Essai de philosophie chimique

Voorkant
Payot, 1923 - 170 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 103 - Toutes les combinaisons organiques dérivent d'un hydrogène carboné , radical fondamental , qui souvent n'existe plus dans ces combinaisons , mais y est représenté par un radical dérivé renfermant autant d'équivalens que lui.
Pagina 83 - Si j'attache quelque prix à voir disparaître cette barrière inutile qui sépare encore les combinaisons des deux règnes, c'est précisément parce que j'ai la conviction intime et profonde que les progrès futurs de la chimie générale seront dus à l'application des lois observées dans la chimie...
Pagina 99 - l'on me fait dire que l'hydrogène est remplacé par du chlore qui joue le » même rôle que lui , on m'attribue une opinion contre laquelle je proteste » hautement, car elle est en contradiction avec tout ce que j'ai écrit sur ces
Pagina 137 - A en fondant se transforme partiellement en B, c'est qu'un germe de B se trouvait en A. Il est impossible que A puisse être représenté philosophiquement par une seule formule. La formation de B doit évidemment intervenir dans la représentation de cette constitution.
Pagina 59 - Loi des proportions multiples ou de Dalton. — Quand deux corps se combinent en plusieurs proportions, il ya toujours un rapport simple entre les différents poids de l'un des corps qui s'unissent avec un même poids de l'autre. Exemple : combinaisons de l'azote et de l'oxygène : il ya un rapport simple entre les poids d'oxygène qui s'unissent à un même poids d'azote.
Pagina 79 - L'ulcoul et l'éthcr ne sont donc l'un et l'autre que de l'eau qui a perdu tout ou partie de son hydrogène eu gagnant une quantité correspondante d'hydrogène carboné. Les formules suivantes expriment parfaitement ces rapports : И H C'H
Pagina 35 - ... dernier est particulièrement intéressant. Quand on parlait de l'hypothèse atomique, on ajoutait qu'il ne s'agissait que d'une hypothèse de travail, que d'une supposition toute provisoire. Parfois même, on professait le plus pur nominalisme. L'atome n'était qu'un mot. M. Delacre écrit encore : « Nous n'avons à prononcer le mot atome que comme terme empirique, sans nous engager en rien au point de vue philosophique, et sans faire une conjecture sur la constitution de la matière (1). »...
Pagina 13 - Une seule chose est vraie, le fait simple et brutal, le fait auquel les préventions de notre esprit n'ont rien ajouté, le fait que les préjugés des écoles n'ont pas déformé, le fait que les systèmes et les théories n'ont pas enrégimenté et contrefait.
Pagina 43 - ... s'attachant à la pesée comme unique critérium de la connaissance scientifique des substances. Le positivisme prétend ici être d'autant plus sûr qu'il est plus étroit. M. Delacre écrira : « Le poids est le premier principe, le plus positif, et si cela lui est possible, il doit être le seul (1). » II est très remarquable qu'on prétende désigner qualitativement les corps en s'adressant à une qualité unique qui, par certains côtés, peut sembler assez abstraite. En particulier, l'intuition...
Pagina 98 - Quand on traite une substance organique par le chlore, « le brome, l'iode ou l'oxygène, ces corps lui enlèvent géné...

Bibliografische gegevens