Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub
[ocr errors]

F ut fa, Ffa ut, ou simplement F. Quatrième son de la gamme diatonique et naturelle, lequel s'appelle autrement fa. (Voyez GAMME.)

C'est aussi le nom de la plus basse des trois clefs de la musique. (Voyez CLEF.)

FACE, s. f Combinaison, ou des sons d'un accord, en commençant par un de ces sons et prenant les autres selon leur suite naturelle, ou des touches du clavier qui forment le même accord. D'où il suit qu'un accord peut avoir autant de faces qu'il y a de sons qui le composent; car chacun peut être le premier à son tour.

L'accord parfait ut misola trois faces. Par la première, tous les doigts sont rangés par tierces, et la tonique est sous l'index ; par la seconde, mi sol ut, il ya une quarte entre les deux derniers doigts, et la tonique est sous le dernier; par la troisième, solutmi, la quarte est entre l'index et le quatrième, et la tonique est sous celui-ci. (Voyez RENVERSEMENT.)

Comme les accords dissonants ont ordinairement quatresons, ils ont aussi quatre faces, qu'on peut trouver avec la même facilité.(Voy. DoIGTER.)

FACTEUR, s. m. Ouvrier qui fait des orgues ou des clavecins.

FANFARE, s.f. Sorte d'air militaire, pour l'ordinaire court et brillant, qui s'exécute par des trompettes, et qu'on imite sur d'autres instruments.La fanfare est communément à deux dessus de trompettes accompagnées de tymbales; et bien exécutée, elle a quelque chose de martial et de gai qui convient fort à son usage. De toutes les troupes de l'Europe, les allemandes sont celles qui ont les meilleurs instruments militaires : aussi leurs marches et fanfares font-elles un effet admirable. C'est une chose à remarquer que dans tout le royaume de France il n'y a pas un seul trompette qui sonne juste, et la nation la plus guerrière de l'Europe a les intruments militaires les plus discordants; ce qui n'est pas sans inconvénient. Durant les dernièresguerres, les paysans de Bohême, d'Autriche, et de Bavière, tous musiciens nés, ne pouvant croire que les troupes réglées eussent des instruments si faux et si détestables, prirent tous ces vieux corps pour de nouvelles levées qu'ils commencèrent à mépriser, et l'on ne sauroit dire à combien de braves gens des tons faux ont coûté la vie : tant il est vrai que, dans l'appareil de la guerre, il ne faut rien négliger de ce qui frappe les sens ! FANTAISIE, s.f. Pièce de musique instrumentale qu'on exécute en la composant. Il y a cette différence du caprice à la fantaisie, que le caprice est un recueil d'idées singulières et disparates que rassemble une imagination échauffée, et qu'on peut même composer à loisir; au lieu que la fantaisie peut être une piéce très régulière, qui ne diffère des autres qu'en ce qu'on l'invente en l'exécutant, et qu'elle n'existe plus sitôt qu'elle est achevée.Ainsi le caprice est dans l'espèce etl'assortiment des idées, et la fantaisie dans leur promptitude à se présenter. Il suit de là qu'un caprice peut fort bien s'écrire, mais jamais une fantaisie ; car sitôt qu'elle est écrite ou répétée, ce n'est plus une fantaisie, c'est une piéce ordinaire. FAUCET. (Voyez FAUssET.) FAUSSE-QUARTE. (Voyez QUARTE.) FAUSSE-QUINTE, s. f. Intervalle dissonant, ap| pelé par les Grecs hemi-diapente, dont les deux termes sont distants de quatre degrés diatoniques, ainsi que ceux de la quinte juste, mais dont l'intervalle est moindre d'un semi-ton, celui de la quinte étant de deux tons majeurs, d'un ton mineur, et d'un semi-ton majeur, et celui de la faussequinteseulementd'un ton majeur,d'un ton mineur, et de deux semi-tons majeurs. Si, sur nos claviers ordinaires, on divisel'octaveendeuxparties égales, on aura d'un côté la fausse-quinte, comme si fa, et de l'autre le triton, comme fa si: mais ces deux intervalles, égaux en ce sens, ne le sont ni quant au nombre des degrés, puisque le triton n'en a que trois, ni dans la précision des rapports, celui de la fausse-quinte étant de 45 à 64, et celui du triton de 32 à 45. L'accord defausse-quinte est renversé de l'accord dominant, en mettant la note sensible au grave. Voyez au mot ACCORD comment celui-là s'accompagne. Il faut bien distinguerlafausse-quinte dissonance, de la quinte fausse réputée consomnance, et qui n'est altérée que par accident. (Voyez QUINTE.) FAUSSE-RELATION, s. f Intervalle diminué ou superflu. (Voyez RELATION.) FAUSSET, s. m. C'est cette espéce de voix par laquelle un homme, sortant à l'aigu du diapason de sa voix naturelle, imite celle de la femme. Un homme fait à-peu-près, quand il chante le fausset, ce que fait un tuyau d'orgue quand il octavie. (Voyez OCTAvIER.) Si ce mot vient du françois faux opposé à juste, il faut l'écrire comme je fais ici, en suivant l'orthographe de l'Encyclopédie : mais s'il vient, comme je le crois, du latin faux, faucis, la gorge, il falloit, au lieu des deux ss qu'on a substituées, laisser le c que j'y avois mis : faucet. FAUx, adj. et adv. Ce mot est opposé à juste. On chante faux, quand on n'entonne pas les intervalles dans leur justesse, qu'on forme des sons trop hauts ou trop bas.

DICT. DE MUsIQUE. T. I. 24

Il y a des voix fausses, des cordes fausses, des instrumentsfaux. Quant aux voix, on prétend que le défaut est dans l'oreille et non dans la glotte : cependant j'ai vu des gens qui chantoient très faux, et qui accordoient un instrument très juste. La fausseté de leur voix n'avoit donc pas sa cause dans leur oreille. Pour les instruments, quand les tons en sont faux, c'est que l'instrument est mal construit, que les tuyaux en sont mal proportionnés, ou les cordes fausses, ou qu'elles ne sont pas d'accord; que celui qui en joue touche faux, ou qu'il modifie mal le vent ou les lèvres. FAUx-ACCORD. Accord discordant, soit parcequ'il contient des dissonances proprement dites, soit parceque les consonnances n'en sont pas justes. (Voyez ACCoRD-FAUx.) FAUX-BoURDON, s. m. Musique à plusieurs parties, mais simple et sans mesure, dont les notes sont presque toutes égales, et dont l'harmonie est toujours syllabique. C'est la psalmodie des catholiques romains chantée à plusieurs parties. Le chant de nos psaumes à quatre parties peut aussi passer pour une espèce de faux-bourdon, mais qui procède avec beaucoup de lenteur et de gravité. FEINTE, s.f. Altération d'une note ou d'un intervalle par un dièse ou par un bémol. C'est proprement le nom commun et générique du dièse et du bémol accidentels. Ce mot n'est plus en usage,

« VorigeDoorgaan »