Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

On distingue les échos pris en ce sens en deux espèces; savoir : 1° L'écho simple qui ne répète la voix qu'une fois, et 2° l'écho double ou multiple qui répète les mêmes sons deux ou plusieurs fois. Dans les échos simples, il y en a de toniques, c'est-à-dire qui ne répètent que le son musical et soutenu; et d'autres syllabiques, qui répètent aussi la voix parlante. On peut tirer parti des échos multiples pour former des accords et de l'harmonie avec une seule voix, en faisant entre la voix et l'écho une espèce de canon dont la mesure doit être réglée sur le temps qui s'écoule entre les sons prononcés et les mêmes sons répétés. Cette manière de faire un concert à soi tout seul devroit, si le chanteur étoit habile et l'écho vigoureux, paroître étonnante et presque magique aux auditeurs non préVGIlUlS. Le nom d'écho se transporte en musique à ces sortes d'airs ou de pièces dans lesquelles, à l'imitation de l'écho, l'on répéte de temps en temps et fort doux un certain nombre de notes. C'est sur l'orgue qu'on emploie le plus communément cette manière de jouer, à cause de la facilité qu'on a de faire des échos sur le positif; on peut faire aussi des échos sur le clavecin au moyen du petit clavier. L'abbé Brossard dit qu'on se sert quelquefois du mot écho en la place de celui de doux ou piano, pour marquer qu'il faut adoucir la voix ou le son de l'instrument, comme pour faire un écho. Cet usage ne subsiste plus.

ECHOMÈTRE, s.m. Espèce d'échelle graduée, ou de régle divisée en plusieurs parties, dont on se sert pour mesurer la durée ou longueur des sons, pour déterminer leurs valeurs diverses, et même les rapports de leurs intervalles.

Ce mot vient du grec oxoç, son, et de gérpo», IIleSUlI'G.

Je n'entreprendrai pas la description de cette machine, parcequ'on n'en fera jamais aucun usage, et qu'il n'y a de bon échométre qu'une oreille sensible et une longue habitude de la musique. Ceux qui voudront en savoir là-dessus davantage peuvent consulter le Mémoire de M. Sauveur, inséré dans ceux de l'Académie des sciences , année 17o1 : ils y trouveront deux échelles de cette espèce, l'une de M. Sauveur, et l'autre de M. Loulié. (Voyez aussi l'article CHRoNOMÈTRE.)

ÉCLYSE. s.f. Abaissement. C'étoit, dans les plus anciennes musiques grecques, une altération dans le genre enharmonique, lorsqu'une corde étoit accidentellement abaissée de trois dièses au dessous de son accord ordinaire. Ainsi l'éclyse étoit le contraire du spondéasme.

ECMÈLE, adj. Les sons ecméles étoient, chez les Grecs, ceux de la voix inappréciable ou parlante, qui ne peut fournir de mélodie, par opposition aux sons emmèles ou musicaux. EFFET, s. m. Impression agréable et forte que produit une excellente musique sur l'oreille et l'esprit des écoutants : ainsi le seul mot effet signifie en musique un grand et bel effet; et non seulement on dira d'un ouvrage qu'il fait de l'effet, mais on y distinguera sous le nom de choses d'effet, toutes celles où la sensation produite paroît supérieure aux moyens employés pour l'exciter. Une longue pratique peut apprendre à connoîtresurle papierles chosesd'effet; maisiln'yaque le génie qui les trouve. C'est le défaut des mauvais compositeurs et de tous les commençants d'entasser parties sur parties, instruments sur instruments, pour trouver l'effet qui les fuit, et d'ouvrir, comme disoit un ancien, une grande bouche pour souffler dans une petite flûte. Vous diriez, à voir leurs partitions si chargées, si hérissées, qu'ils vont vous surprendre par des effets prodigieux; et si vous êtes surpris en écoutant tout cela, c'est d'entendre une petite musique maigre, chétive, confuse, sans effet, et plus propre à étourdir les oreilles qu'à les remplir. Au contraire, l'œil cherche sur les partitions des grands maîtres ces effets sublimes et ravissants que produit leur musique

[merged small][ocr errors]

exécutée. C'est que les menus détails sont ignorés on dédaignés du vrai génie, qu'il ne vous amuse point par des foules d'objets petits et puérils, mais qu'ii vous émeut par de grands effets, et que la force et la simplicité réunies forment toujours son Caractère. ÉGAL, adj. Nom donné par les Grecs au système d'Aristoxène, parceque cet auteur divisoit généralement chacun de ses tétracordes en trente parties égales, dont il assignoit ensuite un certain nombre à chacune des trois divisions du tétracorde, selon le genre et l'espèce du genre qu'il vouloit établir. (Voyez GENRE, SYSTÈME.) · ÉLÉGIE, sorte de nome pour les flûtes, inventé, dit-on, par Sacadas, Argien. ÉLÉVATION, s.f. Arsis. L'élévation de la main ou du pied, en battant la mesure, sert à marquer le temps foible, et s'appelle proprement levé: c'étoit le contraire chez les anciens. L'élévation de la voix en chantant, c'est le mouvement par lequel on la porte à l'aigu. ÉLINE. Nom donné par les Grecs à la chanson des tisserands. (Voyez CHANSON.) EMMÉLE, adj. Les sons emmèles étoient chez les Grecs ceux de la voix distincte, chantante et appréciable, qui peuvent donner une mélodie. ENDEMATIE, s. f C'étoit l'air d'une sorte de danse particulière aux Argiens.

[graphic]

ENHARMONIQUE, adj. pris subst. Un des trois genres de la musique des Grecs, appelé aussi très fréquemment harmonie par Aristoxène et ses sectateurS.

Ce genre résultoit d'une division particulière du tétracorde, selon laquelle l'intervalle qui se trouve entre le lichanos ou la troisième corde, et la mése ou la quatrième, étant d'un diton ou d'une tierce majeure, il ne restoit, pour achever le tracorde au grave, qu'un semi-ton à partager entre deux intervalles, savoir, de l'hypate à la parhypate, et de la parhypate au lichanos. Nous expliquerons au mot genre comment se faisoit cette division.

Le genre enharmonique étoit le plus doux des trois, au rapport d'Aristide Quintilien : il passoit pour très ancien, et la plupart des auteurs en attribuoient l'invention à Olympe, Phrygien. Mais son tétracorde, ou plutôt son diatessaron de ce genre, ne contenoit que trois cordes, qui formoient entre elles deux intervalles incomposés, le premier d'un semi-ton, et l'autre d'une tierce majeure; et de ces deux seuls intervalles, répétés de tétracorde en tétracorde, résultoit alors tout le genre enharmonique. Ce ne fut qu'après Olympe qu'on s'avisa d'insérer, à l'imitation des autres genres, une quatrième corde entre les deux premières, pour faire la division dont je viens de

« VorigeDoorgaan »