Images de page
PDF

G. Françoise, religieuse au couvent de Sion, à Audenaerde.
H. Marguerite, religieuse au couvent des Annonciades à Bruxelles.

XIV. CHARLES PHILIPPE D'ENNETIÈRES, seigneur de la Croix au Mont, bailli de Lessines, épousa en 1638, Catherine Louise de Landas, dame de Wannehain et du Maretz, dont quatre enfants, savoir :

A. Marie Françoise, épousa, le 19 décembre 1669, Charles l'Archier, comte de Thildoncq, né le 11 septembre 1646, fils de Jean Baptiste l'Archier, chevalier, seigneur de Thildoncq, échevin de Bruxelles, et de Catherine van der Campe.

On lit dans l'Addition aux épitaphes de l'église de Saint Bavon, page 509:

« Maximilien Joseph, comte de Lalaing, vicomte d'Audenarde, comte de Tbildoncq, seigneur de Santberghe, Rammelaire, Humbeke, etc., conseiller intime de Sa Majesté Impériale et Catholique, général de bataille de ses armées, surintendant de la gendarmerie de la province de Flandres, gouverneur et grand bailli de la ville de Bruges, du pays et territoire du Franc, etc., mort le 19 avril 1756, ayant épousé, le 31 janvier 1703, Marie Catherine l'Archier, comtesse de Thildoncq, dame de la Croix au Mont, morte le 25 juin 1709, fille de messire Charles, comte dudit lieu, et de Marie Françoise d'Ennetières, dame de la Croix au Mont, fille aînée de Charles Philippe, chevalier, seigneur du même lieu et de Catberine Louise de Landas Wannehain. »

B. Isabelle Philippe, religieuse à l'abbaye noble de Ghilenghien.

C. Hélène Thérèse, épousa Pierre Simon, greffier du conseil des finances aux Pays-Bas, fils de Remacle Simon, conseiller audit conseil et de Jacqueline Elias.

D. Jean François, qui suit, XV.

XV. JEAN FRANÇOIS D'ENNETIÈRES, seigneur de la Croix au Mont, bailli de Lessines, mort le 28 août 1712 et inhumé à Wannehain dans la sépulture de ses parents. ***** ikke har

s pot of things :

1

.

XIV. JACQUES D'ENNETIÈRES, chevalier, baron de la Berlière, seigneur de Harlebois et des Mottes, par relief du 8 juin 1621, conseiller et maître de la Chambre des comptes à Lille, le 13 décembre 1617, admis au serment le 3 février 1618, auditeur ordinaire à ladite chambre en remplacement de Jacques Bruneau, par lettres patentes du 26 octobre 1619 et par serment du 4 décembre de la même année, maître extraordinaire à la dite chambre par lettres du fer août 1620 et par serment du 21 août de la même année, président de cette chambre par commission du 1er mars 1633 et par serment du 3 octobre 1633, en remplacement du titulaire Jacques Bruneau, et après le trépas du titulaire, par mise en possession du 26 février 1636, conseiller d'État et trésorier général des domaines et finances aux Pays Bas, etc.

Jacques d'Ennetières reçut ses lettres patentes de chevalier le 29 décembre 1625, de baron de la Berlière le 23 mai 1664. Il mourut le 9 octobre 1677, à l'âge de quatre-vingt-un ans et fut enterré à l'église cathédrale des Saints Michel et Gudule, à Bruxelles, du côté de l'évangile, sous un beau mausolée en marbre blanc, orné de portraits avec épitaphe et quartiers.

Voici ses lettres patentes de chevalier : « PHILIPPE, roi de Castille, salut ! Savoir faisons de la bonne relation qui faite nous a été de la personne de notre cher et féal conseiller et maître de notre Chambre des comptes à Lille Jacques d’Ennetières, écuyer, seigneur de Harlebois ; et que ses prédécesseurs auroient toujours servi aux nôtres de glorieuse mémoire, en charges honorables, signamment messire Hiérôme d'Ennetières, vivant chevalier, seigneur de Wastines, son bisaïeul, en celle de grand prévôt de notre ville de Tournai; feu messire Arnould d'Ennetières, aussi chevavalier, seigneur de la Plaigne, son oncle, en l'office de secrétaire d'État de feu le roi Philippe deuxième, notre très-ho

noré seigneur et aïeul, et feu messire Jean d'Ennetières, pareillement chevalier, seigneur de Harlebois, son père, en diverses charges et commissions de grande importance par l'espace de quarante huit ans; et plusieurs d'iceux en l'état de conseiller et commis des finances de feu notre très-cheret très-famé bon oncle l'archiduc Albert, qui soit en gloire ; à l'imitation desquels et autres ses parents, ledit Jacques d'Ennetières auroit aussi en la dite Chambre le terme de huit ans, comme il continue de faire avec beaucoup de satisfaction ; pour ses causes, et tout ce que dessus considéré, même que l'origine et services des ancêtres dudit d'Ennetières le rendent digne de toute rétribution d'honneur, aussi afin de le stimuler d'avantage et lui donner occasion, au moyen de quelque titre et dignité, de s'évertuer de plus en plus en notre service, nous désirons favorablement le traiter, élever et décorer, avons Icelui Jacques d'Ennetières fait et créé, faisons et créons chevalier par ces présentes. Madrid le 29 décembre 1625. »

Son diplôme de baron porte :

« PHILIPPES, par la grâce de Dieu, roy de Castille, de Léon, etc., Sçavoir faisons, comme aux princes souverains, desquels procèdent tous estats et dégrez de noblesse, prééminences et seigneuries, appartient et convient d'élever et décorer en honneur, dignité, titre et prérogative, ceux qui par longue continuation et exercice de vertueux, notables et mémorables actes et services en connaissent et savent leurs mérites et estre capables de telle rémunération de dignité et honneur, mesme afin de tant plus les obliger et induire à y persévérer de bien en mieux, et aussy pour mériter et mouvoir les autres, mesme leurs successeurs à les ensuivre non-seulement pour atteindre la bonne renommée, mais aussy la surpasser et pouvoir arriver au plus haut degré de vertu, pour le bien et advancement de la chose publique, et pour la con

LA BELGIQUE HÉRALDIQUE, IV.

noissance que nous avons des bons et agréables services que nous a rendus quarante sept ans en ça, nostre très-cher et féal Jacques D’Ennetières, chevalier banneret, sieur d'Harlebois et de la Berlière, de nostre conseil d'Estat, et trésorier général de nos domaines et finances de nos Pays-Bas et de Bourgongne, et ceux qu'il nous rendra encore à l'advenir, et qu'il serait de la noble et ancienne famille d'Ennetières, extraite de celle des comtes et chastellains d'Abbeville, passés en nostre chastellenie de Lille, et depuis en Tournesis, selon qu'il nous aurait fait paraître par les titres et renseignements exhibez, nous pour ces raisons et autres bonnes considérations, désirons d'en faire la démonstration qu'il appartient en la personne dudit messire Jacques d’Ennetières, et l'élever et décorer en honneur, droit, privilège, prérogative et prééminence, avons, de nostre certaine science, grâce et libéralité, pleine puissance et autorité souveraine, créé comme nous créons par ces présentes, ledit messire Jacques d'Ennetières, baron et sa dite seigneurie de la Berlière, située en la chastellenie d'Ath, en nostre pays et comté d'Haynaut, consistant en haute, moyenne et basse justice, un château et des amples dépendances, laquelle nous avons crééet érigé, créons et érigeons par cestes, en dignité et titre, nom, cry et prééminence de baronnie. Permettons en outre au dit messire Jacques d'Ennetières et à ses successeurs, d'y adjouter et incorporer à l'advenir, en augmentation en plus grand lustre d'lcelle baronnie, encore telles autres seigneuries, rentes et terres que bon leur semblera, pour d'icelle création en baronnie avec le nom et titre de baron, ensemble des droits, honneurs, prérogatives et prééminences y appartenans, jouir et user par ledit inessire Jacques d’Ennetières, ses hoirs et successeurs, barons et baronnes de ladite Berlière, à jamais, tout ainsy et en la mesme forme et manière que font et ont accoutumé de faire les autres barons en nostre Pays-Bas. Le tout à charge et condition que ledit messire Jacques d'Ennetières, ses dits hoirs et successeurs barons et baronnesses dudit la Berlière, seront tenus de faire le serment de fidélité et loyauté à cause d'Icelle baronnie, ès mains de nous, nos hoirs et successeurs, ou de nos lieutenants gouverneurs et capitaines généraux de nos provinces desdits Pays-Bas, lesquels dans notre absence et celle de nos dits hoirs et successeurs d'iceux, par nous à ce commis et autorisés, commettons et autorisons par ces présentes, et par ledit serment, jurer et promettre de tenir ladite baronnie de nous et de nos dits successeurs, en la manière que dessus, en faisant le relief et payant les droits pour ce deus, là et ainsi qu'il appartiendra; et auparavant d'estre admis audit serment, sera aussy tenu de faire apparoir que le revenu de la dite seigneurie de la Berlière, maintenant baronnie de la Berlière, avec les seigneuries et rentes y incorporées et unies, monte au moins à six mille florins par an, sans que lesdits biens ne se pourront oncques séparer, éclisser et démembrer par luy ny ses dits successeurs barons et baronnesses dudit la Berlière, par testament ou autre contrat, et en outre que cette présente érection ne tournera, ores ny à l’advenir, à nostre préjudice, ny de nos auteurs, seigneuries, jurisdiction, ressort souverain et aucthorité et prééminence. Si ordonnons à nostre lieutenant gouverneur et capitaine général de nos dits Pays-Bas et Bourgongne, et donnons en mandement à nos très. chers et féaux les gens de nostre conseil d'Estat, chef président et gens de nos privé et grand conseils, grand bailly d'Haynaut et gens de nostre conseil ordinaire à Mons, chef trésorier général et commis de nos domaines et finances, président et gens de notre Chambre des Comptes à Lille, et à tous autres nos justiciers, sujets et serviteurs à qui ce peut toucher et regarder, présents et advenir, et à chacun d'eux en droit soy et si comme à luy appartiendra, qu'ils tiennent, repu

« PrécédentContinuer »