Oeuvres de M. François de Salignac de La Mothe Fénélon,: précepteur des enfants de France, Archevêque-duc de Cambral...

Voorkant
De L'Imprimerie de Franç-Amb. Didot, 1787
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Inhoudsopgave

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 28 - Voyez-vous ce feu qui paraît allumé dans les astres , et qui répand partout la lumière ? Voyez-vous cette flamme que certaines montagnes vomissent , et que la terre nourrit de soufre dans ses entrailles? Ce même feu demeure paisiblement caché dans les veines des cailloux , et il y attend à éclater jusqu'à ce que le choc d'un autre corps l'excite , pour ébranler les villes et les montagnes.
Pagina 18 - Plus on déchire ses entrailles, plus elle est libérale. Après tant de siècles, pendant lesquels tout est sorti d'elle, elle n'est point encore usée. Elle ne ressent aucune vieillesse: ses entrailles sont encore pleines des mêmes trésors. Mille générations ont passé dans son sein. Tout vieillit, excepté elle seule: elle rajeunit chaque année au printemps.
Pagina 29 - Il est temps de lever nos yeux vers le ciel. Quelle puissance a construit au-dessus de nos têtes une si vaste et si superbe voûte ! Quelle étonnante variété d'admirables objets! C'est pour nous donner un beau spectacle , qu'une main toute-puissante a mis devant nos yeux de si grands et de si éclatants objets.
Pagina 286 - Vous étiez; car vous étiez marque un temps passé et une succession. Vous êtes; et il n'ya qu'un présent immobile, indivisible et infini que l'on puisse vous attribuer. Pour parler dans la rigueur des termes, il ne faut point dire que vous avez toujours été ; il faut dire que vous êtes; et ce terme de toujours, qui est si fort pour la créature, est trop faible pour vous; car il marque une continuité, et non pas une permanence : il vaut mieux dire simplement et sans restriction que vous êtes.
Pagina 11 - C'est ici qu'il est bon de rappeler les célèbres comparaisons des anciens. Qui croira que l' Iliade d'Homère , ce poème si parfait, n'ait jamais été composé par un effort du génie d'un grand poète, et que les caractères de l'alphabet ayant été jetés en confusion , un coup de pur hasard, comme un coup de dés, ait rassemblé toutes les lettres précisément dans l'arrangement nécessaire pour décrire, dans des vers pleins d'harmonie et de variété, tant de grands événements, pour...
Pagina 33 - Que quelqu'un dise , tant qu'il lui plaira , que ce sont autant de mondes, semblables à la terre que nous habitons ; je le suppose pour un moment. Combien doit être puissant et sage celui qui fait des mondes aussi innombrables que les grains de sable qui couvrent les rivages des mers , et qui conduit sans peine , pendant tant de siècles , tous ces mondes errants , comme un berger conduit un troupeau...
Pagina 44 - ... grossière ? Mais suppléons par l'imagination à ce qui nous manque du côté des yeux ; et que notre imagination elle-même soit une espèce de microscope qui nous représente en chaque atome mille mondes nouveaux et invisibles. Elle ne pourra pas nous figurer sans cesse de nouvelles découvertes dans les petits corps : elle se lassera ; il faudra qu'elle s'arrête, qu'elle succombe , et qu'elle laisse enfin dans le plus petit organe d'un ciron mille merveilles inconnues.
Pagina 78 - ... ils manqueraient de la plupart des commodités. Qui est-ce qui a réglé la taille de l'homme à une mesure précise ? Qui est-ce qui a réglé celle de tous les autres animaux avec proportion à celle de l'homme ? L'homme est le seul de tous les animaux qui est droit sur ses pieds. Par là il a une noblesse et une majesté qui le distinguent, même au dehors, de tout ce qui vit sur la terre.
Pagina 106 - Il n'ya point encore eu d'homme sur la terre qui ait pu gagner, ni sur les autres , ni sur lui-même , d'établir dans le monde qu'il est plus estimable d'être trompeur ,que d'être sincère; d'être emporté et malfaisant , que d'être modéré et de faire du bien.
Pagina 135 - Thèbes à cent portes, et qui est maintenant désert, y trouverait des colonnes, des pyramides, des obélisques, des inscriptions en caractères inconnus. Dirait-il aussitôt : Les hommes n'ont jamais habité ces lieux; aucune main d'homme n'a travaillé ici ; c'est le hasard qui a formé ces colonnes, qui les a posées sur leurs piédestaux, et qui les a couronnées de leurs chapiteaux avec des proportions si justes; c'est le hasard qui a lié si solidement les morceaux dont ces pyramides sont...

Bibliografische gegevens