Images de page
PDF

Mouscron, comte d'Hust et du Saint Empire romain, baron de la Berlière, membre de l'état noble de notre province et comté de Haynau, mestre de camp d'un terce d'infanterie wallonne, seigneur de Harlebois, de Plancque, Mansinghem, Burbure, Fontenes, Lahaye et autres lieux, grand bailli et châtelain de la ville et châtellenie de Courtrai, mort en 1714, et d'Alexandrine Françoise de Basta, comtesse d’Hust et du Saint Empire romain, baronne d'Heule; que ledit Jacques François Hippolyte serait issu de trisayeux Philippe François, lequel aurait été créé marquis d'Ennetières et des Mottes, par lettres patentes du roi d'Espagne en date du 16 septembre 1680, chevalier banneret, baron de la Berlière, membre de l'état noble de notre province et comté de Haynau, seigneur de Harlebois, de Planque, Mansinghem, Burbure, Fontenes, etc., conseiller d'état, trésorier général des domaines et finances, et président de la Chambre des comptes aux Pays Bas, et Marie Alexandrine Obert, dame desdits lieux de Mansinghem, Fontenes, etc., inhumée en la chapelle de Notre Dame de l'église collégiale et paroissiale de Sainte Gudule, à Bruxelles, en 1681, sous un magnifique mausolée de marbre, orné de son portrait en relief et de seize quartiers; de quart ayeux, de Jacques d'Ennetières, chevalier banneret, créé baron de la Berlière, par lettres patentes du 23 may 1664, conseiller d'état, membre de l'état noble de notre province et comté de Haynau, trésorier général des finances et président de la Chambre des comptes aux Pays Bas, inhumé en 1677, dans la chapelle susdite de Notre Dame, sous le même mausolée, orné de son buste en relief et accompagné de ses huit quartiers et Marie de Baudequin ; de quint ayeux, Jean d'Ennetières, chevalier, seigneur de Harlebois, Reynartvliet, Lamotte, conseiller de l'archiduc Albert, et premier des finances des Pays Bas, qui serait mort le 12 décembre 1630 et inhumé à Saint Piat, à Tournai, où l'on voit son épitaphe entourée de ses huit quartiers, et Françoise van den Berghe, son épouse, dont le frère Louis d'Ennetières, aurait été le gouverneur de la ville de Chimay; de sixième ayeux, Arnoul d'Ennetières, seigneur de la Plaigne, de Sains, de Lomay, de Wastines, inhumé en l'église paroissiale du village de la Plaigne, en Haynau, avec l'exposition de ses huit quartiers, et Catherine de Cordes, dame de Harlebois, de Reynartvliet, etc., de septième ayeux, Jérôme d'Ennetières, chevalier, grand prévôt de Tournai, seigneur de Wastines, de Beaumez, Delval et du Doncq, inhumé le 21 octobre 1508, en l'église paroissiale de Saint Brice à Tournai, où il se voit une très belle et ancienne épitaphe, frère germain de Maximilien d'Ennetières, chevalier de l'archiduc Maximilien, depuis empereur, et Marie Vilain, des seigneurs de la Boucharderie; de huitième ayeux, Jacques d'Ennetières, chevalier, seigneur de Wastines, Delval et du Doncq, dont le frère cadet Roland d’Ennetières, qui aurait été allié à la fille de Louis, seigneur de Warcoing, serait mort glorieusement en combattant les armes à la main, avec le duc Charles le Hardi de Bourgogne en la funeste et mémorable journée de Nancy, et Quintine Pippart, dame de Beaumez; de neuvième ayeux, Jacques d'Ennetières, chevalier, seigneur Delval, et Jeanne de Thouars, sa deuxième épouse; de dixième ayeux, Guillaume d'Ennetières, écuyer, et Nicole Tiebegot; de onzième ayeux, Collard d'Ennetières, écuyer et Marguerite de Roupy ; de douzième ayeux, Jean d'Ennetières, écuyer, et Simonde de Salins ; de treizième ayeux, Robert d'Ennetières, écuyer et Jacqueline de Rapelaer; de quatorzième ayeux, Roger d'Ennetières, écuyer, qui aurait dû plaider contre Arnoud, abbé de Saint Pierre lez Gand, pour les biens que son ayeul, Hugues d'Abbeville aurait donnés à l'abbé Hugues, dans le lieu d'Ennetières, pour le repos de l'âme de son père et de la sienne après sa mort, lorsqu'il serait parti pour la Syrie afin

[graphic]

de combattre les Sarrasins, avec son frère aîné Bernard, lequel aurait vendu ses biens pour subvenir à la dépense nécessaire pour le voyage; que ce différend aurait été enfin terminé par la décision de Gauthier, évêque de Tournai, donnée le samedi avant la fête de Saint Gilles en l'année 1229 et souscrite par Jean, abbé de Saint Bavon, à Gand, Abraham, archidiacre, Nicolas, fils du châtelain de Lille, chanoine du dit Tournai et autres témoins ou pleiges; de quinzième ayeux, Robert d’Abbeville, qui aurait pris le nom de sa mère et aurait été seigneur d’Ennetières et aurait brisé les armes de sa famille pour s'en distinguer, en chargeant les écussons d'azur, chacun d'une étoile à six rais d'or, et Adélaïde de Bouberch ; de seizième ayeux, Hugues d’Abbeville, cité ci dessus, et Mathilde, fille et héritière de Robert, seigneur d'Ennetières, en la châtellenie de Lille, en Flandres, dont le frère Jean d'Abbeville, prieur de Saint Pierre, du dit Abbeville, aurait été cardinal de la Sainte Église au titre de Sainte Sabine; de dixseptième ayeux, Bernard, châtelain d'Abbeville, en 1150, et Ogive, fille de Roger, dit le Vieux, châtelain de Lille en Flandre. Que la mère du remontrant aurait été fille de Philippe Albert, comte de Sainte Aldegonde de Noircarmes, baron de Bours et de Maingoval, seigneur de la Graverie, l'Epinoy, etc., mort le 7 mars 1746, lequel aurait épousé le 3 mars 1715, Augustine Robertine de Landas, famille chapitrale et chevalereuse des Pays Bas; petite fille de Philippe Albert, comte de Sainte Aldegonde et de Noircarmes, baron de Bours, etc., qui aurait épousé en 1671, Catherine Monel ; arrière petite fille d'Albert André, comte de Sainte Aldegonde Noircarmes et de Genetz, baron de Maingoval, Bours, etc., commandeur de l'ordre de Saint Lazare, lequel aurait épousé en 1633, Anne d'Oignies, dame de Rosimbos et de Fromel; que la dite mère serait issue de trisayeux Maximilien, créé comte de Sainte Aldegonde en

1605, baron de Noircarmes, vicomte de Wisques, premier maître d'hôtel des archiducs Albert et Isabelle, conseiller d'état, gouverneur de Namur, et puis d'Arras, créé chevalier de la Toison d'Or, par Philippe IV, roi d'Espagne, mort le 13 mars 1635, lequel aurait épousé le 26 janvier 1597, Alexandrine de Noyelle, famille également reçue dans tous les chapitres et colleges nobles des Pays Bas ; de quart ayeux, Philippe de Sainte Aldegonde, seigneur de Noircarmes et de Wisques, grand bailli du Haynau, chevalier de l'ordre d'Alcantara, conseiller d'état, gouverneur et capitaine général du comté d'Artois, premièrement maître d'hôtel des archiducs Albert et Isabelle, et Bonne de Lanoy, dame de Maingoval, Bugnicourt, Rieulaix, Hordaing, etc., sénéchalle d'Ostrevant; de quintayeux, Jean de Sainte Aldegonde, chevalier, seigneur des mêmes lieux, conseiller d'état, chambellan et premier sommellier du corps de l'empereur Charles V, commissaire de Flandres, grand bailli des villes et châtellenie de Saint Omer et Cassel, mort le 11 janvier 1538 et de Marie de Rubempré, dame de Bourgielles; de sixième ayeux Nicolas de Sainte Aldegonde, seigneur de Noircarmes, Wisques, Genetz, Quienville, etc., mort le 1er juin 1497, et Honorine de Montmorenci, décédée le 1er aout 1510; de septième ayeux, Pierre, seigneur de Sainte Aldegonde, Noircarmes et Oxelaere, etc., mort en 1471, et Isabeau de Joigny de Pamele, morte en 1479. De huitième ayeux, Pierre, jer du nom, seigneur de Sainte Aldegonde, Noircarmes et Oxelaere, mort le 2 janvier 1438 et Marguerite d'Arras, dame de Selles et de Blaringin ; de neuvième ayeux, Gillebert, chevalier, seigneur de Sainte Aldegonde, Noircarmes et Oxelaere, en l'an 1363, et Marie de Morcamp; de dixième ayeux, Jean, chevalier, seigneur de Sainte Aldegonde, Noircarmes et Oxelaere, mort le 7 mars 1363, et Beatrix, dame de Wisques, de Quienville, Tilques, etc.; d'onzième ayeux, Jean, chevalier, seigneur de Sainte Aldegonde, Noircarmes et Oxelaere, et Marie de Lierres; de douzième ayeux, Jean de Sainte Aldegonde, ser du nom, seigneur de Noircarmes et Oxelaere, mort à Paris en 1304, et dame Marguerite Reinier, fondateurs du couvent des chartreux au val de Sainte Aldegonde lez SaintOmer, en 1298; de treizième ayeux, Gillon de Sainte Aldegonde, seigneur de Noircarmes, et Jeanne d'Esne, lequel Gillon, de par son père, Antoine de Sainte Aldegonde, seigneur de Noircarmes, tirerait son origine des châtelains de Saint Omer ; que l'ayeule paternelle du remontrant aurait été fille d'Englebert Martin della Faille, baron des villes et pays de Nevele et d'Esteinpuits, et de Françoise Cornélie Schoyte, dame de Calesberghe ; petite fille de Jean François della Faille, baron de Nevele, et de Marie Jeanne Catherine della Faille; arrière petite fille de Jean Martin della Faille, chevalier, baron de Nevele, nommé en 1667 commissaire de la part du roi d'Espagne, au renouvellement des lois en Flandres, et de Marie de Pierssene, issue de trisayeux, Jean della Faille, chevalier baron de Nevele, seigneur de Poncele et Adrienne Maes ; de quart ayeux, Martin della Faille, seigneur de la Vichte, conseiller des archiducs Albertet Isabelle, nommé en cette qualité leur ambassadeur à la cour de Londres en 1603, conjointement avec le prince Charles d'Arenberg pour la conclusion de la paix avec le roi de la Grande Bretagne, et Sibylle Steicher, famille, qui serait noble et ancienne et originaire de la ville de Biberach en Souabe; de quintayeux, Jean della Faille, écuyer, qui selon le contenu des lettres patentes de l'empereur Ferdinand, en date du 18 août 1562, aurait rendu plusieurs services importants, tant à ce monarque qu'à son Auguste maison, nommément, lorsque durant le siége d'Anvers en 1584, il aurait réduit les chefs du parti rebelle et la populace soulevée à reconnaître et à obéir à leur souverain légitime, et

« PrécédentContinuer »