Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

Bien que tout ce dialogue semble n'être qu'une suite de la scène, ce qui le rassemble en un seul duo, c'est l'unité de dessin par laquelle le musicien en réunit toutes les parties, selon l'intention du poëte. A l'égard des duo bouffons qu'on emploie dans les intermédes et autres opéra comiques, ils ne sont pas communément à voix égales, mais entre basse et dessus. S'ils n'ont pas le pathétique des duo tragiques, en revanche ils sont susceptibles d'une variété plus piquante, d'accents plus différents et de caractères plus marqués. Toute la gentillesse de la coquetterie, toute la charge des rôles à manteaux, tout le contraste des sottises de notre sexe et de la ruse de l'autre, enfin toutes les idées accessoires dont le sujet est susceptible; ces choses peuvent concourir toutes à jeter de l'agrément et de l'intérêt dans ces duo, dont les règles sont d'ailleurs les mêmes que des précédents en ce qui regarde le dialogue et l'unité de mélodie. Pour trouver un duo comique parfait à mon gré dans toutes ses parties, je ne quitterai point l'auteur immortel qui m'a fourni les deux autres exemples; mais je citerai le premier duo de la Serva Padrona, Lo conosco a quegl'occhietti, etc., et je le citerai hardiment comme un modéle de chant agréable, d'unité de mélodie, d'harmonie simple, brillante et pure, d'accent, de dialogue et de goût, auquel

|

rien ne peut manquer, quand il sera bien rendu, que des auditeurs qui sachent l'entendre et l'estimer ce qu'il vaut. DUPLICATION, s.f. Terme de plain-chant. L'intonation par duplication se fait par une sorte de périélèse, en doublant la pénultième note du mot qui termine l'intonation : ce qui n'a lieu que lorsque cette pénultième note est immédiatement audessous de la dernière.Alors la duplication sert à la marquer davantage, en manière de note sensible. DUR, adj. On appelle ainsi tout ce qui blesse l'oreille par son âpreté. Il y a des voix dures ct glapissantes, des instruments aigres et durs, des compositions dures. La dureté du bécarre lui fit donner autrefois le nom de B dur. Il y a des in-tervalles durs dans la mélodie; tel est le progrès diatonique des trois tons, soit en montant, soit en descendant, et telles sont en général toutes les fausses relations. Il ya dans l'harmonie des accords durs, tels que sont le triton, la quinte-superflue, et en général toutes les dissonances majeures. La dureté prodiguée révolte l'oreille et rend une musique désagréable; mais, ménagée avec art, elle sert au clair-obscur, et ajoute à l'expression.

E si mi, E la mi, ou simplement E. Troisième son de la gamme de l'Arétin, que l'on appelle autrement mi. (Voyez GAMME.) ÉCBoLÉ, ou élévation. C'étoit, dans les plus anciennes musiques grecques, une altération du genre enharmonique, lorsqu'une corde étoit accidentellement élevée de cinq dièses au-dessus de son accord ordinaire. ÉCHELLE, s.f. C'est le nom qu'on a donné à la succession diatoniqne des sept notes, ut re mi fa sol la si de la gamme notée, parceque ces notes se trouvent rangées en manière d'échelons sur les portées de notre musique. Cette énumération de tous les sons diatoniques de notre système, rangés par ordre, que nous appelons échelle, les Grecs, dans le leur, l'appeloient tétracorde, parcequ'en effet leur échelle m'étoit composée que de quatre sons qu'ils répétoient de de tétracorde en tétracorde, comme nous faisons d'octave en octave. (Voyez TÉTRACORDE.) Saint Grégoire fut, dit-on, le premier qui changea les tétracordes des anciens en un eptacorde ou système de sept notes, au bout desquelles commençant une autre octave, on trouve des sons semblables répétés dans le même ordre. Cette

découverte est très belle; et il semblera singulier
que les Grecs, qui voyoient fort bien les propriétés
de l'octave, aient cru, malgré cela, devoir rester
attachés à leurs tétracordes. Grégoire exprima
ces sept notes avec les sept premières lettres de
l'alphabet latin. Gui Arétin donna des noms aux
six premières; mais il négligea d'en donner un à
la septième, qu'en France on a depuis appelée si,
et qui n'a point encore d'autre nom que B mi chez
la plupart des peuples de l'Europe.
Il ne faut pas croire que les rapports des tons
et semi-tons dont l'échelle est composée soient des
choses purement arbitraires, et qu'on eût pu par
d'autres divisions tout aussi bonnes donner aux
sons de cette échelle un ordre et des rapports dif-
férents. Notre système diatonique est le meilleur
à certains égards, parcequ'il est engendré par les
consonnances et par les différences qui sont entre
elles. « Que l'on ait entendu plusieurs fois, dit
« M. Sauveur, l'accord de la quinte et celui de la
« quarte, on est porté naturellement à imaginer
« la différence qui est entre eux; elle s'unit et se lie
« avec eux dans notre esprit, et participe à leur
« agrément : voilà le ton majeur. Il en va de même
« du ton mineur, qui est la différence de la tierce
« mineure à la quarte, et du semi-ton majeur, qui
« est celle de la même quarte à la tierce majeure.»
Or, le ton majeur, le ton mineur, et le semi-ton

[ocr errors][graphic][graphic]

majeur, voilà les degrés diatoniques dont notre échelle est composée selon les rapports suivants.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Pour faire la preuve de ce calcul, il faut composer tous les rapports compris entre deux termes consonnants, et l'on trouvera que leur produit donne exactement le rapport de la consonnance, et si l'on réunit tous les termes de l'échel/e, on trouvera le rapport total en raison sous-double, c'est-à-dire comme 1 est à 2; ce qui est en effet le rapport exact des deux termes extrêmes, c'est-àdire de l'ut à son octave.

L'échelle qu'on vient de voir est celle c]u'on nomme naturelle ou diatonique; mais les m0dernes, divisant ses degrés en d'autres inter- valles plus petits, en ont tiré une autre échelle, qu'ils ont appelée échelle semi-tonique ou chromatique, parcequ'elle procède par semi-tons.

Pour former cette échelle on n'a fait que Partager en deux intervalles égaux, ou supposés tels, chacun des cinq tons entiers de l'octave , sans distinguer le ton majeur du ton mineur; ce qui,

« VorigeDoorgaan »