diplôme de Sa Majesté le roi Guillaume Ier des Pays Bas, en date du 24 juillet 1820, bourgmestre de Namur, épousa N. de la Hamaïde, dont une fille, savoir :

Marie Thérèse Guillelmine, épousa, le 28 février 1810, Anatole Louis Joseph Félix Lallemant de Lévignen, né le 8 janvier 1785, mort le 15 juillet 1828, fils de Louis Charles Félix, maréchal de camp au service de Sa Majesté Catholique, et de Marie Josèphe Thérèse Lallemant de Lévignen.

XIII bis. JEAN JACQUES FRANÇOIS JOSEPH, VICOMTE DE GAIFFIER D'EMEVILLE, par diplôme du roi des Pays Bas, en date du 9 novembre 1828, créé d'abord baron, en même temps que son frère aîné, le 24 juillet 1820, membre de l'ordre équestre de la province de Namur, conseiller d'État sous le gouvernement des Pays Bas, épousa Marie Josèphe van Velde de Melroy, fille de Daniel Balthazar Philippe Joseph et de Marie Philippine Deudon, petite fille de Jean Dominique Antoine, baron van Velde de Melroy, et de Marie Pétronille Swarts, dont six enfants, savoir :

A. Antoine Ernest Guillaume François Ghislain, qui suit, XIV.
B. Emmanuel Louis François Hubert Gbislain, qui suil, XIV bis.

C. Marie Caroline Françoise Ghislaine, née en 1795, épousa, le 26 avril 1818, Thomas Antoine Joseph, baron de Garcia de la Vega de Flostoy, né le 29 janvier 1792, fils de Charles Marie François Baptiste et d'Hubertine Dinon.

D. Jeanne, épousa Charles de Pierpont.

E. Guillelmine Lambertine Françoise Ghislaine Josèphe, épousa, le 14 mai 1832, Marie Philippe Frédéric Charles René, marquis de Rodriguez de Chenevière.

F. Bernardine Félécité Françoise Ghislaine, épousa Constantin Augustin Louis d'Orjo de Marchovelette.

XIV. ANTOINE ERNEST GUILLAUME FRANÇOIS GHISLAIN, VICOMTE DE GAIFFIER D'EMEVILLE, épousa, le 15 mai 1839, Charlotte Joséphine Adelaïde de Moreau d'Yvoir, fille d'Alexandre et d'Aline, vicomtesse de Patin, dont neuf enfants, savoir :

A. Léon Auguste de GAIFFIER D'EMEVILLE, né le 2 juin 1839.
B. Marie Antoinette, née le 6 octobre 1840.
C. Caroline Joséphine, née le 7 avril 1842.
D. Ernest Jean Baptiste de GAIFFIER D'EMEVILLE, né le 23 août 1843.
E. Jules Eminanuel de GAIFFIER D'EMEVILLE, né le 1er janvier 1845.
F. Louis Philippe DE GAIFFIER D'EMEVILLE, né le 21 octobre 1846.
G. Edouard Eugène DE GAIFFIER D'EMEVILLE, né le 7 octobre 1848.
H. Laure Pauline, née le 20 avril 1850.
I. Victor Albéric DE GAIFFIER D'EMEVILLE, né le 9 septembre 1851.

XIV bis. EMMANUEL Louis FRANÇOIS HUBERT GHISLAIN, baron de Gaiffier d'Hestroy, né à Dave-Nanines, Namur, le 21 mars 1806, épousa, le 2 novembre 1830, Adèle de Pitteurs, fille de Lambert Théodore Michel Joseph, baron de Pitteurs de Budingen et de Pauline Marie Catherine de Baré de Comogne, dont un fils, savoir :

Victor Paul Antoine de GAIFFIER D'HESTROY, né à Hestroy, commune de Maillen, Namur, épousa, au château d'Andoy, à Wierde, Namur, le 6 avril 1864, Marie Louise Philomène Ghislaine de Moreau d'Andoy, née

à Andoy, le 15 mai 1842, fille d'Adolphe Joseph Ghislain et de Pauline Marie Catherine de Baré de Comagne.

Troisième branche éteinte.

VII. CHRISTOPHE GAIFFIER, épousa Marguerite d'Auxbrebis, fille de Laurent et de Marie Charlet, dont deux enfants, savoir :

A. Pierre, qui suit, VIII. B. Thierry GAIFFIER, épousa Anne Sauvage, dont deux enfants : a. Catherine, épousa Nicolas Bardoul. 6. Guillaume, épousa N. d'Orjo de Marchovelette, dont un fils : Guillaume.

VIII. PIERRE GAIFFIER, échevin de Namur, épousa Marie de Fresne, femme en secondes noces de Michel de Croy, dont deux enfants, savoir :

A. Florent, qui suit, IX.
B. Françoise, épousa Guillaume d'Auxbrebis.

IX. FLORENT GAIFFIER, mort le 12 mai 1622, épousa Marie Henry, morte le 27 septembre 1638, et inhumée près de son mari à Notre Dame, à Namur, avec épitaphe et huit quartiers, dont une fille :

Agnès Catherine, épousa Arnold de Warnant, seigneur de Biron, de Francquegnée, capitaine de cavalerie au service de Sa Majesté Catholique, mort le 21 octobre 1668, et inhumé à Francquegnée, sous une pierre sépulcrale, ornée de quatre quartiers Warnant et quatre Gaiffier.

Quatrième branche éteinte.

VII. CHRISTOPHE GAIFFIER, greffier du conseil de Namur, du 27 janvier 1552 à 1564, épousa Gertrude Longchamps, dont trois enfants, savoir :

A. Charles, qui suit, VIII. .
B. Marie, épousa Arnould Marotte."

C. Jeanne, épousa Jean du Mont, seigneur d'Otrenge, gouverneur du fort de Nassau, qu'il défendit vaillamment contre les Hollandais, fils de Rasse, seigneur d'Otrenge et de Thorembais, et de Jeanne de Paheau.

VIII. CHARLES GAIFFIER épousa Barbe de Mozet, dont il eut entre autres enfants, un fils, Thierry, qui suit, IX.

IX. THIERRY GAIFFIER épousa Anne de Warnant, dontcinq enfants, savoir :

A. Jean GAIFFIER, sans alliance.
B. Agnès.
C. Anne Marie.
D. Antoinette.
E. Barbe.

GARCIA DE LA VEGA.

ÉCARTELÉ, en sautoir; en chef ct en pointe, bandé d'or et de gueules de six pièces, chargé sur le quartier en pointe d'une tête de More tortillée d'argent ; aux dancs d'or, chargés chacun d'un cimeterre d'argent et des mots : AVE MARIA, à dextre, GRATIA PLENA, à sénestre, en lettres capitales d'azur, mises en orle. COURONNE, de comte. SUPPORTS : deux lions contournés au naturel.

Ces armes à enquérir, à cause des cimeterres d'argent en champ d'or, rappellent un des plus beaux faits d'armes du temps de la chevalerie, accompli par don Garcia Lasso de la Vega, mort en 1368, ascendant en ligne directe de la maison de la Vega, une des plus considérables de l'Espagne. Jeune encore et faisant partie de l'armée du roi Saint Ferdinand, au siége de Grenade, la dernière des possessions maures en Espagne, il tua en combat singulier, en présence des deux armées, témoins de cette lutte héroïque, le redoutable Maure Tarfé qui, par insolence et par bravade, traînait, attachée à la queue de son cheval et à la vue du camp des chrétiens, une tablette, dédiée à la sainte Vierge. « Le roi Ferdinand, dit la chronique de Wulson de la Colombière, ravi de cette signalée victoire, lui ordonna de mettre et d'ajouter à l'entour de ses armes, les lettres de l'Ave Maria ; ce qui fut une glorieuse marque à tous ses descendants, qui les portent encore sur l'écu de leurs armes. ». C'est aussi pour fixer mieux encore la mémoire de ce beau fait d'armes que les descendants de Garcia Lasso ont adopté pour pièces fixes de leur blason, LA BELGIQUE HÉRALDIQUE, IV.

24

« PrécédentContinuer »