Manuel du franc-maçon

Couverture
J. Moronval, 1817 - 374 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 274 - Voilà les enseignements que Dieu donne aux rois : ainsi fait-il voir au monde le néant de ses pompes et de ses grandeurs. Si les paroles nous manquent, si les expressions ne répondent pas à un sujet si vaste et si relevé, les choses parleront assez d'elles-mêmes.
Page 181 - Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'on te fît à toi-même'.
Page 267 - Le jour n'y finit point, et la nuit, avec ses sombres voiles, y est inconnue: une lumière pure et douce se répand autour des corps de ces hommes justes et les environne de ses rayons comme d'un vêtement. Cette lumière n'est point semblable à la lumière sombre...
Page 267 - ... que les hommes bienheureux sont nourris ; elle sort d'eux , et elle y entre : elle les pénètre , et s'incorpore à eux , comme les alimens s'incorporent à nous. Ils la voient, ils la sentent, ils la respirent; elle fait naître en eux une source intarissable de paix et de joie : ils sont plongés dans cet...
Page 194 - Frères et Compagnons De la Maçonnerie, Sans chagrin, jouissons Des plaisirs de la vie. Munis d'un rouge bord, Que par trois fois le signal de nos verres Soit une preuve que d'accord Nous buvons à nos frères.
Page 20 - Le Théâtre de l'idolâtrie, ou la Porte ouverte pour parvenir à la cognoissance du paganisme caché et vraye représentation de la vie, des mœurs, de la religion et LAGUA (Niccoló de).
Page 329 - L'agonie en ses bras plus doucement s'achève, L'heureux convalescent sur son lit se relève, Et revient, échappé des horreurs du trépas, D'un pied tremblant encor, former ses premiers pas. Les besoins, la douleur, la santé la bénissent, La terre est consolée et les cieux applaudissent.
Page 313 - Non, je n'ai point tort d'oser dire Ce que pensent les gens de bien ; Et le sage qui ne craint rien A le beau droit de tout écrire. J'ai, quarante ans, bravé l'empire Des lâches tyrans des esprits ; Et dans votre petit pays, J'aurais grand tort de me dédire.
Page 194 - Joignons-nous main en main Tenons-nous ferme ensemble, Rendons grâce au destin Du nœud qui nous rassemble, Et soyons assurés Qu'il ne se boit sur les deux hémisphères Point de plus illustres Santés Que celles de nos Frères ! Aux commandements habituels succèdent les feux et les vivats.
Page 21 - Cagliostro, extraite de la procédure instruite contre lui à Rome, en 1790, traduite d'après l'original italien, imprimé à la Chambre Apostolique; enrichie de notes curieuses, et ornée de son portrait.

Informations bibliographiques